CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Décembre 2015
 
 

Les étapes qui ont mené à la création des conditions d’utilisation du serveur de liste de discussion

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue


par Marc Tardif, FICA

Avant l’année 2014, la Politique relative aux serveurs de listes de discussion n’avait fait l’objet d’aucune révision depuis 2006, année à laquelle des bénévoles avaient rédigé quelques modifications tenant compte du contexte des communications du temps.

Deux événements nous ont contraints à réviser la politique en 2014. Il y a d’abord eu un rapport du Groupe de travail sur les politiques de l’ICA, présidé par Simon Curtis, au début de 2013. Le groupe avait reçu le mandat de réviser toutes les politiques de l’ICA afin de s’assurer qu’elles étaient adéquates, nécessaires et actuelles. Le groupe de travail a soumis la Politique relative aux serveurs de liste de discussion à la Direction des services aux membres (DSM) aux fins d’examen et de mesure à prendre.

Le deuxième événement fut une note de suivi adressée au président de la DSM en septembre 2013. Dans cette note, on mentionnait que, dans sa forme courante, le document portant sur les serveurs de liste ne constituait pas une politique en soi. Le groupe de travail a recommandé que le document soit modifié et conservé à titre de politique ou qu’il soit intégré aux Règles de déontologie ou aux Statuts administratifs.

La DSM, que je présidais à ce moment, a mis sur pied un groupe de travail formé des membres de l’ICA Frank Grossman, Marc-André Belzil et Claire Bilodeau, auquel elle a confié le mandat de réviser toutes les politiques qui leur étaient assignées. La Politique relative aux serveurs de liste de discussion a été examinée en tout dernier lieu, la mise à jour d’autres politiques étant alors plus urgente. Les Dandridge, directeur, communications et affaires publiques de l’ICA, a assuré un soutien aux travaux du groupe.

Le groupe de travail a amorcé l’examen de la politique relative aux serveurs de liste en se concentrant sur les commentaires selon lesquels la forme du document ne correspondait pas à celle des politiques de l’ICA, mais constituait plutôt une liste de règles.

Le groupe a déterminé qu’il n’était pas pertinent d’intégrer aux Règles de déontologie les règles régissant la conduite des abonnés d’un serveur de liste (bien que les Règles de déontologie aient servi de toile de fond à de nombreuses discussions du groupe). Le groupe de travail était également d’avis qu’il ne serait pas approprié de mettre en œuvre le processus complexe de modification des Statuts administratifs pour le simple motif de créer un environnement électronique favorisant la communication entre professionnels.

À l’issue de ses discussions, le groupe a convenu que, aux fins de la création d’un environnement où tous les membres se sentiraient à l’aise de discuter de leurs idées en toute convivialité, la solution qui consiste à transformer la politique en conditions d’utilisation résoudrait les problèmes soulevés par le groupe de travail et favoriserait des échanges plus éclairés et moins enflammés sur le serveur de liste.

Bon nombre d’éléments de l’ancienne politique ont été conservés, mais les principales modifications suivantes ont été apportées :

  • On a adopté une nouvelle philosophie en ce qui concerne les serveurs de liste de discussion. L’abonnement et l’accès seront devenus des privilèges plutôt que des droits associés à l’adhésion. Le contrat implicite est demeuré tel quel, mais les privilèges s’accompagnent de responsabilités. Les abonnés seraient tenus de faire preuve de courtoisie et de respect professionnel envers leurs confrères. Le personnel du siège social de l’ICA pourrait publier des messages. Les dirigeants de l’ICA ne communiquent pas sur les serveurs de liste de discussion.
  • Les conditions d’utilisation inciteraient tous les membres à prendre part aux débats en maintenant un environnement de communication professionnel et constructif.
  • Les serveurs de liste de discussion demeureraient exempts de modérateur, comme c’est le cas depuis le début. Ils sont soumis à une surveillance visant à assurer le respect des conditions d’utilisation, mais lorsqu’un membre envoie un courriel, celui-ci est acheminé directement aux abonnés.
  • Selon l’ancienne politique, les abonnés contrevenant aux règles recevaient un avertissement obligatoire. Le groupe de travail estimait que cette façon de faire était inefficace et a décidé de rendre ces avertissements facultatifs.
  • Un abonné dont les privilèges sont suspendus peut en appeler de cette suspension auprès du président de la DSM, dont la décision est définitive.
  • Le directeur des communications de l’ICA jouit maintenant de l’autorité nécessaire pour appliquer les conditions d’utilisation étant donné que la surveillance exercée vise davantage le ton que la nature des échanges.
  • À l’égard du ton et du contenu, la même règle claire et simple demeure. « Les énoncés qui seraient inappropriés à l’occasion d’une séance dans le cadre d’une assemblée de l’ICA le seraient aussi pour un serveur de liste de discussion. » Il y aura, bien entendu, des divergences d’opinions, mais le respect de cette norme en faisant preuve de collaboration serait utile.

Une fois satisfait de son document, le groupe de travail l’a acheminé à la DSM aux fins de discussion et d’approbation, laquelle a été accordée le 22 octobre 2014 à la suite du vote des membres de la DSM.

Marc Tardif, FICA, est le représentant du Conseil d’administration auprès de la Direction des services aux membres.

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn