février 2011 Archives | publicité | www.cia-ica.ca

Retour à la page principale

Mise à jour de la Commission de l'agrément

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue


par Rob Stapleford, FICA

En novembre 2010, la Commission de l'agrément de l'ICA a présenté aux membres une mise à jour des progrès réalisés dans le cadre de ses travaux et a publié une version révisée du programme d'agrément universitaire à des fins d'examen et de commentaires. En même temps, la commission a transmis le programme proposé aux universités afin d'obtenir leurs commentaires.

Depuis ce temps, la commission s'est employée à examiner les commentaires reçus et à approfondir le dialogue avec les universités et les membres au moyen de diverses téléconférences et de deux webémissions tenues en décembre 2010.

Par suite des commentaires reçus, la commission envisage d'apporter plusieurs modifications au programme. Les modifications proposées ont fait l'objet de discussions au sein de la Direction de l'admissibilité et de la formation (DAF) à l'occasion de sa réunion de février et seront examinées par le Conseil d'administration lors de la réunion qui se tiendra en mars 2011.

Commentaires des membres

Treize membres nous ont transmis des commentaires. Ceux-ci portaient principalement sur le processus visant à assurer l'uniformité des exemptions accordées par toutes les universités afin de garantir le respect des normes. Cela fera partie du rôle important que joueront les jurys d'agrément et la Commission de l'agrément dans leur évaluation des demandes des universités à l'égard de l'agrément. Quelques membres s'opposent fondamentalement à cette initiative parce que, selon eux, la modification du système d'éducation n'apportera à la profession aucun avantage à long terme.

Un autre membre s'inquiète également de l'offre et de la demande futures à l'égard des actuaires, à savoir que le processus d'agrément pourrait avoir pour effet de produire davantage d'actuaires que le marché peut en employer. Le programme d'agrément vise notamment à attirer des candidats encore plus solides vers la profession actuarielle et cela pourrait avoir pour effet d'attirer les candidats en plus grand nombre. La commission ne croit toutefois pas que ces changements entraîneront un déséquilibre entre l'offre et la demande à l'égard des actuaires. Les exemptions de cours universitaires ne s'appliqueront qu'aux examens actuariels préliminaires, et le reste du processus de qualification demeurera tel quel. Les forces du marché demeureront le principal facteur d'influence sur l'offre et la demande.

Une évaluation plus approfondie de l'offre et de la demande futures au Canada à l'égard des actuaires constitue un enjeu important pour l'Institut, et la portée de cet exercice dépasse amplement les fonctions de la Commission de l'agrément. Le Secrétariat discute actuellement d'un nouveau projet d'étude de l'offre et de la demande concernant les actuaires.

Le manque de reconnaissance mutuelle par les partenaires en éducation de l'ICA constituait également une préoccupation. La Commission de l'agrément s'intéresse aussi à cette question et ne ménage aucun effort pour tenir les partenaires de l'ICA en éducation au courant des progrès; elle sollicite aussi activement leurs commentaires afin de maximiser la probabilité d'obtenir une reconnaissance mutuelle pour le programme d'agrément. Lorsque celui-ci sera finalisé, l'ICA s'attend à ce que les inquiétudes relatives à l'amoindrissement des normes auront été résolues et que les discussions sur la reconnaissance mutuelle pourront reprendre. L'objectif de l'ICA est l'atteinte de reconnaissance mutuelle pour les exemptions d'examens accordées par l'ICA avec ses partenaires dans le coparrainage des examens. D'ici-là, l'ICA comprend que les étudiants qui s'inquiètent de la mobilité transfrontalière choisiront probablement de continuer à suivre le parcours traditionnel des examens pour obtenir le titre de FICA.

Commentaires des universités

La plupart des commentaires recueillis auprès des universités concernant le programme peuvent être classés dans quatre grandes catégories dans lesquelles la Commission de l'agrément recommande des modifications.

La première catégorie concerne le rôle et les exigences à l'égard de l'actuaire chargé de l'agrément, en particulier l'exigence visant la présence d'un FICA au sein du personnel de l'université. La commission est d'avis qu'en permettant aux universités de satisfaire aux exigences concernant l'actuaire chargé de l'agrément au moyen d'un rôle à temps partiel ou d'un rôle de consultation pendant une période transitionnelle pouvant aller jusqu'à quatre ans au départ, avec un compte rendu des progrès réalisés et un examen annuels, celles-ci jouiront d'une plus grande souplesse et d'un délai supplémentaire pour résoudre les questions liées à la dotation. Le choix de l'actuaire chargé de l'agrément demeure assujetti à l'approbation de la Commission de l'agrément. Les universités étaient également d'avis qu'il serait utile pour l'ICA d'avoir un parcours de qualification universitaire menant à l'admission à titre de Fellow. Un groupe de travail examine actuellement cette question et devrait présenter une proposition à la DAF de l'ICA en juillet 2011.

La deuxième préoccupation des universités concerne les coûts. Dans son examen, la Commission de l'agrément recommande que les droits de demande uniques des universités passent de 5 000 $ à 1 500 $. Le coût pour les étudiants qui présentent une demande d'exemption des examens actuariels demeurerait le même que celui qui est indiqué dans la proposition originale, soit 80 pour cent des droits exigés pour l'examen correspondant. Cette structure de prix prévoit une situation sans incidence sur les recettes pour la première année.

Le troisième élément qui a suscité des commentaires chez les universités est le partenariat permanent entre les universités et l'ICA. Les universités ont suggéré la constitution d'une commission de liaison universitaire, qui relèverait de la DAF. Elle serait formée de représentants des universités agréées et d'autres personnes, au besoin, et aurait pour mandat d'assurer un dialogue constant entre les universités et l'ICA. La Commission de l'agrément est d'accord avec cette approche et soumettra cette recommandation à la DAF.

Enfin, la question des délais préoccupait également plusieurs universités. La Commission de l'agrément croit que le fait de permettre aux universités une certaine souplesse à l'égard de la dotation du poste d'actuaire chargé de l'agrément contribuera à réduire certaines des préoccupations d'ordre pratique concernant les délais. En janvier, la commission a donc décidé de poursuivre son même mandat d'accorder l'agrément aux universités à compter de septembre 2011. La commission reconnaît toutefois que l'ambitieux objectif de septembre 2011 demeure une préoccupation pour plusieurs universités. La Commission de l'agrément a entretenu un dialogue ouvert avec les universités et continue d'évaluer ces préoccupations par rapport à ses progrès à l'égard de l'agrément. Sans ralentir le travail de la commission, une période de mise en œuvre plus longue a fait l'objet de discussions avec la DAF en février et sera prise en compte au moment de formuler les recommandations finales sur les délais au Conseil d'administration de l'ICA, à sa réunion du mois de mars.

La Commission de l'agrément remercie les membres et les universités qui ont pris part au dialogue jusqu'ici et s'engage à assurer une communication régulière tout au long du processus.

Vous pouvez continuer à transmettre vos commentaires et vos questions directement à accreditation@actuaires.ca.

Rob Stapleford, FICA, est le président de la Commission de l'agrément de l'ICA.

 

360, rue Albert, bureau 1740, Ottawa, ON K1R 7X7
Tél. : 613.236.8196 Téléc. : 613.233.4552
www.cia-ica.ca