decembre 2010 Archives | publicité | www.cia-ica.ca

Retour à la page principale

Un ancien président prêt à affronter des défis internationaux

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue

Favoriser le développement de la science actuarielle partout dans le monde. Promouvoir le rôle des actuaires auprès des organisations supranationales. Intégrer au sein de la profession mondiale d'autres associations actuarielles, de toutes envergures, l'Association actuarielle de la Chine étant vraisemblablement la prochaine. Voilà seulement quelques-uns des défis qui attendent l'Association Actuarielle Internationale (AAI) et Jean-Louis Massé, son nouveau secrétaire général.

À la suite de son élection par le Conseil de l'AAI à Vienne en octobre dernier, M. Massé (ci-contre), ancien président de l'Institut canadien des actuaires (ICA) et de l'AAI, succédera le mois prochain à Yves Guérard et amorcera un mandat de quatre ans au sein de l'Association, qui chapeaute 82 associations actuarielles et qui compte plus de 25 comités et sous-comités ainsi que sept sections ouvertes à tous les actuaires s'intéressant à des sujets particuliers.

Il dit : [traduction] « Je me rends compte maintenant de toute l'ampleur de la tâche de mon prédécesseur. Heureusement, je suis entouré d'un groupe de personnes formidables.

« Nous avons un nouveau comité exécutif, qui se réunit chaque mois et dont les membres prennent les dossiers à cœur afin de les mener à bien, ce qui fait avancer les choses plus vite que jamais. Le Secrétariat de l'AAI devra donc subir quelques modifications et une expansion accrue pour pouvoir tenir le rythme accéléré de l'évolution de la profession. »

M. Massé, FICA, FSA, FIAI, Hon FFA, retraité de 63 ans de Montréal, a partagé sa carrière entre les sociétés CP Rail et Standard Life et l'Université du Québec à Montréal tout en effectuant du travail bénévole pour la Society of Actuaries, l'ICA et l'AAI. Pour lui, ces nouvelles fonctions à titre de membre de la direction de l'AAI sont « un lien entre la mémoire institutionnelle du Secrétariat et les nouvelles visions apportées chaque année par le nouveau président, le nouveau président désigné et le président sortant, c'est-à-dire les autres membres de la direction », au fur et à mesure que l'Association s'emploie à faire progresser une vaste gamme de dossiers importants ayant une incidence sur les actuaires du monde entier.

« Au Canada et en Amérique du Nord, le développement des fonctions non traditionnelles constituera un défi, que le titre de CERA (Chartered Enterprise Risk Analyst) nous aidera à relever. Celui-ci présente un formidable potentiel et peut servir à démontrer l'utilité des actuaires auprès des employeurs non traditionnels. Depuis plusieurs années maintenant, Wall Street a découvert ce que peuvent leur apporter les diplômés universitaires en actuariat. Main Street pourrait-elle être la prochaine? Je suis optimiste.

« Le titre de CERA n'est pas encore très répandu à l'échelle mondiale, mais il est en croissance dans les pays où la profession est bien établie. Dans la plupart des pays, la profession actuarielle occupe une place très restreinte, alors nous leur montrons ce que peuvent faire les actuaires dans les domaines traditionnels. Nous travaillons à mieux faire connaître la profession dans le monde et à développer les petites associations. Ces démarches sont positives pour la profession, mais, plus important encore, elles contribuent à accroître la sécurité financière du public en général.

« La Chine, qui compte des milliers de jeunes et brillants étudiants, souhaite intégrer notre association. Les actuaires plus âgés y sont peu nombreux, mais très en demande. Y en a-t-il qui savent comment vieillir rapidement? La situation est la même en Russie, où le gouvernement a incorporé la fonction d'actuaire désigné à la loi sur l'assurance de dommages, pour se rendre compte par la suite que le pays ne comptait pas suffisamment d'actuaires pour assurer la dotation des postes. La profession est également en croissance en Inde, où les mentors sont également en demande. Il s'agit seulement des pays que j'ai visités personnellement et dont j'ai entendu les appels à l'aide, mais il y en a d'autres. Plusieurs associations nationales se tournent vers l'AAI pour obtenir du soutien, d'où l'insistance, notamment, à l'égard de l'accroissement des normes internationales régissant la pratique actuarielle et du partage du matériel de cours afférent au professionnalisme en matière d'actuariat. »

M. Massé, qui est marié à Céline depuis 25 ans et père d'un enfant, affirme que ce nouveau poste constitue pour lui un autre défi intéressant de sa longue carrière. « Suivant les traces des pionniers de l'AAI, notamment Paul McCrossan et Yves Guérard, et des centaines d'actuaires – actifs ou retraités – des quatre coins du monde qui ont participé ou qui participent actuellement activement aux affaires de l'AAI, j'offre ma contribution (bien peu comparativement à beaucoup d'autres, mais bon, je fais ce que je peux) afin de fournir un apport positif à la société à l'échelle internationale. Si cette passion vous anime, il y a beaucoup de modèles à suivre parmi les anciens dirigeants de l'AAI, et cette dernière est une excellente organisation au sein de laquelle s'engager. »


Jean-Louis Massé, à gauche, nouveau secrétaire général de l'Association Actuarielle Internationale, en compagnie de son prédécesseur, Yves Guérard.

 

360, rue Albert, bureau 1740, Ottawa, ON K1R 7X7
Tél. : 613.236.8196 Téléc. : 613.233.4552
www.cia-ica.ca