Canadian Municipal Water eBulletin
 

Alberta?: la province publie une fiche technique sur la gestion de déchets de cannabis

Imprimer cet article | Envoyez à un collègue

La fiche technique propose une gestion et des procédures d’élimination adéquates des matières résiduelles provenant du cannabis cultivé dans les installations d’essais et de production, etc. Consultez la fiche technique à :

https://open.alberta.ca/dataset/765cd310-e7f4-45b5-999f-54c737a94145/resource/c40fc259-26ff-4d97-9993-5cb33eefdd17/download/cannabis-waste-management-oct2018.pdf (anglais seulement)

À propos des déchets liquides de cannabis, la fiche technique recommande que des générateurs de déchets liquides de cannabis concentrent ou extraient adéquatement, classifient et caractérisent les matières résiduelles pour déterminer si elles sont dangereuses ou pas. Les matières résiduelles dangereuses sont assujetties aux exigences de la gestion des déchets dangereux décrites dans la règlementation sur le contrôle des déchets (Waste Control Regulation, AR 192/1996) et le guide d’utilisation de l’Alberta destiné aux gestionnaires de matières résiduelles (User Guide for Waste Managers).

Les déchets de cannabis qui doivent être caractérisés et classifiés comprennent, notamment :

  •  Les déchets provenant des fleurs, de la taille et de toute la plante de cannabis utilisée pour la production d’extrait de cannabis?;
  • Les solvants et les produits chimiques inflammables utilisés dans la production de concentrés et d’extraits de cannabis destinée à la vente au détail et
  • Les matières résiduelles provenant de résidus de plantes de cannabis, les déchets de solvants, de traitement de cannabis et d’essais en laboratoire. 

Les matières résiduelles provenant de concentrés ou d’extraits de cannabis liquide classifiés et caractérisés comme étant des déchets dangereux peuvent être éliminées dans des puits profonds ou des installations de traitement de déchets dangereux. Les matières résiduelles non dangereuses de cannabis liquide peuvent être envoyées soit dans une usine locale d’épuration d’eaux usées, soit éliminées dans un puits profond.

La légalisation de la marihuana a assurément soulevé des questions sur la capacité des usines d’éliminer des métabolites et des sous-produits de l’exploitation massive de cultures ou leur accumulation dans l’environnement aquatique.