CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Février 2017
 
 

Élections au Conseil d’administration, plan stratégique, le point sur les groupes de discussion et événement spécial

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

 

par Dave Dickson, FICA
Président de l’ICA

Tous les anciens présidents de l’ICA auxquels j’ai parlé ont dit avoir adoré leur expérience à titre de président de l’Institut canadien des actuaires. Il s’agit d’une fonction amusante, stimulante et gratifiante qui permet en outre de façonner l’avenir de l’Institut et de notre profession. C’est l’un des postes les plus enrichissants sur le plan professionnel que l’on puisse occuper en tant que membre. Le président représente l’ICA auprès des membres et d’autres organismes, prend des décisions importantes, travaille en équipe pour faire avancer l’ICA et la profession actuarielle et apprend à connaître notre profession en profondeur. Nous travaillons, pour la plupart, dans un seul domaine de pratique. Le président représente l’ensemble des membres, ce qui lui permet de mieux connaître la majorité de nos domaines de pratique.

Engagement de temps

Les membres hésitent souvent à se présenter à la présidence, et ce, pour plusieurs raisons. L’une de ces raisons est l’engagement de temps, qui est assez substantiel. D’autres présidents et moi avons estimé que cette fonction nécessite un investissement équivalant à une journée et demie à deux jours par semaine, y compris les déplacements. Cependant, cela varie beaucoup tout au long du mandat. Bon nombre de nos anciens présidents ont continué de travailler pendant leur mandat. Depuis un an, environ, nous nous efforçons de réduire la charge de travail du président. Par exemple, nous avons délégué une partie du travail au président sortant. Le processus électoral et la perspective de ne pas être élu constituent également des raisons qui découragent les membres. Je dois dire que j’ai trouvé le processus électoral amusant. J’ai fait appel à de nombreuses personnes et j’ai été étonné par tout le soutien et tous les encouragements que j’ai reçus.

Réflexions d’anciens présidents

Rob Stapleford, président sortant, et moi avons souhaité être président en grande partie pour les mêmes raisons: pour redonner à la profession, pour travailler avec la profession à l’échelle nationale et internationale et par admiration pour les anciens présidents. Voici ce qu’il en a retiré :

  • Développement des compétences personnelles, dont le leadership, la gestion du temps, la communication, la vision et la capacité d’interagir de façon efficace avec des personnes possédant des compétences, des expériences et des personnalités différentes;
  • Apprentissage de nouvelles perspectives quant aux façons d’aborder des problèmes courants;
  • Occasions de faire des voyages intéressants;
  • Réel plaisir d’accomplir le travail et capacité d’apporter une contribution positive.

Rob reconnaît que l’engagement de temps varie considérablement d’une semaine ou d’un mois à l’autre. Certaines semaines, on investit de 20 à 30 % de notre temps, d’autres semaines, cela peut être aussi peu que 5 % ou au contraire jusqu’à 80 % de notre temps. L’approche collaborative facilite les choses : « Le partage des tâches entre les trois présidents, le directeur général, le personnel du siège social et les présidents des directions permet de répartir la charge de travail et de gérer les situations dont le président n’est pas en mesure de s’occuper », dit-il.

Jacques Tremblay a siégé à la présidence de 2014 à 2015, soit pendant la première moitié de l’année de notre 50anniversaire. Jacques trouvait que le bénévolat qu’il avait fait au sein de plusieurs commissions et directions de l’ICA lui avait été très utile dans sa carrière et il souhaitait redonner à l’organisation qui l’a tant choyé. Il affirme que sa fonction de président a contribué à son développement professionnel, notamment grâce à la préparation des réunions du Conseil d’administration, à sa participation à l’établissement de la stratégie de l’ICA et à la présidence de nombreuses réunions au sein de l’ICA et d’autres organisations internationales, ce qui lui a aussi permis de développer son réseau de contacts actuariels en Amérique du Nord et partout dans le monde.

Pendant son mandat de président, Jacques a continué de travailler à temps plein. « Vous connaissez l’expression: si vous voulez qu’une chose se fasse, confiez-la à quelqu’un qui est occupé! », a-t-il dit. « En réalité, il est possible de gérer un tel engagement. J’ai profité d’un excellent soutien de la part de Michel Simard, notre directeur général, et de tout le personnel de l’ICA. Mes collègues de travail m’ont également beaucoup appuyé. » Jacques a réussi à concilier son emploi et ses fonctions de président en travaillant une journée par fin de semaine pour se mettre à jour dans les affaires de l’ICA. « Theresa (mon épouse) s’est montrée très compréhensive et mes collègues et le personnel de l’ICA m’ont été d’un grand soutien », a-t-il ajouté.

Il dit avoir aimé toutes les facettes de son rôle de président, « mais en particulier le soutien et la collaboration que m’ont apportés le personnel du siège social, Michel Simard, ainsi que Jacques Lafrance et Rob Stapleford. Le travail d’équipe — le fait que chacun de nous travaillait pour les membres et qu’il y avait une communauté d’esprit sur les points stratégiques clés — a été toute une expérience. » Il encourage les gens à se présenter : « Comme le dit la publicité de Nike, "Just do it". C’est une expérience formidable. Vous grandirez tellement en tant que professionnel! »

Siéger au Conseil d’administration

Les membres peuvent aussi se présenter pour siéger au Conseil d’administration de l’ICA. L’engagement de temps est beaucoup moins important que pour le poste de président, mais les fonctions demeurent stimulantes et enrichissantes. L’ICA fourmille constamment d’activités et c’est le Conseil d’administration qui établit et surveille notre orientation stratégique. Le Conseil d’administration se réunit quatre fois par année et, habituellement, ses membres siègent également à une commission et prennent parfois part à des projets. À titre d’administrateur, vous en apprendrez beaucoup au sujet de l’ICA et de nos domaines de pratique. Toute expérience à titre de membre d’un conseil d’administration est excellente, en particulier lorsqu’on envisage d’occuper un jour un poste de direction, comme celui de président.

Plan stratégique

Au cours des 18 derniers mois, l’ICA a travaillé à l’élaboration de son nouveau plan stratégique, une initiative qui s’est amorcée sous la direction de Rob Stapleford et de l’ancien Conseil d’administration. Ce nouveau plan stratégique, publié le 1er février, vise quatre priorités :

  • L’éducation: améliorer le système d’éducation et de qualification;
  • Pratiques émergentes: augmenter le nombre d’actuaires occupant des fonctions non traditionnelles;
  • Politique publique: avoir une influence en matière de politique publique;
  • Gouvernance et optimisation des processus: mettre en place un modèle de gouvernance amélioré pour l’ICA et accroître l’engagement des bénévoles.

Je vous invite à consulter le site Web de l’ICA pour mieux prendre connaissance du plan stratégique.

Le point sur les groupes de discussion

Dans l’(e)Bulletin de janvier, j’ai mentionné les groupes de discussion que tient l’ICA dans le cadre de son projet visant l’engagement des membres et l’amélioration des communications. Le rapport des premiers groupes de discussion tenus à Toronto le 7 décembre dernier fournit des renseignements précieux concernant la perception qu’ont les membres de l’ICA, de ses forces et de ses faiblesses. La prochaine séance de groupes de discussion aura lieu le 8 février à Montréal. Le rapport final devrait nous fournir les renseignements dont nous avons besoin pour améliorer l’ICA et en faire une organisation à l’image des attentes et des besoins de ses membres.

Événement spécial de l’ICA

L’avenir de la profession actuarielle vous préoccupe? Vous avez des questions au sujet de l’ICA? Vous souhaitez communiquer vos idées au sujet des pratiques émergentes et de nouveaux débouchés emballants pour les actuaires? Nous organisons un événement qui sera l’occasion pour les actuaires de tous les âges et de tous les domaines de pratique de faire du réseautage, d’apprendre et de partager des idées dans une atmosphère décontractée. Des boissons et des hors-d’œuvre seront servis. À la suite d’un bref discours, Sharon Giffen, présidente désignée de l’ICA, et moi-même céderons la parole aux personnes présentes.

Des précisions concernant cet événement spécial seront publiées dans les annonces de l’ICA et dans l’(e)Bulletin de mars.

Dave Dickson, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn