février 2011 Archives | publicité | www.cia-ica.ca

Retour à la page principale

L'avenir de la santé publique au Canada : Est-ce un défi qui vous intéresse?

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue


Par Micheline Dionne, FICA
Présidente de l'ICA

À l'heure actuelle, beaucoup d'encre coule sur l'avenir des régimes de retraite privés et publics au Canada. Le taux d'épargne des Canadiens est en chute libre et plusieurs propositions sont mises de l'avant pour soit obliger soit encourager une meilleure planification de la retraite. Mais cela n'est qu'un des sujets de préoccupation. Le prochain débat de société portera sur la santé. Les informations sur les dépenses courantes des soins de santé affluent, mais nous disposons de peu de données sur leurs coûts à long terme. Pourtant, un regard à plus long terme permettrait de mieux prévoir et de mieux planifier. Pour cela, nous aurons à la fois besoin d'un modèle macroéconomique et de meilleurs outils pour évaluer les avantages sur la santé future des Canadiens.

Malheureusement, trop peu d'actuaires se sont engagés dans cette voie. Contrairement aux régimes de retraite qui constituent le domaine de pratique de près de 40 % de nos membres, les projections des coûts des soins de santé à long terme et sur une base globale n'intéressent que peu d'actuaires. En assurance collective, outre l'invalidité, les estimés sont de courte durée, soit de quelques années tout au plus. Les engagements des employeurs à l'égard des soins de santé après la retraite couvrent une plus longue période, mais ces modèles ne sont pas globaux. Ils ne tiennent pas compte des régimes publics et il n'est donc pas question d'évaluer l'impact des programmes de prévention ou d'inclure les coûts des hôpitaux et de la plupart des professionnels de la santé. Cette absence de projections actuarielles s'explique par la prépondérance des régimes publics de santé qui emploient très peu ou pas d'actuaires.

Il existe deux créneaux dans lesquels les actuaires pourraient s'investir. Le premier consisterait à projeter les coûts futurs selon le mode de consommation actuelle et d'estimer la croissance de tels coûts en pourcentage du produit intérieur brut pour les années à venir. Le principe de base est le même que l'exercice actuellement effectué par le Régime de pensions du Canada (RPC) ou le Régime de rentes du Québec (RRQ). C'est grâce à cet exercice que nous sommes davantage conscients des coûts et des transferts intergénérationnels et que nous sommes à même d'évaluer l'impact des scénarios démographiques et économiques. Un exercice similaire pourrait être entrepris dans le domaine de la santé : il pourrait d'abord être effectué sur une base très approximative afin de mieux comprendre les enjeux dont il est question, mais aussi pour mieux expliquer les avantages que pourrait entraîner un estimé plus précis qui relèverait éventuellement de la responsabilité des gouvernements concernés.

Une autre approche serait de regarder la valeur de certains investissements en soins de santé, par exemple la prévention, les nouvelles technologies ou les soins à domicile, et de comprendre leur impact sur les coûts futurs dans ce domaine ainsi que les revenus additionnels générés par une population en meilleure santé et, par conséquent, plus productive.

La santé est une question de société qui nous préoccupe et pour laquelle nous devons œuvrer en faveur du bien collectif mais aussi du bien des générations qui suivront. Si les questions relatives aux soins de santé vous intéressent et que vous avez du temps à consacrer à l'avancement de nos connaissances dans ce domaine, veuillez communiquer avec Chris Fievoli, actuaire résident de l'ICA, à l'adresse chris.fievoli@actuaires.ca. Nous avons grandement besoin de bénévoles. Que vous œuvriez dans le domaine de la santé, que vous soyez familiers avec les modèles de projection et d'actualisation ou que vous soyez de bons gestionnaires de projets, nous vous incitons à nous faire part de votre intérêt le plus rapidement possible.

Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire à president@actuaires.ca.

Micheline Dionne, FICA, est la présidente de l'Institut canadien des actuaires. 

 

360, rue Albert, bureau 1740, Ottawa, ON K1R 7X7
Tél. : 613.236.8196 Téléc. : 613.233.4552
www.cia-ica.ca