CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Février 2018
 
 

Rétrospective et regard sur la nouvelle année

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

par Sharon Giffen, FICA
Présidente de l’ICA

Est-il toujours temps de se souhaiter une bonne et heureuse année? Au moment de publier ces lignes, bon nombre d’entre vous auront repris le collier avec ardeur dans la frénésie des rapports de fin d’année, après les réunions et les célébrations des fêtes en famille et entre amis. J’espère que ces moments de répit ne sont pas déjà trop loin dans vos souvenirs et que vous avez amorcé la nouvelle année avec énergie et enthousiasme.

Dans mon cas, le mois de janvier a toujours été un moment propice pour réfléchir à l’année qui vient de se terminer et à celle qui vient. J’aimerais vous entretenir de quelques faits saillants issus de mes réflexions.

Relations avec les étudiants et les membres

En 2017, j’ai notamment eu l’occasion de m’entretenir directement avec des membres dans le cadre de mes rencontres dans des clubs actuariels et de deux événements En direct avec l’ICA, de même qu’avec des étudiants lors de rencontres avec l’Association nationale des étudiants en actuariat. J’invite toujours tous ceux qui ont quelque chose à exprimer à me contacter, soit par l’intermédiaire du siège social ou par courriel, à mon adresse personnelle.

Relations locales et internationales

Ma participation à deux réunions de l’Association actuarielle internationale m’a permis d’acquérir une bien meilleure appréciation de la précieuse contribution des membres de l’ICA sur la scène mondiale. Je n’aurais pu être plus fière de siéger au forum des présidents vu la reconnaissance mondiale dont jouissent les Canadiens pour leur apport au chapitre du développement des pratiques et des normes.

J’ai aussi bien aimé me retrouver à l’Université de Waterloo, mon alma mater, une première fois dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire du département de statistiques et de sciences actuarielles et de la Faculté de mathématiques, et une deuxième fois à l’occasion d’une conférence sur les avancées en matière d’analyse prédictive. Ces deux occasions m’ont rappelé la valeur de la relation dont jouit l’ICA avec ses collègues universitaires.

Les mois à venir

En 2018, j’envisage avec confiance et optimisme une évolution soutenue et significative de la pratique actuarielle au Canada. La norme IFRS 17 se rapprochera de la réalité et aura pour effet de changer la pratique actuarielle dans le domaine des assurances. On assistera à une évolution des capacités offertes par la modélisation et l’analyse prédictives qui forcera les actuaires à acquérir de nouvelles compétences afin de pouvoir exploiter ces nouveaux outils. Se poursuivront les débats de société relatifs aux soins de santé et aux régimes de retraite, auxquels les actuaires sont en mesure et en devoir d’apporter un point de vue éclairé – une analyse fondée sur des faits et une interprétation dans une optique d’intérêt public.

Quelle contribution pouvez-vous apporter?

Ce début d’année offre un excellent moment pour envisager la contribution que vous pourriez apporter à l’ICA. Pourriez-vous faire du bénévolat au sein d’un groupe de travail ou d’une commission? Êtes-vous prêt à siéger au Conseil d’administration et à contribuer à façonner l’ordre du jour de l’ICA? Ou encore, présentez-vous votre candidature à la présidence? Je peux témoigner ici même du positif qui ressort lorsque l’on fait le compte entre l’effort investi et la récompense!

Changements au chapitre de la gouvernance

Plusieurs dossiers administratifs progresseront à l’ICA cette année. Les changements qui seront apportés à la gouvernance et à la structure, ainsi que les travaux qui se poursuivront à l’égard du système de gestion des adhésions, auront pour effet d’assurer une modernisation et d’accroître l’efficacité du personnel vaillant (et souvent sous-estimé) du siège social. Michel Simard, notre directeur général, continue de jouer un rôle de premier plan dans la direction de ces initiatives. Bravo à lui et à toute son équipe.

Il ne reste que cinq petits mois à mon mandat à la présidence, et je suis donc pressée de faire avancer les choses. J’ai acquis une compréhension beaucoup plus personnelle de l’idée selon laquelle chacun de nous complète et met en place certaines initiatives mises en œuvre par ses prédécesseurs, en fait avancer certaines autres et amorce des mouvements qui ne porteront leurs fruits que dans plusieurs années. Malgré tout, il s’agit d’une année enrichissante et d’une expérience que j’ai le privilège de vivre.

Je vous prie d’envisager des façons de vous impliquer!

Sharon Giffen, FICA, est la présidente de l’Institut canadien des actuaires.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn