CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

février 2011
Votre Institut


Par Micheline Dionne, FICA
Présidente de l'ICA

À l'heure actuelle, beaucoup d'encre coule sur l'avenir des régimes de retraite privés et publics au Canada. Le taux d'épargne des Canadiens est en chute libre et plusieurs propositions sont mises de l'avant pour soit obliger soit encourager une meilleure planification de la retraite. Mais cela n'est qu'un des sujets de préoccupation. Le prochain débat de société portera sur la santé. Les informations sur les dépenses courantes des soins de santé affluent, mais nous disposons de peu de données sur leurs coûts à long terme. Pourtant, un regard à plus long terme permettrait de mieux prévoir et de mieux planifier. Pour cela, nous aurons à la fois besoin d'un modèle macroéconomique et de meilleurs outils pour évaluer les avantages sur la santé future des Canadiens.

Malheureusement, trop peu d'actuaires se sont engagés dans cette voie. Contrairement aux régimes de retraite qui constituent le domaine de pratique de près de 40 % de nos membres, les projections des coûts des soins de santé à long terme et sur une base globale n'intéressent que peu d'actuaires. En assurance collective, outre l'invalidité, les estimés sont de courte durée, soit de quelques années tout au plus. Les engagements des employeurs à l'égard des soins de santé après la retraite couvrent une plus longue période, mais ces modèles ne sont pas globaux. Ils ne tiennent pas compte des régimes publics et il n'est donc pas question d'évaluer l'impact des programmes de prévention ou d'inclure les coûts des hôpitaux et de la plupart des professionnels de la santé. Cette absence de projections actuarielles s'explique par la prépondérance des régimes publics de santé qui emploient très peu ou pas d'actuaires.

Il existe deux créneaux dans lesquels les actuaires pourraient s'investir. Le premier consisterait à projeter les coûts futurs selon le mode de consommation actuelle et d'estimer la croissance de tels coûts en pourcentage du produit intérieur brut pour les années à venir. Le principe de base est le même que l'exercice actuellement effectué par le Régime de pensions du Canada (RPC) ou le Régime de rentes du Québec (RRQ). C'est grâce à cet exercice que nous sommes davantage conscients des coûts et des transferts intergénérationnels et que nous sommes à même d'évaluer l'impact des scénarios démographiques et économiques. Un exercice similaire pourrait être entrepris dans le domaine de la santé : il pourrait d'abord être effectué sur une base très approximative afin de mieux comprendre les enjeux dont il est question, mais aussi pour mieux expliquer les avantages que pourrait entraîner un estimé plus précis qui relèverait éventuellement de la responsabilité des gouvernements concernés.

Une autre approche serait de regarder la valeur de certains investissements en soins de santé, par exemple la prévention, les nouvelles technologies ou les soins à domicile, et de comprendre leur impact sur les coûts futurs dans ce domaine ainsi que les revenus additionnels générés par une population en meilleure santé et, par conséquent, plus productive.

La santé est une question de société qui nous préoccupe et pour laquelle nous devons œuvrer en faveur du bien collectif mais aussi du bien des générations qui suivront. Si les questions relatives aux soins de santé vous intéressent et que vous avez du temps à consacrer à l'avancement de nos connaissances dans ce domaine, veuillez communiquer avec Chris Fievoli, actuaire résident de l'ICA, à l'adresse chris.fievoli@actuaires.ca. Nous avons grandement besoin de bénévoles. Que vous œuvriez dans le domaine de la santé, que vous soyez familiers avec les modèles de projection et d'actualisation ou que vous soyez de bons gestionnaires de projets, nous vous incitons à nous faire part de votre intérêt le plus rapidement possible.

Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire à president@actuaires.ca.

Micheline Dionne, FICA, est la présidente de l'Institut canadien des actuaires. 

 
Article en Primeur


par Rob Stapleford, FICA

En novembre 2010, la Commission de l'agrément de l'ICA a présenté aux membres une mise à jour des progrès réalisés dans le cadre de ses travaux et a publié une version révisée du programme d'agrément universitaire à des fins d'examen et de commentaires. En même temps, la commission a transmis le programme proposé aux universités afin d'obtenir leurs commentaires.

Depuis ce temps, la commission s'est employée à examiner les commentaires reçus et à approfondir le dialogue avec les universités et les membres au moyen de diverses téléconférences et de deux webémissions tenues en décembre 2010.

Par suite des commentaires reçus, la commission envisage d'apporter plusieurs modifications au programme. Les modifications proposées ont fait l'objet de discussions au sein de la Direction de l'admissibilité et de la formation (DAF) à l'occasion de sa réunion de février et seront examinées par le Conseil d'administration lors de la réunion qui se tiendra en mars 2011.

Commentaires des membres

Treize membres nous ont transmis des commentaires. Ceux-ci portaient principalement sur le processus visant à assurer l'uniformité des exemptions accordées par toutes les universités afin de garantir le respect des normes. Cela fera partie du rôle important que joueront les jurys d'agrément et la Commission de l'agrément dans leur évaluation des demandes des universités à l'égard de l'agrément. Quelques membres s'opposent fondamentalement à cette initiative parce que, selon eux, la modification du système d'éducation n'apportera à la profession aucun avantage à long terme.

Un autre membre s'inquiète également de l'offre et de la demande futures à l'égard des actuaires, à savoir que le processus d'agrément pourrait avoir pour effet de produire davantage d'actuaires que le marché peut en employer. Le programme d'agrément vise notamment à attirer des candidats encore plus solides vers la profession actuarielle et cela pourrait avoir pour effet d'attirer les candidats en plus grand nombre. La commission ne croit toutefois pas que ces changements entraîneront un déséquilibre entre l'offre et la demande à l'égard des actuaires. Les exemptions de cours universitaires ne s'appliqueront qu'aux examens actuariels préliminaires, et le reste du processus de qualification demeurera tel quel. Les forces du marché demeureront le principal facteur d'influence sur l'offre et la demande.

Une évaluation plus approfondie de l'offre et de la demande futures au Canada à l'égard des actuaires constitue un enjeu important pour l'Institut, et la portée de cet exercice dépasse amplement les fonctions de la Commission de l'agrément. Le Secrétariat discute actuellement d'un nouveau projet d'étude de l'offre et de la demande concernant les actuaires.

Le manque de reconnaissance mutuelle par les partenaires en éducation de l'ICA constituait également une préoccupation. La Commission de l'agrément s'intéresse aussi à cette question et ne ménage aucun effort pour tenir les partenaires de l'ICA en éducation au courant des progrès; elle sollicite aussi activement leurs commentaires afin de maximiser la probabilité d'obtenir une reconnaissance mutuelle pour le programme d'agrément. Lorsque celui-ci sera finalisé, l'ICA s'attend à ce que les inquiétudes relatives à l'amoindrissement des normes auront été résolues et que les discussions sur la reconnaissance mutuelle pourront reprendre. L'objectif de l'ICA est l'atteinte de reconnaissance mutuelle pour les exemptions d'examens accordées par l'ICA avec ses partenaires dans le coparrainage des examens. D'ici-là, l'ICA comprend que les étudiants qui s'inquiètent de la mobilité transfrontalière choisiront probablement de continuer à suivre le parcours traditionnel des examens pour obtenir le titre de FICA.

Commentaires des universités

La plupart des commentaires recueillis auprès des universités concernant le programme peuvent être classés dans quatre grandes catégories dans lesquelles la Commission de l'agrément recommande des modifications.

La première catégorie concerne le rôle et les exigences à l'égard de l'actuaire chargé de l'agrément, en particulier l'exigence visant la présence d'un FICA au sein du personnel de l'université. La commission est d'avis qu'en permettant aux universités de satisfaire aux exigences concernant l'actuaire chargé de l'agrément au moyen d'un rôle à temps partiel ou d'un rôle de consultation pendant une période transitionnelle pouvant aller jusqu'à quatre ans au départ, avec un compte rendu des progrès réalisés et un examen annuels, celles-ci jouiront d'une plus grande souplesse et d'un délai supplémentaire pour résoudre les questions liées à la dotation. Le choix de l'actuaire chargé de l'agrément demeure assujetti à l'approbation de la Commission de l'agrément. Les universités étaient également d'avis qu'il serait utile pour l'ICA d'avoir un parcours de qualification universitaire menant à l'admission à titre de Fellow. Un groupe de travail examine actuellement cette question et devrait présenter une proposition à la DAF de l'ICA en juillet 2011.

La deuxième préoccupation des universités concerne les coûts. Dans son examen, la Commission de l'agrément recommande que les droits de demande uniques des universités passent de 5 000 $ à 1 500 $. Le coût pour les étudiants qui présentent une demande d'exemption des examens actuariels demeurerait le même que celui qui est indiqué dans la proposition originale, soit 80 pour cent des droits exigés pour l'examen correspondant. Cette structure de prix prévoit une situation sans incidence sur les recettes pour la première année.

Le troisième élément qui a suscité des commentaires chez les universités est le partenariat permanent entre les universités et l'ICA. Les universités ont suggéré la constitution d'une commission de liaison universitaire, qui relèverait de la DAF. Elle serait formée de représentants des universités agréées et d'autres personnes, au besoin, et aurait pour mandat d'assurer un dialogue constant entre les universités et l'ICA. La Commission de l'agrément est d'accord avec cette approche et soumettra cette recommandation à la DAF.

Enfin, la question des délais préoccupait également plusieurs universités. La Commission de l'agrément croit que le fait de permettre aux universités une certaine souplesse à l'égard de la dotation du poste d'actuaire chargé de l'agrément contribuera à réduire certaines des préoccupations d'ordre pratique concernant les délais. En janvier, la commission a donc décidé de poursuivre son même mandat d'accorder l'agrément aux universités à compter de septembre 2011. La commission reconnaît toutefois que l'ambitieux objectif de septembre 2011 demeure une préoccupation pour plusieurs universités. La Commission de l'agrément a entretenu un dialogue ouvert avec les universités et continue d'évaluer ces préoccupations par rapport à ses progrès à l'égard de l'agrément. Sans ralentir le travail de la commission, une période de mise en œuvre plus longue a fait l'objet de discussions avec la DAF en février et sera prise en compte au moment de formuler les recommandations finales sur les délais au Conseil d'administration de l'ICA, à sa réunion du mois de mars.

La Commission de l'agrément remercie les membres et les universités qui ont pris part au dialogue jusqu'ici et s'engage à assurer une communication régulière tout au long du processus.

Vous pouvez continuer à transmettre vos commentaires et vos questions directement à accreditation@actuaires.ca.

Rob Stapleford, FICA, est le président de la Commission de l'agrément de l'ICA.

 
Nouvelles de L'Institut

L'heure des élections a de nouveau sonné et la Commission des élections de l'ICA travaille déjà d'arrache-pied en prévision des élections de 2011. Cette année, les élections viseront à combler quatre postes d'administrateur (mandat de trois ans), le poste de secrétaire-trésorier (mandat de deux ans) ainsi que le poste de président désigné (mandat d'un an, engagement de trois ans). Les membres qui souhaitent se porter candidats pour un poste d'administrateur, de secrétaire-trésorier ou de président désigné et qui satisfont aux exigences de mise en candidature énoncées dans les Règles de procédure pour les élections de l'ICA, pourront faire inscrire leur nom sur le bulletin de vote.

La Commission des élections s'emploie également activement à repérer les membres qui satisfont aux exigences et à les encourager à poser leur candidature. Cette dernière encourage la représentation proportionnelle par région et par domaine de pratique pour l'ensemble du Conseil d'administration. La commission désire attirer votre attention sur un besoin particulier de recruter, à titre d'administrateurs, des membres œuvrant dans le domaine des assurances IARD afin d'atteindre la représentation proportionnelle. Elle incite tout particulièrement ces membres à prendre une part active au processus électoral cette année.

L'avenir de l'ICA est entre vos mains et chacun d'entre nous a le devoir de faire sa part. Voilà une belle occasion pour vous de servir et de soutenir votre profession. Veuillez envisager de poser votre candidature dans le cadre des élections et lorsque le moment sera venu, veuillez voter.

Les membres qui souhaitent soumettre un nom ou se présenter aux élections cette année sont priés de communiquer avec Lynn Blackburn au Secrétariat de l'ICA avant le 8 avril 2011 afin d'obtenir la documentation nécessaire. Vous trouverez de plus amples renseignements au sujet des exigences de mise en candidature dans les Règles de procédure pour les élections de l'ICA (approuvées par la Commission des élections) au lien suivant : http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211010f.pdf.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Lynn Blackburn, directrice des services aux membres et de l'élaboration des normes, au (613) 236-8196, poste 117 ou à l'adresse lynn.blackburn@actuaires.ca, ou avec tout autre membre de la Commission des élections :

 


par Jean-Yves Rioux, FICA

Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver dans un ascenseur avec une personne qui figure plusieurs échelons au-dessus de vous dans l'organigramme et qui se tourne vers vous en demandant : «Ça fait quoi exactement un actuaire?» ou «Quelle est la différence entre votre travail et celui de nos économistes?» Ces expériences peuvent mettre le cran de n'importe quel actuaire à l'épreuve. Vous avez à peine quelques secondes pour formuler une réponse, et pour répondre parfaitement.

La Commission des applications en gestion du risque d'entreprise a cru bon de rassembler quelques « discours d'ascenseur » portant sur des sujets concernant la gestion du risque d'entreprise (GRE) pour ces occasions. Ces outils permettent de fournir à votre auditoire captif, en une minute, ou préférablement moins, le qui, le quoi, le quand, le où et le pourquoi. Et vous pouvez les utiliser ailleurs que dans les ascenseurs; ils sont tout aussi efficaces lors des activités de réseautage, les cocktails et même dans les boîtes vocales!

En voici quatre concoctés par la commission.

Les actuaires et la GRE

Les actuaires sont les professionnels qui sont axés sur la gestion financière et la gestion des risques pour le compte des régimes de retraite, des compagnies d'assurances IARD et d'assurance-vie, des gouvernements et des particuliers. Compte tenu de la demande croissante relative à la transparence et des exigences des parties prenantes, des organismes de réglementation et des agences de notation à l'égard des rapports sur les risques, la gestion du risque à l'échelle de l'entreprise s'est intensifiée et les actuaires sont en excellente position pour relever le défi.

Une définition de la GRE énonce qu'il s'agit de la discipline dans le cadre de laquelle une organisation évalue, contrôle, exploite, finance et surveille le risque provenant de toutes les sources afin d'accroître sa valeur à court et à long terme pour ses parties prenantes. La perspective actuarielle englobe tous les aspects de la gestion du risque, mais la profession examine le risque afin d'en gérer les côtés négatifs, à savoir, minimiser la perte d'actifs ou réduire la perte de revenus, et les côtés positifs, notamment repérer les possibilités et mettre en œuvre des mesures visant à accroître la valeur en consolidant le bilan financier et le rendement du capital investi de l'organisation.

Les études approfondies qui sont exigées pour assurer la qualification des actuaires et l'expertise acquise par ceux-ci en matière de gestion des régimes de retraite et des compagnies d'assurances IARD et d'assurance-vie font d'eux des professionnels d'expérience possédant d'excellentes compétences pour gérer d'autres organisations, financières et non financières. On peut considérer les actuaires comme étant « conservateurs » dans leur gestion financière et dans leur gestion des risques de ces organisations; en revanche, cet attribut, ainsi que les normes de pratique actuarielles et les exigences professionnelles qui l'appuient, constituent une pierre angulaire de tout travail actuariel, y compris la gestion du risque d'entreprise.

Les économistes ne peuvent-ils pas en faire autant?

Les actuaires comme les économistes se fondent sur leur expertise professionnelle et sur des modèles mathématiques pour analyser les systèmes et les opérations. La différence clé réside dans leur approche à l'égard de leur travail. Les économistes regardent le monde du point de vue des ressources limitées, tandis que les actuaires sont axés sur le risque.

Qu'est-ce que la GRE?

La gestion du risque traditionnelle se concentre sur l'évaluation des risques opérationnels et sur l'élaboration de stratégies visant à gérer et à atténuer ces risques. La GRE bonifie ces approches en adoptant une vision (cruciale) qui englobe tous les risques à l'échelle de l'entreprise en considérant la réduction des risques de perte et l'exploitation des possibilités de croissance. Elle intègre la culture du risque à tous les échelons de l'organisation en visant à accroître la valeur à long terme de l'entreprise.

Le processus de GRE est habituellement mis en branle par le conseil d'administration qui sollicite la participation de personnes à tous les échelons de l'entreprise. La GRE vise à repérer et à gérer les risques potentiels à l'échelle de l'entreprise et, lorsque les risques sont bien réels, à en minimiser l'incidence sur l'organisation. Il s'agit en fait de recueillir et de structurer les connaissances et de les utiliser pour prendre des décisions d'affaires qui accroîtront la valeur à long terme de l'organisation.

La GRE ne s'applique-t-elle pas seulement aux entreprises de services financiers?

S'il est vrai que le secteur des assurances et le secteur bancaire pratiquent la GRE depuis des années, c'est également le cas des entreprises du secteur énergétique et pétrolier. Maintenant, des organisations d'autres secteurs tirent profit des possibilités qu'offre la GRE. Les entreprises de microassurance, de logement social, les sociétés minières et les services publics n'en sont que quelques exemples.

Jean-Yves Rioux, FICA, est le président de la Commission des applications en gestion du risque d'entreprise.

 

Après plus d'un an de réflexion, de recherche et de consultation, l'Institut lancera bientôt son nouveau site Web. Ce site dynamique affichera un nouvel aspect et une nouvelle convivialité. Les capacités de recherche seront également grandement améliorées. Presque tous les documents seront accessibles sur le site public. La page d'accueil présentera de l'information dynamique, et les membres devraient pouvoir trouver de façon beaucoup plus efficace ce qu'ils cherchent. Sera intégré au site un système de commerce électronique amélioré semblable aux modèles que les membres ont vus et utilisés sur d'autres sites. Ces améliorations et de nombreuses autres sont en processus.

Les sites Web sont des entités vivantes. Dès qu'un site est lancé, on commence déjà à l'améliorer. Dans le cas de l'ICA, le site lancé en octobre 2005 ressemble à peine au site actuel. Et on y recourt plus que jamais. Par exemple, pour la même semaine en 2006 et en 2011, les statistiques révèlent que le nombre moyen de sessions quotidiennes est passé de 920 à 2166. Le nombre moyen d'octets téléchargés par jour est monté en flèche, pour passer de 415 Mo à 1,5 Go.

Au cours de la dernière année, nous avons constaté à quel point la technologie du Web a changé. À titre d'exemple, le langage informatique populaire que nous utilisions il y a cinq ans pour programmer les plus de 55 outils Web cède lentement le terrain à d'autres langages de programmation, et cette tendance a mis l'ICA au défi de trouver et d'évaluer un certain nombre de solutions de rechange offrant une fonctionnalité prête à l'emploi appropriée.

En matière de conception Web, la tendance est de recourir à des systèmes de gestion de contenu (SGC) au moyen d'un navigateur plutôt qu'à des programmeurs pour modifier le contenu des sites. Par exemple, certains documents de l'ICA sont affichés à trois endroits différents du site actuel. Lorsque l'un de ces documents est modifié, nous devons apporter les modifications à chaque endroit individuellement. Bien entendu, ces étapes doivent à la fois être effectuées dans les sites anglais et français. Le système de gestion de contenu permet d'éliminer ce processus chronophage.

Le cœur du nouveau site Web consistera en une base de données des publications dans laquelle chacun de nos documents sera stocké, avec de l'information essentielle concernant son contenu. Les utilisateurs seront en mesure d'effectuer des recherches dans la base de données au moyen de divers critères, ce qui rentabilisera leur temps.

La base de données des publications présente également l'avantage de permettre de localiser des documents plus vieux n'ayant jamais été produits électroniquement. Bon nombre de ces documents ont été numérisés au fil des ans. Cependant, lorsqu'il s'agit de documents numérisés sous forme d'image, la seule information à laquelle ont accès les moteurs de recherche est le numéro d'enregistrement. Grâce à la nouvelle base de données, la quantité de données accessibles aux moteurs de recherche sera largement accrue, ce qui accroîtra du coup l'accessibilité de ces documents.

En ce qui concerne les événements de l'ICA, un calendrier mensuel principal affichera tous les événements (en mode calendrier ou en mode liste) et offrira des options de filtre selon le type, le lieu, la date, etc. des activités. Bien entendu, tous les événements seront liés électroniquement au système de commerce électronique pour faciliter les inscriptions et le paiement.

Nous vous présenterons une mise à jour des progrès dans le prochain (e)Bulletin et vous transmettrons d'autres précisions concernant certains de ces nouveaux éléments intéressants.

Restez branchés!

 
PERSONNES INFLUENTES

On nous presse souvent de « prendre le virage vert » en évitant le gaspillage d'énergie et en recyclant le plus possible. Bon nombre de personnes ont adopté un mode de vie plus vert que celui qu'elles auraient eu il y a quelques années. Mais le Worldwatch Institute (en anglais seulement) affirme qu'il existe un important facteur d'incitation qui pourrait convaincre ceux qui n'ont toujours pas modifié leurs habitudes : aider l'environnement peut vous permettre d'économiser de diverses façons.

Factures d'électricité moins élevées

  • Réglez votre thermostat à une température plus basse l'hiver et plus haute l'été afin de réduire vos factures de chauffage et de climatisation.
  • Débranchez les appareils électriques lorsque vous ne les utilisez pas. Laisser un téléviseur en mode de veille, par exemple, augmente vos coûts d'électricité.
  • Lavez les vêtements à l'eau froide, si possible; l'eau chaude compte pour 85 pour cent de l'énergie utilisée par les laveuses.
  • Utilisez un séchoir ou une corde à linge pour éviter le coût du séchage à la machine.
  • Prenez des douches moins longues et munissez-vous d'une pomme à débit réduit de manière à réduire vos factures d'eau et de chauffage.

Réduction des dépenses en essence

  • Se rendre au travail en vélo ou à pied, lorsque cela est possible, réduit vos coûts d'essence tout en améliorant votre santé.
  • Pratiquer le télétravail ou déménager plus près du travail réduirait le nombre ou la durée des trajets. Même si le fait de vivre plus près du travail augmente votre hypothèque, vous pourriez tout de même réaliser des économies à long terme.

Réduction des dépenses d'approvisionnement

  • Si vous êtes un consommateur de viande, ajoutez chaque semaine à votre alimentation un repas sans viande; cette dernière coûte cher et on lui attribue plusieurs coûts environnementaux et liés à la santé.
  • Utilisez un filtre à eau sur le robinet pour éviter d'acheter de l'eau en bouteille.
  • Achetez des produits d'occasion en ligne par l'intermédiaire de sites tels que craigslist, kijiji, FreeSharing ou LesPAC, ou dans les brocantes et les magasins d'occasion.
  • Empruntez des livres à la bibliothèque au lieu de les acheter; cela réduit la quantité de papier nécessaire à la publication.
  • Partagez les outils électriques et autres appareils domestiques avec vos voisins.
  • Conservez votre téléphone cellulaire, votre ordinateur et vos autres appareils électroniques le plus longtemps possible et ne les remplacez que lorsque cela est nécessaire.
 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

L'inscription au Symposium 2011 sur la gestion du risque d'entreprise (GRE) est ouverte

Cette conférence mondiale de premier plan, qui en est à sa neuvième année, se tiendra à Chicago, du 14 au 16 mars. Elle offrira :

  • cinq séances générales et près de 30 séances simultanées mettant en vedette des experts de la gestion du risque;
  • des séminaires abordant des questions d'actualité concernant la GRE;
  • des occasions de réseautage qui vous permettront de renouveler et d'accroître votre liste de contacts;
  • un programme scientifique présentant des sommités en matière de nouvelles recherches appliquées;
  • une série de séances dans le cadre desquelles des universitaires présentent les recherches menées par les grandes universités;
  • des exposants présentant leurs services et connaissances.

    Qui devrait y assister?
  • les actuaires;
  • les chefs de la gestion du risque;
  • les directeurs des finances;
  • les professionnels du risque;
  • les analystes des actions et autres professionnels des placements;
  • les spécialistes en modélisation du risque;
  • les praticiens de la gestion de l'actif-passif;
  • quiconque intéressé à en connaître davantage sur la GRE;
  • quiconque intéressé à faire du réseautage avec ses pairs sur des questions récentes et sur les meilleures façons de gérer les risques.

Le symposium se tiendra au Swissôtel de Chicago, où la précision du service suisse est à la hauteur de l'énergie américaine et de l'élégance européenne. Le prix des chambres des participants est fixé à 159 $ la nuit, taxes en sus.

Les frais d'inscription augmenteront après le 18 février, alors inscrivez-vous dès aujourd'hui!

Lien : http://www.ermsymposium.org/2011 (en anglais seulement)

Contact pour questions supplémentaires : Casualty Actuarial Society à l'adresse office@casact.org.

 


Rapport du Groupe de travail conjoint de l'ICA/ICCA sur l'élaboration de conseils non officiels : Guide de l'ICCA et de l'ICA sur l'audit d'états financiers contenant des montants déterminés au moyen de calculs actuariels

Ce guide non officiel fournit des informations qui peuvent aider les auditeurs à comprendre et à appliquer les exigences des Normes canadiennes d'audit (NCA) lors de l'audit d'états financiers qui contiennent des montants déterminés au moyen de calculs actuariels, que ces montants aient été déterminés ou non par un actuaire ou avec l'aide d'un actuaire. Il a été élaboré par un groupe de travail mixte de l'Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) et de l'Institut canadien des actuaires (ICA).

Le guide tient compte des normes professionnelles qui s'appliquent actuellement aux auditeurs, aux comptables et aux actuaires, et s'appuie sur les indications de notes d'orientation concernant la certification et les services connexes qui s'appliquaient auparavant. On y retrouve presque toutes les indications contenues dans la NOV-43, Vérification des passifs des polices des entreprises d'assurances, de même que certains éléments de la NOV-29, Vérification des avantages sociaux futurs – régimes à prestations déterminées.

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211008f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Mary Olynik, directrice de projets, Normes de vérification et de certification, à mary.olynik@cica.ca.

 

 

Communication finale concernant la promulgation des critères d'étalonnage pour le rendement des placements mentionnés dans les Normes de pratique portant sur l'évaluation du passif des polices : Assurance de personnes (vie, accidents et maladie) (sous-section 2360)

Le Conseil des normes actuarielles (CNA) promulgue l'utilisation des critères d'étalonnage pour le rendement des actions. Ces critères d'étalonnage seront utilisés pour les évaluations réalisées à compter du 30 avril 2011 et la mise en œuvre anticipée est permise.

Veuillez lire la communication finale au lien ci-dessous pour en savoir davantage sur cette promulgation.

Lien : http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211003f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : A. David Pelletier, président, Conseil des normes actuarielles, à dave@davep.ca.

 

 

Normes de pratique définitives – Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270

Les normes de pratique définitives ci-jointes ont été approuvées par le Conseil des normes actuarielles le 17 janvier 2011. Aucun changement n'a été apporté à l'exposé-sondage.

Les modifications visent les sous-sections 2260 et 2270, qui portent sur les marges pour écarts défavorables (MED) en assurances IARD. Les normes de pratique précédentes des sous-sections 2260 et 2270 ne permettaient pas de sélectionner des MED moindres que la valeur inférieure de la fourchette prescrite. Il a cependant été reconnu que dans certaines circonstances, il pourrait être tout à fait adéquat de sélectionner une MED moindre que la valeur inférieure de la fourchette. Étant donné que les normes de pratique l'interdisaient de manière très spécifique, un actuaire qui établit la MED à ce niveau enfreindrait techniquement les normes de pratique et la pratique actuarielle reconnue.

La date d'entrée en vigueur des normes de pratique définitives est fixée au 31 janvier 2011. La mise en œuvre hâtive sera permise étant donné que les conseils figurant aux sous-sections 1130 et 1330 appuient actuellement la sélection d'une MED inférieure à celle spécifiée au paragraphe 2260.02 dans des situations inhabituelles.

Liens :

Normes de pratique définitives :
http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211005f.pdf
Note de service : http://www.actuaires.ca/members/publications/2011/211006f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Jacqueline B. Friedland, présidente, groupe désigné, à jfriedland@kpmg.ca.

 

 

Cours orienté vers la pratique (COP)

Afin d'obtenir la désignation de Fellow de l'Institut canadien des actuaires (FICA), tous les étudiants qui ont complété les examens de la Society of Actuaries doivent se présenter au COP et le réussir.

Un candidat peut se présenter au COP s'il satisfait à une des conditions suivantes :

  • le candidat a obtenu les crédits pour les cours P, FM, M et C (avec VEE complet), a satisfait à toutes les exigences FAP (les huit modules FAP et les évaluations intérimaires et finales) et a réussi les deux examens du FSA (Nota : les modules du FSA ne sont PAS requis) en vertu du système d'examen de la Society of Actuaries; OU
  • le candidat a obtenu sa désignation de Fellow d'un organisme actuariel reconnu. 

Veuillez prendre note qu'aucune exception ne sera faite relativement aux exigences ci-dessus.

Les inscriptions au Cours orienté vers la pratique, qui aura lieu du dimanche 5 juin au mercredi 8 juin 2011, à Ottawa (Ontario), sont maintenant ouvertes.

Les candidats qui satisfont aux exigences d'admissibilité doivent remplir le formulaire d'inscription et le retourner au Secrétariat de l'ICA, et y joindre le montant des droits d'inscription avant le 1er avril. Pour obtenir le formulaire d'inscription et(ou) tout autre renseignement, veuillez accéder au lien ci-dessous.

L'inscription est régie par le principe du premier arrivé, premier servi, selon la date de réception du formulaire et des droits d'inscription. Les candidats sont habituellement acceptés, selon le nombre de places disponibles. Compte tenu de cette dernière condition, il se peut que le nombre de places soit limité pour certains domaines de pratique.

Lien : http://www.actuaries.ca/membership/practice_education_course_f.cfm

Contact pour questions supplémentaires : Leona Campbell, coordonnatrice, admissibilité et éducation, par courriel à leona.campbell@actuaires.ca.

 

 

Présentation par l'actuaire en chef

Une présentation donnée par Jean-Claude Ménard, actuaire en chef du Bureau du surintendant des institutions financières, lors du symposium international « Living to 100 » de la Society of Actuaries (SOA) a été affichée sur le site Web du BSIF. La présentation porte sur les « Projections de la mortalité dans le cadre des programmes de sécurité sociale au Canada et leurs implications » et a été donnée le 7 janvier 2011 à Orlando, FL.

Lien : http://www.osfi-bsif.gc.ca/osfi/index_f.aspx?ArticleID=4114

Contact pour questions supplémentaires : Bureau du surintendant des institutions financières à information@osfi-bsif.gc.ca.

 

Mémoire au IASB – Exposé-sondage intitulé « Contrats d'assurance »

L'Institut canadien des actuaires a présenté ses commentaires sur l'exposé-sondage de l'International Accounting Standards Board (IASB) sur les contrats d'assurance.

Lien : http://www.actuaries.ca/members/publications/2011/211004f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Lesley Thomson, présidente, Groupe de travail sur les normes comptables internationales et les normes actuarielles, à lesley.thomson@sunlife.com.

 

 

Normes définitives sur la valeur actualisée des prestations de retraite en cas de rupture du mariage (section 4300)

Les normes définitives ci-jointes pour la section 4300 (les normes définitives) ont été approuvées par le Conseil des normes actuarielles (CNA) le 21 décembre 2010. La date d'entrée en vigueur a été fixée au 1er juillet 2011. La mise en œuvre hâtive est interdite. Les normes définitives remplacent la section 4300 des normes de pratique courantes du CNA.

Liens :

Normes définitives : http://www.actuaries.ca/members/publications/2011/211001f.pdf
Note de service : http://www.actuaries.ca/members/publications/2011/211002f.pdf

Contact pour questions supplémentaires : Charles McLeod, président, groupe désigné, à charlesmcleod@sympatico.ca.

 
Calendrier des rencontres

Le 10 mars 2011

Assemblée générale spéciale

À confirmer

Ottawa, ON

Du 5 au 8 juin 2011

Cours orienté vers la pratique

 Delta Ottawa

 Ottawa, ON

Les 29 et 30 juin 2011

Assemblée annuelle

Hôtel Westin d'Ottawa

Ottawa, ON

Les 9 et 10 septembre 2011

Colloque sur l'expertise devant les tribunaux

(ITHQ) Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec

Montréal, QC

Les 22 et 23 septembre 2011

Colloque pour l'actuaire désigné

Hôtel Doubletree (Hilton) - Hôtel de l'aéroport de Toronto

Toronto, ON

Le 2 novembre 2011

Colloque sur les régimes de retraite

Hôtel Doubletree (Hilton) - Hôtel de l'aéroport de Toronto

Toronto, ON

Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur tous les événements de l'ICA à l'adresse http://www.actuaires.ca/meetings/calendar_of_meetings_f.cfm.
Vous pouvez aussi téléphoner à Nancy Jenkinson au 613-236-8196, poste 104 ou lui écrire à
nancy.jenkinson@actuaires.ca.

Pour des renseignements sur les webémissions de l'ICA, veuillez accéder au lien suivant : http://www.actuaires.ca/webcasts/index_f.cfm.

 
Le Point sur le Conseil et les Directions

Conseil

Larry Miller a été nommé vice-président de la Commission des élections, en vigueur immédiatement.

Steve Eadie et Claude Lockhead ont été nommés membres de la Commission de déontologie, en vigueur immédiatement.

Paul Reaburn (président), Malcolm Hamilton, Brian Taylor, Jacques Potvin, Minaz Lalani, Tom Walker et Bonnie-Jeanne MacDonald ont été nommés au Groupe de travail sur l'épargne individuelle et la littératie financière, en vigueur le 5 novembre 2010.

Direction des services aux membres

Lisa Miolo a démissionné de son poste de présidente de la Sous-commission sur l'expérience des fonds distincts de la Commission de recherche, en vigueur immédiatement.

Betty Ma a démissionné de son poste de membre de la Commission sur le bénévolat, en vigueur immédiatement.

Les commissions et groupes de travail suivants ont été dissouts avec remerciement : la Commission sur les applications en soins de santé, la Commission de liaison en matière de régimes de retraite et de sécurité sociale, le Groupe de travail sur les enjeux liés à l'excédent des régimes de retraite et le Groupe de travail sur les hypothèses des évaluations postérieures à l'emploi.