Une grande première et les élections

 

par Jacques Lafrance, FICA
Président de l'ICA

Mortalité des retraités canadiens

Je tiens à souligner la publication par l’Institut du rapport final présentant les toutes premières tables de mortalité et échelles d’amélioration de la mortalité qui sont fondées sur l’expérience de mortalité des retraités canadiens. Cette étude met à la disposition des actuaires canadiens de l’information leur permettant d’offrir des calculs et des estimations encore plus fiables aux utilisateurs de leurs services.

Le parcours menant à la réalisation de ce projet a été semé d’embûches. Nous avons pu néanmoins franchir ces obstacles grâce notamment à un effort important de plusieurs bénévoles. Je tiens à remercier chaleureusement ceux-ci.

Élections

La période des élections à la direction de l’Institut approche à grands pas. Un nouveau président désigné et quatre nouveaux administrateurs seront élus.

Je sais que des membres hautement compétents de notre profession hésitent à poser leur candidature au poste d’administrateur en raison de la charge de travail que ces responsabilités peuvent représenter. Je crois que les fonctions d’administrateur constituent un engagement relativement modeste en termes d’heures qui est donc à la portée de tous, ou presque. En plus de permettre à contribuer à l’avancement de la profession, à une saine gouvernance de l’Institut et à l’élaboration et l’exécution de son plan stratégique, agir à titre d’administrateur de l’Institut constitue une expérience personnelle des plus enrichissantes. Elle donne l’occasion d’approfondir ou de mettre en pratique des compétences en gestion et relations humaines. Elle permet aussi d’en connaître davantage sur les enjeux auxquels la profession actuarielle est confrontée. Je peux affirmer, sans le moindre doute, que l’exécution de mon premier mandat d’administrateur il y a quelques années m’a rendu un professionnel plus complet; mon employeur et mes clients ont pu bénéficier, et bénéficient encore, des fruits de cette expérience.

Pour ce qui est de la présidence de l’Institut, il est évident que l’effort exigé est plus considérable. Toutefois, je tiens à préciser que le Conseil d’administration et mes récents prédécesseurs ont adopté des mesures réduisant le fardeau de travail du président, notamment en mettant l’accent sur la délégation et une meilleure répartition des tâches. De plus, le président peut compter sur le soutien indéfectible du directeur général et de son équipe, ainsi que sur l’aide des autres membres du Conseil d’administration.

Par contre, le jeu en vaut la chandelle! Jusqu’ici mon expérience à la présidence est fantastique et me procure énormément de plaisir. En fait, elle dépasse nettement les attentes que j’avais lorsque j’ai pris la décision de me porter candidat. Ce que j’ai écrit ci-dessus au sujet de l’importance et des avantages des fonctions d’administrateur s’applique également à la présidence, mais au cube! En plus, il y a l’expérience unique que représente le rôle du président au titre des relations avec les autres associations actuarielles, les gouvernements, les organismes de surveillance et bien sûr les médias. Cet aspect comporte certes des défis mais il rehausse le côté attrayant et intéressant des fonctions du président. À mon avis, un travail sans défis n’est guère valorisant.

Alors, c’est peut-être à votre tour. Si vous vous questionnez quant à la possibilité de poser votre candidature, n’hésitez pas à communiquer avec la Commission des élections. La Commission compte notamment des anciens président et administrateur ayant récemment terminé leur mandat qui seront heureux de fournir de plus amples renseignements sur les responsabilités de ces postes et les avantages qu’ils peuvent procurer.

Bonnes élections!

Jacques Lafrance, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires. 

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires
http://www.cia-ica.ca/