CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Avril 2016
 
 

Le passé, le présent et l’avenir du système d’éducation et de qualification de l’ICA

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

 

par Alicia Rollo, LRHA

Il importe de se tenir à jour en ce qui concerne les exigences d’admissibilité de l’ICA. Même si vous êtes déjà Fellow de l’Institut canadien des actuaires (FICA), vous travaillez probablement aux côtés de candidats qui en sont à leurs débuts ou au milieu des examens et qui se tournent vers vous pour obtenir des conseils. Ou peut-être êtes-vous un nouvel associé de l’ICA aspirant au titre de FICA. Quel que soit le stade auquel vous en êtes dans votre carrière, il est essentiel d’avoir en main et de transmettre des renseignements exacts. Le présent article présente un survol et une mise à jour du nouveau programme d’études de l’ICA et des critères de qualification connexes, ainsi que les parcours d’éducation et les points saillants de certaines modifications envisagées. Si vous avez besoin de plus amples renseignements, n’hésitez pas à communiquer avec nous en tout temps. Vous trouverez, à la fin de cet article, la liste des personnes-ressources en matière d’admissibilité et d’éducation. 

Le programme d’études de l’ICA

D’un point de vue global, le système d’éducation de l’ICA se compose de plusieurs volets, dont une éducation et des examens internes et externes dispensés par les partenaires en éducation de l’ICA, soit la Casualty Actuarial Society (CAS) et la Society of Actuaries (SOA), et onze universités agréées. Le programme d’études de l’ICA se trouve au cœur de ce système. Il définit les critères d’adhésion visant les associés et les Fellows de l’ICA et constitue la référence en fonction de laquelle l’Institut évalue et sélectionne tous ses partenaires en éducation.

La première mouture du programme d’études de l’ICA, approuvée par le Conseil d’administration en novembre 2015, est le fruit du labeur de l’ancien Groupe de travail sur les exigences d’admissibilité et d’éducation canadiennes, présidé par Angelita Graham, et de l’actuelle Commission sur le programme d’études en matière d’éducation de l’ICA, coprésidée par Mathieu Boudreault et Thomas Hilton. On est en train de mettre la dernière main au document, après quoi il sera traduit et publié sur le site Web de l’ICA au début de l’été. Le programme continuera d’évoluer et sera mis à jour sous peu afin de tenir compte de la révision et de la mise en œuvre du programme d’études de l’AAI actuellement en attente d’approbation.

L’existence du programme d’études de l’ICA constitue un jalon important de la stratégie de l’ICA en matière d’éducation, qui vise à ce que l’Institut assume une plus grande responsabilité en ce qui concerne la formation des actuaires au Canada.

L’évolution des normes de qualification visant les AICA/FICA

Depuis toujours, le parcours menant à l’adhésion à l’ICA était direct. Il consistait à obtenir son titre d’associé de la Society of Actuaries (ASA), de la Casualty Actuarial Society (ACAS), de Fellow de la Society of Actuaries (FSA) ou de Fellow de la Casualty Actuarial Society (FCAS), ou un autre titre de Fellow dans un pays avec lequel l’ICA a une entente de reconnaissance mutuelle, à acquérir l’expérience requise (pour être admissible au titre de Fellow), puis à demander l’adhésion à l’ICA. Le modèle était entièrement fondé sur l’externalisation. Malgré le fait que bon nombre de Canadiens ont fait et font toujours du bénévolat aujourd’hui au sein de comités sur l’éducation de la CAS et de la SOA, l’ICA n’avait aucune responsabilité officielle à l’égard du contenu du programme ou des examens outre l’approbation générale du Conseil d’administration quant aux exigences de qualification définies par d’autres organismes actuariels.

Le Cours orienté vers la pratique

Les choses ont commencé à changer au cours de l’année 2000, lorsque la matière spécifique au pays a été retirée des examens de la SOA. L’ICA a conçu son Cours orienté vers la pratique (COP) afin de s’assurer que les candidats de tous les volets de spécialisation, y compris les assurances IARD, reçoivent la formation spécifique au Canada et soient soumis aux évaluations connexes. Ce fut le premier pas de l’ICA vers la responsabilité directe en matière d’éducation actuarielle.

Depuis ce temps, l’ICA a établi un partenariat avec la CAS aux fins de l’évaluation des connaissances en matière d’assurances IARD, y compris l’examen 6–Canada (auparavant l’examen 7–C). À la suite d’un protocole d’entente sur l’éducation avec la CAS, le contenu de l’examen 6–Canada est maintenant déterminé par une commission de l’ICA et l’examen est organisé et administré par la CAS.

En ce qui concerne les volets de l’assurance-vie individuelle et des rentes, des prestations de retraite, de l’assurance collective de personnes, du financement des entreprises et de la gestion du risque d’entreprise (GRE), ainsi que de la finance quantitative et des investissements offerts par la SOA, le contenu canadien, le cas échéant, a été réintégré au fil du temps aux examens de la SOA. Maintenant, la plupart des volets de niveau Fellow correspondent au seuil actuel désiré de 85 % du programme de l’ICA, entraînant un certain chevauchement de contenu entre les examens de la SOA et ceux du COP. Nous travaillons actuellement en collaboration avec la SOA en vue d’augmenter la couverture du volet de l’assurance collective de personnes pour satisfaire cette exigence afin de pouvoir orienter l’évolution du COP à court terme.

L’avenir du Cours orienté vers la pratique

Étant donné que le programme d’éducation de l’ICA est bien couvert par les examens de la SOA et de la CAS, le moment est venu de se pencher sur le COP afin de déterminer des façons d’en optimiser l’efficacité. La Commission sur le programme d’études en matière d’éducation de l’ICA et la Commission organisatrice du COP examinent actuellement un nouveau concept potentiel à l’égard du COP. Ce dernier conservera assurément sa formule actuelle en 2016 et 2017. Les modifications seront vraisemblablement mises en place pour la session de 2018. Surveillez le site Web et les annonces de l’ICA pour suivre les progrès de ces projets.

Il importe de mentionner que les exigences de l’ICA quant à la reconnaissance des examens de la SOA évolueront parallèlement à l’évolution du COP. À l’heure actuelle, les candidats ne sont pas tenus de passer les versions canadiennes des examens de la SOA parce que le contenu additionnel souhaité par l’ICA est couvert et évalué dans le cadre du COP. Si l’ICA décide encore une fois de s’en remettre uniquement aux examens de la SOA aux fins d’évaluation, les versions canadiennes des examens, le cas échéant, constitueront une exigence formelle. Il s’agit d’un préavis indiquant aux personnes qui amorcent leurs cours et examens de niveau Fellow à la SOA de choisir la version canadienne des examens lorsqu’il en existe une afin de s’assurer de la reconnaissance par l’ICA. Le candidat pourrait autrement devoir se soumettre à la version canadienne d’un examen déjà passé.

Portabilité internationale des titres d’AICA et de FICA

Des ententes de reconnaissance mutuelle facilitent la mobilité internationale des membres de l’ICA. L’Institut est chanceux d’avoir établi de telles ententes avec des organismes actuariels au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie et, plus récemment, en Afrique du Sud. Ces ententes permettent l’admissibilité des associés et des Fellows de l’ICA à l’adhésion dans ces pays, sous réserve qu’ils satisfassent également aux conditions spécifiques au pays concerné. Les ententes de reconnaissance mutuelle permettent aussi aux candidats de ces pays d’être admissibles à l’adhésion à l’ICA, sous réserve qu’ils satisfassent également aux conditions canadiennes.

Les membres qui détiennent le titre de FICA sont également admissibles au titre de membre de l’American Academy of Actuaries (MAAA) pour travailler aux États-Unis.

Programme d’agrément universitaire

L’instauration du Programme d’agrément universitaire (PAU) en 2012 constitue un élément plus récent du système d’éducation de l’ICA. Le PAU permet à des candidats d’obtenir des crédits à l’égard de certains examens préliminaires (FM, MFE, MLC et C) en obtenant une note de passage établie par l’ICA dans certains cours offerts dans les universités agréées. Toutes les universités agréées font l’objet d’une surveillance étroite de la part de l’ICA. Un examinateur externe y effectue une visite chaque année. Pendant cette visite, l’examinateur passe en revue des copies d’examen et s’entretient avec les chargés d’enseignement qui dispensent les cours agréés. L’actuaire chargé de l’agrément (AcA) de chaque université joue également un rôle crucial. Cette personne, qui doit détenir le titre de FICA, est chargée de veiller au respect de la politique d’agrément et des pratiques privilégiées de l’ICA.

Reconnaissance du PAU

Le PAU acquiert de plus en plus de popularité, comme en témoigne les plus de 400 crédits ayant été attribués au cours des quatre premières années d’existence du programme. Les premiers AICA commencent à intégrer l’Institut et, très bientôt, nous accueillerons des FICA issus du PAU.

Nous sommes reconnaissants de l’appui que nous avons reçu jusqu’ici de la part des employeurs à l’égard du programme et de la reconnaissance de la CAS aux fins de l’obtention des titres d’ACAS et de FCAS. Nous sommes également reconnaissants envers nos partenaires dans le cadre des ententes de reconnaissance mutuelle, qui reconnaissent aussi les crédits du PAU. Les candidats du PAU peuvent ainsi jouir d’un plus grand nombre de choix de carrière à l’étranger.

Les employeurs qui ont l’habitude de se servir des examens préliminaires à titre d’outils de sélection dans leur processus de recrutement auraient avantage à ne pas négliger les candidats ayant acquis des crédits équivalents dans le cadre du PAU. Ces jeunes candidats brillants ont fait preuve d’excellence dans leurs cours et ont dûment acquis des crédits auprès de l’ICA à l’égard de certains examens préliminaires.

La suite

Demeurez à l’affût des importantes mises à jour transmises dans les communications et sur le site Web de l’ICA au sujet des progrès réalisés en ce qui concerne le programme d’éducation. Un Groupe de travail sur la vision future en matière d’éducation de l’ICA travaille actuellement à la préparation d’un rapport et de recommandations qui devraient être présentés au Conseil d’administration à l’automne 2016. Cette période de maturation de l’ICA à titre d’organisme d’éducation assumant l’entière responsabilité de l’éducation des actuaires du Canada est très intéressante et stimulante.

Pour toute question ou tout commentaire concernant le système d’éducation de l’ICA, veuillez vous adresser à l’un ou l’autre des membres du personnel ci-dessous :

Roxanne Vézina

Coordonnatrice, adhésion et éducation

  • Demandes générales de renseignements concernant l’adhésion et l’admissibilité

roxanne.vezina@cia-ica.ca

Poste 111

Caroline Thebault

Coordonnatrice principale, éducation et perfectionnement professionnel

  • PAU
  • COP

caroline.thebault@cia-ica.ca

Poste 134

Joseph Gabriel

Actuaire membre du personnel, éducation

  • Demandes de renseignements concernant l’admissibilité
  • Ententes de reconnaissance mutuelle
  • PAU
  • Programme d’études de l’ICA

joseph.gabriel@cia-ica.ca

 

Poste 150

Alicia Rollo, LRHA, est la directrice du service d’adhésion, d’éducation et de perfectionnement professionnel de l’ICA.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn