Retour sur le Colloque In Focus 2016

 
Les délégués lors du colloque In Focus.

Plus de 130 personnes ont participé au Colloque In Focus 2016 : Braver la tempête – Perturbateurs numériques et climatiques, qui s’est tenu les 27 et 28 octobre à Montréal. L’événement était commandité conjointement par la Casualty Actuarial Society (CAS) et l’Institut canadien des actuaires (ICA).

Des membres de la CAS et de l’ICA, ainsi que d’autres professionnels de l’industrie des assurances IARD, ont pris part à une variété de séances portant sur différents sujets, dont l’Internet des objets, les mégadonnées, le cyber-risque, les changements climatiques et l’économie du partage.

Le ministre de l’Environnement du Québec s’adresse aux délégués

La présentation de David Heurtel, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, était un ajout de dernière minute au programme. Il s’est adressé aux délégués pendant 20 minutes suivi d’une période de questions et réponses sur les changements climatiques et son incidence sur la planète, les humains et l’économie. Parmi les idées abordées par le ministre Heurtel, mentionnons :

 
La présentation du ministre québécois Heurtel.

Le ministre Heurtel a ajouté que les actuaires doivent posséder les outils pour complètement intégrer la gestion du risque dans les calculs sur les changements climatiques.

Les actuaires, les mégadonnées et le risque

À l’occasion d’une séance sur l’Internet des objets et l’analytique causale, le conférencier Philip Schwartz, chef de direction technique pour le secteur des services financiers chez IBM Analytics, a indiqué que l’analytique prédictive change la donne en ce qui a trait à l’optimisation du lieu de travail de l’avenir. « Avoir des données, c’est excellent. Des réflexions en temps réel, c’est encore mieux. Elles offrent des possibilités pour la gestion de la qualité prédictive pour tous les types d’affaires », a-t-il dit. Il s’est servi d’un exemple de travailleur d’usine qui porte des capteurs surveillant l’environnement, la biométrie et l’emplacement GPS du travailleur, ce qui permettrait à la direction de contrôler les zones sensibles pour le bruit pouvant entraîner une perte auditive. Cela permettrait une meilleure gestion des risques et des sinistres. « Nous devons équilibrer le caractère privé des données et la surveillance et les alertes aux fins de la gestion du risque. Les actuaires doivent prendre des mesures maintenant afin d’être en position de concurrence. Assurez-vous d’élaborer une stratégie et planifiez des scénarios d’essai en conséquence afin de pouvoir répondre à la compétition », a-t-il ajouté.

Lors de la même séance, le conférencier Don Mango, vice-président de l’analytique d’entreprise chez Guy Carpenter, a mentionné que l’ouvrage « Perception of Risk » de Paul Slovic est l’un des plus importants documents que doivent lire les actuaires.

« Le point commun reliant un certain nombre de présentations était les conséquences des nouvelles technologies, en particulier les véhicules autonomes et les drones. Ces innovations présentent des défis qui poussent les assureurs IARD à adapter les couvertures traditionnelles de responsabilité et de dommages dans le but de les accommoder ». 

Ne manquez pas les autres occasions excellentes de perfectionnement professionnel continu (PPC). Visitez la page des événements à venir sur le site Web de l’ICA.

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires
http://www.cia-ica.ca/