Présentez-vous : Mark Lombardo

 

Mark Lombardo

1. Pourquoi êtes-vous devenu un professionnel en actuariat?

À l’école secondaire, j’étais doué en mathématiques et un ami m’a suggéré d’envisager cette profession comme carrière alors que je m’inscrivais à l’université. Je suis content qu’il l’ait fait puisque jusqu’à maintenant, c’est une très bonne carrière. Au fil des ans, j’ai travaillé avec des personnes exceptionnelles, j’ai eu la chance de voyager dans des pays lointains pour le travail et j’ai joui d’une carrière stimulante et constamment en évolution.

2. Lorsque vous dites aux gens que vous faites partie de la profession, que croient-ils que vous faites?

Ils croient que je suis la raison derrière l’augmentation de leurs primes d’assurance habitation et automobile. J’essaye alors de leur expliquer comment l’assurance fonctionne, comment je travaille dans le domaine de l’assurance-vie, comment je n’ai rien à voir avec leurs primes d’assurance automobile et comment ils ont un intérêt personnel dans l’industrie de l’assurance profitable s’ils sont propriétaires d’actions ou de fonds communs... Ils finissent par s’ennuyer et partent.

3. Qui a été votre plus grande inspiration pendant votre carrière? Avez-vous eu un mentor au début de votre carrière?

Ceux qui m’ont le plus inspiré sont Sharad Mehra, vice-président des opérations de réassurance individuelle, et Bernard Naumann, vice-président principal, tarification de réassurance, chez Munich Re. Bernard m’a donné ma première occasion de travail en actuariat quand j’étais un étudiant coop à l’Université de Waterloo en 1998. Il s’est appuyé seulement sur mes notes du secondaire et mon expérience. Ce rôle m’a permis d’obtenir de bons postes coop en actuariat et j’ai par la suite reçu une offre à temps plein avec Munich Re. Sharad a été mon gestionnaire direct jusqu’à la fin de 2013 et un excellent mentor dans mon développement personnel comme professionnel en actuariat puis en tant que gestionnaire. Tous deux ont été d’excellents exemples de ce que signifie « travailler dur » et de ce que ça prend pour réussir dans le marché concurrentiel canadien de la réassurance. La meilleure leçon qu’ils m’ont apprise, cependant, c’est combien il est important de travailler avec des gens très motivés qui peuvent également vous faire rire tous les jours. Vous voyez vos collègues de travail plus que votre famille, alors il est préférable que vous appréciez ce moment-là.

4. Qu’appréciez-vous le plus de votre travail?

J’aime l’interaction avec les clients, particulièrement avec d’autres professionnels en actuariat. Je trouve que la plupart ne répondent pas au stéréotype. Travailler en équipe afin de résoudre les problèmes de l’industrie a toujours été amusant et stimulant.

5. Si vous n’étiez pas membre de l'ICA, quelle serait votre carrière de choix?

Si je n’avais pas fini de rembourser mon prêt hypothécaire, je me serais orienté vers le côté des actifs dans l’industrie de la finance. Si ce n’était pas une question d’argent, j’aurais aimé écrire des récits de voyage, enseigner les mathématiques au niveau secondaire, être un entraîneur de volley-ball ou un père à la maison.

6. Quels sont vos passe-temps?

Dresser des chiens, particulièrement les chiens de garde, écouter de la musique, jouer de la guitare, de la basse électrique et de la batterie, voyager autour du globe et jouer au volley-ball de plage.

7. Quels sont vos musiques, livres et films préférés?

Musique : le rock classique, le soul et le funk.
Livre : Le Seigneur des anneaux.
Film : tout ce qui se rapporte aux superhéros.

8. Quelle est votre destination vacances de rêve?

Les endroits où l’on peut trouver des ruines historiques, j’adore me promener dans les villes anciennes.

9. À quoi réussissez-vous mieux que quiconque de vos connaissances?

En savoir un peu sur tout. En fait, l’accent devrait être sur « un peu » car on m’agace souvent parce que j’ai « le nez partout » en ce qui a trait à ma maîtrise des sujets. De plus, je suis en mesure de communiquer avec tout le monde, autant les personnes âgées que les plus jeunes.

10. Si vous pouviez vivre dans la peau d’une autre personne, vivante ou décédée, de qui s’agirait-il et pourquoi?

Je suis heureux à être moi-même, mais j’aimerais bien voir ce que l’avenir me réserve. Dracula, peut-être? C’est un mort-vivant, il arbore une cape diabolique (dépendamment des incarnations) et peut voler (qui ne voudrait pas voler?).

Mark Lombardo est vice-président adjoint, gestion des contrats en vigueur, Amérique du Nord (assurance-vie), chez Munich Re.

Si vous aimeriez faire l’objet de la chronique Présentez-vous, veuillez répondre aux 10 questions ci-dessus par l’intermédiaire de notre formulaire en ligne.

 

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires
http://www.cia-ica.ca/