Les actuaires doivent exprimer leur opinion


par Jacques Lafrance, FICA
Président de l'ICA

Croyez-le ou non, les actuaires peuvent se montrer intéressants aux yeux du public, malgré leur réputation d’être introvertis et trop portés sur les détails techniques. Quelques-uns de nos membres interviennent de façon régulière dans les médias et démontrent que la profession d’actuaire n’est pas incompatible avec le talent de présenter des points de vue pertinents, éclairés et faciles à comprendre.

La profession actuarielle doit exprimer des opinions sur certains sujets brûlants. Les actuaires, en raison de leur expertise et expérience, sont bien placés pour influencer les décideurs et le public dans la recherche de solutions pratiques et sensées relativement à des enjeux importants tels le coût des régimes de soins de santé, le maintien de la confiance du public envers les institutions financières, ainsi que la sécurité et l’avenir des régimes de retraite.

Notre profession mérite d’être mieux connue et il est dans notre intérêt qu’elle le soit. Nous devrons mettre en œuvre des actions ciblées qui feront en sorte que les compétences et aptitudes des actuaires soient mieux comprises par le public, et en particulier par les décideurs et les utilisateurs potentiels de nos services. Une reconnaissance accrue de nos compétences sera un atout important pour une percée significative de notre profession dans des domaines non traditionnels et pour une plus grande étendue de notre champ d’action dans la gestion du risque d'entreprise (GRE).

Pour que la profession actuarielle obtienne le rayonnement qu’elle vise, l’Institut doit élaborer et mettre en œuvre de façon efficace une stratégie de communication et de relations publiques. Pour bien réussir, nous devons faire preuve d’ouverture d’esprit et être attentifs à l’opinion de tous, tout en mettant en pratique la rigueur scientifique propre à notre profession.

Il se pourrait que la mise en œuvre d’une telle stratégie exige un plus grand effort de l’Institut, y compris un recours accru à notre plus précieuse ressource, soit nos bénévoles. Mais elle doit d’abord être axée sur une plus grande vigilance pour ce qui est de sauter sur les occasions d’exprimer notre point de vue. À titre d’exemple : L’Institut publie de nombreux documents qui visent principalement à aider nos membres à fournir des services de qualité. Les constats, conclusions ou conseils contenus dans plusieurs de ces documents peuvent également intéresser le public ou influencer les décideurs. Avec relativement peu d’effort supplémentaire, nous pouvons synthétiser et vulgariser cette information de façon à ce qu’elle attire l’attention du public et des décideurs, ainsi que des médias, et leur soit d’une grande valeur.

Je suis heureux de constater qu’un nombre croissant de nos projets de recherche (qu’ils soient parrainés par l’Institut seulement ou réalisés en collaboration avec d’autres organismes) ont pour objectif principal de nous permettre d’élaborer des prises de position publiques plus approfondies ou de mettre notre expertise à contribution dans la recherche de solutions à des enjeux d’ordre public. Nous devons continuer à suivre cette voie.

Certes, l’Institut peut et doit assumer un rôle important dans l’émission de prises de position au nom de la profession. À cet égard, je vous invite à apporter votre contribution aux activités de l’Institut. Mais je vous invite également à ne pas hésiter à plonger dans les débats publics à titre personnel.

Donc visons à voir plus souvent des actuaires ou l’ICA exprimer des opinions et fournir des commentaires dans les divers médias. Mouillons-nous!

Jacques Lafrance, FICA, est le président de l'Institut canadien des actuaires.

 

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires
http://www.cia-ica.ca/