Facebook et les communications avec les étudiants


Les étudiants et les jeunes actuaires représentent l’avenir de la profession actuarielle au Canada. Les médias sociaux, en particulier Facebook, sont l’un des moyens auxquels a recours l’ICA pour établir des liens avec eux.

« J’ai participé aux trois derniers congrès annuels de l’ANÉA (Association nationale des étudiants en actuariat) », dit Kelly Fry, gestionnaire du marketing à l’ICA. « Lorsque je parle aux étudiants au sujet des médias sociaux, ils m’affirment que Facebook est l’un des meilleurs outils pour les rejoindre. »

Selon Mme Fry, lorsque les étudiants approchent la fin de leurs études, ils prennent de plus en plus conscience de l’utilité que peuvent leur offrir les médias sociaux pour favoriser leur perfectionnement professionnel et pour établir des liens avec des entreprises qui partagent leurs valeurs. L’ICA diffuse des affichages susceptibles d’intéresser les étudiants, notamment des offres d’emploi de premier échelon, des mises à jour de l’ANÉA, des renseignements au sujet de la profession actuarielle et des webémissions à l’intention des étudiants.

« Nous croyons qu’il s’agit du meilleur moyen d’atteindre un auditoire plus jeune et d’inspirer les jeunes à devenir actuaire ou à se renseigner au sujet de la profession », dit-elle. Bien que la popularité de Tumblr et d’Instagram soit en hausse auprès des jeunes, « il est difficile pour nous de recourir à ces plateformes parce que notre organisation est davantage axée sur les chiffres que sur les images », ajoute Mme Fry. « Ces plateformes présentent de véritables avantages, mais il est difficile d’y organiser du contenu. »

Dans le cadre d’une démarche visant à atteindre un plus grand nombre d’étudiants et des actuaires potentiels sur Facebook, l’ICA concevra des publicités ciblées qui seront diffusées aux utilisateurs de la population étudiante dont le profil indique qu’ils s’intéressent à la statistique ou à d’autres activités liées aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques. « Les médias sociaux offrent un moyen d’atteindre d’importants groupes de personnes de façon rentable », poursuit Mme Fry. « Il y a quelques années, il aurait été très coûteux de se présenter ainsi devant des étudiants. Il aurait fallu se déplacer et faire de la publicité directe. »

Mme Fry espère que ces annonces inciteront les étudiants à demander à participer au programme Retour à l’école de l’ICA, dans le cadre duquel des actuaires se rendent dans des écoles secondaires pour discuter du travail et de la qualification des actuaires et inciter les élèves à envisager des études en actuariat. « Nombreux sont les élèves qui n’ont jamais entendu parler de la profession actuarielle, à moins de connaître personnellement un actuaire », dit Mme Fry. « Ces annonces sur Facebook rejoindront ces élèves et pourraient les inciter à demander à leur école de communiquer avec l’ICA pour qu’un actuaire visite leur classe. »

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires
http://www.cia-ica.ca/