CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Juin 2017
 
 

Expo-sciences pancanadienne

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

par John Dark, FICA
Secrétaire-trésorier

Cette année, l’Expo-sciences pancanadienne s’est tenue à l’Université de Regina. Plus de 440 élèves du secondaire des quatre coins du pays ont participé pendant plus d’une semaine aux activités centralisées au complexe sportif de l’université.

La Fondation actuarielle du Canada (FAC) commandite dans chacune des catégories — junior, intermédiaire et sénior — un prix interdisciplinaire remis aux projets exceptionnels démontrant une utilisation efficace des mathématiques, de la manipulation des bases de données et de l’analyse statistique aux fins de la résolution de problèmes complexes.

Évaluation des projets de l’Expo-sciences

Cette année, on m’a demandé de représenter la FAC à titre de coordonnateur du prix junior et de président du jury. Je n’ai eu aucune hésitation à accepter cette demande. Mon employeur nous encourage à consacrer nos journées de bénévolat à des activités éducatives et l’université est située à dix minutes de mon travail. Et peut-il vraiment être difficile d’être juge dans une expo-sciences de niveau secondaire?

Eh bien, quelle surprise j’ai eue! J’ai consacré à ma tâche de juge une journée et demie, dont une orientation de quatre heures. L’exposition comptait plus de 440 projets. L’événement était organisé avec grand professionnalisme et s’est déroulé sans la moindre anicroche. Pour moi, un seul problème s’est posé : j’étais dépassé par la plupart de ces projets! Lors de la visite réservée aux juges, toute inquiétude que j’aurais pu avoir quant à l’avenir de notre pays et au rôle de la science dans celui-ci a vite été dissipée.

Des projets diversifiés et sophistiqués

Robotique, médecine, psychologie, physiothérapie, chimie, biologie, physique, informatique, et j’en passe, tout y était. Plusieurs projets portaient sur diverses facettes du patrimoine culturel de leur auteur. Par exemple, un jeune homme du nord de la Saskatchewan a réalisé une expérience très fouillée sur le rôle des méthodes de guérison traditionnelles, plus particulièrement l’utilisation d’organes génitaux de castor moulus pour réduire la taille des verrues et guérir les lésions cutanées. D’autres participants se sont inspirés de leur vie quotidienne. Par exemple, deux jeunes filles ont perdu leur grand-mère à cause du cancer et ont mis en œuvre une expérience afin d’établir un lien entre les modèles d’empreintes digitales et la prédisposition à cette maladie. Leur expérience a révélé une corrélation de 35 % dans leur communauté comptant 235 personnes. Une autre jeune fille a étudié la psychologie liée à la disposition des chevaux à prendre des médicaments selon la couleur, la taille et la forme du seau dans lequel est servie leur nourriture. L’imagination de ces jeunes chercheurs est sans limite.

Chacun des projets était documenté de façon méticuleuse et comportait un résumé de cinq pages et une vaste bibliographie. Les projets, avec leurs hypothèses, méthodologies, théories et conclusions, étaient présentés dans un kiosque standard à trois panneaux. Impossible de ne pas être particulièrement impressionné par les efforts des participants.

Les lauréats sont…

Trois cent quarante juges ont donné de leur temps pour évaluer ces projets. La sélection des projets méritant un prix spécial s’est tenue le 16 mai en après-midi. À cette fin, les groupes pouvant aller jusqu’à quatre juges ont tenu des entretiens de dix minutes avec chacun des participants qui leur étaient assignés.

Dans le cas du prix junior de la FAC, il a fallu trois rondes avant de déterminer le gagnant. Notre jury était formé de moi-même, de quatre professeurs d’université, de deux enseignants de physique à la retraite et d’un pilote d’hélicoptère récemment qualifié de la base des Forces canadiennes (BFC) de Moose Jaw. Heureusement que ce dernier parlait français parce que notre palme d’or dans la catégorie junior a été décernée à un élève francophone (voir ci-dessous).

Dans la catégorie sénior, le prix a été décerné à un élève de Windsor, en Ontario, pour le projet intitulé [traduction] Un nouvel outil informatique pour faire progresser la nanothérapie ferromagnétique afin de guérir le cancer. Ce projet faisait usage d’un modèle mathématique interactif et de simulations informatiques de dynamique des fluides.

Le prix dans la catégorie intermédiaire a été décerné à un élève de Halifax, en Nouvelle-Écosse, pour son projet de [traduction] Réseau de détection des collisions automobiles. Ce système centralisé permettrait de détecter en temps réel les accidents automobiles et d’accélérer les délais d’intervention d’urgence 911.

Dans la catégorie junior, notre gagnant de Québec a créé un logiciel permettant de produire en trois dimensions des colonnes réalistes dans le style architectural espagnol de Gaudi.

En somme, cette expérience s’est avérée très satisfaisante et inspirante. L’Expo-sciences pancanadienne a lieu chaque année dans une ville différente. Si vous avez l’occasion de faire partie du jury, n’hésitez pas à prendre part à cette expérience gratifiante et agréable.

John Dark, FICA, est le secrétaire-trésorier de l’ICA.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn