Canadian Municipal Water eBulletin
 

Le CEP recommande des exigences plus strictes sur la présence de plomb dans l’eau potable en raison de ses effets néfastes sur le QI

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue

Le comité fédéral-provincial-territorial sur l’eau potable (CEP) a récemment publié un document technique visant à recueillir des commentaires du public sur une révision des directives relatives au plomb dans l’eau potable. La recommandation en vigueur sur le plomb, qui remonte à 1992, est basée sur la concentration maximale admissible (CMA) de 0,01mg/L (10 µg/L) d’ingestion hebdomadaire tolérable provisoire (IHTP) de plomb établie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à une concentration ne révélant pas d’augmentation de la concentration de plomb dans le sang (plombémie) et ne devant pas poser de risques pour la santé.
 
Le nouveau document révèle un impact majeur du plomb sur le QI et propose une réduction de moitié de CMA, soit à 0,005mg/L (5 µg/L), fondée sur la faisabilité analytique. La toxicité du plomb chez les humains a été amplement documentée sur la base de la plombémie. Parmi les effets étudiés, on mentionne une diminution des fonctions cognitives, une augmentation de la pression sanguine et une dysfonction rénale chez les adultes, ainsi que des effets négatifs dans le développement neurologique et le comportement des enfants. La date butoir pour l’envoi de commentaires ou suggestions est le 15 mars 2017.
 


 

 

Retour à Association canadiennes des eaux potables et usées Bulletin électronique

Share Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn