février 2012 Archives | publicité | www.cia-ica.ca

Retour à la page principale

L’assurance-emploi de nouveau prioritaire

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue


Comme on se le rappellera, le Groupe de travail sur le financement de l'assurance-emploi de l'Institut a rédigé en 2007 un rapport intitulé Un regard en arrière et un pas en avant : Le point de vue des actuaires concernant l'avenir du système d'assurance-emploi.

Ce rapport a été présenté sur la Colline parlementaire lors d'une conférence de presse organisée par Mike Hale, président de l'Institut à l'époque, Bruno Gagnon, président du groupe de travail, et Michel Bédard, qui en était l'un des membres. Elle a été suivie de réunions avec des représentants du gouvernement et des parlementaires. Quelques mois plus tard, en mars 2008, le gouvernement a lancé une mesure législative dans le cadre de son projet de loi de mise en œuvre du budget pour créer l'organisme indépendant en faveur duquel l'ICA avait plaidé, l'Office de financement de l'assurance-emploi du Canada (OFAEC). Toutefois, le projet de l'OFAEC présentait de sérieuses lacunes, et l'ICA a tenu des rencontres avec des comités de la Chambre et du Sénat pour demander que des changements soient apportés à la législation avant son adoption.

Même si notre travail de lobbying n'a pas été complètement fructueux, le Comité sénatorial permanent des finances nationales a affirmé la chose ce qui suit :

Fonds de l'assurance-emploi – La majorité des membres du Comité est d'accord avec les nombreux témoins, dont l'Institut canadien des actuaires, qui estiment que le fonds de l'assurance-emploi, actuellement de 2 milliards de dollars, est nettement insuffisant. Il faudrait une réserve beaucoup plus généreuse, de l'ordre de 12 à 15 milliards de dollars, pour que l'Office de financement soit en mesure d'éviter toute fluctuation dramatique des taux de cotisation et pour parer à toute hausse subite des prestations en cas de ralentissement économique.

Maintenant, plus de trois ans et une récession mondiale après, le gouvernement a pris conscience de l'existence de défauts dans le système de financement, et le ministère des Finances a entamé des consultations pour recueillir l'avis des Canadiens sur les corrections à envisager. Pour en savoir plus sur le mémoire de l'ICA, cliquez ici.

Une fois encore, des représentants de l'ICA (dont Michel Bédard est le porte-parole) ont rencontré des parlementaires, l'OFAEC et des responsables de politiques pour leur faire part de nos idées. Ce travail n'est pas encore achevé, et d'autres réunions sont prévues pour les semaines à venir.

 

360, rue Albert, bureau 1740, Ottawa, ON K1R 7X7
Tél. : 613.236.8196 Téléc. : 613.233.4552
www.cia-ica.ca