septembre 2010 Archives | publicité | www.cia-ica.ca

Retour à la page principale

Un baptême, une pause et une réunion du Conseil d’administration

Print Imprimer cet article | Envoyez à un collègue


par Micheline Dionne, FICA
Présidente de l'ICA

Déjà trois mois que j’assume la présidence. Ciel que le temps passe vite!

L’été devait être calme; je pensais prendre des vacances avant que la folie de septembre ne m’emporte dans son tourbillon. Puis est arrivée la controverse au sujet du recensement alors que, bien sûr, la presque totalité des forces était déjà partie en vacances.

Voilà qui a soulevé une série de questions : Devions-nous répondre? Avions-nous les ressources nécessaires pour ce faire? Stratégiquement, était-ce le meilleur moment pour répondre? Avions-nous même une seule chance de changer le cours des choses et d’ajouter au débat un argument que d’autres n’avaient pas encore avancé?

Nous avions devant nous un défi difficile à surmonter, certes, mais au moins la cause était bonne.  De plus, j’ai pensé que pour une première intervention à titre de présidente, c’était bien que ce soit un sujet non controversé, au moins d’un point de vue actuariel... Erreur! C’était sans compter que plusieurs d’entre vous avez des opinions politiques et qu’en politique, il est difficile de garder son sang-froid, même pour des actuaires. Qui a dit que nous n’avions pas de personnalité?  

Je crois que nous nous en sommes bien sortis, une fois les premières hésitations passées, et que le groupe qui s’est penché sur la question a répondu avec diligence et professionnalisme. Notre communiqué de presse a suscité de l’intérêt et mes premières demandes d’entrevues téléphoniques ont suivi, l’une en anglais et l’autre en français. Pour un baptême des ondes, je dois dire que c’était beaucoup plus facile en français qu’en anglais...

Revenons à nos objectifs : Avons-nous contribué à faire changer les choses? J’en doute fort, malheureusement, mais notre effort était digne de mention, la liste générale a retrouvé sa raison d’être et une partie de la population est maintenant davantage sensibilisée à l’importance de bien répondre aux questions du recensement.

Nous avons eu un beau mois d’août et j’ai pu me rendre au chalet quelques jours, un chalet choisi par mon conjoint qui aime la nature sauvage et qui pense que les vacances, c’est fait pour se reposer. (Traduction : il n’y a pas de téléphone ou de signal électronique, à moins de ramer jusqu’à un endroit bien précis au milieu du lac ou de faire 10 kilomètres de vélo.) J’ai donc, à mon retour de vacances, des bras et des jambes plus musclés qu’avant mais je me suis quand même bien reposée.

La prochaine tempête viendra de Daniel qui m’annonce, tout emballé par son nouvel emploi, qu’il quitte son poste de directeur général le 1er octobre. Pourquoi pendant mon terme? Qu’ai-je fait pour mériter cela? Pourquoi pas dans un an, alors que ce sera au tour de Jim de mener la barque? À ce jour, je ne suis pas encore parvenue à convaincre ni Daniel, ni Jim...  

La bonne nouvelle, car bonne nouvelle il y a, c’est que nous avons une occasion en or de revoir la stratégie relative au Secrétariat et de trouver quelqu’un qui nous offrira quelque chose de nouveau tout en bâtissant sur l’héritage que nous laisse Daniel. Les six dernières années ont amené un lot de changements au sein de l’Institut et, par conséquent, nos besoins ont évolué. Alors qu’il y a six ans, nous étions absents de la scène publique, nous participons maintenant aux débats de société touchant la retraite, la santé, l’assurance-emploi et la tarification en assurance automobile... Par contre, certaines tensions internes nous divisent davantage, et il nous faut favoriser davantage la recherche et mettre à jour les modèles qui ont été éprouvés durant la dernière crise financière. Nous allons saisir cette occasion et vous tenir au courant des développements. Entre temps, si vous avez des idées, je vous prie de m’écrire pour m’en faire part.

Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes en pleine préparation pour la réunion du Conseil d’administration. À l’ordre du jour, nous parlerons entre autres sujets de réforme des régimes de revenu de retraite, de projets de recherche, d’un nouveau système d’éducation, de changements aux normes internationales, de mise à jour du mode de gouvernance du Conseil et des modifications à la règle 13. J’aurai l’occasion de vous parler de tout cela dans notre numéro d’octobre. À suivre!... Et à bientôt!

Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire à president@actuaires.ca.

Micheline Dionne, FICA, est la présidente de l'Institut canadien des actuaires.

 

360, rue Albert, bureau 1740, Ottawa, ON K1R 7X7
Tél. : 613.236.8196 Téléc. : 613.233.4552
www.cia-ica.ca