CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Juin 2017
 
 

Tournée des clubs actuariels

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

par Sharon Giffen, FICA,
Présidente désignée

La visite des clubs actuariels des quatre coins du Canada est l’une des tâches les plus agréables du(de la) président(e) désigné(e) de l’ICA. Cette tournée vise deux objectifs, soit de parler des priorités de l’ICA et de permettre aux membres de mieux comprendre ce que nous cherchons à accomplir et les motifs qui nous y poussent, puis d’entendre la rétroaction des membres quant à nos priorités et aux autres choses que nous devrions faire.

J’ai effectué la majorité de mes visites en mai et en avril. J’ai eu l’occasion de m’adresser à l’Independent Actuaries Network à Milton, en Ontario, ainsi qu’aux clubs de Winnipeg, Calgary, Vancouver et Waterloo. Ma visite à Regina, en juin, approche à grands pas. Ajoutons à cela l’événement En direct organisé par l’ICA à Toronto, le compte s’élève à plus de 300 actuaires, associés et étudiants auxquels je me suis adressée ou qui m’ont donné leur opinion. Dans un article de l’(e)Bulletin du mois dernier, Dave Dickson a abordé les questions qui nous ont été adressées à l’occasion de l’événement En direct de Toronto. Bon nombre d’entre elles sont revenues partout au pays et je n’y reviendrai donc pas.

La mission, la vision et les valeurs de l’ICA

Lors de mes discours, j’ai commencé par passer en revue ces énoncés importants. Vous pouvez les trouver sur le site Web de l’ICA et je vous invite à les relire de temps à autre. Ces énoncés inspirants sous-tendent la raison d’être de nos priorités stratégiques.

J’ai ensuite fait le point brièvement sur chacune des quatre principales priorités stratégiques de l’ICA.

L’éducation

J’en étais au milieu de ma tournée lorsque l’ICA et la Society of Actuaries (SOA) ont signé un protocole d’entente définissant notre engagement à l’égard du programme d’examens de la SOA. Point culminant d’un long processus de négociation, ce protocole d’entente constitue une assise solide qui permettra de garantir que notre relation avec la SOA continue de répondre aux besoins de l’ICA.

Le travail se poursuit en ce qui concerne le Cours orienté vers la pratique (COP) 2.0. Nous visons à éliminer les duplications d’examens portant sur la pratique au Canada et à ajouter des compétences liées aux affaires, en particulier en ce qui concerne les habiletés de communication et de présentation.

Pratiques émergentes

Nous n’en sommes encore qu’aux premiers pas, mais l’ICA travaille à l’élaboration de pratiques s’adressant aux actuaires exerçant leurs activités dans des domaines non traditionnels tels que la modélisation prédictive et le secteur bancaire. Il ne s’agit pas de remplacer ce qui est déjà accompli avec compétence par d’autres, mais plutôt d’énoncer la façon d’appliquer nos compétences particulières à ces questions. Par exemple, quelle incidence auront les résultats de la modélisation prédictive sur les pratiques en matière d’assurance-vie, de régimes de retraite et d’assurances IARD? En quoi les compétences des actuaires peuvent bonifier le travail des banques pour rehausser leurs résultats? Et comment peut-on intéresser un plus grand nombre d’actuaires à ces domaines? Demeurez à l’écoute… Il y aura forcément des développements à cet égard.

Énoncés publics

Vous avez probablement pris connaissance des modifications proposées aux statuts administratifs qui seront soumises au vote des membres en juin. Ces modifications apporteront des clarifications en ce qui concerne les situations dans lesquelles l’ICA devrait exprimer une opinion officielle, ainsi que les exigences visant la prise en compte du point de vue des membres. Le vote par procuration est ouvert à cet égard et j’incite toutes les personnes qui ne pourront être présentes à l’Assemblée annuelle de Québec à examiner la proposition et à voter.

Gouvernance et engagement

La gouvernance n’est pas seulement une affaire de hiérarchie et de bureaucratie. En fait, la bonne gouvernance permet à une organisation d’établir clairement son processus décisionnel, favorisant ainsi l’efficacité et l’efficience de ses opérations. L’ICA est en train de revoir sa gouvernance, y compris la structure de ses commissions. Il s’agit d’un élément crucial pour nos bénévoles, dont les efforts déterminent les résultats obtenus par l’ICA. Parallèlement, le Conseil d’administration doit avoir un droit de regard suffisant pour s’assurer que le travail des bénévoles contribue à faire progresser l’atteinte des objectifs stratégiques de l’Institut. Je suis très engagée dans ce projet. Les consultations auprès de nos dirigeants bénévoles sont amorcées et influenceront assurément la réflexion entourant les changements qui seront bénéfiques pour l’ICA.

Les possibilités offertes en matière de gouvernance offrent une occasion importante d’accroître l’attrait offert par l’ICA pour susciter l’engagement de ses membres. L’engagement et le bénévolat sont des pierres angulaires de notre profession. L’ICA travaille à mesurer cet engagement, notamment en attribuant des « points » aux votes, à la participation aux événements de l’ICA, au bénévolat, à l’ouverture de sessions sur le site Web et à d’autres activités. Ce travail a révélé des résultats intéressants, bien que préliminaires, et nous examinons des façons de développer davantage ces mesures et d’exploiter ces résultats.

Nous nous penchons aussi sur l’expérience de bénévolat au sein de l’ICA. À l’heure actuelle, la plupart des postes bénévoles exigent un engagement de trois ans. En mettant davantage l’accent sur les activités en groupes de travail, nous pourrions peut-être susciter l’engagement à court terme d’un plus grand nombre de membres. Les groupes de travail nous offrent aussi des possibilités. L’engagement est peut-être plus intense, mais il est défini dans le temps par un échéancier de livraison. Le bénévolat devrait correspondre à votre idée de ce que doit être l’équilibre entre la vie professionnelle, celle personnelle et le bénévolat.

Mes priorités

Ni particulièrement prestigieuse ni très actuarielle, ma priorité a porté sur l’examen de la gouvernance, un projet qui se poursuivra assurément au cours de la prochaine année. Je crois que les améliorations à ce chapitre nous permettront, grâce aux formidables efforts déployés par nos bénévoles, d’atteindre notre objectif qui consiste à faire progresser la pratique actuarielle au Canada. Je crois que nous réussirons ainsi à attirer et à engager un nombre croissant de membres s’intéressant au travail de l’ICA. Ceux-ci seront disposés à siéger aux commissions et aux directions et, ultimement, auront envie de se porter candidats pour un siège au Conseil d’administration ou un poste de direction.

Sharon Giffen, FICA, est la présidente désignée de l’Institut canadien des actuaires.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn