CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

février 2013
Votre Institut


par Simon Curtis, FICA
Président de l'ICA

Tout au long de mes nombreuses années d'engagement au sein de l'ICA, une question a toujours été d'actualité, celle de déterminer comment l'Institut pourrait acquérir une reconnaissance publique accrue pour la profession et contribuer de manière plus efficace au dialogue sur les enjeux clés en matière de retraite et de sécurité financière, que nous considérons comme les pierres angulaires de notre domaine de pratique.

De quelle manière l'ICA devrait-il participer au débat public? Devrions-nous être des « militants » qui expriment des opinions – parfois tranchées – sur des enjeux, ou devrions-nous jouer un rôle de « courtier honnête » en présentant des données clés afin d'encadrer et d'éclairer les débats en demeurant à l'écart du militantisme?

Par le passé, l'Institut a eu un fort penchant pour le rôle de « courtier honnête ». Cette approche a été appuyée par l'opinion, au sein de la direction, selon laquelle les positions militantes ne devraient être adoptées que lorsqu'il y a consensus au sein de la profession, et(ou) lorsqu'une position n'est pas offensante pour une minorité significative de nos membres ou même de nos principales parties intéressées. Lorsqu'il s'agit d'encadrer notre apport au dialogue public, il s'agit-là d'obstacles difficiles à surmonter étant donné que même les déclarations anodines sur des questions d'actualité nécessitent souvent une prise de position. Il faut reconnaître que cette façon de faire a notamment l'effet d'un éteignoir sur la volubilité de la profession dans le dialogue public par rapport à ce qu'elle pourrait être.

Cette attitude a également comme conséquence de réduire l'impact de nos interventions lorsque nous prenons part au débat sur certains enjeux. Pourquoi en est-il ainsi?

Cela est principalement attribuable au fait que lorsque l'on n'adopte pas de position tranchée, en particulier dans les médias, on est habituellement perçu comme n'ayant rien à dire qui soit digne d'intérêt ou sérieux. Par conséquent, pour nous qui représentons une profession qui devrait se trouver au cœur des débats sur la retraite, les soins de santé, la solvabilité des sociétés d'assurance et d'autres questions relatives à la sécurité financière, notre opinion se trouve presque inévitablement assourdie. Je ne crois pas que cela serve bien notre profession ou le public; de plus, d'autres opinions, parfois moins pertinentes, remplissent le vide, et le point de vue réfléchi et éclairé des actuaires n'est pas entendu.

J'ai récemment eu l'occasion de discuter de cette question avec la direction de l'Institute of Actuaries of Australia (IAA). Ayant eu des préoccupations relatives à sa faible visibilité dans les médias et auprès du public et à la faible incidence de la profession en Australie, l'organisme a entrepris deux démarches.

D'abord, et peut-être de façon plus draconienne, l'Institute a décidé, pour tous les énoncés en matière de politique publique, de défendre un point de vue ou une perspective tranchée. Autrement, aucun énoncé de position n'est élaboré. Cette façon de faire est à l'opposé de l'approche canadienne et de celle du UK Institute, qui consistent, en règle générale, à éviter les positions militantes. À la U.S. Academy, l'approche semble se trouver à mi-chemin. Il est intéressant de constater que les rapports de la direction australienne indiquent que cette approche a eu pour effet d'accroître de façon significative la visibilité de la profession dans les médias et à l'égard des politiques publiques, ce qui, conséquemment, a valu à l'organisme l'aval de ses membres.

La deuxième démarche consistait à inviter les membres à rédiger des articles et à s'engager auprès des médias afin de faire valoir leur opinion sur des sujets d'actualité. L'IAA facilite ce processus par le truchement de son personnel, qui fournit aux actuaires des coordonnées et d'autres outils leur simplifiant le contact avec les médias. En théorie, cela peut entraîner la participation publique d'actuaires campés sur des positions opposées dans un débat politique clé. Selon l'organisme, cela a également contribué à accroître la visibilité de la profession.

Compte tenu des objectifs à long terme de l'ICA qui visent l'augmentation de notre contribution au débat sur les politiques publiques et l'ouverture de la profession vers de nouveaux débouchés, l'accroissement de la visibilité des actuaires est fort probablement une étape cruciale. Mais cela s'avérera ardu sans une contribution plus vigoureuse et plus provocatrice des actuaires ou de leur organisme professionnel au dialogue public et d'une présence plus soutenue dans les médias.

Jusqu'où, en tant que profession au Canada, sommes-nous prêts à aller pour atteindre cet objectif? Voilà la question que nous devons nous poser.

Simon Curtis, FICA, est le président de l'ICA.

 

 

 

 

 

 
Article en Primeur


par Bruce Langstroth, FICA

La dernière mise à jour des activités de la Direction de la pratique actuarielle (DPA) présentée par Phil Rivard remonte à environ six mois. Le présent article présente le matériel d'orientation clé (documents de recherche et notes éducatives) publié depuis ce temps, quelques-uns des importants travaux en cours et souligne le besoin de bénévoles.

Documents publiés au cours des six derniers mois

Les documents d'orientation publiés au cours des six derniers mois comprennent notamment :

Travaux en cours

En ce qui concerne les travaux en cours et auxquels on peut s'attendre dans un proche avenir, trois projets ressortent plus particulièrement :

  • Les travaux vont bon train en ce qui a trait à la mise à jour de la note éducative de 2009 Étalonnage des modèles stochastiques de taux d'intérêt afin de fournir des conseils concernant l'étalonnage des modèles générant des taux d'intérêt et des écarts de taux à court terme (de même que les taux d'intérêt à long terme de la version originale). Ce projet a été affecté par les travaux du Conseil des normes actuarielles (CNA) sur les hypothèses de réinvestissement économique; la publication de la mise à jour sera retardée jusqu'à ce que les travaux du CNA soient terminés et que l'on ait évalué la nature des conseils supplémentaires et les besoins à cet égard.
  • Les modifications apportées aux normes de pratique en rapport avec l'amélioration hypothétique de la mortalité prise en compte dans l'évaluation des contrats d'assurance-vie et de rentes ont été mises en application en 2010 et des travaux sont en cours afin d'envisager l'application de ces normes à l'évaluation des provisions pour invalidité permanente (rentes d'invalidité permanente).
  • L'élaboration d'une note éducative abordant le calcul des participations pour les polices avec participations et visant à s'assortir à la simplification des normes de pratique est prévue ultérieurement en cours d'année.
  • La Commission sur la gestion des risques et le capital requis prévoit travailler à des documents de recherche abordant les capitaux propres requis pour soutenir le risque opérationnel, ainsi que la propension au risque et ses limites.

Membres exerçant dans le domaine de la gestion du risque d'entreprise

Dans la plus récente mise à jour de la DPA, Phil Rivard a signalé la volonté d'intégrer au sein de la DPA un éventail diversifié d'expérience et de pratiques. La gestion du risque d'entreprise (GRE) n'est pas bien représentée au sein de la DPA à titre de domaine de pratique (du moins par ceux dont la GRE constitue le principal domaine de pratique). Les praticiens en GRE qui sont intéressés à prendre part aux activités de la DPA sont priés de communiquer avec moi à bruce.langstroth@rbc.com.

Bruce Langstroth, FICA, est le président de la Direction de la pratique actuarielle.

 
Nouvelles de L'Institut


Il est temps de laisser votre empreinte. Les élections de 2013 de l'ICA offrent l'occasion de jouer un rôle relativement à la gouvernance de l'ICA et à l'avenir de la profession. Envisagez donc de poser votre candidature.

Les élections se tiendront bientôt pour combler quatre postes d'administrateur (mandat de trois ans), un poste de secrétaire-trésorier (mandat de deux ans), ainsi qu'un poste de président désigné (mandat d'un an, engagement de trois ans). Tout membre qui souhaite se porter candidat pour l'un de ces postes et qui satisfait aux exigences de mise en candidature énoncées dans les Règles de procédure pour les élections de l'ICA, pourra faire inscrire son nom sur le bulletin de vote.

La Commission des élections s'emploie également activement à repérer les membres qui satisfont aux exigences et à les inciter à poser leur candidature. La commission encourage la représentation proportionnelle par région et par domaine de pratique pour l'ensemble du Conseil d'administration.

Les membres qui souhaitent soumettre un nom ou se présenter aux élections cette année sont priés de communiquer avec
Shirley Ann Mahon au siège social de l'ICA avant le 2 avril. Vous trouverez de plus amples renseignements au sujet des exigences de mise en candidature dans les Règles de procédure.

Voilà une belle occasion pour vous de servir et de soutenir votre profession. Lorsque le moment viendra, nous vous incitons à voter.

 

par Dave Pelletier, FICA

À titre de président de l'ICA, Simon Curtis écrivait dans le numéro de novembre du (e)Bulletin que le Conseil de l'Association Actuarielle Internationale (AAI) avait récemment adopté sa toute première Norme internationale de pratique actuarielle. Cette première norme (NIPA 1) est une norme générale qui concerne bon nombre de sujets couverts par la partie 1000, soit la Section générale de nos normes de pratique.

Cela pourrait susciter plusieurs questions dans l'esprit des lecteurs :

  • En quoi consiste exactement une NIPA?
  • Il en existe actuellement une; y en aura-t-il d'autres?
  • Quel sera le statut de ces normes au Canada et quel sera leur rapport avec nos propres normes?
  • Quelle sera leur incidence ailleurs dans le monde?

Compte tenu de l'importance croissante de la mondialisation (en particulier vu l'acceptation grandissante à l'égard des Normes internationales d'information financière (IFRS) partout dans le monde et les travaux qui s'effectuent à ce chapitre dans les domaines de l'assurance et des avantages sociaux des employés) et du professionnalisme, le Comité sur le professionnalisme de l'AAI a mis sur pied en 2010 son Groupe de travail sur la convergence des normes actuarielles (GTC). Il était présidé par Hillevi Mannonen, de la Finlande, et comptait parmi ses membres le Canadien David Congram. Le GTC a défini six degrés de « convergence », s'échelonnant de normes identiques en tous points (convergence totale) à certaines normes dans certains pays, couvrant cependant différentes matières et potentiellement conflictuelles (aucune convergence).

La réalité actuelle est à l'échelon « aucune convergence ». Toutefois, le GTC a conclu qu'il ne s'agissait pas d'une option acceptable pour l'avenir. De même, la « convergence totale » a été jugée irréaliste, certainement à ce stade-ci ou même dans un « avenir prévisible ». Pour qu'il y ait convergence totale, le pouvoir de normalisation devrait être retiré des mains de chaque pays et confié à un organisme mondial de normalisation actuarielle qui n'existe pas encore et qui n'est donc aucunement éprouvé. Même l'International Accounting Standards Board (IASB) n'est pas dans une telle position; certains pays clés, dont les États-Unis et le Japon, ne se conforment pas aux IFRS et même les pays qui ont adopté les IFRS sont dotés d'organismes de normalisation comptables (au Canada, le Conseil des normes comptables ou CNC) qui étudient les normes établies par l'IASB en vue de leur adoption par le pays.

Le GTC en est venu à la conclusion selon laquelle la « convergence moyenne avec application volontaire » constituait un objectif approprié et a recommandé que l'orientation stratégique de l'AAI tienne compte de cet objectif. Ainsi, les objectifs stratégiques de l'AAI comprennent désormais celui-ci : « Promouvoir l'élaboration et la publication de normes actuarielles dans les pays des associations membres titulaires et favoriser la convergence des normes actuarielles à travers le monde. » L'élaboration de normes de pratique types a été désignée par l'AAI comme une activité clé visant ultimement à atteindre cet objectif. À cette fin, l'AAI a mis sur pied, à la fin de 2010, le Sous-comité intérim sur les normes actuarielles (SCINA), qu'elle a appelé ainsi provisoirement.

La NIPA 1, qui est la première norme type issue de cette démarche, illustre l'excellent travail accompli par le Groupe de travail général du SCINA, présidé par Godfrey Perrott, des États-Unis, et jouissant du solide apport de la Canadienne Jacqueline Friedland. Donc, compte tenu de la « convergence moyenne avec application volontaire » visée, que feront le Canada et les autres pays au sujet de la NIPA 1?

D'un pays à l'autre, la situation relative aux normes actuarielles varie considérablement. Certains pays n'en ont aucune. Dans certains autres, les normes constituent essentiellement des sous-produits de règlements régissant les assurances ou les régimes de retraite. Dans d'autres encore, certaines normes sont en vigueur, mais ne visent que certains domaines de pratique. Et dans d'autres, comme le Canada, il existe un ensemble complet de normes, et le format et la nature des organismes chargés de leur élaboration, de leur approbation et de leur adoption varie de façon considérable.

Une fois en place leur processus d'adoption des normes, les pays où les normes sont inexistantes ou limitées pourraient être ceux pour lesquels l'adoption des NIPA au fur et à mesure de leur élaboration serait la plus facile. L'exercice serait plus délicat dans des pays déjà dotés de normes, tout particulièrement au Canada où les normes sont généralement étroitement intégrées à l'échelle des domaines de pratique, contrairement à d'autres pays où elles sont quelque peu indépendantes les unes des autres.

Comme le faisait remarquer Simon Curtis dans son article de novembre, d'un point de vue philosophique et stratégique, « l'ICA a été un ardent défenseur de la nécessité de se doter d'une capacité solide en matière de normalisation, et ce, en grande partie parce que nous estimons que cela positionnera la profession actuarielle sur la scène internationale comme un participant à part entière aux côtés d'organismes tels que l'International Accounting Standards Board à l'élaboration de pratiques mondiales dans des domaines d'intérêt pour les actuaires .»

Le CNA et ses contreparties d'autres pays qui partagent la même opinion souhaiteront manifester leur appui à cette initiative internationale. Le CNA examine actuellement la meilleure façon de s'y prendre et a mis sur pied un groupe de travail, qui sera présidé par Michael Banks (et non Jim Christie, tel que je l'avais affirmé par erreur dans le (e)Bulletin du mois dernier), afin d'examiner les différentes options qui s'offrent au CNA pour traiter de cette question et des NIPA à venir. Une des démarches possibles pourrait consister, pour reprendre les termes du communiqué de presse accompagnant la publication de la NIPA 1, à confirmer la « cohérence substantielle » de nos normes existantes à l'égard de cette norme internationale et des autres qui suivront, et, au besoin, à modifier nos normes afin d'assurer cette « cohérence substantielle ». Nos normes seraient jugées substantiellement cohérentes à l'égard des NIPA si le travail se conformant à nos normes était également conforme aux NIPA. Toutefois, au fur et à mesure que s'étofferont les NIPA et que s'accroîtront l'acceptation et la crédibilité à l'égard de celles-ci, nous pourrions, à un certain moment dans l'avenir (éloigné!), assister à un mouvement de délaissement de nos normes en faveur des NIPA, de la même façon que le CNC du Canada a adopté les IFRS en 2011.

Les associations membres de l'AAI semblent de plus en plus à l'aise à l'égard du processus, compte tenu de l'approche raisonnable caractérisée par la convergence moyenne et l'application volontaire, et de l'appui solide démontré par les présidents et le Conseil de l'AAI (y compris le président désigné de l'AAI Rob Brown et David Congram) au cours des trois dernières années. Le SCINA s'est dit ravi de la décision du Conseil de l'AAI selon laquelle, à compter du 1er janvier 2013, son nom laisserait tomber les mots intérim et sous pour son nom actuel de Comité des normes actuarielles. Cependant, le processus d'adoption ou d'attestation de la cohérence substantielle à l'échelle mondiale pourrait s'avérer très long. La consultation étroite et franche du Comité des normes actuarielles auprès des associations membres de l'AAI et des autres parties prenantes à l'échelle mondiale jouera un rôle de premier plan dans l'acceptation des NIPA.

Dave Pelletier, FICA, est le président du Conseil des normes actuarielles et le président du Comité des normes actuarielles de l'Association Actuarielle Internationale.

 


par Rob Brown, FICA

À la suite d'une longue et fructueuse carrière, Rob Brown, membre de l'ICA, a entrepris de relever un nouveau défi : celui de devenir président désigné de l'Association Actuarielle Internationale (AAI).

L'ancien professeur au département de statistique et de science actuarielle de l'Université de Waterloo a récemment été élu à ce poste prestigieux et, en 2014, il prendra la relève de Kurt Wolfsdorf à la présidence de l'Association.

Bien qu'il soit à la retraite, M. Brown, Ph. D., FICA, FSA, ACAS, Hon FIA, pourrait être très occupé pendant l'année qui vient. Il dit ceci : « C'est un honneur et un privilège d'être président désigné, mais c'est également une responsabilité. Je veux réaliser certaines choses : l'AAI a la capacité de mettre sur pied des comités, d'établir des règles et de mettre en œuvre des mesures administratives, à un point tel qu'elle pourrait s'enliser; je veux donc accroître son agilité et sa capacité de réaction. Les questions de la planification stratégique et des Normes internationales de pratique actuarielle (NIPA) se pointent à l'horizon et, si nous ne faisons pas preuve de prudence, nous pourrions nous retrouver dans une voie où le délai entre la naissance d'une idée et la mise en œuvre de la politique pourrait être de deux à trois ans.

« Nous (les membres de l'AAI) ne nous réunissions que tous les six mois, et certaines choses ne peuvent se régler par courriel ou par téléphone. Certains dossiers nécessitent des réunions en personne, mais cela ne veut pas dire qu'il faille six réunions pour obtenir des résultats. Nous sommes présents partout dans le monde et nous nous efforçons de veiller à ce que chaque région soit représentée au sein de nos comités. Accroître la fréquence de nos rencontres à plus de deux fois l'an est irréaliste. Mais nous sommes en train de mettre au point une procédure d'approbation qui sera cruciale. Nous devons acquérir une souplesse beaucoup plus grande.

« L'AAI travaille d'arrache-pied pour rehausser la réputation des actuaires et de la profession actuarielle. Nous sommes en place depuis assez longtemps pour passer du mode réactif au mode proactif. Nous pouvons marcher la tête haute et démontrer davantage d'assurance; nous sommes là depuis 15 ans et nous n'avons rien à regretter. »

Mais certains défis pourraient nous attendre, ajoute-t-il : « Les actuaires ont une tendance naturelle à tout analyser, ce qui peut finir par paralyser; donnez un pied à un actuaire et il le mesurera. Nous avons tendance à réfléchir à chaque problème qui pourrait survenir avant de passer à l'action. »

Toutefois, le professeur Brown, qui exerce le bénévolat depuis 35 ans et qui a mérité de nombreuses reconnaissances pour ses écrits sur la retraite, est d'avis que cette expérience contribuera à la réussite de ses projets : « J'assiste à des réunions de l'AAI depuis 15 ans; je connais donc les gens et je crois bien que j'ai pris le pouls des membres en général. Il n'y aura donc pas de grandes surprises. »

Le fait d'être membre de l'ICA pourrait également constituer pour lui un avantage. Il dit ceci : « Nous faisons vraiment plus que notre poids. Nous sommes perçus comme un organisme de principe et comme une organisation qui place véritablement les intérêts du public devant les siens. On peut considérer que bon nombre de normes élaborées à l'échelle internationale sont issues de bases canadiennes. Nous avons de quoi être immensément fiers. »

Pendant son mandat à titre de président, M. Brown présidera le 30e Congrès International des Actuaires, qui se tiendra à Washington, D.C., en 2014. Il dit que ces événements stimulants, de même que les rencontres avec des organismes tels que la Banque mondiale et l'Organisation mondiale de la santé, lui apportent « beaucoup d'énergie ». Et il ajoute : « Il est intéressant de travailler avec des gens des quatre coins du monde. Chacun a des antécédents et une culture propres et a évolué avec des réglementations différentes. On en vient à apprécier ces différences, et lorsque l'on réussit à obtenir l'accord de 10 à 12 de ces personnes au sujet d'un produit, on peut être certain que celui-ci est de première qualité. »

La dernière décennie a été captivante pour les actuaires. Prenons par exemple l'Europe postcommuniste : sous le régime communiste, aucun de ces pays n'était doté d'une profession actuarielle. Aujourd'hui, ils ont besoin d'actuaires et en recherchent. En parallèle, on assistait à la croissance des marchés libres en Chine, en Inde et ailleurs, et la demande d'actuaires est maintenant énorme.

« Les nouveaux débouchés sont nombreux. Les risques, ainsi que la capacité de les mesurer et de les gérer, constituent un excellent débouché. La gestion du risque d'entreprise prolifère partout dans le monde et l'AAI fait tout ce qu'elle peut pour favoriser ce développement. L'AAI a également contribué à la mondialisation du titre de compétence de CERA (Chartered Enterprise Risk Analyst).

« Le monde se rétrécit et les institutions financières multinationales s'en remettent aux compétences des actuaires au plus haut niveau. Le travail à l'échelle internationale revêt une grande importance, tout comme la présence internationale de la profession. »

 

Derek Dobson, président-directeur général et gestionnaire de plans aux Collèges d'arts appliqués et de technologie (CAAT), a discuté de la réponse du CAAT à l'égard de la crise économique mondiale dans le numéro de février de Benefits Canada.

Malcolm Hamilton est devenu fellow senior de l'Institut C. D. Howe, se focalisant sur les politiques en matière de ressources humaines, les régimes de retraite et l'épargne. Entre-temps, son point de vue sur les solutions de rechange est présenté dans une vidéo sur BenefitsCanadaTV.

Susan Kudzman a été nommée au conseil des experts en ressources humaines d'Atman Co.

Denis Latulippe discute de l'évolution de la retraite dans La Presse.

Thomas Levy s'est prononcé sur ce qui advient des régimes de retraite lors des faillites des entreprises dans The Star.

Ken Millard a été nommé vice-président, comptes nationaux de La Great-West. M. Millard a passé plus de 20 ans au sein de la société, et a occupé des fonctions dans des secteurs tels que l'assurance individuelle, les prestations collectives et les services de retraite collective.

Ted Singeris a été nommé président de Mercer Canada. Il sera chargé de définir et de mettre en œuvre la stratégie canadienne de la société et assumera la responsabilité de la prestation de résultats financiers, de croissance et de continuation de l'excellence du service à la clientèle.


Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l'ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Des nouvelles des actuaires, vous donnera l'occasion d'annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d'autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d'informer vos confrères et consœurs actuaires et d'autres professionnels du domaine financier – qu'il s'agisse d'ex-collègues, d'anciens confrères ou consœurs d'université, d'employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d'envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n'hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – au rédacteur anglais de l'ICA à andrew.melvin@actuaires.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membes de l'ICA, suivez l'ICA sur Twitter.

 
PERSONNES INFLUENTES

Compte tenu de l'économie d'aujourd'hui, il peut parfois s'avérer difficile de trouver le temps ou l'argent nécessaire pour assister à des cours et à des présentations, même si ceux-ci ont le potentiel d'améliorer les compétences ou les perspectives de carrière.

Mais Coursera et Udemy pourraient vous donner un coup de main.


Coursera est un site Web qui permet aux visiteurs de [traduction libre] « suivre les meilleurs cours du monde, en ligne, gratuitement ». Plus de 2,5 millions de personnes ont profité de cours sur des sujets tels que la pensée mathématique, la finance, la stratégie commerciale, les idées novatrices, et bien plus encore, donnés par des maîtres de conférences d'universités prestigieuses telles que les universités Columbia, Princeton, Stanford, London, de la Colombie-Britannique et de Toronto.

Les leçons sont divisées en catégories telles que les affaires et la gestion, l'économie et la finance, ainsi que les sciences humaines, et sont habituellement d'une durée de 6 à 12 semaines. Plus tôt ce mois-ci, par exemple, les visiteurs de la section « mathématiques » pouvaient s'inscrire à un cours d'une durée de sept semaines donné par Friedrich Eisenbrand de l'École polytechnique fédérale de Lausanne sur l'optimisation linéaire et discrète et dont le plan de cours comprenait la programmation linéaire, la méthode du simplexe, la théorie de la dualité et des problèmes sur les nombres entiers. Dans la même section, les cours à venir comprennent :

  • La combinatoire analytique, avec Robert Sedgewick de Princeton;
  • L'introduction à la pensée mathématique, avec Keith Devlin de Stanford;
  • Le calcul : variable simple, avec Robert Ghrist de l'Université de la Pennsylvanie.

La description de chaque cours présente la charge de travail à prévoir (de six à huit heures par semaine, en général) un résumé, des renseignements au sujet du chargé d'enseignement, les antécédents recommandés, des suggestions de lecture et plus encore. Pour participer, il suffit de remplir un formulaire en ligne.

Fondé par deux universitaires lauréats de plusieurs prix, le site Coursera jouit du soutien d'investisseurs privés, dont l'un a commandité des initiatives ayant créé 200 000 emplois. On décrit Coursera comme une société d'entrepreneuriat social qui envisage [traduction libre] « un avenir dans lequel les plus grandes universités dispensent leur enseignement non seulement à des milliers d'étudiants, mais à des millions. Nous espérons donner à tous un accès à l'éducation de classe mondiale qui n'a été jusqu'ici accessible qu'à de rares élus. Nous voulons transmettre aux gens l'éducation qui leur permettra d'améliorer leur vie, celle de leur famille et celle des collectivités dans lesquelles ils vivent. »

Au lieu des universités, le site Udemy, quant à lui, établit des partenariats avec des universitaires, des auteurs, des célébrités et des chefs d'entreprise, qui ont enseigné à plus de 500 000 étudiants. Appuyé, tout comme Coursera, par des investisseurs en capital-risque et d'autres investisseurs, Udemy offre moins de cours axés vers les sciences et certains ne sont pas gratuits. La liste de cours offerts dans le domaine des affaires est toutefois très vaste. On y retrouve des titres tels que :

  • La gestion opérationnelle;
  • Les fondements de la stratégie commerciale;
  • La ludification de l'entreprise.

Les descriptions de cours sont rédigées par les présentateurs, qui y exposent les exigences, leurs antécédents, le plan de cours et plus encore. Les participants qui s'inscrivent au cours gratuit sur l'économie de l'énergie et l'environnement, par exemple, se joindront aux plus de 3 300 étudiants recevant l'enseignement d'un ancien économiste de la Maison-Blanche par le truchement de 27 exposés magistraux d'une durée de plus de six heures. Ou pourquoi ne pas marcher dans les traces de plus de 20 000 autres personnes qui ont profité du cours présentant la liste de contrôle de l'entrepreneur, dans lequel Steve Blank, un entrepreneur en série de grand renom explique les principaux éléments de la mise sur pied d'une entreprise.

Points positifs :

Coursera : les titres de compétence des présentateurs, la gratuité des cours.

Udemy : le vaste éventail de présentateurs.

Points négatifs :

Coursera : dans certaines matières, le nombre de cours est limité.

Udemy : le coût de certains cours peut être prohibitif.

Adresses :

Coursera : https://www.coursera.org/

Udemy : http://www.udemy.com/

 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

Rapport : La table de mortalité des retraités canadiens

Ce rapport sur l'expérience de mortalité dans le cadre du Régime de pensions du Canada/Régime de rentes du Québec représente le premier rapport d'une série de rapports commandés par l'ICA et qui seront publiés cette année au sujet de la mortalité des retraités canadiens. L'objectif de ce travail est d'examiner l'expérience des retraités en vertu du Régime de pensions du Canada et du Régime de rentes du Québec. Ce rapport contient les phases I et II; la phase III sera publiée dans les prochains mois.

À l'heure actuelle, seule la version anglaise du rapport est disponible. Jusqu'à ce que la version française soit disponible, la version anglaise sera affichée sous Organization > Committees and Task Forces > Research Committee > Documents (veuillez d'abord ouvrir une session sur le site des membres).

Contact pour questions supplémentaires : Marc-André Belzil, président, Commission de recherche, à mbelzil@rgare.ca

Parrains et marraines d'étudiants recherchés!

L'ICA tente à nouveau d'aider Jeunes Explorateurs d'un jour à joindre des membres de l'Institut qui aimeraient inviter un étudiant à passer la journée avec eux dans leur bureau. Vingt étudiants d'écoles secondaires et de CÉGEP du Québec ont exprimé un intérêt à rendre visite à des actuaires durant la journée du 18 avril.

L'Institut tente de trouver un placement pour quatre étudiants situés aux endroits suivants :

  • Montréal ou Laval (1)
  • Montérégie (Longueil) (2)
  • Laurentides (Saint-Donat, Ste-Agathe ou à proximité de ces municipalités) (1)

Pour les gens intéressés à accueillir un ou plusieurs de ces étudiants, visitez le http://www.jeunes-explorateurs.org/ ou veuillez communiquer avec Jean-David Tremblay au 418-643-3673 ou à l'adresse jean-david.tremblay@jeunes-explorateurs.org. Nous vous demanderions également de communiquer avec Josée Gonthier du siège social de l'ICA au 613-236-8196, poste 106 pour lui indiquer que vous vous êtes porté bénévole.

Contact pour questions supplémentaires : Josée Gonthier, rédactrice française, au 613-236-8196, poste 106 ou à josee.gonthier@actuaires.ca

Le Symposium sur la GRE attire de grands noms—Réservez la date!

En tête d'affiche lors du Symposium sur la GRE 2013 : Sheila C. Bair, présidente du Federal Deposit Insurance Corporation pendant cinq ans jusqu'en juillet 2011—une période qui a comporté son lot de défis, la plupart diront.

Cette occasion repère pour les praticiens de la gestion du risque d'entreprise (GRE) et autres comprendra également une séance générale pouvant attirer une attention considérable : « Critical Reflections of the Crisis; International Regulatory Experiences and the Way Forward to a More Robust Financial System » (Réflexions critiques sur la crise; Expériences de réglementation internationales et la voie à emprunter pour un système financier plus solide). Bob Mark de Black Diamond Risk agira à titre de modérateur aux panélistes Alan Malz de la Federal Reserve Bank de New York, Dale Gray du Fonds monétaire international et Colin Lawrence du Financial Services Authority du Royaume-Uni.

Les places s'envoleront vite alors assurez-vous d'inscrire ces dates à votre agenda dès maintenant : du 22 au 24 avril 2013, au Swissôtel Chicago, IL.

Lien : http://www.ermsymposium.org/2013/index.php

Contact pour questions supplémentaires : Ryan Smith, gestionnaire du perfectionnement professionnel, Society of Actuaries, au 847-706-3008 ou à rsmith@soa.org

Document de recherche : Provisions pour écarts défavorables pour les évaluations actuarielles en continuité des régimes de retraite à prestations déterminées

Le document de recherche ci-joint a été approuvé par la Direction de la pratique actuarielle le 17 janvier 2013. Il vise à fournir des renseignements généraux aux actuaires dans le domaine des régimes de retraite qui établissent les provisions pour écarts défavorables (PED) pour les évaluations en continuité des régimes de retraite. Son objectif principal est d'aider ces actuaires à répondre à des questions comme : « Si la PED d'un régime entièrement provisionné est de x %, quelle est la probabilité que le régime soit toujours entièrement provisionné à une date X ultérieure? ».

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2013/213002f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Stephen Bonnar, président, Groupe de travail sur le calcul des provisions pour écarts défavorables pour les évaluations en continuité, à spbonnar@gmail.com

Avis de discipline – Avis de suspension

Un avis de discipline a été préparé par la Commission de déontologie afin d'informer les membres de l'ICA de la suspension de M. Robert D. J. Scheiring.

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2013/213001.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Wayne Berney, président, Commission de déontologie, à wberney@shaw.ca

Le Groupe d'écoute des membres a besoin de vous!

Environ 110 membres se sont déjà joints au nouveau Groupe d'écoute des membres (GEM) de l'ICA, qui leur permet d'exprimer leurs opinions et leurs points de vue sur des sujets d'importance pour le Conseil d'administration, le siège social, les directions et les commissions de l'ICA en répondant promptement aux brefs sondages en ligne.

L'ajout d'autres membres est toutefois nécessaire pour faire de ce groupe un groupe hautement efficace et s'assurer que, dans la mesure du possible, les opinions de l'ensemble des membres soient représentées.

Cette initiative ne demande que très peu de temps, et nous vous invitons à plonger, à cliquer sur le lien ci-dessous et à vous inscrire dès aujourd'hui.

Lien : http://app.fluidsurveys.com/s/mlg-signup/

Contact pour questions supplémentaires : Josée Racette, gestionnaire de projet, communications et affaires publiques, à josee.racette@actuaires.ca

Date limite du dépôt annuel de perfectionnement professionnel continu (PPC) – Le 28 février 2013

La période de dépôt de la déclaration de conformité au PPC est maintenant ouverte. À titre de rappel, veuillez noter que la date limite pour déposer votre déclaration annuelle de conformité/d'exemption aux exigences de PPC est le 28 février 2013.

Tous les Fellows, affiliés et associés de l'Institut sont tenus de déposer une déclaration de conformité ou d'exemption aux exigences de PPC (à l'exception des membres souscrivant à la catégorie 1(a) exonération des frais). Vous pouvez déposer votre déclaration annuelle en ligne à la page
Mon PPC, sur le site des membres. Après avoir ouvert une session, cliquez sur le bouton Classer ma déclaration annuelle 2011-2012 de conformité aux exigences de PPC, puis sélectionnez la catégorie appropriée.

Veuillez vous assurer que les coordonnées inscrites à
votre dossier à l'ICA sont à jour et veuillez noter que le fait de mettre à jour le répertoire actuariel hébergé par la Society of Actuaries n'a pas pour effet de mettre à jour votre dossier à l'ICA.

Chaque année, l'ICA doit débourser des sommes importantes pour assurer un suivi auprès des membres qui ne déposent pas leur déclaration de PPC, en leur téléphonant et en leur envoyant des lettres recommandées.

Contribuez à réduire ces coûts en déposant votre déclaration dans les délais prescrits. Nous visons à réduire de façon significative, voire éliminer, cette dépense. Les membres qui déposeront leur déclaration après le 28 février 2013 pourraient être assujettis à des frais de retard, qui leur seront facturés au moment du renouvellement de leur adhésion.

Les membres seront identifiés comme suit dans le répertoire des membres de l'ICA :

  • Point vert : Le membre a déposé une déclaration indiquant qu'il a satisfait aux exigences de la section 2 de la Norme de qualification concernant le PPC.
  • Point bleu : Le membre a déposé une déclaration indiquant qu'il désire obtenir une exemption de satisfaire aux exigences de la section 2 de la Norme de qualification concernant le PPC, conformément à la section 3.1 ou 3.2 de la Norme.
  • Point rouge : Le membre n'a pas soumis la déclaration qu'il est tenu de déposer pour permettre à l'Institut de contrôler sa conformité à la Norme de qualification concernant le PPC.

Il est conseillé aux membres de passer en revue la version mise à jour de la Politique sur le suivi de la conformité à la Norme de qualification concernant le PPC.

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2012/212080f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Leona Campbell, coordonnatrice, pratique professionnelle, à leona.campbell@actuaires.ca

Suivez-nous sur Twitter!

Les comptes Twitter de l'ICA témoignent d'un véritable succès, avec plus de 550 personnes qui reçoivent maintenant nos mises à jour. Les tweets récents ont traité de sujets tels que de nouvelles nominations, des articles d'intérêt concernant des membres de l'ICA et des rapports de grande importance.

Pour suivre l'ICA, cliquez sur le bouton approprié sur le
site Web de l'ICA ou accédez directement à notre page Twitter anglaise ou française.

Lien : http://twitter.com/ica_actuaires

Contact pour questions supplémentaires : Les Dandridge, directeur des communications et affaires publiques, à les.dandridge@actuaires.ca

Atelier sur le professionnalisme de l'ICA – Dates pour 2013

La période d'inscription aux Ateliers sur le professionnalisme de l'ICA est maintenant ouverte et respecte le principe du premier arrivé, premier servi.

Veuillez partager cette information à l'échelle de votre entreprise avec les candidats qui prévoient devenir associés/Fellows de l'ICA, de la Society of Actuaries (SOA) ou de la Casualty Actuarial Society (CAS) au cours de la prochaine année.

Cet atelier constitue une exigence pour devenir un associé de l'ICA (AICA) et pour les candidats en assurances IARD qui demandent le statut de Fellow auprès de l'ICA à moins qu'ils aient complété le cours sur le professionnalisme de la CAS offert au Canada.

La SOA reconnaît l'atelier de l'ICA comme un équivalent à son cours sur le professionnalisme pour l'associé (Associateship Professionalism Course) (APC) pour les étudiants canadiens. Par conséquent, les candidats canadiens en voie d'obtenir le titre d'associé auprès de la SOA (ASA) peuvent obtenir un crédit pour l'APC en participant à l'atelier de l'ICA.

Un atelier se tiendra aux dates suivantes. Veuillez noter que la durée du programme est de ¾ d'une journée.

Toronto

Montréal (français)

Le 15 février 2013

Le 26 février 2013

Le 9 avril 2013

Le 19 juin 2013

À déterminer

Le 25 septembre 2013

À déterminer

À déterminer



 

 

Inscrivez-vous maintenant pour éviter d'être déçu.

Les participants seront assignés au prochain atelier disponible dans la ville choisie.

Pour de plus amples renseignements sur l'atelier, veuillez accéder au lien ci-dessous.

Lien : http://www.actuaires.ca/membership/professionalism_workshop_f.cfm

Contact pour questions supplémentaires : Siège social de l'ICA à secretariat@actuaires.ca

Cours orienté vers la pratique

Afin d'obtenir la désignation de Fellow de l'Institut canadien des actuaires (FICA), tous les étudiants qui complètent les examens de la Society of Actuaries (SOA) doivent se présenter au Cours orienté vers la pratique (COP) et le réussir.

Un candidat peut se présenter au COP s'il satisfait à l'une des conditions suivantes :

  • Il ou elle a obtenu les crédits pour les cours P, FM, M et C (avec VEE complet), a satisfait à toutes les exigences FAP (les huit modules FAP et les évaluations intérimaires et finales) et a réussi les deux examens du FSA (Nota : les modules du FSA ne sont PAS requis) en vertu du système d'examen de la SOA; OU
  • Il ou elle a obtenu sa désignation de Fellow d'un organisme actuariel reconnu.

Aucune exception ne sera faite relativement aux exigences ci-dessus.

Les inscriptions au COP, qui aura lieu du dimanche 2 juin au mercredi 5 juin 2013, à Ottawa (ON), sont maintenant ouvertes.

Les candidats qui satisfont aux exigences d'admissibilité doivent remplir le formulaire d'inscription et le retourner au siège social de l'ICA, et y joindre le montant des droits d'inscription avant le 1er avril. Pour obtenir le formulaire d'inscription et(ou) tout autre renseignement, veuillez accéder au lien ci-dessous.

L'inscription est régie par le principe du premier arrivé, premier servi, selon la date de réception du formulaire et des droits d'inscription. Les candidats sont habituellement acceptés, selon le nombre de places disponibles. Compte tenu de cette dernière condition, il se peut que le nombre de places soit limité pour certains domaines de pratique.

Lien : http://www.actuaires.ca/membership/practice_education_course_f.cfm

Contact pour questions supplémentaires : Caroline Thebault, adjointe administrative principale, éducation et perfectionnement professionnel, à caroline.thebault@actuaires.ca

Programme fiduciaire de bourses d'études de la CAS

Le comité sur le programme fiduciaire de bourses d'études de la Casualty Actuarial Society (CAS) accepte les demandes pour les bourses d'études d'une valeur de 2 000 $ chacune pour l'année scolaire 2013–2014. Les bourses d'études sont conçues de sorte à accroître l'intérêt des étudiants pour la profession actuarielle en matière d'assurances IARD et à encourager la poursuite du titre de la CAS. Le programme est ouvert aux citoyens et aux résidents permanents des États-Unis et du Canada qui sont des étudiants à temps complet en Amérique du Nord et qui ont passé ou passeront au moins un examen actuariel d'ici mars 2013.

Jusqu'à trois bourses d'études basées sur le mérite seront octroyées, et les demandes doivent être soumises d'ici le 4 mars. Pour de plus amples renseignements, veuillez accéder au lien ci-dessous.

Lien : http://www.casact.org/community/academic/index.cfm?fa=scholarship

Contact pour questions supplémentaires : Bob Searson, coordonnateur du programme fiduciaire de bourse d'études, à bsearson@casact.org

Déclaration d'intention portant sur la révision des hypothèses de réinvestissement économique à l'intérieur des Normes de pratique applicables à l'évaluation du passif des contrats d'assurance de personnes (vie, accidents et maladie) (section 2300)

La déclaration d'intention ci-jointe a été approuvée par le Conseil des normes actuarielles (CNA) le 20 décembre 2012. Elle propose de réviser la section 2300 en ce qui a trait aux hypothèses de réinvestissement économique et les stratégies de placement appliquées aux flux monétaires du passif de longue durée en vertu de la méthode canadienne axée sur le bilan.

Les parties intéressées à commenter le présent exposé-sondage devraient transmettre leurs commentaires à Ty Faulds à l'adresse
ty.faulds@londonlife.com au plus tard le 15 mars 2013. Une copie devrait également être transmise à Chris Fievoli, actuaire résident de l'ICA, à l'adresse chris.fievoli@actuaires.ca.

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2012/212112f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Ty Faulds, président, groupe désigné, à ty.faulds@londonlife.com

Normes définitives – Révision des Normes de pratique applicables aux régimes de retraite (partie 3000)

Une version révisée de la partie 3000 des normes de pratique a été approuvée par le Conseil des normes actuarielles le 19 décembre 2012.

La date d'entrée en vigueur de la norme de pratique définitive est fixée au 30 décembre 2012.

Liens :
Note de service : http://www.actuaires.ca/members/publications/2012/212111f.pdf
Normes de pratique : http://www.actuaires.ca/members/publications/2012/212110f_clean.pdf(version propre); http://www.actuaires.ca/members/publications/2012/212110f_rl.pdf(corrections soulignées)

Contact pour questions supplémentaires : Stephen Butterfield, président, groupe désigné, à stephen.butterfield@towerswatson.com

 
Calendrier des rencontres

Le 9 avril 2013

Atelier sur le professionnalisme

Hôtel InterContinental

Toronto (Ontario)

Du 2 au 5 juin 2013

Cours orienté vers la pratique

Delta Ottawa City Centre

Ottawa (Ontario)

Le 19 juin 2013

Atelier sur le professionnalisme

Hôtel Hilton Montréal Bonaventure

Montréal (Québec)

Les 20 et 21 juin 2013

Assemblée annuelle

Hôtel Hilton Montréal Bonaventure

Montréal (Québec)

Le 25 septembre 2013

Atelier sur le professionnalisme

Hôtel Hilton Montréal Bonaventure

Montréal (Québec)

Les 26 et 27 septembre 2013

Colloque pour l'actuaire désigné

Hôtel Hilton Montréal Bonaventure

Montréal (Québec)

Le 12 novembre 2013

Colloque sur les régimes de retraite

Metro Toronto Convention Centre

Toronto (Ontario)

Le 13 novembre 2013

Colloque sur les investissements

St Andrew’s Club & Conference Centre

Toronto (Ontario)

Les 18 et 19 juin 2014

Assemblée annuelle

Hôtel Hyatt Regency

Vancouver (C.-B.)

Les 17 et 18 juin 2015

Assemblée annuelle

Westin Ottawa

Ottawa (Ontario)

Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur tous les événements de l'ICA à l'adresse http://www.actuaires.ca/meetings/calendar_of_meetings_f.cfm.
Vous pouvez aussi téléphoner à Nancy Jenkinson au (613) 236-8196, poste 104 ou lui écrire à
nancy.jenkinson@actuaires.ca.

Pour des renseignements sur les webémissions de l'ICA, veuillez accéder au lien suivant : http://www.actuaires.ca/webcasts/index_f.cfm.

 
Le Point sur le Conseil et les Directions

Direction de la pratique actuarielle

Les personnes suivantes ont été nommées à titre de membres des commissions énumérées ci-dessous :

  • Tarification des assurances IARD : Houston Cheng;
  • Rapports financiers des compagnies d'assurance-vie : Steve MacCharles, Michael Correa, Dominic Hains et Josephine Marks, en vigueur le 1er mars 2013;
  • Rapports financiers des régimes de retraite : Jennifer Schoenfeld et Kiersten Johnston.

Le Groupe de travail sur l'examen externe par les pairs a été dissout avec remerciements.

À titre d'information seulement :

  • Jacqueline Friedland et Catherine Robertson ont complété leurs mandats respectifs auprès de la Commission sur la tarification des assurances IARD et la Commission des rapports financiers des régimes de retraite.
  • Edward Gibson, Steve Sullivan, Joan Strothard et David Gourlay auront complété leurs mandats respectifs auprès de la Commission des rapports financiers des compagnies d'assurance-vie le 28 février 2013.