Canadian Municipal Water eBulletin
 

Proposition d’abaisser le seuil de déclaration du cobalt et de recueillir des renseignements contextuels supplémentaires sur les rejets dans l’eau

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue

Environnement et Changement climatique Canada propose de recueillir plus de renseignements contextuels sur les rejets dans l’eau par la déclaration des valeurs non détectées et des concentrations à l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) pour l’année de déclaration 2016. Le changement proposé vise à améliorer la compréhensibilité des données de l’INRP sur les rejets dans l’eau en fournissant plus de renseignements contextuels, et à répondre aux commentaires formulés par les utilisateurs des données à l’occasion de l’atelier qui a été donné à leur intention en 2013, et par les autres utilisateurs des données au sein d’Environnement et Changement climatique Canada.
 
Le Guide de déclaration pour l'INRP stipule que : « le fait que la quantité d’une substance à déclarer soit inférieure à la limite de la méthode de détection (LMD) n’équivaut pas à affirmer que la substance n’est pas présente.»  Par conséquent, si on sait qu’une substance est présente, il faut utiliser une concentration équivalente à la moitié de la limite de la méthode de détection. Il ne précise pas que si les échantillons sont négatifs, il n'y a aucune raison de croire que la substance est présente. Les informations contextuelles clarifieront comment la concentration est atteinte - par exemple si elle était une mesure réelle, basée sur un facteur d'émission ou la moitié du LMD. Cela fournirait un contexte pour ceux qui interprètent les résultats, qui théoriquement clarifierait la fiabilité des données communiquées.
 
Environnement Canada a partagé avec l’ACEPU un projet de la déclaration et nous travaillons avec notre Comité sur les eaux usées pour présenter nos observations sur la proposition.
 
Environnement Canada abaissera également le seuil de déclaration du cobalt (et ses composés) à l’INRP  à 50 kg pour la fabrication, la préparation ou autre utilisation et à une concentration de 0,1 %, à compter de l’année de déclaration 2016. Le cobalt (et ses composés) est actuellement inscrit à l’inventaire au seuil normal de 10 tonnes pour la fabrication, la préparation ou autre utilisation et à une concentration seuil de 1 %.
 
Comme le cobalt est souvent traité dans les usines de traitement des eaux usées et, finalement évacué soit dans les biosolides ou par les effluents, il est necessaire que les usines de traitements commencent à faire rapport sur le cobalt.
 

Retour à Association canadiennes des eaux potables et usées Bulletin électronique

Share Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn