CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
 

Trois boursiers, un désir commun de repousser les limites de la science actuarielle

Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

Le Programme de bourses d’études supérieures de l’ICA a été lancé en 2015. À l’heure actuelle, l’ICA a

Magali Goulet, AICA, université Concordia 

octroyé 120 000 $ à une douzaine d’étudiants pour favoriser l’avancement de la recherche en science actuarielle. Les recherches des trois boursiers de cette année porteront sur les assurances pour les inondations, l’incertitude des estimations de montants des sinistres et les plans flexibles en assurance collective.

Les boursiers

Étudiante à la maîtrise en mathématiques à l’Université Concordia, Magali Goulet (AICA) se spécialise en mesure de risques. La Montréalaise s’intéresse particulièrement à la modélisation de la dispersion du risque des montants de réclamations estimés et utilisés dans le calcul des primes en assurance des entreprises.

Manuel Grenier, étudiant à la maîtrise en mathématiques à l’Université du Québec à Montréal, se penche actuellement sur l’assurance inondation en Amérique du Nord, plus précisément sur le risque de débordement de cours d’eau, tels que ceux que nous avons vécus en 2017 et en 2019.

Manuel Grenier, Université du Québec à Montréal

« Mon travail consiste à élaborer un cadre de travail qui intègre les décisions des participants au régime », raconte Cherie Ng, étudiante à la maîtrise en science actuarielle à l’université Simon Fraser en Colombie-Britannique. Ses recherches visent à aider les actuaires en assurance collective à naviguer plus aisément la complexité des plans flexibles.

Une passion pour la recherche

Les boursiers effectuent des recherches dans des domaines variés, mais ils partagent toutefois un intérêt marqué pour l’avancement des connaissances et de la science actuarielle.

Mme Goulet et M. Grenier envisagent tous les deux de poursuivre la recherche universitaire et l’enseignement, ainsi que la recherche et le développement en entreprise. « J’aimerais pouvoir intégrer une équipe de recherche et développement en assurances IARD ou entreprendre des études doctorales et devenir professeur à l’université », explique M. Grenier.

Une fois sa maîtrise complétée, Cherie Ng est également motivée par l’idée de pouvoir partager ses nouvelles connaissances avec les autres professionnels du domaine de l’assurance collective : « Je me vois entreprendre des études doctorales en science actuarielle ou faire un retour dans l’industrie afin d’y mettre en pratique mes nouvelles connaissances dans la résolution de problèmes. »

Cherie Ng, université Simon Fraser

La tranquillité d’esprit et de l’encouragement

Les études supérieures demandent beaucoup de discipline et des sacrifices, notamment sur le plan des finances personnelles. Le Programme de bourses d’études supérieures de l’ICA a donc un impact indéniable. « Le programme de l’ICA me permet de me consacrer pleinement à mes études et aux divers projets de recherche sur les catastrophes naturelles », explique Manuel Grenier.

Pour Magali Goulet, la bourse de l’ICA est une source de motivation. « C’est comme une bonne tape dans le dos de la part de mon association professionnelle », explique-t-elle et ajoute avoir l’impression qu’on la « félicite d’avoir pris la décision de poursuivre des études supérieures. C’est super encourageant! »

Lorsque Cherie Ng a décidé de mettre de côté sa carrière pour poursuivre des recherches stimulantes, elle savait que ce choix aurait des répercussions financières. « La bourse me pousse à persévérer et je suis super reconnaissante envers l’ICA de son appui financier. »

Félicitations à nos trois boursiers de 2019. Nous leur souhaitons bonne chance dans la suite de leurs études et un parcours professionnel des plus stimulants et enrichissants.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn