CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Juin 2016
 
 

Résultats du sondage de la Commission des nouveaux membres

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

 

par Bonnie Robinson

Dans le but de mieux servir les nouveaux membres et de faire la promotion du rôle de l’ICA auprès de ce groupe, la Commission des nouveaux membres (CNM) a mené un sondage en décembre 2015. Les 268 répondants étaient des membres ayant obtenu leur titre de FICA (58 %) ou d’AICA (42 %) au cours des cinq dernières années. Ce sondage visait à tâter le pouls des nouveaux membres en ce qui concerne le bénévolat, le perfectionnement professionnel continu et les communications. La CNM publiera un rapport présentant les résultats de ce sondage dans un avenir proche.

« Nous nous efforçons de favoriser la mobilisation des nouveaux membres au sein de l’ICA », indique Joseph Kazibwe, président de la CNM. « Nous voulions mesurer leur engagement à l’égard de diverses catégories, dont le bénévolat, les communications de la part de l’ICA, etc. Nous leur avons également posé des questions plus philosophiques afin d’avoir une idée de leur impression au sujet de la profession et de ce qu’ils retirent de l’ICA. »

Pendant les deux semaines qu’a duré le sondage, les membres nous ont communiqué de la rétroaction au sujet de diverses questions, dont les suivantes :

  • La qualité de l’expérience de bénévolat au sein de l’ICA et les façons de la bonifier;
  • L’utilisation du site Web et l’accessibilité de l’information;
  • La quantité de matériel de communication reçue;
  • La valeur offerte par l’ICA en ce qui concerne leur domaine de pratique;
  • La participation aux activités de perfectionnement professionnel continu (PPC);
  • La meilleure méthode de prestation du PPC.

Développement des compétences non techniques

Selon M. Kazibwe, le sujet du développement des compétences non techniques est revenu à de nombreuses reprises dans les réponses du sondage. « L’objectif ultime pour tous les actuaires consiste à ne plus représenter qu’une expertise exclusivement technique et à devenir également des leaders », dit-il. « Nous n’y sommes pas encore puisque, sans grande surprise, on nous perçoit comme des introvertis et des experts techniques. Il serait utile pour l’ICA de s’attarder davantage aux compétences liées à la formation et au réseautage. »

Le sondage a également révélé que les nouveaux membres privilégiaient les interactions numériques au détriment des interactions en personne. « Les webémissions pourraient constituer une méthode plus efficace que les assemblées pour dispenser le PPC étant donné que les participants n’ont pas à se déplacer », affirme M. Kazibwe.

Le sondage a aussi révélé que les actuaires du domaine des assurances IARD se sentaient quelque peu exclus. « Les actuaires IARD se sentent sous-représentés », indique M. Kazibwe. « Ils ont laissé entendre qu’il n’y avait pas suffisamment d'activités axées sur leur domaine de pratique, qu’ils devaient aller chercher leur PPC ailleurs, mais qu’ils préféreraient que celui-ci provienne du Canada. »

Bénévolat

M. Kazibwe dit que bon nombre de répondants ont manifesté leur intérêt à faire du bénévolat, mais que l’ICA ne les a pas contactés. Le registre des bénévoles contient une base de données concernant les membres souhaitant faire du bénévolat, mais la CNM aimerait trouver un moyen d’en faire une utilisation plus efficace. M. Kazibwe souligne que le bénévolat repose en grande partie sur la toute première expérience, qui permet d’établir des liens avec des bénévoles plus expérimentés qui découvrent vos compétences et vos intérêts. La commission est d’avis qu’en offrant des occasions de bénévolat de plus courte durée aux membres dont les disponibilités sont limitées, on pourrait augmenter la mobilisation bénévole, en particulier chez les nouveaux membres.

« Les nouveaux domaines tels que l’analyse prédictive ou d’autres pratiques émergentes dont on parle à l’ICA attirent également des bénévoles compte tenu des idées nouvelles abordées », ajoute M. Kazibwe.

Communications

Les communications sont un autre sujet à l’égard duquel les répondants avaient des opinions fortes et diverses. « Les communications sont difficiles », affirme M. Kazibwe. Bien que 68 % des répondants estiment que la quantité de matériel de communication qu’ils reçoivent est adéquate, bon nombre d’entre eux affirment que la fréquence des communications est trop élevée. « Nous aimerions que les communications soient ciblées afin que les gens ne les négligent pas », dit M. Kazibwe. Le système de gestion des relations avec la clientèle (GRC) prévu devrait aborder certaines de ces préoccupations.

Au-delà de la normalisation

La CNM souhaitait connaître la vision des nouveaux membres à l’égard de la profession et du rôle de l’ICA. Selon les réponses reçues, la majorité des nouveaux membres qualifient la profession de technique et de transactionnelle plutôt que d’inspirante et de motivée par un but. Pour eux, le rôle de l’ICA consiste à établir des normes.

M. Kazibwe aimerait voir s’opérer un changement d’attitude. « Il importe que la science actuarielle soit considérée comme un moyen d’arriver à une fin », dit-il. « Sa raison d’être est de veiller aux intérêts de la société, du secteur financier ou de celui de l’assurance. En tant qu’actuaires, nous devons nous percevoir comme des persones qui ressoudent des problèmes et qui travaillent au service de la société en se servant de la science actuarielle. La promotion de la profession dans cette optique aura pour effet de soutenir celle-ci et de changer la perception selon laquelle l’ICA est un organisme de normalisation au profit d’une perception inexacte selon laquelle l’ICA est au service de la société. »

La suite des choses

M. Kazibwe est fier du travail accompli par la commission. « L’équipe a vraiment travaillé de façon cohésive. Nous avons accompli beaucoup de choses au cours de la dernière année. Ce fut un effort collectif gratifiant. Nous avons tous travaillé fort pour mener à bien le sondage. »

Il ajoute que maintenant que la CNM a formulé ses recommandations, elle aimerait que certaines de ses suggestions soient intégrées à son mandat. « Nous voulons faire partie de la solution et apporter ces changements », affirme M. Kazibwe.

Bonnie Robinson est la rédactrice anglaise du siège social de l’ICA.

 

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn