CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Mars 2014
 
 

Un visiteur russe se renseigne sur le travail des actuaires au Canada et à l'étranger

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

La Russie devenant un joueur de plus en plus important au sein de la profession actuarielle, l'ICA a été ravi de pouvoir se joindre récemment à l'Association actuarielle internationale (AAI) dans le cadre d'une rencontre avec l'un de ses principaux politiciens.

Boris Kashin, député de la Douma d’État de la Fédération de Russie et membre du Comité permanent des parlementaires de la région de l'Arctique, s’est rendu à Ottawa pour rencontrer des représentants de l’ICA et de l’AAI.

La Guilde russe des actuaires est un membre à part entière de l’AAI depuis 2008 et contribue activement au développement de la profession actuarielle mondiale. Elle sera également l’hôte des réunions du Conseil et des comités de l’AAI en mai 2016. La Guilde, qui compte plus de 150 actuaires qualifiés, représente la profession actuarielle dans la Fédération de Russie. Elle a pour vocation d’établir et de promouvoir une éducation et des normes professionnelles communes, d’organiser des colloques et des conférences et de représenter les intérêts de la profession actuarielle en Russie auprès des établissements d’enseignement ainsi que des organismes privés et gouvernementaux, de même qu’à l’échelle internationale par l’intermédiaire de l’AAI.

La visite de M. Kashin avait lieu au lendemain d’une décision déterminante de la Douma, qui a récemment adopté une loi générale régissant les services d’actuariat dans le marché financier russe. Ces mesures législatives, qui peuvent servir de modèle à d’autres pays, sont fondées sur les principes de professionnalisme visant la profession actuarielle établis par l’AAI, notamment :

  • La définition de l’« actuaire » en tant que membre d’un organisme professionnel (organisme d’autoréglementation ou OAR);
  • L’établissement d’exigences visant l’adoption par les OAR d'un code de déontologie, d’un système de qualification et d'un processus disciplinaire;
  • L’établissement d’exigences de qualification minimales équivalentes aux fins de l’admission des actuaires au sein des OAR;
  • L’exigence pour les OAR de se doter d’un système de perfectionnement professionnel continu obligatoire;
  • Le référencement des normes actuarielles mondiales (depuis 2009, l'AAI a élaboré de telles normes en réponse à une initiative du G20 et aux demandes des organismes de réglementation internationaux).

La profession actuarielle est unique en ce sens qu’elle est la première à avoir établi une structure véritablement mondiale dotée d’un code de déontologie commun, de normes de qualification acceptées à l’échelle internationale, d’un porte-parole international et de la capacité d’élaborer des normes de pratique internationales sous forme de cadre.


À partir de la gauche, Jacques Lafrance, président de l’ICA, Boris Kashin, Nicole Seguin, directrice générale de l’AAI, et Dave Pelletier, président du Comité des normes actuarielles de l’AAI.
 

 

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn