CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Décembre 2013
 
 

Agir en professionnel, ça en vaut la peine!

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue


par Jacques Lafrance, FICA
Président de l'ICA

Vous avez peut-être remarqué que l’Institut a récemment accentué ses efforts en vue de fournir des occasions de formation à ses membres actuels et futurs en matière de professionnalisme. Quelques exemples :

  • À la dernière assemblée annuelle, deux séances ont porté spécifiquement sur des enjeux de professionnalisme. Elles ont connu un énorme succès et ont permis d’aborder des questions sérieuses de manière très interactive et très divertissante.
  • En décembre, l’Institut a offert une webémission (en anglais et en français) qui a traité du professionnalisme. En particulier, elle a étudié quelques cas fictifs, mais réalistes, qui ont soulevé d’excellentes occasions de réflexion quant à l’application de comportements professionnels.
  • Nous avons prolongé l’Atelier sur le professionnalisme (la participation à cet atelier est un prérequis pour devenir un associé ou un Fellow de l’Institut) pour qu’il puisse aborder de façon plus approfondie ce sujet.
  • En début d’année 2014, l’Institut tiendra une séance d’une demi-journée sur le professionnalisme et l’éthique pour les membres de plus longue date. Cet événement pilote aura lieu à Toronto à titre de tribune animée aux fins d’échange entre pairs. De plus amples détails suivront en janvier.

En passant, je tiens à remercier sincèrement les bénévoles et le personnel du siège social ayant collaboré à ces initiatives.

J’appuie les efforts de l’Institut visant à mettre davantage l’accent sur les enjeux de professionnalisme. Comme organisme professionnel, l’Institut doit rechercher une assurance accrue du maintien d’un niveau élevé de professionnalisme de ses membres. Même si notre profession ne souffre pas, à l’heure actuelle, de problèmes importants quant à l’éthique de nos membres, nous devons demeurer vigilants et valoriser une conduite irréprochable.

À cet égard, je tiens à rappeler que l’Institut s’est doté de principes directeurs dont le premier s’énonce comme suit : « Dans la conduite de ses activités et programmes, l’Institut fait primer le devoir de la profession envers le public sur les besoins de la profession et de ses membres. » À mon avis, la notion de « faire primer le devoir de la profession envers le public » renforce la priorité que doit accorder l’Institut au maintien d’un haut degré de professionnalisme de ses membres.

Dans le cadre du présent article, je ne peux élaborer sur ce que représente exactement la responsabilité d’agir en professionnel. Je me permets toutefois de signaler certains attributs importants : honnêteté, courtoisie, respect, compétence, soin dans la réalisation des travaux, divulgation de conflit d’intérêt, communication claire, proactivité. Une façon simple d’évaluer si un acte ou comportement correspond à celui d’un professionnel pourrait être de se poser la question : quel jugement porterait un groupe de personnes initiées et non initiées sur le caractère professionnel de cet acte ou comportement?

Évidemment, lorsque confronté à une situation problématique mettant en question son éthique, un professionnel ne devrait pas hésiter à demander conseil à une personne en qui il a confiance, voire même un conseiller juridique quand la gravité ou la complexité de la situation l’exige. L’Institut est également à votre disposition, notamment en ce qui a trait à l’interprétation de nos Règles de déontologie et des normes de pratique.

Parlant de nos Règles et normes de pratique, il est clair qu’un membre de l’Institut doit s’y conformer. Toutefois, il ne serait pas approprié de seulement se conformer à la lettre de ces documents. À titre de professionnel, un actuaire doit également rechercher à respecter l’esprit des Règles dans ses actions et lorsqu’il donne des conseils.

Adopter le comportement d’un professionnel et agir comme tel augmente les chances de réussir dans sa carrière, ainsi que de bâtir et maintenir une solide réputation. Mais au-delà d’une carrière fructueuse et valorisante, agir avec professionnalisme et honnêteté procure une paix d’esprit. Et cela, ça n’a pas de prix!

Mes meilleurs vœux pour le temps des Fêtes et je vous souhaite beaucoup de bonheur en 2014. 

Jacques Lafrance, FICA, est le président de l'Institut canadien des actuaires.

 

 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn