La Direction de la pratique actuarielle a un rôle stratégique à jouer


par Bruce Langstroth, FICA

Lorsqu’il est question d’orientation stratégique, de vision, de buts et d’objectifs à long terme et de sujets connexes, la Direction de la pratique actuarielle (DPA) ne vous vient probablement pas spontanément à l'esprit. La mission de la direction est en apparence de nature beaucoup plus fondamentale : elle élabore le matériel d’orientation qui aide les praticiens dans leur travail au quotidien, ce qui semble éloigné du domaine de la stratégie.

Cela n’enlève rien à l’importance que revêt le travail de la DPA. Celle-ci supervise l’élaboration du matériel d’orientation qui définit et précise la nature de la pratique actuarielle dans le cadre de nos normes de pratique. On peut certainement voir une dimension stratégique dans cette activité : le public et les autres parties prenantes tirent profit de la qualité de la pratique au Canada, qualité que favorise le travail de la DPA. Toutefois, malgré l’importance que revêt ce travail, il est parfois difficile d’en saisir la dimension stratégique.

En 2012-2013, le Conseil d’administration s’est fixé un ensemble d’objectifs stratégiques à long terme. Parmi ces derniers figure le souhait que l’adhésion à l’ICA soit considérée comme primordiale pour tous les actuaires qui exercent leur profession au Canada. Même si cet objectif comporte de nombreuses dimensions potentielles, il est manifeste que la DPA contribue à son atteinte. L’adhésion à l’ICA perdra de sa valeur pour les praticiens si le matériel d’orientation ne leur est d’aucune utilité.

Un autre objectif est formulé ainsi : « Compte tenu des fonctions étendues qu’ils exercent dans les domaines de pratique existants, les membres de l’ICA sont considérés comme des intervenants clés dans les domaines non traditionnels tels que les soins de santé et les services bancaires. » Les nouveaux domaines de pratique devront s’appuyer sur le matériel d’orientation, voire sur les normes de pratique.

La DPA joue également un rôle stratégique en contribuant à l’image que donne la profession. Au Canada, la profession peut, entre autres choses, s’enorgueillir de la qualité de ses praticiens, qui trouve sa source dans les normes de pratique et le matériel d’orientation connexe. Cette assise permet à la profession d’offrir des services répondant aux attentes du public.

Lorsque nous examinons la nouvelle année, nous voyons émerger deux thématiques au niveau stratégique :

  1. Faire en sorte que les praticiens puissent s’appuyer sur du matériel d’orientation de qualité;
  2. Faire en sorte que les attentes du public soient comblées au moyen d’approches harmonisées au sein des domaines de pratique.

De nombreux domaines de pratique, notamment les plus traditionnels, s’appuient efficacement sur du matériel d’orientation exhaustif et de qualité. C’est le cas en particulier pour les praticiens en régimes de retraite et en assurance-vie. D’autres domaines de pratique, qu’ils soient minoritaires (comme l’expertise devant les tribunaux) ou relativement récents (comme la gestion du risque d’entreprise) en profitent moins. La DPA s’intéressera davantage dans l’année à venir aux domaines de pratique négligés à cet égard.

On peut supposer que le public s’attend raisonnablement à ce que les pratiques diffèrent quand cela s’impose et à ce qu’elles ne diffèrent pas quand il n’y a aucune raison pour cela. Les différences de pratique liées à des différences fondamentales concernant les obligations considérées peuvent se justifier, mais ce n’est pas forcément le cas pour celles qui existent uniquement en raison de différences dans l’évolution des domaines de pratique. La DPA s’intéressera davantage l’an prochain à l’harmonisation des pratiques (ou à la rationalisation des différences), en reconnaissant que certains points pourraient en fin de compte concerner des questions liées aux normes, qui relèvent alors du Conseil des normes actuarielles.

Pour conclure, on a souvent tendance à oublier la DPA lorsqu’on pense à l’orientation stratégique de l’ICA. Au terme de la présente discussion, j’espère que, comme moi, vous percevrez davantage les activités de la direction sous un angle stratégique.

Bruce Langstroth, FICA, est le président de la Direction de la pratique actuarielle.