CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

juin 2013
Votre Institut

par Simon Curtis, FICA
Président de l'ICA


Au moment de rédiger ces lignes, j’ai peine à croire que mon année à la présidence tire déjà à sa fin. Elle m'a semblé se dérouler en un éclair.

Je quitte en ayant la certitude que la profession est entre bonnes mains au Canada; nous avons un leadership engagé à l’échelon du Conseil d’administration et des directions, un siège social efficace et infatigable dirigé par notre directeur général, une solide culture de bénévolat à l’échelle de l’organisation et des membres très professionnels et engagés. Compte tenu de notre sens aigu du professionnalisme et de l’intégrité, ainsi que de nos compétences analytiques fondamentales en ce qui a trait à la projection et à l’évaluation des flux monétaires et aux risques inhérents à toutes les formes de programmes de sécurité financière, je crois que, en tant que profession, nous sommes bien placés pour contribuer au leadership à l’égard de plusieurs des enjeux importants auxquels nous faisons face aujourd’hui. Au nombre de ces enjeux, mentionnons notamment l'augmentation des coûts de la santé, les répercussions de la longévité accrue et l’incidence des faibles taux d'intérêt sur la pérennité des régimes de retraite, ainsi que la capacité d’offrir d’autres formes de prestations favorisant la sécurité financière à long terme.

Néanmoins, nous vivons dans une ère à laquelle évoluent rapidement nos environnements professionnel et social, ce qui nous pose le grand défi de maintenir le plus possible notre pertinence et de permettre à nos membres d'exploiter le plein potentiel de leurs compétences et de leurs capacités.

Selon moi, l’une des plus importantes initiatives que nous ayons entreprises au cours de la dernière année fut de porter un regard vers l’avenir et d’adopter quatre objectifs stratégiques à long terme, lesquels sont, pour le Conseil d'administration, déterminants pour l’avenir de l’Institut et de ses membres. Bien que j’en aie parlé dans un article antérieur, je crois qu’il vaut la peine de les répéter :

  1. L’adhésion à l’ICA est considérée comme primordiale pour tous les actuaires qui exercent leur profession au Canada. Tous les actuaires qui exercent leur profession au Canada sont des membres actifs de l’ICA et considèrent l’Institut comme leur principale affiliation actuarielle et comme l’organisme dans lequel ils sont le plus engagés.
  2. L’ICA est considéré comme un organisme de formation et non seulement comme un organisme d’agrément. Il assume l’entière responsabilité du cheminement éducatif (qui peut comprendre une externalisation des activités) menant à l’obtention du titre de FICA, lequel est reconnu comme un agrément de haute qualité et indépendant (c.-à-d. sans obligation de s’aligner sur un autre titre).
  3. Grâce à ses recherches sur la prospérité et les risques financiers, l’ICA est largement reconnu par le public comme jouant un rôle prépondérant dans le dialogue, l’analyse et les solutions relatifs à tous les domaines liés à la compréhension et à la quantification des aléas et risques financiers futurs.
  4. Compte tenu des fonctions étendues qu’ils exercent dans les domaines de pratique existants, les membres de l’ICA sont considérés comme des intervenants clés dans les domaines non traditionnels tels que les soins de santé et les services bancaires.

Nous travaillons actuellement à articuler les plans opérationnel et stratégique de l’ICA autour de ces objectifs. Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion, avec d'autres membres de la direction, de m’entretenir avec la direction d’autres organismes actuariels d’ailleurs dans le monde. Il est intéressant de constater que les quatre thèmes que nous avons dégagés dans nos objectifs à long terme sont constamment désignés comme des défis et des priorités par ces autres organismes. Essentiellement, le monde est en constante mouvance et, pour maintenir notre pertinence et notre importance, nous devons trouver des moyens de nous adapter aux domaines de pratique émergents. Nos méthodes d’éducation, notre positionnement auprès du public et la promotion que nous faisons du professionnalisme actuariel sont des éléments essentiels à l'atteinte de cet objectif. Cela revêt une importance particulière pour les jeunes membres de notre profession, qui travailleront pendant une bonne partie de leur carrière dans des contextes qui seront vraisemblablement bien différents de l'environnement actuel. Ce qui m’amène à désigner une chose que nous, en tant qu’Institut, devrions nous efforcer de mieux faire : susciter une participation accrue des plus jeunes membres à des fonctions de leadership et d’influence au sein de notre organisation.

Nous évoluons assurément dans une ère stimulante et, au terme de mon année à la présidence, je compte continuer à m’investir dans l’Institut et dans notre profession.

Simon Curtis, FICA, est le président de l’ICA.


 
Article en Primeur

par Bruce Langstroth, FICA

Lorsqu’il est question d’orientation stratégique, de vision, de buts et d’objectifs à long terme et de sujets connexes, la Direction de la pratique actuarielle (DPA) ne vous vient probablement pas spontanément à l'esprit. La mission de la direction est en apparence de nature beaucoup plus fondamentale : elle élabore le matériel d’orientation qui aide les praticiens dans leur travail au quotidien, ce qui semble éloigné du domaine de la stratégie.

Cela n’enlève rien à l’importance que revêt le travail de la DPA. Celle-ci supervise l’élaboration du matériel d’orientation qui définit et précise la nature de la pratique actuarielle dans le cadre de nos normes de pratique. On peut certainement voir une dimension stratégique dans cette activité : le public et les autres parties prenantes tirent profit de la qualité de la pratique au Canada, qualité que favorise le travail de la DPA. Toutefois, malgré l’importance que revêt ce travail, il est parfois difficile d’en saisir la dimension stratégique.

En 2012-2013, le Conseil d’administration s’est fixé un ensemble d’objectifs stratégiques à long terme. Parmi ces derniers figure le souhait que l’adhésion à l’ICA soit considérée comme primordiale pour tous les actuaires qui exercent leur profession au Canada. Même si cet objectif comporte de nombreuses dimensions potentielles, il est manifeste que la DPA contribue à son atteinte. L’adhésion à l’ICA perdra de sa valeur pour les praticiens si le matériel d’orientation ne leur est d’aucune utilité.

Un autre objectif est formulé ainsi : « Compte tenu des fonctions étendues qu’ils exercent dans les domaines de pratique existants, les membres de l’ICA sont considérés comme des intervenants clés dans les domaines non traditionnels tels que les soins de santé et les services bancaires. » Les nouveaux domaines de pratique devront s’appuyer sur le matériel d’orientation, voire sur les normes de pratique.

La DPA joue également un rôle stratégique en contribuant à l’image que donne la profession. Au Canada, la profession peut, entre autres choses, s’enorgueillir de la qualité de ses praticiens, qui trouve sa source dans les normes de pratique et le matériel d’orientation connexe. Cette assise permet à la profession d’offrir des services répondant aux attentes du public.

Lorsque nous examinons la nouvelle année, nous voyons émerger deux thématiques au niveau stratégique :

  1. Faire en sorte que les praticiens puissent s’appuyer sur du matériel d’orientation de qualité;
  2. Faire en sorte que les attentes du public soient comblées au moyen d’approches harmonisées au sein des domaines de pratique.

De nombreux domaines de pratique, notamment les plus traditionnels, s’appuient efficacement sur du matériel d’orientation exhaustif et de qualité. C’est le cas en particulier pour les praticiens en régimes de retraite et en assurance-vie. D’autres domaines de pratique, qu’ils soient minoritaires (comme l’expertise devant les tribunaux) ou relativement récents (comme la gestion du risque d’entreprise) en profitent moins. La DPA s’intéressera davantage dans l’année à venir aux domaines de pratique négligés à cet égard.

On peut supposer que le public s’attend raisonnablement à ce que les pratiques diffèrent quand cela s’impose et à ce qu’elles ne diffèrent pas quand il n’y a aucune raison pour cela. Les différences de pratique liées à des différences fondamentales concernant les obligations considérées peuvent se justifier, mais ce n’est pas forcément le cas pour celles qui existent uniquement en raison de différences dans l’évolution des domaines de pratique. La DPA s’intéressera davantage l’an prochain à l’harmonisation des pratiques (ou à la rationalisation des différences), en reconnaissant que certains points pourraient en fin de compte concerner des questions liées aux normes, qui relèvent alors du Conseil des normes actuarielles.

Pour conclure, on a souvent tendance à oublier la DPA lorsqu’on pense à l’orientation stratégique de l’ICA. Au terme de la présente discussion, j’espère que, comme moi, vous percevrez davantage les activités de la direction sous un angle stratégique.

Bruce Langstroth, FICA, est le président de la Direction de la pratique actuarielle.


 
Nouvelles de L'Institut
Félicitations aux membres de l’ICA qui ont été élus au Conseil d’administration dans le cadre des élections de 2013 :

Président désigné
Secrétaire-trésorier
   
Jacques Tremblay  John Dark 
Nouveaux administrateurs
       
Daniel Doyle  Steven Easson  Jean-Yves Rioux  Mercy Yan 

Le président désigné servira un mandat d’un an à titre de président désigné, suivi de deux mandats consécutifs d’un an à titre de président et de président sortant. Le secrétaire-trésorier servira un mandat de deux ans. Les administrateurs sont élus pour un mandat de trois ans.

Les membres élus ont débuté leurs mandats à la clôture de l’Assemblée annuelle, le 21 juin 2013.

Merci à tous ceux qui ont posé leur candidature dans le cadre des élections.

La Commission des élections

 

par Kim Young, FICA

En 2008, la Commission de recherche de l’ICA a créé la Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite, à laquelle elle a confié le mandat suivant :
  • Assurer la révision de l’expérience de mortalité chez les retraités au Canada;
  • Élaborer et tenir à jour une table de mortalité et une échelle d’amélioration de mortalité canadiennes en ce qui concerne les régimes de retraite.

La sous-commission en est aux derniers stades de la préparation d’un rapport provisoire aux fins de commentaires et dans lequel seront proposées de nouvelles tables de mortalité et des échelles d’amélioration de la mortalité. Ces nouvelles tables et échelles sont importantes parce qu’elles reposent sur l'expérience canadienne récente. Les taux de mortalité figurant dans les nouvelles tables sont sensiblement plus faibles que les projections établies à l’aide de l'échelle AA contenues dans la table UP-94, ce qui indique qu’il est justifié d’adopter des tables et des échelles correspondant à l'expérience de mortalité canadienne.

En 2009, l’Institut a commandé deux études d’expérience simultanées. L’étude sur le RPC/RRQ examinait l’expérience des retraités prestataires dans le cadre du Régime de pensions du Canada (RPC), dans le cadre du Régime de rentes du Québec (RRQ) et les deux régimes combinés. Aux fins de l’élaboration de tables de mortalité, l’étude RPC/RRQ a examiné l’expérience de mortalité de tous les prestataires d’une rente de retraite du RPC et du RRQ pour les années civiles 2005, 2006 et 2007. Les résultats de cette étude sont présentés dans un rapport préparé par Louis Adam, FICA, FSA, intitulé The Canadian Pensioners Mortality Table – Information on mortality for the triennial period ending December 31, 2007, with data as at December 31, 2008 (en cours de traduction).

L’étude RPC/RRQ se penchait également sur les tendances relatives à l’expérience de mortalité des retraités depuis 1967, soit la première année à laquelle des rentes ont été versées en vertu de ces régimes. Les résultats de cette étude sont présentés dans le rapport de Louis Adam intitulé The Canadian Pensioners Mortality Table, Historical Trends in Mortality Improvement and a Proposed Projection Model based on CPP/QPP Data as at December 31, 2007 (en cours de traduction).

L'étude RPC/RRQ présente 15 différentes tables de mortalité établies selon trois sources de données (RPC, RRQ et les deux sources combinées) et cinq catégories de revenu de retraite. On peut consulter les deux rapports issus de l’étude RPC/RRQ sur le site Web de l’ICA (ici et ici, en anglais).

La deuxième étude, l’étude RRA, examine l’expérience d’un certain nombre de régimes de retraite agréés (RRA) canadiens des secteurs public et privé. Les résultats de l’étude RRA seront présentés dans le rapport de la sous-commission.

Ces études visent d’abord et avant tout à établir des tables de mortalité et des échelles d’amélioration de la mortalité de base pouvant être utilisées dans le cadre d’évaluations actuarielles aux fins du provisionnement et(ou) des rapports financiers relatifs à un large éventail de régimes de retraite canadiens. De plus, on prévoyait envisager l’usage de ces tables et échelles dans le cadre des normes de pratique actuarielle aux fins de l’établissement de la valeur actualisée des régimes de retraite et du partage des prestations de retraite en cas de rupture du mariage.

Le rapport de la sous-commission présentera ce qui suit :

  • Des tables de mortalité reposant principalement sur l’expérience observée à partir de l’étude RRA, notamment des tables selon le sexe fondées sur l'ensemble des données issues de l'étude RRA et des tables distinctes fondées sur les données des secteurs public et privé;
  • Des facteurs d’ajustement de la taille pour chaque table de mortalité élaborée dans le cadre de l’étude RRA afin de tenir compte des différences de mortalité observées selon le niveau de revenu de retraite;
  • Des échelles d’amélioration de la mortalité reposant principalement sur l'expérience observée à partir de l'étude RPC/RRQ, notamment une échelle d'amélioration de la mortalité bidimensionnelle et une échelle unidimensionnelle « transitionnelle » se rapprochant, à brève échéance, de l’effet financier de l’échelle bidimensionnelle.

Il est prévu que le rapport provisoire aux fins de commentaires soit publié en juillet à la suite de l'examen et de l'approbation de la Commission de recherche et de la Direction des services aux membres. Nous espérons que ce rapport suscitera la discussion au sein de l’Institut et que la sous-commission pourra recueillir des commentaires constructifs au sujet des tables de mortalité et des échelles d’amélioration de la mortalité proposées dans ces études. On envisage actuellement la tenue, vers le début ou la mi-septembre, d’une webémission nationale portant sur les résultats de ces études, préalablement à la date limite aux fins de commentaires établie au 30 septembre.

A. Kim Young, FICA, est le président de la Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite et un membre de la Commission de recherche. Toute question concernant le travail de la Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite peut lui être envoyée à kim.young@sunlife.com.


 

Le Coin des bénévoles
par Marcia Gallos, FICA

Alors que l’ICA se prépare à la pause estivale et que mon rosier Winnipeg Parks est en pleine floraison, mon deuxième Coin des bénévoles aborde des questions épineuses :

  • À quelle fréquence devrais-je faire du bénévolat?
  • Quel est le temps de disponibilité exigé?
  • Ai-je les qualifications requises?
  • Qu’ai-je à y gagner?

Mais faisons d’abord un peu plus connaissance avec Minaz Lalani et voyons ce qu’il a apporté à notre profession.

Portrait d’un bénévole : Minaz Lalani

Lauréat en 2012 d’une palme d’argent pour son travail bénévole au sein de l’ICA, Minaz Lalani (en photo ci-dessus) a choisi le temps qu’il a passé spécifiquement à la Commission des applications en gestion du risque d’entreprise comme l’un des points saillants de ses activités de bénévole. Il exprime sa satisfaction « d’avoir travaillé avec une équipe consciencieuse » à l’un des sujets récents dignes d’intérêt pour la profession et affirme que la commission a apporté une contribution à la profession en « a) produisant deux brochures sur la gestion du risque d’entreprise (GRE); et b) en intégrant des questions ayant trait à la GRE aux réunions de l’ICA. »

Depuis l’obtention de son titre de Fellow en 1985, M. Lalani a siégé bénévolement à un certain nombre d’autres commissions et groupes de travail, dont :

  • Groupe de travail sur les exigences d’admissibilité canadiennes;
  • Groupe de travail sur l’épargne individuelle et la littératie financière;
  • Commission des élections;
  • Commission des relations publiques;
  • Groupe de travail sur les valeurs de transfert.

Selon lui, le bénévolat lui a donné la chance d’aiguiser son expertise actuarielle : « J’ai amélioré mes compétences techniques et analytiques, en particulier dans les domaines de la modélisation du risque, de l’analyse de scénarios et de la GRE. »

Mais il ajoute que le bénévolat lui a apporté bien plus : l’occasion de collaborer en vue d’un objectif commun. « Cette expérience a été d’autant plus enrichissante que j’ai eu la possibilité de travailler avec divers membres ayant des expériences différentes, de m’informer sur différentes questions et de parvenir à un consensus sur ces mêmes questions. »

Merci pour tous tes efforts, Minaz. Nous espérons que tu continueras à collaborer avec de nombreuses autres commissions.

Postes actuellement vacants

L’examen annuel auquel se livre le siège social de l’ICA au sujet de la participation aux commissions, aux groupes de travail et aux directions est présentement en cours. De ce fait, aucune annonce de poste vacant ne sera publiée ce mois-ci, mais la liste fera son retour dans l’(e)Bulletin de septembre.

S’appuyant sur la Politique de gestion du bénévolat de l’ICA, cet examen permet aux présidents d’assurer une rotation au sein de leurs commissions, en incitant les membres à s’en retirer conformément à la durée maximale des mandats, qui est de trois ans. Les présidents sont également invités à suivre la ligne directrice relative au recrutement à partir du registre des bénévoles.

Trucs et astuces : une petite foire aux questions pour vous aider à vous lancer

  • À quelle fréquence devrais-je faire du bénévolat? On suggère comme ligne directrice de faire du bénévolat à raison d’un mandat par décennie de carrière. Un mandat se définit approximativement comme une adhésion de trois ans à une commission. Il est également possible de prolonger le mandat de bénévole en siégeant à la présidence ou à la vice-présidence de la commission pendant une période allant jusqu’à deux ans. Toutefois, seul l’un de ces deux mandats de direction supplémentaires pourra compter dans le calcul du nombre total de mandats en vue d’une remise de palme.
  • Quel est le temps de disponibilité exigé? Habituellement, pour un mandat de trois ans, les bénévoles doivent prévoir ne pas passer plus d’une heure par mois à des conférences téléphoniques, sans compter, à l’occasion, de la correspondance électronique et l’examen de documents. Dans certains cas, la disponibilité exigée est bien plus importante, car les membres siègent à des commissions de recherche et d’élaboration de normes. Dans ce cas, les appels, auxquels il faut ajouter la correspondance électronique et la préparation des documents, peuvent avoir lieu assez régulièrement. Dans les cas extrêmes, l’implication des bénévoles peut parfois prendre de cinq à 10 heures par semaine. Comme on le voit, l’échelle d’implication est large; toutefois, les capacités et les disponibilités des bénévoles sont soigneusement assorties aux commissions. Et lorsqu’on compare ces heures à celles que le téléspectateur américain passe en moyenne devant la télévision (plus de 30 heures par semaine), on se dit que c’est un investissement qui en vaut relativement la peine.
  • Ai-je les qualifications requises? Si vous êtes membre de l’ICA, vous avez les qualifications requises. Les commissions ont notamment pour politique de préserver un équilibre dans la représentation (au plan géographique, des secteurs d’activité, des années d’expérience). Nombre de commissions s’emploient activement à combler les écarts parmi les membres, en ciblant spécifiquement celles et ceux qui sont les plus réticents à intégrer une commission : les AICA et les nouveaux Fellows. Nous vous assurons qu’il y a assez de place pour que tout le monde participe!
  • Qu’ai-je à y gagner? Vous avez la possibilité de rendre à la profession ce qu’elle vous a donné (les normes de pratique et les notes éducatives ne se sont pas écrites toutes seules!) et d’apporter une contribution à l’avenir de la profession (sont pour nous significatives les Normes internationales d'information financière (IFRS), l’importance de la GRE, les répercussions des médicaments biologiques sur la mortalité et la morbidité). Bien que cela ne soit pas considérable, vous recevez aussi la reconnaissance de l’Institut et de vos pairs par le biais de la remise officielle de palmes (je me vois ainsi recevoir ma palme d’or dans une vingtaine d’années). La formation sur des questions pointues, l’application de compétences techniques, le développement de compétences en leadership et en communication : ces domaines vous attendent à bras ouverts.

Mon objectif personnel est de me porter bénévole pour une commission placée sous l’égide de chaque direction, ainsi que pour chaque direction. J’ai presque fini d’accomplir un roulement, ce qui me rend admissible à une palme de bronze. Le défi que je vous lance à vous, l’ensemble des membres de l’ICA, est de vous trouver une direction dans laquelle vous vous retrouvez et de vous impliquer dans cette direction et dans l’une de ses sous-commissions, et de vous mériter une palme de bronze.

Pour vous lancer, il suffit de dire oui!

  1. Visitez le site Web de l’ICA. Ouvrez une session dans le site des membres. Dans le panneau de navigation à gauche de l’écran, cliquez sur Mon profil > Mon profil de bénévole > Mettre à jour mon profil de bénévole. Lorsque vous aurez rempli le formulaire Mettre à jour mon profil de bénévole en y indiquant vos compétences, votre expérience et vos intérêts généraux, ouvrez le formulaire Modifier mes choix par rapport à mon intérêt aux groupes bénévoles, pour préciser quelles commissions bénévoles vous intéressent.
  2. Soyez convaincant. Vous êtes très intéressé par une commission en particulier? N’hésitez pas à communiquer avec son président ou avec l’ICA. Ils seront ravis de vous fournir des renseignements ou de vous inviter à une rencontre. Vous pouvez vous familiariser avec le mandat de chaque commission en visitant le kiosque des bénévoles à la plupart des rencontres organisées par l’ICA.
  3. Faites-en une priorité. Prenez conscience du temps qui doit être accordé à un travail bénévole et réservez du temps à cet effet dans votre horaire. Faites part de vos préoccupations au président de la commission et laissez-le vous aider à déterminer s’il s’agit d’un travail qui vous convient.
  4. Ralliez l’appui de votre employeur. Dans bien des cas, les activités bénévoles profitent à l’employeur. Les activités de bien des commissions chevauchent sans doute avec votre travail et pourraient vous donner l’occasion d’acquérir de la formation et de l’expérience précieuses. Votre travail pourrait même parfois servir à vos activités bénévoles.
  5. Restez branché. Continuez à lire les articles publiés dans le Coin des bénévoles du (e)Bulletin.
  6. Consultez les ressources à l’intention des bénévoles sur la page Centre des bénévoles du nouveau site de l’ICA.

Marcia Gallos, FCIA, est la présidente de la Commission sur les nouveaux membres, une ancienne présidente de la Commission sur le bénévolat et une membre de la Direction des services aux membres.


 

Dans la saison de la NBA qui vient de s’achever, l’Oklahoma City Thunder était en position de favori pour se hisser en finale pour la deuxième année consécutive, ainsi que pour remporter le championnat. Mais quand Russell Westbrook, le meneur de jeu, s’est blessé au genou pendant la première manche, la chance a tourné considérablement pour l’équipe. Elle a été par la suite éliminée lors de la demi-finale de l’Association de l’Ouest, remportant simplement une victoire face à Memphis.

Les blessures des joueurs constituent un risque important dans le monde du sport. Normalement impossibles à prévoir, elles ont de réelles conséquences financières, et pas seulement pour les admirateurs qui misent de l’argent sur leur équipe favorite. Chaque année, les clubs sportifs professionnels payent des millions de dollars aux joueurs blessés qui ont des contrats garantis, mais ils n’obtiennent pratiquement rien en retour.

Cette combinaison d’événements incertains et de conséquences financières semble toute désignée pour une mise en application de compétences actuarielles; on ne devrait donc pas s’étonner que des collègues actuaires s’en soient chargés. D’après un article paru récemment sur le site britannique de l’Actuarial Post, des actuaires de Towers Watson ont mené une étude sur l’expérience du Championnat d’Angleterre de soccer en matière de blessures. Selon leurs estimations, les clubs sont partis pour payer, à la saison 2013-2014, plus de 100 millions de £ (160 millions de $ CAD) en salaires à des joueurs indisponibles pendant au moins 30 jours en raison de blessures.

Ces renseignements, qui sont utiles aux assureurs qui offrent une protection aux clubs, ne soulagent toutefois pas vraiment les équipes touchées. C’est pourquoi, d’après Paul Moorshead, expert-conseil principal chez Towers Watson, il serait plus profitable d’identifier les joueurs ou les groupes de joueurs plus susceptibles de se blesser. Parmi les conclusions figure le fait que les joueurs âgés de 29 à 31 ans qui passent 60 pour cent ou plus des matchs sur le banc de touche présentent un risque de blessure très élevé.

Vous pouvez découvrir l’étude de Towers Watson sur le site Web de l’Actuarial Post.
 

Gilbert Lacoste travaille dans le domaine de la gestion du risque d'entreprise (GRE) depuis plus de dix ans, mais y découvre encore chaque jour de nouvelles possibilités et de nouveaux défis stimulants.

Il s'est d'abord initié à la gestion du risque alors qu'il travaillait à la Financière Sun Life, où ses fonctions concernaient la gestion actif-passif, puis il est déménagé au siège social, pour ensuite être muté dans une division où il était chargé de tous les aspects actuariels, notamment la tarification, l’évaluation et la gestion du risque. En 2008, il fut nommé vice-président, gestion des risques et du capital, devenant ainsi le chef de la gestion des risques pour les opérations canadiennes de la Financière Sun Life. Il y a un an, il accédait à la vice-présidence du cabinet Nexus Risk Management, dont il assure maintenant le développement et le soutien de la pratique mondiale en GRE.

Il dit ceci : [traduction libre] « J’ai travaillé dans les domaines de pratique les plus traditionnels, mais je voulais changer et relever de nouveaux défis. La gestion actif-passif était en évolution et je m’intéressais de plus en plus à ce domaine et à celui de la gestion du risque en général, ce qui me donnait l'occasion de travailler avec un nombre accru d'instruments dérivés. Il s’agissait d’un domaine novateur dont la valeur ajoutée pour une organisation ne faisait aucun doute pour moi.

« Chez Nexus, je suis très axé sur la GRE et je vois de près l'incroyable valeur qu’elle apporte aux entreprises. Les agences de notation et les organismes de réglementation de partout dans le monde accordent une importance accrue au rôle de la GRE au sein des organisations, ce qui engendre à l’heure actuelle des possibilités et des défis intéressants pour les sociétés. Les actuaires peuvent jouer un rôle clé dans le développement des entreprises et des institutions financières en les aidant à établir de meilleures stratégies commerciales et à prendre des décisions plus éclairées favorisant leur santé financière et bénéficiant à toutes leurs parties prenantes. »

Nexus compte cinq divisions, qui sont toutes axées sur la gestion des risques. M. Lacoste dit ceci : [traduction libre] « À l’échelle mondiale, Nexus travaille auprès des sociétés afin de mettre en place et en application des pratiques de gestion actif-passif, de GRE et de couverture dynamique de pointe. Nous octroyons à des sociétés d’assurance des États-Unis, du Canada et de l’Asie des licences d’utilisation de logiciels leur permettant de mettre en œuvre des stratégies sophistiquées de gestion actif-passif et de couverture dynamique et d'exécuter une optimisation des risques. Au Canada, nous impartissons à un cabinet chef de file la gestion des actifs et la gestion actif-passif pour les sociétés d’assurance, les sociétés de réassurance et les régimes de retraite. Par l’intermédiaire de notre bureau de Chicago, nous offrons l’exécution de la couverture, y compris l’impartition de la couverture dynamique pour les rentes variables et les fonds distincts. La société Nexus est également reconnue pour ses programmes de formation en gestion des risques, qui ont été dispensés aux quatre coins du monde au cours de la dernière décennie. En plus de ses cours publics, Nexus a assuré la formation d’organismes de réglementation, d'agences de notation, de banques centrales et de plusieurs grandes multinationales en matière de techniques et de pratiques de gestion des risques.

« Mes fonctions comprennent beaucoup de leadership éclairé, des services-conseils auprès des clients et de l’administration des affaires. Je fais également partie du corps professoral chargé des cours de gestion des risques. Ce qui me plaît le plus de ce travail est le fait que la GRE est en constante évolution, ce qui fait que j'ai le sentiment d'apprendre chaque jour. J’aime beaucoup l’interaction avec les gens et l’occasion qui m’est donnée de voir de près les pratiques non seulement d’une entreprise, mais de toutes les sociétés avec lesquelles nous travaillons et nous nous entretenons. »

M. Lacoste, qui est Fellow de l’ICA et de la Society of Actuaries depuis 1995, n’hésiterait pas à recommander la GRE aux membres de l’Institut qui exercent leurs activités dans des domaines plus traditionnels. Il dit ceci : [traduction libre] « Il s’agit d’un domaine en développement qui est également parfait pour les actuaires; l’ensemble de notre formation est axé sur le repérage et la gestion des risques à l’échelle de toutes les fonctions d’une entreprise, de la stratégie au développement de produits en passant par les opérations, les fusions et les acquisitions. Nous examinons à la fois les aspects qualitatifs et quantitatifs.

« Voici ce que nous faisons : nous repérons les risques et les possibilités, les évaluons et y réagissons de manière à accroître la valeur pour nos actionnaires et les autres parties prenantes en saisissant les possibilités et en limitant les risques inutiles. Compte tenu de notre éducation et de nos domaines de pratique, notre compatibilité va de soi. »

Les débouchés pour les actuaires dans le domaine de la GRE ne feront que s’accroître, ajoute-t-il. « Le Bureau du surintendant des institutions financières a émis de nouvelles lignes directrices concernant la gouvernance d'entreprise et accorde une attention marquée, entre autres choses, à la gouvernance des risques, à la propension au risque, ainsi qu'au rôle du conseil d'administration. On invite maintenant des parties indépendantes à examiner et à évaluer le cadre et le rendement des organisations en matière de GRE. Les risques sont aussi beaucoup plus entrelacés; des événements survenant, disons, en Australie peuvent avoir sur nous une incidence incroyablement rapide et profonde. En examinant de tels enjeux de l'intérieur et de l'extérieur, les actuaires apporteront une valeur extraordinaire à leur société. »


 

Pierre Courcy, qui est décédé d’un cancer à l’âge de 57 ans, a obtenu un B.Sc. en science actuarielle de l’Université Laval pour ensuite intégrer Pouliot, Guérard and Associates à Montréal. Un ancien membre de la Commission de liaison en matière de régimes de retraite et de sécurité sociale de l’ICA, il a par la suite travaillé pour Morneau Shepell (aussi connu sous le nom de Morneau Sobeco et Sobeco Ernst & Young).

 

Doug Brooks a été nommé président du conseil d’administration de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes. M. Brooks est président et chef de la direction de Transamerica Vie Canada et sa filiale Compagnie d’assurance-vie Première du Canada, ayant intégré Transamerica en 2008.

Stéphane Levert a été nommé directeur principal, stratégies et gestion de produits, à Telus Santé. Son expérience précédente comprend des fonctions de vice-président adjoint à la Munich Re, de directeur auprès de l’Alliance Industrielle et d’analyste actuariel chez Desjardins. Il est également président de Stéphane Levert Services Conseils.

Manuel Monteiro a été cité dans le Globe & Mail concernant les améliorations au marché des régimes de retraite.

Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l'ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Des nouvelles des actuaires, vous donnera l'occasion d'annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d'autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d'informer vos confrères et consœurs actuaires et d'autres professionnels du domaine financier – qu'il s'agisse d'ex-collègues, d'anciens confrères ou consœurs d'université, d'employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d'envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n'hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – au rédacteur anglais de l'ICA à andrew.melvin@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membes de l'ICA, suivez l'ICA sur Twitter.


 
PERSONNES INFLUENTES

Les domaines de la finance et de l'actuariat regorgent de termes techniques pouvant sembler bien mystérieux aux nouveaux venus ou aux non initiés. Les acronymes abondent et même les actuaires les plus chevronnés peuvent avoir du mal à demeurer au fait des tendances changeantes et des nouveaux développements.

Le site Investopedia (en anglais seulement), au moyen de son dictionnaire complet, se veut un véhicule d'information et d'explication destiné à la fois aux novices et aux experts du domaine de la finance qui pourraient être à la recherche d’une explication succincte à un concept ésotérique.

À titre d’exemple, tous ne savent pas que les experts peuvent se servir de ce qu’on appelle le lipstick effect (effet rouge à lèvres) pour juger de l’état d’une économie (lorsque les temps sont durs, selon la théorie, les gens se tournent vers les gâteries peu coûteuses et donc, la hausse des ventes de rouges à lèvres révèle une économie en difficulté). Ou encore, on a peut-être entendu parler des zombie banks (banques zombies) pour ensuite demeurer dans l’ignorance (ces banques ont une valeur nette négative et ne survivent que grâce à des opérations de sauvetage bancaire).

Sur ce site, les visiteurs peuvent trouver le genre d’inscriptions et de noms qu’il serait peu probable de retrouver dans la plupart des sites Web traitant de finance. Par exemple, Jennifer Lopez – une façon vulgaire de désigner les creux arrondis dans la structure de prix d’une action – est un terme qui fait référence aux forces et aux faiblesses des états financiers d'une société ou un actif dont la valeur augmente ou diminue subitement. Les Kangaroos (kangourous) y côtoient la Katie Couric Clause (clause Katie Couric), une proposition selon laquelle les sociétés publiques devraient divulguer non seulement le salaire de leurs hauts dirigeants, mais également celui des employés les mieux rémunérés qui ne sont pas des dirigeants.

Chaque inscription est accompagnée d’une définition complète, suivie d’une explication de l’historique du terme et de son utilisation ou de sa pertinence dans la réalité. Par exemple, le rôle officiel de l’Agence du revenu du Canada (ARC) y est énoncé, puis expliqué comme suit par Investopedia : [traduction libre] « Tout comme l’Internal Revenue Service, l’ARC constitue la ressource officielle en ce qui concerne les lois fiscales canadiennes, leur interprétation et leur application. »

Lorsque les visiteurs ont terminé de fureter dans le dictionnaire pour se renseigner au sujet de l’acronyme Dagmar, de la Saber currency (devise Saber), de l’Obamanomics (Obamanomie), de la Pac-Man defence (défense Pac-Man), du Icarus factor (facteur d’Icarius), des Walrasian markets (marchés walrasiens) et bien plus encore, le site offre un vaste éventail de conseils et de renseignements sur diverses questions d’ordre financier. Les actualités financières sont accompagnées de conseils sur des sujets tels que la budgétisation des investissements, tandis que les mises à jour sur les marchés sont appuyées par des analyses de rédacteurs spécialisés.

La rubrique sur les finances personnelles (Personal Finance) comporte des articles abordant des sujets tels que les taxes de vente au détail en ligne, la question à savoir si l'impôt sur le revenu constitue une catégorie d'imposition et les plus importantes femmes dirigeantes. On y conseille également les visiteurs au sujet des étapes de la vie, par exemple la retraite, en expliquant les raisons pour lesquelles les régimes de retraite peuvent comprendre une dette souveraine et des façons de tirer profit du risque.

On y offre aussi d’autres renseignements sous forme de tutoriels divers portant sur les finances, tandis qu'un simulateur boursier permet aux visiteurs de s'exercer à effectuer des placements au moyen d'un fonds imaginaire de 100 000 $.

Alors, la prochaine fois que vous devrez expliquer le razor–razorblade model (modèle rasoir-lames) ou le transumerism (la « transommation »), ou découvrir le problème auquel fait face un yupcap, Investopedia pourra venir à votre rescousse.

Points positifs : la portée de la rédaction, qui s'adresse à un auditoire très vaste; la mise en page claire.

Point négatif : certains renseignements se répètent dans diverses rubriques.

Adresse : http://www.investopedia.com

Remarque : Il existe un site francophone équivalent à Investopedia, soit ActuFinance, qui contient un dictionnaire financier comptant 201 définitions classées dans diverses catégories telles que le secteur bancaire, celui des assurances et celui de l’économie. Le site offre également des actualités financières et un forum très populaire, ainsi que la biographie d’éminentes figures de l’industrie, un calendrier des événements, des simulateurs, et bien plus encore.
 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

Webémission parrainée par l’ICA : Les pratiques de modélisation du risque de crédit dans le secteur de l’assurance

Le 27 juin 2013
Midi à 13 h 30 (HAE)

Conférenciers :

Robert Jarrow, directeur général, recherche, Kamakura Corporation
Jens Hilscher, fellow et chercheur principal, Kamakura
Donald Van Deventer, président-directeur général, Kamakura

Les membres de la Section conjointe sur la gestion du risque, un regroupement de l’ICA, la Society of Actuaries (SOA) et la Casualty Actuarial Society, ainsi que d’autres actuaires sont invités à participer à cette webémission afin d’entendre trois experts procéder à l’évaluation de pratiques actuarielles aux fins de la modélisation du risque de crédit dans le secteur de l’assurance-vie. Le trio fournira un résumé des développements concernant les modèles de crédit et décrira leur application dans les systèmes et calculs de gestion du risque. Ils discuteront également des points divergents entre les techniques de pratiques exemplaires et les calculs réglementaires, et résumeront les conclusions d’une étude entreprise par Kamakura sous l’égide de la SOA afin de déterminer l’état de la modélisation du crédit dans le secteur de l’assurance par rapport aux applications d’avant-garde plus étendues.

Pour en savoir plus et vous inscrire à la webémission, veuillez consulter le lien ci-dessous.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Service à la clientèle de la SOA au 888-697-3900 ou à customerservice@soa.org

Rappel : Demande de propositions – Projet de recherche d’analyse de l’expérience de mortalité des rentes collectives canadiennes

L’ICA élabore une étude qui traite de l’expérience de mortalité des rentiers collectifs au Canada. On fera appel aux services d’un chercheur afin de compléter une étude initiale de cinq ans à cet égard, soit les années civiles 2007 à 2011, ainsi que deux études subséquentes traitant des années civiles 2012 et 2013.

La date limite de dépôt d’une proposition est le 30 juin 2013. Pour lire la demande de propositions, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Mario Robitaille, président, équipe de gestion du projet de recherche, à mario.robitaille@inalco.com

Politique révisée sur le processus officiel d’approbation de matériel d’orientation autre que les normes de pratique

Ce document, récemment révisé par la Direction de la pratique actuarielle et approuvé le 29 avril 2013, décrit le processus appliqué par l’Institut aux fins de l’approbation de matériel d’orientation autre que les normes de pratique (c.-à-d., les notes éducatives, les suppléments aux notes éducatives, les documents de recherche et les rapports des commissions et des groupes de travail) et explique les rôles et responsabilités de la Direction de la pratique actuarielle, du Conseil des normes actuarielles, ainsi que des commissions et groupes de travail qui élaborent le matériel d’orientation.

Lien : http://www.cia-ica.ca/docs/default-source/2013/213026f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Bruce Langstroth, président, Direction de la pratique actuarielle, à bruce.langstroth@rbc.com

Modifications aux Statuts administratifs

Le 21 mars 2013, le Conseil d'administration a approuvé des modifications aux Statuts administratifs pour réduire la participation des membres du Conseil d’administration auprès des directions à au plus deux administrateurs, et pour assigner à une commission nommée par le Conseil d’administration la responsabilité de déterminer la rémunération de tout gestionnaire principal de l’Institut. Ces modifications seront présentées aux membres à des fins de ratification lors de l'Assemblée annuelle, qui se tiendra à Montréal les 20 et 21 juin 2013.

Voir les liens aux points un à trois ci-dessous pour connaître les modifications et la justification qui les sous-tendent, de même que le processus subséquent.

1. Note de service aux membres : Amendements proposés aux Statuts administratifs – Participation des membres du Conseil d’administration aux directions et création de la Commission sur les ressources humaines, la finance et la vérification

2. Statut d'amendement No. 2013-1 : Participation des membres du Conseil d’administration aux directions et création de la Commission sur les ressources humaines, la finance et la vérification. Voir également l’Annexe B.

3. Rapport du Groupe de travail sur la gouvernance (la confirmation par les membres n'est pas requise – à titre informatif seulement)

Contact pour questions supplémentaires : Michel Simard, directeur général de l'ICA, à directeur.general@cia-ica.ca

Rappel – Webémission : Les régimes de retraite des villes – Répondre à la crise des régimes de retraite

Le 29 mai 2013
De midi à 13 h 30 (HAE)

Conférenciers:

Allan Milligan,directeur actuariel, CalPERS
Bill Moore,actuaire faisant partie du personnel, gouvernement de l’Alberta, Alberta Finance

À l’occasion de cette webémission, une comparaison sera effectuée entre l’opération des régimes de retraite à prestations déterminées de villes de la Californie et du Canada. Les conférenciers donneront un aperçu de la structure des régimes de retraite des villes dans leurs juridictions respectives et la forme que prend la surveillance réglementaire. Le niveau de provisionnement des régimes des villes dans les deux juridictions, ainsi que les hypothèses types et les techniques d’évaluation feront l’objet de la discussion. En dernier lieu, la webémission abordera la réponse des différentes parties relativement aux défis de provisionnement occasionnés par les corrections aux cours du marché, les améliorations de la mortalité et le passif des régimes arrivant à échéance.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Roxanne Vézina, adjointe, adhésion et éducation, à roxanne.vezina@cia-ica.ca

N’oubliez pas de vous inscrire à la webémission du 30 mai – Étude d’expérience de morbidité : L’assurance individuelle maladies graves au Canada

Le jeudi 30 mai 2013
De midi à 13 h 30 (HAE)

Conférencier :

Benoit Miclette, vice-président, prestations du vivant, RGA Canada

L’assurance maladies graves fait partie du paysage canadien de l’assurance depuis plus de 15 ans; plus de 20 sociétés d’assurance vendent activement ce produit aujourd’hui. La Sous-commission sur l’expérience des prestations versées du vivant de l’assuré (assurance-vie individuelle) de l’ICA a récemment publié la première étude d’expérience portant sur les données provenant de réclamations canadiennes, et à l’occasion de cette séance, nous discuterons des premiers résultats qui font surface concernant les réclamations ainsi que les tendances qui seront suivies de près à l’avenir.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Roxanne Vézina, adjointe, adhésion et éducation, à roxanne.vezina@cia-ica.ca

Rapport sur les statistiques économiques canadiennes 1924-2012 : Version finale

La version finale du Rapport sur les statistiques économiques canadiennes 1924-2012 est disponible sur le site Web de l’ICA. Seuls les membres de l’ICA ont accès à ce document.

Pour le consulter, veuillez accéder à cette page : http://www.cia-ica.ca/fr/publications/autres-publications/rapports

(Nota : Les membres doivent ouvrir une session dans la section des membres avant de pouvoir télécharger le rapport et les tableaux.)

Contact pour questions supplémentaires : Ross Dunlop, président, Commission de pratique d’investissement, à rdunlop@cardinal.ca

Webémission – La vraie retraite (The Real Retirement)

Le jeudi 9 mai 2013
Midi à 13 h 30 (HAE)

Conférencier :

Fred Vettese, actuaire en chef, Morneau Shepell, et auteur du livre The Real Retirement: Why You Could Be Better Off Than You Think, and How to Make That Happen (La vraie retraite : Pourquoi vous pourriez être en meilleure position que vous ne le pensez et comment y parvenir)

Une solide perception subsiste à l’effet que le Canada vit une crise de la retraite. Bien qu’il s’agisse d’une conclusion naturelle étant donné la faible couverture des régimes de retraite, Fred Vettese croit que cette perception est profondément erronée du fait d’avoir à la fois surestimé le revenu de retraite cible nécessaire et sous-estimé les actifs à notre disposition. Si l’amélioration de la longévité, la croissance plus lente de la richesse immobilière et de plus faibles rendements sur les actifs pouvant être investis pointent possiblement vers un avenir moins prometteur, d’autres développements suggèrent qu’il nous est possible d’éviter une crise définitive. Dans le cadre de cette webémission, M. Vettese discutera des conclusions clés de son livre The Real Retirement, et les conséquences de celles-ci sur les politiques relatives aux pensions gouvernementales.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Roxanne Vézina, adjointe, adhésion et éducation, à roxanne.vezina@cia-ica.ca

Rappel : Webémission – Mortalité dans les régimes de retraite

Le mercredi 15 mai 2013
Midi à 13 h 30 (HAE)

Modérateur : Dani Goraichy, Commission des rapports financiers des régimes de retraite (CRFRR)

Conférenciers : Kim Young, président, Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite, et Gavin Benjamin, président, CRFRR

Durant les dernières années, nous avons pu constater une attention croissante accordée aux hypothèses de mortalité sélectionnées par les actuaires du domaine des régimes de retraite. L’établissement de la Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite et les travaux continus qu’elle effectue témoigne de ce constat. À l’occasion de cette webémission, nous discuterons des éléments à prendre en compte au moment d’établir les hypothèses de mortalité pour les évaluations des régimes de retraite. Une mise à jour de situation concernant le travail de la sous-commission sera également fournie.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Roxanne Vézina, adjointe, adhésion et éducation, à roxanne.vezina@cia-ica.ca

Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) annonce sa Revue indépendante du Régime de pensions du Canada (RPC) par les pairs


Dans le but d'assurer la pertinence des avis actuariels fournis aux membres du Parlement et à la population canadienne, le Bureau de l'actuaire en chef demande de nouveau une revue actuarielle externe par les pairs du 26e Rapport actuariel sur le Régime de pensions du Canada au 31 décembre 2012.

Les FICA qui désirent se joindre au groupe de revue peuvent consulter le site Web du BSIF pour obtenir un formulaire de demande et lire le mandat. Les demandes doivent être déposées avant le 15 juillet 2013.

Lien : Cliquer ici

Contact pour questions supplémentaires : Michel Montambeault, directeur du Bureau de l'actuaire en chef, à michel.montambeault@osfi-bsif.gc.ca


 
Calendrier des rencontres
Les 20 et 21 septembre 2013 Colloque sur l'expertise devant les tribunaux
Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ)
Montréal (Québec)

Le 25 septembre 2013

Atelier sur le professionnalisme

Hôtel Hilton Montréal Bonaventure

Montréal (Québec)

Les 26 et 27 septembre 2013

Colloque pour l'actuaire désigné

Hôtel Hilton Montréal Bonaventure

Montréal (Québec)

Le 4 octobre 2013 Atelier sur le professionnalisme St Andrew’s Club & Conference Centre Toronto (Ontario)

Le 12 novembre 2013

Colloque sur les régimes de retraite

Metro Toronto Convention Centre

Toronto (Ontario)

Le 13 novembre 2013

Colloque sur les investissements

St Andrew’s Club & Conference Centre

Toronto (Ontario)

Les 18 et 19 juin 2014

Assemblée annuelle

Hôtel Hyatt Regency

Vancouver (C.-B.)

Les 17 et 18 juin 2015

Assemblée annuelle

Westin Ottawa

Ottawa (Ontario)

Vous trouverez ici des renseignements supplémentaires sur tous les événements de l'ICA.
Vous pouvez aussi téléphoner à Nancy Jenkinson au (613) 236-8196, poste 104 ou lui écrire à nancy.jenkinson@cia-ica.ca
.

Pour des renseignements sur les webémissions de l'ICA, veuillez cliquer ici.


 
Le Point sur le Conseil et les Directions

Direction de l'admissibilité et de la formation

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Relations universitaires : Qi (Angela) Yao, en vigueur le 1er juin 2013; et Henry Yuen, en vigueur le 1er juillet 2013.
  • Sous-commission sur les assurances IARD de la Commission de l’éducation permanente pour l’année 2012-2013 : Stacey Ling Bai, en vigueur le 1er février 2013.

Direction des services aux membres

Les personnes suivantes ont été nommées aux (sous-)commissions ci-dessous :

  • Communications : Frank Reynolds (vice-président) et Qi (Angela) Yao, en vigueur le 20 février 2013.
  • Assurance collective : Edward Kuo, Tina Levesque, Nabil Merali et Jojy Oommen, en vigueur le 14 février 2013.
  • Équipe Op-Éd : Jacques Boudreau, Helmut Engels, Kristy Grosart, Alon Halbrich, Kathryn Hyland, Brian Noy, Kamran Quavi, Binni Rana, Frank Reynolds, Harry Satanove, Don Tettmar et Fei Xie, en vigueur immédiatement.
  • Sous-commission sur l’expérience dans les rentes de la Commission de recherche : Jinxia Ma et Catherine Bégin, en vigueur immédiatement.
  • Recherche : Joseph De Dominicis et Michel Simard.
  • Nouveaux membres : Michael Butler (vice-président), en vigueur le 30 avril 2013, ainsi que Paul Lai Fatt, Nari Persad et Mandy Seto.
  • Groupe de travail sur le dépistage génétique : Alison Begley.
  • Commission sur le bénévolat : Minnie Green (présidente), en vigueur immédiatement.

À titre d’information seulement :

  • Assurance collective : Robert Hinrichs, Linda Maillet, Shannon Patershuk et Eric Trudel ont terminé leur mandat, en vigueur le 14 février 2013.
  • Nouveaux membres : Sophia Banduk a démissionné, en vigueur immédiatement.
  • Recherche : Julie Chambers a terminé son mandat.
  • Sous-commission sur l’expérience dans les rentes de la Commission de recherche : Irawati Chen, Pierre-Laurence Marchand et Peter Snyder ont démissionné, en vigueur immédiatement.
  • Groupe de travail sur le dépistage génétique : Étienne Brodeur a démissionné, en vigueur immédiatement.
  • Commission sur le bénévolat : Kevin Vantil a terminé sa présidence, en vigueur immédiatement.