novembre 2012 Archives | publicité | www.cia-ica.ca

Retour à la page principale

Un programme de maîtrise peut apporter des idées neuves et ouvrir de nouvelles possibilités

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue

En raison du niveau élevé des examens d'actuariat et du volume de travail qu'ils génèrent, de nombreux Fellows considèrent qu'après leur affiliation à un organisme comme l'ICA et l'obtention de titres aussi convoités que ceux de FICA, de FSA ou de FCAS, il est inutile qu'ils poursuivent d'autres études.

Certains décident toutefois de revenir sur les bancs d'école pour acquérir de nouvelles qualifications, avec peut-être l'idée d'enrichir leur parcours personnel et d'améliorer leurs perspectives de carrière, ou de se lancer dans un domaine non traditionnel. Parmi eux figure Neil Zheng, premier actuaire à suivre le programme de maîtrise en finance de l'École de gestion Rotman de l'Université de Toronto.

Actuaire associé chez Manuvie à Toronto, M. Zheng en est à la moitié de ce programme à temps partiel, qui dure 20 mois. Comme il le dit lui-même : « Je voulais en savoir plus sur les concepts financiers et leur application en situation réelle. Quand on accède à un certain niveau de direction, ou à certaines responsabilités professionnelles en général, on a une vision "du sommet vers la base", selon laquelle on commence par une approche théorique pour rentrer ensuite dans des situations réelles et de vrais problèmes d'entreprise. Ce programme de maîtrise comporte des matières telles que la macroéconomie et la gestion du portefeuille, qui permettent de connaître d'autres théories et de comprendre les mesures que prennent les décideurs. Mon domaine est la gestion actif-passif, mais je suis amené à côtoyer des gens qui travaillent en gestion du portefeuille; maintenant, je sais de quoi ils parlent. »

La majorité des actuaires ayant obtenu des diplômes dans des disciplines telles que les mathématiques ou la science actuarielle se sont ensuite orientés professionnellement dans des domaines reliés à l'actuariat, comme les assurances ou les régimes de retraite. Mais il en est un nombre surprenant qui a suivi une formation en finance, pour se diriger après vers des secteurs non conventionnels. Chez Rotman, une des institutions canadiennes à offrir un programme de maîtrise en finance, on est convaincu que l'obtention de la M. Fin. peut permettre à ses diplômés de devenir des leaders dans le monde de la finance, en les formant à des domaines tels que l'évaluation, les produits dérivés ou la négociation. Sur son site Web, l'école affirme la chose suivante [traduction] : « La M. Fin. va bien au-delà de tous les programmes professionnels en finance, tels que la formation d'analyste financier agréé (CFA) : comme elle comporte plus d'heures de cours, que dispensent d'éminents spécialistes de ce domaine, elle vous fera acquérir les connaissances poussées qui vous permettront d'accéder plus rapidement à un poste de dirigeant. »

M. Zheng, qui est déjà titulaire des titres de FSA et de CERA, planifie compléter le Cours orienté vers la pratique l'an prochain. La Financière Manuvie lui apporte un soutien en lui accordant du temps d'étude, et il ajoute : « Je recommande sans réserve ce programme aux autres actuaires. Les examens de la Society of Actuaries [SOA], par exemple, sont assez pointus; mais en classe, on apprend de façon très différente. Les professeurs enseignent en s'appuyant sur leur propre expérience, ce qui permet de faire les rapprochements qui s'imposent dans la vie réelle. Lorsque je préparais en autonomie certains des examens de la SOA, j'ai peiné à comprendre plusieurs points, que j'ai dû laisser tomber, parce que ces études me prenaient énormément de temps. En classe, au contraire, si on ne saisit pas certains concepts, on peut parler aux professeurs et assimiler l'information.

« En outre, tout est plus facile dans un cours d'une trentaine de personnes, si on compare à la centaine d'étudiants ou plus qu'on rencontrerait dans un cours de maîtrise en administration des affaires. N'étant pas de nature extravertie, je considère que c'est l'effectif idéal pour connaître les gens et échanger des idées. Mes compagnons de classe travaillent tous dans divers aspects du monde financier. Comme il n'y a pas de cours à option, nous suivons tous ensemble les mêmes enseignements. Dès la deuxième semaine, nous nous connaissions tous, de sorte que nous avons établi entre nous des liens étroits. »

Pour plus de renseignements sur le programme de maîtrise en finance de Rotman, qui se déroule à Toronto les mercredis et les samedis, veuillez visiter le site Web de l'école ou contacter Sean MacLure, directeur adjoint, recrutement et admissions à la maîtrise en finance, à sean.maclure@rotman.utoronto.ca ou au 416-978-7874.

Possédez-vous des qualifications peu courantes, ou bien utilisez-vous votre expertise actuarielle dans un domaine original? Ou encore, connaissez-vous un actuaire qui présente ces caractéristiques? L'ICA voudrait accroître la visibilité de ses membres en soulignant la diversité de leurs compétences et de leurs expériences. Si vous souhaitez que nous racontions votre histoire, ou suggérer un de vos collègues ou amis, veuillez contacter Andrew Melvin, rédacteur du (e)Bulletin, à andrew.melvin@actuaires.ca.

 

360, rue Albert, bureau 1740, Ottawa, ON K1R 7X7
Tél. : 613.236.8196 Téléc. : 613.233.4552
www.cia-ica.ca