CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Juin 2017
 
 

L’amélioration de l’éducation des actuaires canadiens

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

par Dave Dickson, FICA
Président de l’ICA

Depuis sa création il y a 50 ans, l’ICA s’est surtout appuyé sur le programme d’examens de la Society of Actuaries (SOA) et de la Casualty Actuarial Society (CAS) pour la formation de nos actuaires. Notre Programme d’agrément universitaire est une récente modification qui permet aux étudiants d’universités agréés d’obtenir des crédits d’examen lorsqu’ils atteignent certains résultats.

Il y a quelques années, le Conseil d’administration a entrepris une étude de notre système d’éducation afin d’améliorer la formation des actuaires au Canada. Nous avions alors examiné la possibilité d’élaborer notre propre programme d’examen afin de ne plus dépendre de la SOA et la CAS. À cette époque, l’ICA avait un protocole d’entente avec la CAS qui définissait les paramètres de notre partenariat en matière d’éducation, mais nous n’avions pas d’entente similaire avec la SOA. Le Conseil d’administration a donc examiné les deux options suivantes : l’élaboration de notre propre programme et la négociation d’un protocole d’entente avec la SOA pour mieux définir et bonifier notre partenariat avec eux.

Sous ma gouverne, le Conseil d’administration a mis sur pied un groupe de travail pour déterminer s’il était souhaitable de négocier un protocole d’entente avec la SOA. Les membres étaient Alicia Rollo, Michel Simard, Sharon Giffen, Rob Stapleford, Rémi Villeneuve, Jason Vary et Thomas Hinton. Les négociations se sont échelonnées au cours de plusieurs mois et le protocole d’entente a été signé le 10 mai 2017.

Ce dernier met l’accent sur trois domaines visant à mieux définir notre relation et à permettre à l’ICA d’agir en tant que partenaire en ce qui a trait aux examens de la SOA :

  • La stratégie. Nous serons davantage impliqués au niveau de la planification stratégique des examens de la SOA. Nous participerons à des rencontres périodiques avec la SOA afin de discuter des orientations stratégiques et des enjeux. Par exemple, si l’ICA estime que certains objectifs d’apprentissage doivent être ajoutés à son programme d’études ou ses exigences de qualification, l’ICA et la SOA travailleront de concert afin de répondre à ces besoins.
  • La promotion. Nous élaborerons avec la SOA une stratégie de communication et d’image de marque afin que notre partenariat soit adéquatement présenté et communiqué aux candidats.
  • Notre participation. L’ICA désignera un vice-président pour les comités de la SOA chargés des examens et du programme dont le contenu est en partie canadien. De même, l’ICA désignera un membre pour siéger aux comités chargés du contenu qui n’est pas canadien. Cette présence au sein des comités va accroître notre participation dans l’élaboration du matériel et des examens. De plus, elle permettra la création de nouveaux postes pour les bénévoles de l’ICA.

Ce protocole d’entente a requis beaucoup de travail et davantage de travail sera nécessaire pour le mettre en œuvre. Il en résultera une collaboration fructueuse mutuellement bénéfique pour l’ICA et la SOA. J’ai été honoré de signer ce protocole d’entente.

Ce projet n’aurait pu voir le jour sans le dévouement de notre groupe de travail et le soutien de notre Conseil d’administration. Il a également été possible grâce au leadership de Jeremy Brown, le président de la SOA, et de son équipe. Merci pour ce travail exceptionnel.

Dave Dickson, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn