CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Décembre 2018
 
 

In Memoriam : Charles T.P. Galloway

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

Charles T.P. Galloway, ancien président de l’ICA, est décédé le 15 novembre à Toronto. Il était âgé de 91 ans.

M. Galloway a obtenu son baccalauréat de l’Université de Toronto en mathématiques et en physique. Il a commencé à travailler en tant qu’actuaire à la société d’assurance National Life où il a été promu actuaire en chef après avoir réussi ses examens actuariels. Par la suite, il a été nommé vice-président de la société, puis président de la National Life en 1977 à l’âge de 50 ans. Il a occupé ce dernier rôle pendant 10 ans avant de prendre sa retraite et a siégé aux conseils d’administration de la National Life et d’autres sociétés d’assurance.

Président de l’ICA de 1980 à 1981, M. Galloway a également contribué bénévolement à la Commission de déontologie (1983 à 1987) et à la Commission d’appréciation de la compétence et de l’agrément (1974 à 1979). En 2015, il a reçu la palme d’argent pour son engagement bénévole.

M. Galloway a également contribué à Notre histoire. Nos réussites, le livre d’histoire orale de l’ICA, publié dans le cadre du 50e anniversaire de l’Institut en 2015. Se remémorant son mandat de président, M. Galloway a noté que les membres de l’ICA avaient à l’époque tendance à voter pour les candidats aux postes de PDG ou de président de leur entreprise; lui-même venait d’accéder à la présidence de la National Life.

J’étais tiraillé entre l’adaptation à mon nouveau poste et la présidence de l’ICA, et je n’avais jamais siégé au Conseil. L’un des messages que j’ai transmis a été le suivant : « N’élisez pas de PDG, privilégiez des personnes qui ont déjà siégé et qui savent ce qui se passe. Le travail de président sera beaucoup plus facile. » Et c’est exactement ce qu’ils ont fait. Je ne sais pas trop s’ils ont suivi mon conseil ou s’ils ont plutôt trouvé. Que j’avais fait un travail épouvantable. Quoi qu’il en soit, les choses ont changé.

Il s’est également remémoré le début de sa carrière, en 1946, lorsqu’il a reçu une lettre d’un assureur-vie lui proposant un emploi d’été :

Par la suite, j’ai dit à mon père qu’il fallait être timbré pour aller travailler pour une société d’assurance-vie. Je crois que j’ai fait des avances d’office de primes pendant tout l’été. Tout était fait à la main : calculer l’intérêt et veiller à ce que la valeur de rachat brute couvre le prêt, puis résilier le contrat lorsque ce n’était pas le cas. Le travail était épouvantable. Mais les choses se sont heureusement améliorées.

Article nécrologique pour Charles T.P. Galloway

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn