CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

mai 2011
Votre Institut


par Micheline Dionne, FICA
Présidente de l'ICA

La question à savoir si l’actuaire est un technicien ou un professionnel en est une qui revient souvent, sous plusieurs angles différents; je me suis d’ailleurs surprise à y réfléchir à maintes reprises au cours des dernières semaines. À la base, qu’est-ce qui différentie un professionnel d’un technicien? Le premier principe directeur de l’ICA nous met sur la bonne piste : l’Institut fait passer l’intérêt du public avant les besoins de la profession et de ses membres. Mais qu’en est-il dans la pratique?

C’est vrai que la profession actuarielle comprend un grand volet technique, qui est au cœur de notre réputation et qui contribue au mythe de l’actuaire. Voilà pourquoi il s’agit d’un atout incroyable. En même temps, cela représente un de nos plus grands facteurs de risque. Cette science qui est la nôtre n’est pas facile à vulgariser et il peut être tentant d’en limiter la vulgarisation, question de paraître plus intelligent ou tout simplement d’avoir la paix. Il est aussi rassurant de se limiter à notre rôle de technicien, de se tenir loin des jugements de valeur et de fermer les yeux en se disant que notre rôle est de déterminer une valeur financière et non de prendre des décisions pour notre employeur ou notre client. Assurément, la première raison d’être de l’actuaire est de faire de bons calculs, étant donné une série d’hypothèses et d’engagements financiers. C’est la base même de notre formation. Les calculs sont complexes et demandent une bonne dose de jugement et d’expérience, notamment pour discerner les facteurs qui sont pertinents et matériels de ceux qui ne le sont pas.

Être un professionnel demande d’aller au-delà des calculs demandés et de se demander s’il n’existe pas d’autres besoins qui ne sont pas identifiés mais qui sont flagrants. Il pourrait notamment s’agir de se prononcer sur la valeur des hypothèses qu’on demande à l’actuaire d’utiliser et sur les risques qui sont pris, surtout si nos employeurs ou nos clients prennent des risques dont nous soupçonnons qu’ils n’en mesurent pas la portée exacte. Il est possible que la première réaction ne soit pas très positive, mais à long terme ce partage de connaissances fera une grande différence dans l’avenir de la profession et dans les recours futurs à nos services. Il est primordial que la portée des risques encourus soit mieux comprise. Nous avons un devoir de transparence et de clarté, le devoir de prendre le temps d’expliquer la nature de nos études et de nos recommandations dans un langage facilement compréhensible. Notre public n’en sera que plus reconnaissant. De plus en plus, leur confiance dépendra de notre transparence. Nous ne sommes pas Dieu et nous ne pouvons pas empêcher les incidents de se produire; par contre, nous pouvons contribuer à en amoindrir les effets ou à se préparer à leur faire face.

Il y a tellement à faire dans un monde qui comporte des risques de plus en plus nombreux et variés. La profession est promise à un grand avenir dans la mesure où nous serons capables d’être davantage que de simples techniciens.

Je me permets d’être optimiste quant aux choix que nous ferons!

Si vous avez des questions ou commentaires, n’hésitez pas à m’écrire à president@actuaires.ca.

Micheline Dionne, FICA, est la présidente de l’Institut canadien des actuaires.

 
Article en Primeur


par Michel St-Germain, FICA

Vous avez sans doute remarqué l'augmentation importante du nombre de prises de position publique soumises par l'ICA. Parmi celles-ci, mentionnons :

  • les mémoires au Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) et à l'Autorité des marchés financiers (AMF) au sujet de la supervision des compagnies d'assurance;
  • les réponses aux demandes de la part d'organismes de réglementation au sujet des modifications proposées aux lois sur les régimes de retraite;
  • une prise de position sur le rôle des régimes de revenu de retraite facilités par l'État, notamment l'élargissement du Régime de pensions du Canada;
  • le premier Sondage auprès des Canadiens sur les risques liés à la retraite, illustrant les préoccupations de ceux-ci à l'égard de la planification de la retraite, de la suffisance du revenu de retraite et des besoins en matière de soins de santé pendant la retraite;
  • les modifications proposées aux exigences comptables en vertu des IAS;
  • une proposition concernant l'élimination de l'exigence obligatoire relative au formulaire long du recensement;
  • une prise de position visant les programmes d'invalidité de longue durée autofinancés.

Cette augmentation fait suite au choix stratégique de l'ICA d'adopter une attitude plus active et de participer au débat public à l'égard des questions qui touchent notre profession. En effet, les prises de position nous permettront :

  • d'améliorer l'image des actuaires et de faire connaître notre expertise particulière à un plus grand nombre de représentants officiels;
  • de répondre à notre objectif visant à faire passer l'intérêt public avant nos propres intérêts.

Plus important encore, nous prenons publiquement position parce que nous avons une contribution à apporter à certains débats importants. En fait, bon nombre d'entre nous, que ce soit à titre individuel ou par l'intermédiaire de leur employeur, ont pris part activement aux débats publics et à la formulation de commentaires aux représentants gouvernementaux.

Il y a quelques années, l'Institut a adopté un processus visant l'élaboration des prises de position. Ce processus commence par le repérage d'une occasion de préparer un mémoire, qui peut être amenée par une demande externe ou suggérée par une commission ou un membre de l'ICA. Après consultation, le président et le directeur général doivent convenir du caractère approprié d'un mémoire et nommer une entité régissante (habituellement le Conseil, la Direction des services aux membres ou la Direction de la pratique actuarielle). Ensuite, le président de l'entité régissante nomme une commission d'autorisation et une entité de rédaction. Cette dernière est alors chargée de :

  • faire des recherches sur la question;
  • mettre au point la position de l'ICA;
  • rédiger le mémoire;
  • après avoir soumis le tout à l'entité régissante à des fins de commentaires, obtenir l'approbation de la commission d'autorisation.

La participation à l'entité de rédaction constitue une excellente occasion d'apporter une contribution à l'Institut. Si vous entendez parler d'une telle occasion et que vous souhaitez y contribuer, n'hésitez pas à vous manifester.

La préparation de ces mémoires présente certains défis :

  • Certains sujets sont controversés. Une position ferme de l'ICA peut faire l'objet de critiques de la part du public; il arrive que nous évitions de prendre position et que nous options plutôt pour présenter une analyse des options possibles.
  • Tous les actuaires ne sont pas d'accord avec les positions de l'ICA ou avec la façon dont celles-ci sont présentées ou les arguments utilisés.
  • Il arrive parfois que notre position ne s'inscrive pas dans le domaine de l'expertise actuarielle pure; certains diront que nous devrions nous limiter à notre domaine d'expertise.

Mais je crois fermement que nos efforts en valent la peine et que nous pouvons redonner à la société. Les mémoires présentés à l'égard de la réforme des régimes de retraite en font foi. Nous avons permis aux représentants gouvernementaux de mieux comprendre ces questions. Le grand débat sur les régimes de retraite fait toujours rage et je m'attends à ce que l'ICA continue de prendre part aux discussions à savoir si les Canadiens devraient épargner davantage en vue de la retraite, quelle est la meilleure façon d'épargner, à quel moment nous devrions épargner en prévision de la retraite, quels seraient les rôles respectifs du gouvernement, des employeurs et des particuliers et comment assurer la survie des régimes de retraite à prestations déterminées.

Il y aura d'autres sujets chauds d'intérêt public. Le vieillissement de la population est de plus en plus perçu comme l'un des plus grands défis de notre société, en particulier ses effets sur le coût des soins de santé. Les actuaires peuvent assurément prendre part à ce débat.

Michel St-Germain, FICA, est le président de la Direction des services aux membres.

 
Nouvelles de L'Institut


Nombreux sont ceux parmi vous qui ont déjà voté aux élections de l'ICA cette année, mais pour ceux qui n'ont pas encore fait entendre leur opinion sur l'orientation future de l'Institut, il vous reste encore quelques jours.

Deux candidats se présentent au poste de président désigné, deux candidats au poste de secrétaire-trésorier et 11 candidats au poste d'administrateur(trice). Le scrutin est ouvert jusqu'au 2 juin.

Les énoncés de position et les données biographiques de tous les candidats aux élections 2011 sont disponibles ci-dessous. L'ordre de présentation des énoncés et des données est aléatoire.

Les candidats ont répondu aux questions et commentaires affichés dans le forum de discussion de la campagne électorale 2011 de l'ICA, et bien que la période de discussion ait pris fin, vous pouvez tout de même consulter le forum afin de voir les commentaires des candidats sur un éventail de sujets. Veuillez accéder à http://www.actuaries.ca/members/organization/discussion_forum/candidate_f.cfm.
(NOTA : une session doit être ouverte sur le site des membres pour accéder à cette page.)

Le bulletin de vote électronique est maintenant disponible. Pour voter, les Fellows doivent avoir accès à un compte de membre dans la section des membres du site Web de l'ICA; ceux qui n'en ont pas devront en établir un à l'adresse http://www.actuaires.ca/members/security/index_f.cfm. Une fois entré en session au moyen d'un compte de membre, le lien donnant accès au bulletin de vote apparaîtra sur la page d'accès.

NOTA : Michael Smith, candidat aux élections, est décédé le 7 mai. Étant donné que le bulletin de vote a déjà été diffusé, une remarque à savoir que Mike est décédé a été inscrite sur le bulletin de vote électronique. Les votes déjà déposés ne peuvent malheureusement pas être modifiés et seront comptés, en vertu des Règles de procédure pour les élections de l'ICA.

 
Candidats aux élections 2011
 
Président désigné

   
Simon R. Curtis
Minaz H. Lalani

Secrétaire-trésorier

 

   
Steven W. Easson
Martin Roy
 

Inspiré par le défi que posent le développement et la mise en œuvre des nouveaux concepts, Sylvain Fortier, en photo ci-dessus, s'est intéressé à la gestion du risque tôt dans sa carrière. Cet enthousiasme a maintenant fait de lui un professionnel de premier plan en matière de gestion du risque d'entreprise (GRE).

En qualité de vice-président de la modélisation et de la mesure des risques à la Banque Laurentienne à Montréal, Sylvain est responsable de veiller à ce que la banque priorise les bons secteurs de risque. Il prend également part aux activités relatives aux stratégies de souscription et d'investissement, à la tolérance et à la propension au risque et à l'établissement du cadre de GRE de l'entreprise.

Il a pris goût à ce domaine de la science actuarielle après avoir été inspiré par ses professeurs pendant sa maîtrise ès sciences à l'Université Laval. Il dit : «Après mes examens, j'ai suivi la voie actuarielle de la GRE dès sa création. Ce fut une excellente initiative de la part de la profession actuarielle étant donné que nous sommes, au fond, des professionnels du risque. Il y avait beaucoup d'éléments à mettre en place et de nouveaux concepts à mettre au point, et l'aspect quantitatif du risque connaissait une évolution intéressante de plusieurs points de vue. »

Il a d'abord travaillé à titre d'analyste du crédit, mais grâce à ses connaissances en matière de GRE, il considère maintenant tous les types de risques, tels que les risques relatifs au crédit, au marché et aux taux d'intérêt. « Lorsqu'on exerce dans le domaine de la GRE, on touche tous les axes opérationnels et on obtient un portrait complet de l'entreprise. Les activités s'effectuent à un haut niveau. On s'efforce d'assurer une gestion cohérente des risques tandis que la dynamique fluctue de façon importante, et il y a constamment de nouveaux problèmes et de nouveaux risques à gérer. »

Les actuaires revêtent leur importance dans tous les secteurs, ajoute Sylvain. «Ils peuvent évoluer dans tous les domaines du risque. Il faut posséder des antécédents en matière quantitative, une compétence que possèdent les actuaires. Ils possèdent également une bonne compréhension de l'incidence des facteurs de risque et de leur impact sur le bilan, les profits et les coûts. Nous sommes en mesure de comprendre les concepts complexes et de les simplifier à l'intention de la direction et de l'entreprise dans son ensemble. C'est pourquoi les actuaires sont essentiels au rôle de gestion du risque d'entreprise. »

Ceux qui se lançaient dans le domaine de la gestion du risque devaient avoir une bonne confiance en eux, dit-il, et la profession avait encore fort à faire pour promouvoir l'importance des actuaires auprès des entreprises qui envisagent la création d'une stratégie de GRE.

« Le plus grand défi est d'avoir confiance en son aptitude et en sa compétence pour accomplir le travail », ajoute-t-il. « Le simple fait de posséder des antécédents actuariels m'a donné beaucoup de crédibilité. Il faut également croire en ses capacités. Le travail de bon nombre de membres d'autres professions concerne les risques; aussi, nous devons défendre notre rôle afin que les entreprises fassent appel à notre expertise et à nos connaissances en matière de gestion du risque. Celles-ci n'ont pas encore comme premier réflexe de faire appel aux actuaires. »

Pour consulter les entrevues précédentes de cette série, consultez les liens suivants : Minaz Lilani, Mariève Tétreault, Jean-Yves Rioux, Michael White, Altaf Rahim et Kathryn Hyland.

 


par Jason Vary, FICA

Faisant suite à mon article paru dans le (e)Bulletin du mois dernier concernant les améliorations générales pour les associés au sein de l'ICA, le présent article vise à donner des précisions à l'égard des modifications les plus importantes, en particulier le titre professionnel d'AICA et le droit de vote.

Titre professionnel d'AICA

Il est de l'avis du Groupe de travail sur la mise en œuvre du statut d'associé et du Conseil d'administration que la possibilité d'obtenir et d'afficher fièrement le titre professionnel d'AICA constituerait un avantage significatif pour les candidats actuaires du Canada qui ont obtenu le titre d'ASA, d'ACAS ou de CERA. Les candidats auront également la possibilité d'acquérir un titre de niveau associé par le truchement du programme d'agrément universitaire (PAU) de l'ICA. Jusqu'à ce que la Society of Actuaries (SOA) et la Casualty Actuarial Society (CAS) reconnaissent le PAU, il pourrait s'agir pour certains candidats actuaires du Canada de la seule façon d'accéder à un titre de niveau associé.

L'instauration du titre professionnel d'AICA incitera les étudiants en actuariat à adhérer plus tôt à l'ICA et à avoir ainsi accès aux conseils professionnels qui renforceront leur carrière et leur potentiel d'apporter une contribution à l'Institut. La création du titre d'AICA soutient également l'objectif visant l'harmonisation des exigences d'admissibilité imposées aux associés de l'ICA avec celles des associés de la SOA et de la CAS.

Il convient également de faire remarquer qu'outre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie ont tous deux des titres de niveau associé. De plus, dans le cadre des discussions avec le Royaume-Uni à l'égard du renouvellement de notre entente de reconnaissance mutuelle (ERM), celui-ci a proposé une ERM au niveau associé, qu'il a déjà mise en branle avec d'autres associations actuarielles.

Droit de vote

Le groupe de travail et le Conseil d'administration sont d'avis que les associés inscrits auprès de l'ICA depuis cinq ans ou plus ont démontré leur engagement envers la profession et devraient être récompensés au moyen de droits et de privilèges additionnels tels que le droit de vote.

Il convient de mentionner qu'en 2008, la SOA a attribué le droit de vote aux ASA qui étaient inscrits à ce titre depuis au moins cinq ans.

Droits des Fellows

Bien que plusieurs améliorations soient apportées au statut d'associé, les droits des Fellows demeurent clairement prédominants :

  • Les Fellows demeureront les seuls membres dont le statut les qualifiera pour assumer le « rôle exclusif ».
  • Conformément à la Politique sur l'utilisation des titres d'affiliation et désignations de l'ICA, le terme « actuaire » ne peut être utilisé que pour faire référence à un Fellow qualifié.
  • Seuls les Fellows auront l'autorisation de se porter candidats aux postes de président, de secrétaire-trésorier ou d'administrateur.

Modifications aux Statuts administratifs

Pour que l'on puisse instaurer le titre d'AICA et accorder aux associés le droit de vote après cinq ans, des modifications doivent être apportées aux Statuts administratifs et entérinées par les membres. Un vote des membres aura lieu dans le cadre de l'Assemblée annuelle de l'ICA, qui se tiendra à Ottawa les 29 et 30 juin 2011. Une période de vote par procuration précédera la tenue de l'assemblée.

Pour de plus amples renseignements

D'autres renseignements vous seront transmis à cet égard, par le biais, notamment, d'un avis officiel relatif aux modifications proposées aux Statuts administratifs et d'une webémission d'ici la tenue de l'Assemblée annuelle.

Commentaires demandés

Nous vous encourageons à nous transmettre vos commentaires à l'égard des améliorations pour les associés énoncées ci-dessus en écrivant à associatechanges@actuaires.ca.

Vous pouvez également participer à la discussion concernant les modifications aux Statuts administratifs en vous inscrivant au serveur de liste des amendements. À titre de rappel, vous pouvez mettre à jour les listes auxquelles vous êtes inscrit sur le site des membres du site Web de l'ICA.

Jason Vary, FICA, est le président du Groupe de travail sur la mise en œuvre du statut d'associé.

 

Gerald Burger, FICA (1965)
Sylvie Dion, FICA (1983)
Michael Smith, FICA (1989)

Kenneth Stewart, FICA (1977)

 
PERSONNES INFLUENTES

Selon Environnement Canada, les Canadiens se classent au deuxième rang parmi les plus grands consommateurs d'eau du monde, chacun consommant chaque jour en moyenne 335 litres d'eau, soit deux fois plus que les Européens.

La demande en eau est à la hausse en raison des populations croissantes, des industries manufacturières, de l'irrigation et d'autres utilisations d'origine humaine. Parallèlement, la pollution, la nappe phréatique qui s'amenuise et les conditions de sécheresse prolongées réduisent les réserves utilisables.

La réduction de la consommation d'eau est essentielle non seulement pour s'assurer d'une réserve d'eau constante, mais aussi pour diminuer les factures d'eau et de chauffage liées au pompage de l'eau vers nos foyers et au réchauffement de celle-ci pour diverses utilisations domestiques. Couper l'alimentation en eau lorsqu'elle n'est pas utilisée et utiliser moins d'eau pour faire le même travail sont deux façons simples de préserver cette ressource précieuse, avant qu'elle ne soit complètement écoulée, au sens propre du terme.

Suivre le courant à faible débit

L'installation d'une pomme de douche à faible débit s'avérera un ajout judicieux à vos plans de conservation de l'eau. Offerts dans la plupart des magasins de matériaux de construction, ces accessoires permettent de réduire de moitié la quantité d'eau utilisée par une pomme de douche conventionnelle.

Privilégiez également les douches rapides aux bains; vous utiliserez ainsi jusqu'à 50 pour cent moins d'eau chaude. Si votre douche est munie d'un bouton d'arrêt, optez pour la « douche de marin » : coupez l'alimentation pendant que vous vous savonnez et que vous vous faites un shampoing, puis rincez-vous rapidement.

Lorsque vous vous débarbouillez ou que vous vous rasez, remplissez le lavabo au quart ou à la moitié au lieu de laisser couler le robinet. Pour économiser encore plus d'eau, fermez le robinet pendant que vous vous brossez les dents.

Une meilleure chasse d'eau


Environ 65 pour cent de la consommation domestique d'eau à l'intérieur se produit dans nos salles de bain, et les toilettes sont les plus grandes utilisatrices d'eau.

La mise à niveau de votre toilette peut donner lieu à d'importantes économies d'eau sur lesquelles vous pouvez compter au cours de la durée du bien acheté. Le remplacement d'une toilette de 18 litres par chasse d'eau par un modèle à très faible volume de 6 litres par chasse se traduit par des économies d'eau de 66 pour cent et une réduction d'environ 30 pour cent de votre consommation d'eau intérieure.

La toilette à chasse double engendre encore plus d'économie d'eau en utilisant six litres d'eau pour chasser les déchets solides, mais seulement trois pour les déchets liquides.

Colmater les fuites

Les appareils qui fuient gaspillent une grande quantité d'eau. Un robinet d'eau chaude d'où s'écoule une goutte par seconde gaspillera 9 000 litres par année, tandis qu'une toilette qui coule après qu'on ait actionné la chassé peut gaspiller jusqu'à 200 000 litres par année.

Réparez les robinets qui fuient dès que possible. Pour savoir si votre toilette coule, mettez deux ou trois gouttes de colorant alimentaire dans le réservoir à l'arrière de la toilette. Attendez quelques minutes. Si la couleur apparaît dans la cuvette sans que vous ayez tiré la chasse, c'est qu'il y a une fuite.

Si votre toilette fuit, assurez-vous que le clapet à battant à l'intérieur du réservoir repose correctement dans le siège de clapet. Assurez-vous également que les tiges de vidage du levier de déclenchement ne sont pas courbées ou décalées et que le siège de clapet n'est pas corrodé. Ils se réparent tous facilement et à peu de frais. Si, toutefois, la fuite se situe près de la base de la toilette, là où elle repose sur le plancher, téléphonez à un spécialiste.

Si vous avez un compteur d'eau, prenez une lecture le soir, puis une autre très tôt le matin en vous assurant que personne dans la maison n'a utilisé d'eau pendant la nuit. Si vous notez une différence substantielle de lecture le matin suivant, il se pourrait que vous ayez affaire à une fuite. Consultez un plombier et réparez la fuite sur-le-champ.

Les renseignements contenus dans cet article proviennent d'Environnement Canada
www.ec.gc.ca.

 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

Questionnaire en prévision des élections fédérales

Durant les deux dernières élections fédérales, l'Institut s'est impliqué en posant aux partis politiques principaux des questions d'intérêt pour la profession, pour ensuite partager leurs réponses avec les membres. Nous avons procédé ainsi dans le cadre des élections actuelles, et les réponses des partis seront affichées sur le site des membres au fur et à mesure que nous les recevons.

Lien : Veuillez consulter le site des membres pour les plus récentes réponses.

Contact pour questions supplémentaires : Les Dandridge, directeur, communications et affaires publiques, à les.dandridge@actuaires.ca.

Document de recherche : Provisionnement des régimes publics d'assurance pour préjudices corporels

Ce document de recherche vise à donner de l'information pour aider les actuaires qui travaillent à l'élaboration, à l'examen et à la modification des politiques de provisionnement des régimes publics d'assurance pour préjudices corporels. Il présente un résumé des approches de provisionnement actuellement utilisées par ces régimes ainsi que certains principes directeurs appliqués dans leur élaboration.

Pour lire le document de recherche, veuillez accéder au lien ci-dessous.

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211038f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Thane Gordon MacKay, membre, Commission d'indemnisation des accidents du travail, à tmackay@morneausobeco.com.

Le Secrétariat de l'ICA déménage

À la fin mai, les bureaux du Secrétariat seront relocalisés au Constitution Square, à Ottawa.

Notre numéro de téléphone, les numéros de poste et le numéro de télécopieur demeureront les mêmes.

Voici la nouvelle adresse :
Institut canadien des actuaires
360, rue Albert, suite 1740
Ottawa, ON
K1R 7X7

Contact pour questions supplémentaires : Jacques Leduc, directeur des opérations, finances et administration, à jacques.leduc@actuaires.ca.

Avis concernant les cotisations annuelles pour 2011-2012

Le printemps est une saison de renouveau, et le renouvellement de votre adhésion à l'ICA n'y échappe pas! Vous recevrez par voie électronique dans les semaines à venir votre facture de cotisations annuelles pour 2011-2012.

À l'occasion de sa réunion du 23 mars 2011, le Conseil d'administration a approuvé le barème de cotisations suivant pour l'année 2011-2012.
Fellows : 1 170 $
Associés > 10 ans : 810 $
Associés, affiliés, correspondants : 590 $

La modeste augmentation des cotisations permettra de continuer d'offrir aux membres un niveau élevé de service de la part de l'ICA et contribuera à la progression des six thèmes stratégiques du Plan stratégique (adopté en novembre 2009).

  • En raison des importants changements qu'ont subis la profession et la conjoncture, à la fois au Canada et à l'étranger, les conseils et le perfectionnement professionnels demeurent de toute évidence un élément crucial pour garantir un degré de compétence soutenu chez les actuaires. L'ICA continuera d'offrir ses colloques spécialisés, auxquels s'ajoutera un Colloque sur les investissements à l'automne, et tiendra son Assemblée annuelle en juin. Ces occasions offrent un contenu canadien de la plus haute qualité. L'Institut offrira également cette année une quantité accrue de webémissions mettant en vedette des spécialistes de l'industrie qui partageront leur expertise à l'égard de divers sujets. Ces séances, de même que la promotion et la communication de la recherche pertinente, demeureront donc des thèmes stratégiques pour l'ICA au cours de la prochaine année.
  • L'ICA doit également continuer d'axer ses efforts sur la promotion de la profession actuarielle. Le raffermissement des démarches d'information auprès des étudiants et des employeurs permettra à l'Institut de promouvoir la profession de façon positive et d'accroître la sensibilisation à l'égard de la qualité supérieure des analyses et des conseils dispensés au public par notre profession. L'ICA discute depuis plusieurs années de la possibilité de mettre en place un système d'agrément universitaire. En 2010, le Conseil d'administration a décidé de mettre en marche la mise sur pied d'un programme canadien. La Commission de l'agrément travaille d'arrache-pied pour veiller à la rigueur des processus d'agrément et d'examen afin de s'assurer de l'acceptation du programme par ses partenaires en matière d'éducation. La mise en œuvre est maintenant prévue en septembre 2012, mais la liste des universités qui se verront attribuer l'agrément sera finalisée d'ici le 31 octobre 2011.
  • En 2010, un groupe de travail spécial s'est penché sur la proposition de valeur relative au statut d'associé. Le groupe de travail a formulé un certain nombre de recommandations à la Direction de l'admissibilité et de la formation (DAF) et au Conseil d'administration de l'ICA, lesquelles visaient à harmoniser les exigences liées au statut d'associé au sein de l'ICA avec celles du statut d'associé de la Society of Actuaries (SOA) et de la Casualty Actuarial Society (CAS). De plus, le Conseil d'administration de l'ICA a également approuvé l'adoption du titre de compétence d'AICA et d'autres privilèges pour les associés. L'Institut communiquera ces modifications aux membres entre les mois d'avril et de juin. À l'occasion de l'Assemblée annuelle de juin, un vote sera tenu à l'égard des modifications aux Statuts administratifs. Les changements apportés aux exigences imposées aux associés entreraient en vigueur le 1er juin 2012.
  • L'ICA doit poursuivre ses démarches pour rehausser le profil de la profession et exercer son influence à l'égard des décisions relatives à la politique publique en formulant des avis aux décideurs. En offrant son expertise, l'Institut servira l'intérêt public et démontrera l'apport potentiel de la profession aux enjeux qui revêtent une importance cruciale pour les Canadiens.
  • Dans le contexte de la mondialisation, les Normes internationales d'information financière (IFRS) poursuivent leur évolution. Les normes de pratique actuarielles canadiennes et le système de réglementation du Canada sont reconnus de façon positive à l'échelle mondiale. La profession actuarielle canadienne a beaucoup à offrir; ainsi, au cours des cinq prochaines années, l'ICA prendra les moyens nécessaires pour exercer une influence positive sur l'élaboration des normes de pratique actuarielles internationales.
  • Enfin, l'ICA n'atteindra la réussite que s'il est en mesure de relever ces défis de façon efficace. Ses activités et ses programmes sont rendus possibles grâce au travail de centaines de bénévoles dévoués et d'une petite équipe d'employés. L'Institut doit prendre des mesures appropriées pour maximiser l'efficacité de la participation bénévole et accroître la capacité du Secrétariat de soutenir ce leadership bénévole essentiel tout en évitant d'imposer aux bénévoles une surcharge de travail.

Ces six thèmes stratégiques revêtent une importance cruciale pour la pérennité de la profession. Nous sommes d'avis que le Plan stratégique positionnera le titre de FICA comme un titre de choix dans l'avenir et veillera à ce que la profession soit bien placée pour relever les défis qui l'attendent.

Veuillez agréer l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Martin Roy
Secrétaire-trésorier

Contact pour questions supplémentaires : Jacques Leduc, directeur des opérations, finances et administration, à jacques.leduc@actuaires.ca.

Recommandations visant à rehausser le statut d'associé au sein de l'Institut

Le Conseil d'administration de l'ICA et le Groupe de travail sur la mise en œuvre du statut d'associé souhaitent obtenir les commentaires des membres à l'égard de changements importants qui auront une incidence sur l'adhésion des associés au sein de l'Institut.

Certains de ces changements nécessiteront des ajustements aux Statuts administratifs de l'ICA, de même qu'un vote des membres, par procuration sur plusieurs semaines en juin 2011 et en personne le 29 juin 2011, à l'occasion de la Séance des affaires générales dans le cadre de l'Assemblée annuelle 2011 de l'ICA à Ottawa.

La présente note de service vise à présenter les modifications que l'on envisage d'apporter aux Statuts administratifs. Les communications officielles concernant les modifications proposées aux Statuts administratifs s'amorceront vers la fin mai. Nous espérons que vous saisirez tous cette occasion d'examiner les documents accompagnant la présente note et nous vous encourageons à transmettre vos commentaires à
associatechanges@actuaires.ca d'ici le 6 mai 2011.

Note de service : Améliorations au statut d'associé au sein de l'Institut
http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211037f.pdf

Note de service : Recommandations visant à rehausser le statut d'associé au sein de l'Institut
http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211036f.pdf

Rapport : Groupe de travail visant à rehausser la proposition de valeur du statut d'associé au sein de l'Institut
http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211035f.pdf

Contact pour questions supplémentaires: Alicia Rollo, CRHA, directrice, éducation et perfectionnement professionnel, à alicia.rollo@actuaires.ca.

Modifications aux Règles de déontologie

Des modifications ont été apportées aux Règles de déontologie afin de tenir compte des modifications qui ont été ratifiées par les membres lors de l'assemblée générale tenue à Ottawa le 10 mars 2011.

Lien : http://www.actuaries.ca/members/publications/2011/211033f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Michel Simard, directeur général, à directeur.general@actuaires.ca.

Rapport sur les statistiques économiques canadiennes 1924-2010 – Version finale

La version finale du Rapport sur les statistiques économiques canadiennes 1924-2010 est disponible sur le site Web de l'ICA.

Seuls les membres de l'ICA ont accès à ce document. Pour y accéder, rendez-vous à la page de la Commission de pratique d'investissement sur le site des membres (Organisation >> Commissions et Groupes de travail >> Commission de pratique d'investissement >> Rapports et documents).

Lien : http://www.actuaries.ca/members/organization/PC/IP/PC_IP_Docs_f.cfm?CODE=IP
(Nota : Ce lien vous donne accès à la version finale. Une version antérieure publiée contenait une erreur.)

Contact pour questions supplémentaires : Jonathan Hede, président, Commission de pratique d'investissement, à jonathan.hede@nexusrisk.com; Tony Williams, vice-président, Commission de pratique d'investissement, à tony.williams@pbiactuarial.ca.

 
Calendrier des rencontres

Le 3 juin 2011

Atelier sur le professionnalisme

Hôtel Royal York

Toronto, ON

Du 5 au 8 juin 2011

Cours orienté vers la pratique

 Delta Ottawa

 Ottawa, ON

Les 29 et 30 juin 2011

Assemblée annuelle

Hôtel Westin d'Ottawa

Ottawa, ON

Les 9 et 10 septembre 2011

Colloque sur l'expertise devant les tribunaux

Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) 

Montréal, QC

Les 22 et 23 septembre 2011

Colloque pour l'actuaire désigné

Hôtel Doubletree (Hilton) - Hôtel de l'aéroport de Toronto

Toronto, ON

Le 2 novembre 2011

Colloque sur les régimes de retraite

Hôtel Doubletree (Hilton) - Hôtel de l'aéroport de Toronto

Toronto, ON

Le 3 novembre 2011

Colloque sur les investissements

Hôtel Doubletree (Hilton) - Hôtel de l'aéroport de Toronto

Toronto, ON

Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur tous les événements de l'ICA à l'adresse http://www.actuaires.ca/meetings/calendar_of_meetings_f.cfm.
Vous pouvez aussi téléphoner à Nancy Jenkinson au 613-236-8196, poste 104 ou lui écrire à
nancy.jenkinson@actuaires.ca.

Pour des renseignements sur les webémissions de l'ICA, veuillez accéder au lien suivant : http://www.actuaires.ca/webcasts/index_f.cfm.

 
Le Point sur le Conseil et les Directions

Direction de l'admissibilité et de la formation

La Commission responsable de l'organisation du Colloque pour l'actuaire désigné 2010 et la Commission sur le co-parrainage des examens ont été dissoutes avec remerciements. La Sous-commission sur le bilinguisme qui répondait de cette dernière relèvera maintenant de la Commission sur les programmes d'étude et examens. Isabelle Morin a été nommée membre de la sous-commission, et assumera les fonctions de directrice de la traduction auprès de la Society of Actuaries, en vigueur le 8 avril 2011.

Sarah-Salimah Bhanji, Maxime-Frédéric Brochu-Leclair et Cathy Macdonald ont été nommés membres de la Commission d'admissibilité.

Heather Wolfe a été nommée membre de la Sous-commission sur les régimes de retraite de la Commission de l'éducation permanente.

Roger Allen a démissionné de la Sous-commission sur la conformité au PPC de la Commission sur l'application des règles et des normes.