CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Novembre 2017
 
 

La diffusion des connaissances actuarielles au-delà des frontières

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

La section Actuaires sans frontières de l’Association actuarielle internationale (AAI) offre des services actuariels temporaires dans diverses régions du monde où ces services font défaut.

« Actuaires sans frontières est une section unique de l’AAI, car elle ne met pas l’accent sur un domaine de pratique en particulier », explique Doug Carey, président de la section (awb-chair@actuaries.org). « Notre objectif est d’appuyer des projets à l’échelle internationale qui cadrent dans l’éventail de notre offre de services. »

La mission d’Actuaires sans frontières englobe l’éducation, la formation et le soutien au développement et à la gestion saine de la sécurité sociale, la gestion du risque d’entreprise (GRE), les régimes de retraite, les assurances, les placements, les soins de santé et autres secteurs où les services actuariels peuvent être utiles.

Éducation et formation

Depuis 2002, la section offre de l’éducation et de la formation partout dans le monde, y compris l’Inde, le Kazakhstan, le Népal, la Roumanie et l’Azerbaïdjan. Ainsi, en janvier 2017, un projet mené en Arménie a permis de former et de donner des directives aux personnes qui comptent faire les examens de la Society of Actuaries (SOA). « Nous avons attiré d’excellents formateurs », raconte M. Carey. « Les étudiants étaient très motivés. »

Dans la plupart des cas, une association locale d’actuaires communique avec Actuaires sans frontières pour obtenir du soutien. Parmi les projets qu’elle a menés récemment, la section a offert des ateliers au Sri Lanka, au Nigéria, en Colombie et au Kenya. Les projets actuels et futurs du groupe comprennent un programme de mentorat international, un atelier d’introduction de deux jours sur la GRE qui aura lieu en Bulgarie, et un atelier d’introduction de deux jours sur les Principes de base en assurances (PBA), Solvabilité II et les quatre fonctions de contrôle interne qui se tiendra en Macédonie.

Redonner à la profession

M. Carey s’est engagé auprès d’Actuaires sans frontières il y a environ cinq ans. « Ça fait 40 ans que je suis actuaire. En me préparant pour la retraite, je voulais trouver quelque chose qui me permettrait de rester impliquer dans ma profession », explique-t-il.

Selon lui, le travail effectué par les bénévoles est non seulement utile pour les gens et les pays qui reçoivent du soutien, mais aussi pour les bénévoles eux-mêmes. « Actuaires sans frontières nous offre l’occasion d’élargir nos horizons et d’établir des liens qui sont complètement à l’extérieur de notre milieu. » M. Carey raconte avoir conseillé à titre de mentor une femme en Azerbaïdjan qui est aujourd’hui membre d’Actuaires sans frontières. « C’est tellement gratifiant sur le plan personnel de voir des gens réussir, de faire une différence dans leur vie et leur développement professionnels. »

Les rouages de la section

Actuaires sans frontières a un bassin de bénévoles et un comité (semblable à un conseil d’administration) composé de 14 membres, dont 12 élus et deux délégués nommés par le conseil de l’AAI. L’un des membres est désigné à titre de directeur général (awb-ed@actuaries.org) et est chargé de superviser et d’assurer le suivi des demandes et des projets d’Actuaires sans frontières.

Le client ou le demandeur (souvent une association actuarielle) doit soumettre une demande en ligne. Le directeur général communique ensuite avec le client afin d’avoir une meilleure idée de la demande, aider à réorienter la demande, le cas échéant, expliquer les obligations du client (frais de billet d’avion, hébergement, etc.) et procéder à une évaluation des risques. Le directeur général choisit alors un gestionnaire de projet et son nom, ainsi que le projet, sont soumis au comité d’Actuaires sans frontières à des fins d’approbation.

Le financement d’Actuaires sans frontières est limité. Par conséquent, le parrainage local permet de financer le projet alors qu’Actuaires sans frontières, grâce à son directeur du financement, aide constamment à trouver d’autres bailleurs de fonds selon les besoins. Par exemple, la Banque asiatique de développement a financé un projet au Kazakhstan. Les dépenses engagées par les bénévoles ont ainsi été remboursées.

Vous aimeriez prêter main-forte?

Actuaires sans frontières est toujours à la recherche de bénévoles en provenance de divers domaines de pratique. Le seul prérequis pour être bénévole est d’être membre d’Actuaires sans frontières, ce qui coûte 50 $ CAD par année. Les gens intéressés par l’enseignement, le mentorat et le tutorat aux jeunes professionnels en actuariat dans des pays où la profession actuarielle est en voie de développement sont particulièrement les bienvenus.

« Bien sûr, nous recherchons des membres actifs », dit M. Carey. « Nous avons des appels mensuels. Nous demandons aux membres du comité, élus par Actuaires sans frontières, de s’engager à être présent pour ces appels compte tenu de leur responsabilité envers Actuaires sans frontières ainsi qu’à ses clients actuels et futurs. C’est tellement gratifiant pour les bénévoles », ajoute-t-il.

Pour plus d’information au sujet d’Actuaires sans frontières, consultez leur site Web ou contactez Doug Carey.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn