CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Novembre 2017
 
 

Garder à l’œil l’évolution actuarielle partout dans le monde

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

par Sharon Giffen, FICA
Présidente de l’ICA

Le mois dernier, j’ai eu l’honneur de représenter l’ICA à l’occasion de deux rassemblements d’actuaires, soit les réunions du Conseil et des comités de l’AAI à Chicago et l’assemblée annuelle de la Society of Actuaries à Boston. 

Faits saillants concernant l’AAI

J’ai assisté à un colloque portant sur les enjeux mondiaux relatifs à la mortalité de la population. Des Canadiens sont très impliqués dans les travaux à ce chapitre et les résultats m’ont étonnée. (Par l’intermédiaire de sa Commission exécutive de recherche, l’ICA coparraine le projet Modelling, Measurement and Management of Longevity and Morbidity Risk (Modélisation, mesure et gestion du risque de longévité et de morbidité) de l’Institute and Faculty of Actuaries.) Les améliorations de la mortalité, que nous tenons maintenant pour acquises, affichent un ralentissement dans bon nombre de pays; dans certains segments démographiques, elles ont en fait régressé. Il s’agit là d’un enjeu pour les programmes sociaux de partout dans le monde, et il convient de surveiller les choses de près.

Les travaux se poursuivent en ce qui concerne les dossiers relatifs à l’adoption de l’IFRS 17, qui aura des répercussions tant pour les sociétés d’assurance-vie que pour les sociétés d’assurances IARD. Des groupes issus de plusieurs secteurs prennent part aux travaux, et les Canadiens contribuent à faire progresser l’établissement des normes et des conseils. Les résultats de ces travaux devraient être essentiels à l’élaboration des normes canadiennes qui viseront les FICA. 

Dans le cadre de bon nombre d’autres réunions de comités, les actuaires canadiens jouent un rôle important pour ce qui est de faire valoir le point de vue du Canada. Cette participation offre également l’avantage de nous permettre de savoir tout ce qui se passe dans les cercles actuariels des quatre coins du monde. 

J’ai aussi assisté à une séance portant sur la diversité au sein de la profession actuarielle. Sans vouloir tomber dans la complaisance en ce qui concerne les questions liées à la diversité au Canada, comparativement à nos homologues de certains autres pays, nous avons l’avantage d’avoir depuis bon nombre d’années des occasions équitables, quels que soient le genre et la race. Notre situation est loin d’être parfaite, mais notre profession est très ouverte à accorder l’agrément à quiconque satisfait aux exigences visant la scolarité et l’expérience.

Faits saillants concernant la SOA

J’ai eu le plaisir de coanimer un petit-déjeuner avec deux autres FICA : Mike Lombardi, maintenant président de la SOA, et Henri Boudreau du BSIF, qui y présentait un exposé sur les enjeux relatifs au capital. Bien que l’auditoire était assez restreint (l’activité avait lieu très tôt!), nous avons eu une discussion intéressante sur les diverses initiatives de la SOA et de l’ICA qui seront utiles aux actuaires canadiens. Il est intéressant de mentionner que l’une des questions portait sur les défis liés à la diversité pour les deux organismes. Il s’agit actuellement d’un sujet fondamental dans les cercles actuariels.

J’ai aussi coanimé une séance intitulée [traduction libre] La transition entre le travail à temps plein et la retraite à temps plein. Je m’attendais à voir un auditoire dans la cinquantaine et pensant aux années qu’il reste avant l’âge de 65 ans, mais il comptait un nombre surprenant de gens dans la soixantaine qui n’étaient pas du tout prêts à cesser leurs activités professionnelles. Il y a eu de très intéressantes discussions en petits groupes, y compris des comptes-rendus qui ont été présentés à la fin. Je crois que plusieurs participants ont trouvé qu’il s’agissait d’une excellente façon de conclure la première journée. 

Comme à l’habitude, les séances portaient sur un large éventail de sujets. Plusieurs séances étaient présentées par des conférenciers canadiens et d’autres étaient d’intérêt général afin que tous les participants puissent avoir accès à du contenu utile. 

Des Canadiens à la tête de la profession actuarielle

Si vous ne l’aviez pas remarqué, des Canadiens assument des fonctions présidentielles au sein de trois associations actuarielles nord-américaines. Mike Lombardi a accédé à la présidence de la SOA en octobre et Jim Christie entrera en poste à titre de président désigné de la Casualty Actuarial Society en novembre. Félicitations à tous les deux. Il est formidable de constater que des Canadiens ont un impact si important sur la profession actuarielle!

Sharon Giffen, FICA, est la présidente de l’Institut canadien des actuaires.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn