CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA
Archives | www.cia-ica.ca  
   
Septembre 2013
 
 

Nous sommes sur la bonne voie!

Print Imprimer cet article | Envoyer à un collègue

par Jacques Lafrance, FICA
Président de l'ICA

Mon année à titre de président désigné de l’Institut fut merveilleuse. J’ai beaucoup appris, approfondissant notamment mes connaissances des enjeux variés avec lesquels la profession actuarielle devra composer. J’aimerais remercier tous ceux qui m’ont fourni un appui important, particulièrement Simon Curtis, notre président sortant, Michel Simard, notre directeur général, et Jim Christie, notre ancien président sortant. Ils ont fait preuve d’une grande patience à mon égard et ont pris le temps de me montrer les rouages de la gestion de l’Institut.

C’est avec fierté et confiance que j’entame mon mandat de présidence de l’Institut. Fierté car notre profession jouit d’une solide réputation. Le public reconnaît et accorde une grande valeur aux compétences des membres de l’Institut, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde. De plus, je suis confiant parce que nous pouvons compter sur une solide équipe au siège social et sur de nombreux bénévoles parmi nos membres démontrant un fort degré de dévouement.

Il demeure néanmoins que nous devons faire face à plusieurs défis. J’aurai l’occasion au cours des prochains mois d’élaborer davantage sur la nature de ces défis et sur les moyens qu’entend mettre en œuvre l’Institut afin de les relever. Pour l’instant, je me permets de signaler les suivants :

  •  Meilleure connaissance de notre profession par le public : Notre profession mérite d’être mieux connue et il est dans notre intérêt qu’elle le soit. Nous devrons mettre en œuvre des actions ciblées qui feront en sorte que les compétences et aptitudes des actuaires soient mieux comprises par le public, et en particulier par les décideurs et les utilisateurs potentiels de nos services.
  • Influence accrue sur les décisions touchant l’intérêt public : Grâce notamment à l’émission de prises de position et de rapports de recherche pertinents, de qualité et en temps opportun, nous pouvons faire davantage profiter le public des compétences actuarielles dans la prise de décisions liées aux enjeux de société.
  • Élargissement des champs de pratique de notre profession : La valeur des actuaires est bien reconnue dans nos domaines de pratique traditionnels. Toutefois, nous devons consacrer plus d’effort et d’énergie vers un rayonnement élargi de notre profession. Dans notre monde moderne où tout bouge plus vite, il nous faut accélérer la cadence en vue d’une pénétration accrue de notre profession dans des domaines qui sont à notre portée et à qui nos compétences peuvent bénéficier, notamment le secteur financier autre que les assurances. La vitalité future de notre profession en dépend.
  • Meilleur appariement de la formation de nos membres actuels et futurs avec les compétences recherchées : Il y a des différences importantes entre les compétences requises aujourd’hui et celles enseignées il y a quelques décennies. Notre formation et les compétences que nous exigeons de nos nouveaux membres doivent constamment être revues afin qu’elles nous permettent d’offrir des services de haute qualité à notre public.
  • Assurance accrue du maintien d’un niveau élevé de professionnalisme de nos membres : Même si notre profession ne souffre pas, à l’heure actuelle, de problèmes importants quant à l’éthique de nos membres, nous devons demeurer vigilants et valoriser une conduite irréprochable.
  • Adoption de normes et d’une offre de formation adaptées à un monde en constante évolution : L’harmonisation mondiale des règles comptables applicables au secteur financier représentera, notamment, un défi important en termes de formation et d’élaboration de normes et conseils.

Sans négliger une saine gouvernance des activités de l’Institut, le Conseil d’administration a récemment adopté des modifications à son mode opérationnel visant à mettre davantage l’accent sur les enjeux stratégiques de la profession actuarielle au Canada. Je suis confiant qu’avec ces changements, nous pourrons plus rapidement progresser vers l’atteinte de nos objectifs. Je tiens toutefois à vous rassurer : l’Institut ne perd pas de vue l’importance du rôle quotidien qu’il doit assumer quant à la formation, aux conseils et aux services devant être offerts à nos membres actuels et futurs.

Je constate que je suis entouré de gens passionnés et je me réjouis à l’idée de travailler avec eux au cours de la prochaine année. Je suis confiant qu’avec cette passion, nous réussirons à contribuer à l’épanouissement de notre profession et à ce que l’Institut soit encore plus utile pour le public et ses membres. Pour y arriver, nous aurons aussi besoin de votre participation. Je vous invite à fournir une partie de votre temps et énergie aux activités de l’Institut, quels que soient votre domaine de pratique et le stade de votre carrière. Votre contribution et vos idées seront grandement appréciées.

Nous sommes sur la bonne voie. Toutefois, nous devons travailler fort et être vigilants afin que cette voie nous mène à la destination désirée.

Jacques Lafrance, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires. 

Retour à CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn