CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Mai 2017
 
 

Une journée en tant qu’actuaire

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue


Joseph Gabriel, actuaire membre du personnel de l'ICA, éducation, et Jérémie Moreau, étudiant. 

1. Pourquoi es-tu venu passer une journée à l’Institut canadien des actuaires (ICA)?

Dans le cadre de mon cours d’éthique, culture religieuse et orientation à l’école, nous devions entreprendre un projet d’une journée en milieu de travail. Nous pouvions choisir le métier ou la profession de notre choix et après en avoir analysé quelques-unes, je me suis rendu compte que l’actuariat pourrait m’intéresser. J’ai donc communiqué avec l’actuaire membre du personnel, éducation, de l’Institut canadien des actuaires dans le but de passer la journée avec lui.

2. Pourquoi as-tu choisi l’ICA?

J’ai choisi l’ICA car je connaissais déjà un des actuaires qui travaille là-bas. J’ai alors communiqué avec Joseph Gabriel et il a accepté de m’accueillir avec plaisir. De plus, l’emplacement de l’édifice me convenait.

3. Quel genre de tâches as-tu accomplies lors de ton passage à l’ICA?

Pour commencer, j’ai posé des questions à Joseph et il m’a expliqué plusieurs aspects du travail d’un actuaire. Il m’a parlé des études nécessaires, des tâches à effectuer et des points d’intérêts qu’un actuaire rencontre. Ensuite, après l’heure du dîner, j’ai pu effectuer une simulation du vrai travail qu’un actuaire pourrait entreprendre quotidiennement avec un client fictif. C’était vraiment intéressant et amusant!

4. Y a-t-il des choses qui t’ont intéressé ou que tu as aimées en actuariat? Quelles sont les choses que tu n’as pas aimées?

Les mathématiques et l’économie m’ont attiré vers l’actuariat. J’adore les mathématiques et un actuaire en a vraiment besoin. De plus, tout ce qui touche aux finances et à l’économie me fascine beaucoup et l’actuariat est en plein dans ce domaine. Par contre, j’aime moins le côté abstrait de la profession. Je préfère lorsque les choses sont définies et concrètes, alors qu’un actuaire doit jouer avec des hypothèses et des prédictions.

5. Qu’est-ce qui t’a le plus surpris à propos du travail des actuaires?

Rien ne m’a vraiment surpris, parce que j’avais fait un peu de recherche sur cette profession avant la journée en milieu de travail. Cependant, j’ai été étonné d’apprendre que pour devenir actuaire, il n’est pas nécessaire d’aller à l’université. C’est certain que c’est préférable de suivre des cours d’actuariat, mais pour être reconnu comme actuaire, il faut seulement réussir les examens d’actuariat.

6. Est-ce qu’une carrière en actuariat pourrait t’intéresser? Pourquoi?

Je ne sais pas encore si je veux adhérer à la profession actuarielle plus tard. Je suis encore un peu trop jeune pour décider concrètement de mon avenir, mais je crois que je peux prendre en considération la possibilité de devenir actuaire. J’ai trouvé mon expérience très enrichissante et intéressante et c’est vrai qu’il s’agit d’une profession qui correspond à mes intérêts. Par contre, je ne sais toujours pas si c’est ce que je voudrais faire plus tard.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn