Canadian Municipal Water eBulletin
 

Prévenir les catastrophes avant qu’elles ne surviennent : élaborer une norme canadienne pour rendre les nouvelles zones résidentielles résilientes face aux inondations

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue

Le Centre Intact d’adaptation au climat et ses partenaires ont publié un nouveau rapport, «?Prévenir les catastrophes avant qu’elles ne surviennent : élaborer une norme canadienne pour rendre les nouvelles zones résidentielles résilientes face aux inondations?». Ce rapport promeut 20 pratiques exemplaires à suivre lors de la conception et de la construction d’une nouvelle zone résidentielle pour mieux la protéger contre les inondations au Canada. Il est nécessaire de veiller à ce que les nouvelles zones résidentielles soient construites en tenant compte de ces pratiques pour lutter contre des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes qui, faute d’y remédier, entraîneront des dommages coûteux à répétition. Il existe de nombreux exemples de la nécessité d’affronter les dommages causés par les inondations actuelles et futures aux collectivités : 
 
  • Le stress quant à l’aspect financier et la santé mentale : les inondations constituent les catastrophes naturelles les plus fréquentes et les plus coûteuses au Canada. Des milliers de propriétaires de tout le pays subissent des dommages matériels, la perte de biens personnels et la détresse financière et affective causés par les inondations.
  • Risque assurable : dans les collectivités du Canada qui subissent de constantes inondations de leur sous-sol, les primes d’assurance augmentent de concert avec la hausse du risque d’inondation. Dans les cas où le risque est excessif, la couverture d’assurance contre les inondations peut être réduite ou retirée.
  • Défaut de paiement hypothécaire : avec une couverture d’assurance contre les inondations limitée, certains propriétaires au Canada pourraient ne pas être en mesure de payer les dommages causés par les inondations. En raison de la liquidité limitée pour la réparation des dégâts causés par les inondations, certains propriétaires pourraient être en défaut de paiement de leur hypothèque (car les égouts qui inondent un sous-sol rendent habituellement les maisons inhabitables). 
  • Risques juridiques : les propriétaires, les promoteurs immobiliers, les municipalités, les provinces et les sociétés d’assurance sont de plus en plus confrontés à des poursuites en cas de dommages causés par les inondations. 
  • Cotes de crédit municipales : les agences de notation de crédit (par exemple : DBRS, Moody’s et Standard & Poor’s) commencent à examiner le potentiel des coûts de rétablissement après l’inondation des collectivités touchées qui, à leur tour, pourraient entraîner un défaut de paiement d’une municipalité. Si la probabilité d’un défaut de paiement provoqué par la météo est importante, la municipalité pourrait recevoir une cote de crédit décroissante. Pour traiter l’évolution de la source des problèmes mentionnés plus haut dans le but d’anticiper les tempêtes, les nouvelles collectivités construites au Canada doivent intégrer dans leur conception des pratiques exemplaires de réduction des risques d’inondation.
En conséquence, le Centre Intact d’adaptation au climat s’est associé à des experts municipaux en gestion des eaux pluviales et des inondations, des consultants en ingénierie, des promoteurs de projets, des constructeurs immobiliers et d’autres intervenants au Canada afin de déterminer les pratiques exemplaires pour une conception qui rende les zones résidentielles résilientes aux inondations (tableau 1). 
 
Le Conseil canadien des normes a appuyé cet effort pour que le rapport serve à documenter l’élaboration d’une norme pour la conception de collectivités résilientes face aux inondations dans les nouveaux lotissements au Canada.
http://www.intactcentreclimateadaptation.ca/wp-content/uploads/2017/09/Preventing-Disaster-Before-It-Strikes.pdf

La version française de ce rapport sera disponible en octobre 2017 à la page suivante : https://goo.gl/FJVu3s 

 

Retour à Association canadiennes des eaux potables et usées Bulletin électronique

Share Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn