CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Décembre 2014
 
 

Mise à jour vidéo de décembre

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

 

Pour visionner la vidéo, veuillez cliquer sur l’image ci-dessus ou cliquez ici. Voici une transcription de la vidéo : 

Bonjour. Je m’appelle Jacques Tremblay et je suis le président de l’Institut canadien des actuaires.

Le 26 novembre, le Conseil d’administration de l’ICA a tenu une réunion pour discuter d’un éventail de questions et d’initiatives. Les points saillants de la réunion ont fait l’objet d’une annonce à l’intention des membres, le 11 décembre dernier, et je veux profiter de cette occasion pour discuter avec vous de quelques éléments ayant trait au Conseil d’administration ainsi que de quelques autres initiatives.

Premièrement, le Conseil d’administration est en cours de transition pour devenir une entité plus stratégique que jamais. Il n’y a pas si longtemps, le Conseil d’administration était responsable de l’approbation des normes de pratique, et certaines réunions prenaient l’allure de véritables séances-marathons où, une fois les discussions sur les questions habituelles terminées, on passait des heures à débattre sur des normes. Cette nouvelle perspective stratégique imprègne les activités de toutes les directions relevant du Conseil d’administration et des structures de gouvernance, et établissent le ton de nos réunions.

Voici un survol rapide de certaines expressions que vous entendez régulièrement dans le cadre de discussions sur le Conseil d’administration. La première expression est « dirigeants de l’ICA ». Ce groupe est constitué du président, du président sortant, du président désigné, du secrétaire-trésorier et du directeur général. Nous tenons une réunion aux six semaines et supervisons à un haut niveau tous les domaines d’activités de l’ICA entre les réunions du Conseil d’administration.

La deuxième expression est « direction de l’ICA ». Ce groupe est constitué des dirigeants de l’ICA que je viens d’énumérer ainsi que des quatre présidents de directions. Leur mandat consiste à superviser les activités de l’ICA entre les réunions du Conseil d’administration, mais à un niveau de détail plus poussé que ce qu’assurent les dirigeants de l’ICA. Ce groupe tient également une réunion aux six semaines.

Nous avons maintenant un code de conduite et d’éthique pour les candidats actuariels qui ne sont pas membres de l’ICA, mais qui poursuivent des études en actuariat. Dans l’intérêt public, ce nouveau code exige que les candidats actuariels respectent les normes de conduite et de pratique rigoureuses en vigueur au Canada, et qu’ils possèdent les qualifications requises pour la profession actuarielle au pays. Aussitôt que le candidat devient membre, il est tenu d’observer les Règles de déontologie.

Je tiens à dire quelques mots au sujet du travail de la Commission de recherche. Au cours des cinq dernières années, le Conseil d’administration et la Direction des services aux membres ont davantage mis l’accent sur ce domaine important du travail de l’ICA, ce qui a entraîné plus de demandes de financement que ce qui était prévu au budget. On a demandé au Conseil d’administration d’augmenter le budget de recherche pour le prochain exercice financier; cette question est en cours d’examen. Le Conseil d’administration appuie sans réserve l’orientation adoptée par la Commission recherche et son travail de priorisation des demandes. Je m’attends à ce que les membres aient constaté les résultats du travail acharné de Dave Dickson et de la commission, et qu’ils soient également ravis du chemin qui a été tracé.

L’ICA publie maintenant un bien plus grand nombre de documents qu’il y a 10 ans. Par exemple, en 2005, nous avons déposé cinq mémoires à divers gouvernements et organismes. Au fil de l’accroissement du nombre d’employés du siège social de l’ICA et de leurs responsabilités, de concert avec une plus grande contribution de la part de nombreux bénévoles dévoués, nous avons déposé l’an dernier plus de 20 mémoires.

De plus, nous publions un certain nombre d’énoncés et de positions, lesquels sont tous assujettis à un processus d’examen et d’approbation rigoureux. Ainsi, de tels documents étant publiés en plus grand nombre, la politique régissant le cadre d’approbation devait faire l’objet d’une mise à jour et une nouvelle entité responsable de ce processus a dû être créée. Marc Tardif, président de la Direction des services aux membres, et sa vice-présidente Marie-Hélène Malenfant, ainsi que Michel Simard, notre directeur général, et Chris Fievoli, l’actuaire résident de l’ICA, ont pris les rênes de toutes les pièces mobiles de cette initiative. Outre l’adoption d’une nouvelle politique, la Commission sur les positions publiques, qui relève de la Direction des services aux membres, a été mise sur pied et des bénévoles ont été recrutés. Je suis ravi d’annoncer que Mike Hale, un ancien président de l’ICA, s’est porté bénévole pour assurer le premier mandat à la présidence de cette commission. Cette initiative aura certainement un impact positif sur l’atteinte de nos objectifs stratégiques à long terme.

Tel que mentionné dans la mise à jour sur le Conseil d’administration, les politiques existantes de l’ICA ont subi de nombreuses modifications et de nouvelles politiques ont été adoptées. Restez au fait des communications hebdomadaires pour obtenir des détails additionnels!

Chaque organisme doit accorder un intérêt marqué envers la valeur qu’elle offre à ses clients. Dans notre cas, il s’agit des promesses que nous faisons aux membres ainsi que notre engagement envers le public. À sa dernière réunion, le Conseil d’administration a approuvé la proposition de valeur de l’ICA, laquelle se prononce sur les avantages et les attentes des membres de l’ICA, et qui renforcera nos fonctions internes et externes de marketing, de communications et de relations gouvernementales. Nous fournirons bientôt de plus amples détails.

À l’occasion de la réunion, Sharon Giffen, présidente de la Commission sur les risques, a déclaré : « Le risque lié au capital humain représente le plus grand risque auquel est confronté l’ICA en vue d’atteindre un grand nombre de ses objectifs stratégiques. »

Une partie du risque s’applique à notre bassin important de bénévoles, et la Commission sur la gouvernance a longuement réfléchi à la question. Celle-ci a initié une discussion sur la gestion des bénévoles, la planification de la relève et le perfectionnement en leadership, en raison de la difficulté à laquelle sont confrontés le Conseil d’administration, les directions et les commissions pour ce qui est du recrutement de candidats à des postes de leadership.

La discussion au sein du Conseil d’administration a permis de constater le besoin d’un examen plus poussé afin de cerner les questions clés et de trouver des solutions possibles, et d’élaborer une stratégie réalisable.

Lors de la réunion du Conseil d’administration, j’ai fait rapport sur deux rencontres en personne très positives avec la Society of Actuaries qui se sont tenues en octobre, soit notre présentation au conseil d’administration de la SOA intitulée L’ICA : la voix de la profession actuarielle au Canada, et une autre réunion des dirigeants des deux organismes sur des sujets liés à l’éducation.

Le résultat obtenu suite à ce travail continuera d’être peaufiné dans les mois qui suivent. Ce dernier comprend une étude approfondie et des recommandations concernant un système d’éducation canadien formulées par le Groupe de travail sur les exigences d’admissibilité canadiennes, présidé par Angelita Graham et relevant de la Direction de l’admissibilité et de la formation.

Alors que cette vidéo est produite, nous approchons un jalon très important pour la profession, soit la célébration de son 50e anniversaire. Le 18 mars 1965, une Loi du Parlement ayant permis la création de l’ICA a été adoptée. Nous célébrerons de nombreuses façons au fil de la prochaine année et je vous encourage à vous impliquer. La participation à notre Assemblée annuelle des plus spéciales, qui se tiendra à Ottawa, constitue notamment un engagement important. Vous entendrez les gens parler de cet événement pour les 50 prochaines années! D’accord, j’exagère peut-être un peu, mais ce sera une explosion d’occasions éducatives et de célébrations.

Une autre façon de vous impliquer directement sera de vous joindre à Rob Stapleford, moi-même et 30 autres actuaires qui aborderont des départements de mathématiques de niveau secondaire dans nos communautés. Le but est de donner des présentations en salle de classe durant les mois de mars, avril et mai aux étudiants qui s’intéressent à notre incroyable profession. Nous travaillons à l’élaboration de ressources stimulantes que vous pourrez utiliser en salle de classe, mais votre expérience et votre passion pour l’actuariat seront cruciales à la réalisation de ce projet spécial dans le cadre de notre 50e anniversaire.

Je vous souhaite un joyeux Noël et un bon temps des fêtes, et que la nouvelle année vous apporte beaucoup de bonheur et de succès!

Jacques Tremblay, FICA, est le président de l'Institut canadien des actuaires.

 

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn