CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Mars 2018
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Elliott Bauer
Mise à jour de la présidente

par Sharon Giffen, FICA
Présidente de l’ICA

Jusqu’à présent en 2018, les activités d’envergure au sein de l’ICA n’ont pas manqué. Je suis heureuse de vous faire part de quelques exemples de ce que nous avons fait.

Mémoires publics : La Commission sur les énoncés publics a répondu à plusieurs demandes de commentaires cette année (énoncés publics de niveau 1). Les sujets et les répondants ont été des plus variés, ce qui a obligé la Commission à puiser dans un vaste bassin de membres pour lui prêter main-forte à la rédaction et à la révision. Nous vous invitons à consulter l’article sur le sujet plus loin dans ce (e)Bulletin, et de lire les mémoires qui portent plus particulièrement sur vos domaines de pratique.

Éducation : L’inscription au Cours orienté vers la pratique (COP) 2.0 est en cours et nous sommes en voie d’établir un record cette année. L’examen sur les prestations collectives a eu lieu et certains candidats attendent avec impatience leurs résultats pour voir s’ils seront invités à se joindre au groupe du COP. Nous remercions les nombreux bénévoles qui ont permis de tenir cette activité, de même que l’équipe du siège social, qui a organisé l’événement et recruté les conférenciers pour ce premier COP sans examen.

Assemblée annuelle : La planification de l’Assemblée annuelle de juin est bien amorcée. Cette année, nous nous réunirons dans la belle ville de Toronto. Je m’en voudrais de voler la vedette à la Commission organisatrice, mais j’ai eu un aperçu de l’ordre du jour et je suis ravie de dire que ses membres ont couvert une très vaste gamme de sujets. Il y aura de tout pour tous. Nous avons bien hâte de vous y accueillir.

Élections : La Commission des élections recherche activement des candidats pour des postes au sein du Conseil d’administration (président désigné et administrateurs). Saisissez cette chance! Si vous avez déjà songé à poser votre candidature, n’hésitez pas à poser des questions pour en savoir davantage. Je suis convaincue que les membres du Conseil d’administration seront heureux de discuter de leur expérience. De mon côté, je peux vous entretenir de la valeur intrinsèque de mon mandat à la présidence. Bien que cette fonction m’occupe beaucoup à certains moments, je tire une grande satisfaction du service que j’offre à la profession.

Gouvernance : Notre période de consultation au sujet de la gouvernance est maintenant terminée. L’équipe examine actuellement les commentaires reçus et ses membres apporteront quelques modifications à la proposition avant de l’exposer à nouveau. Vous vous rappelez sans doute que les sujets abordés dans le cadre de cette consultation comprenaient la taille du Conseil d’administration, la création d’un rôle exclusif pour un nouveau FICA au sein du Conseil d’administration, l’autorisation accordée aux AICA de poser leur candidature pour un poste au sein du Conseil d’administration, ainsi que la procédure de vote concernant les affaires générales de l’ICA. Nous déposerons une proposition finale au Conseil d’administration en mars et, si elle est approuvée, elle sera soumise au vote des membres en juin.

Restructuration : Vous remarquerez que nous traitons maintenant de la restructuration ou de la réorganisation séparément du dossier de la gouvernance. La restructuration a principalement trait à la création du Conseil de surveillance de la profession actuarielle, qui représente une expansion du Conseil de surveillance des normes actuarielles, y compris les éléments publics de la supervision des processus de qualification et de discipline, c.‑à‑d. la centralisation des fonctions nécessaires pour réglementer la profession. De plus, une proposition vise à réorganiser les directions et les commissions pour que le Conseil d’administration puisse bien saisir les principaux secteurs d’importance stratégique et ceux auxquels nous consacrons d’importantes sommes pour l’avancement de la profession. Cette période de consultation (vous devez ouvrir une session) se poursuit (jusqu’au 12 mars) et des webémissions gratuites en anglais et en français sur le sujet sont prévues pour le 5 mars. Nous avons reçu un bon nombre de commentaires, mais nous sommes toujours disposés à en accueillir davantage.

Siège social : L’équipe du siège social travaille à la mise en place d’un nouveau système de gestion des relations avec la clientèle (de concert avec toutes leurs tâches quotidiennes). Bien que nous attendions tous une date d’entrée en vigueur, comme dans tout grand projet de TI, quelques problèmes ont surgi. Une commission spéciale relevant du Conseil d’administration a été chargée d’en superviser les prochaines étapes.

Impliquez‑vous : Je ne peux terminer cet article sans mon rappel habituel sur l’engagement. Le bénévolat représente une façon de vous impliquer, mais ce n’est pas la seule. Vos commentaires dans le cadre de nos consultations constituent un moyen facile de vous faire entendre sans devoir y consacrer beaucoup de temps. Et aux prochaines élections, votez! Même si vous ne connaissez pas personnellement les candidats, consultez leurs déclarations, posez des questions et choisissez celui qui, à votre avis, est le mieux placé pour défendre notre profession diversifiée.

Sharon Giffen, FICA, est la présidente de l’Institut canadien des actuaires.

 
Le point de mire

par Les Rehbeli, FICA, et Cynthia Potts, FICA

Entrant en vigueur le 1er janvier 2021, la norme IFRS 17 sera bientôt réalité et aura une incidence considérable sur l’évaluation des contrats d’assurance. Les démarches auxquelles on a recours au Canada aux fins de l’évaluation du passif des contrats d’assurance ne seront plus valables. 

Le Conseil des normes comptables internationales (IASB) a publié la norme IFRS 17 définitive en mai 2017, et l’Association actuarielle internationale (AAI) devrait publier sa Norme internationale de pratique actuarielle (NIPA 4) connexe d’ici quelques semaines. Afin de faciliter aux praticiens la mise en application de la norme IFRS 17, l’AAI entend publier une série de notes actuarielles internationales (NAI), lesquelles sont semblables aux notes éducatives de l’ICA. 

L’ICA est très actif à cet égard, mettant à contribution le travail de plusieurs commissions aux fins de l’examen de la norme IFRS 17 et des documents d’orientation connexes. 

Il est fort probable que l’ICA propose que l’on adopte les NAI à titre de notes éducatives. Au besoin, l’ICA fournira à ses membres d’autres conseils sous forme de notes éducatives et de documents de recherche.

L’ICA renseigne également ses membres au sujet de la norme IFRS 17 au moyen de webémissions, de séances lors d’assemblées de l’ICA et d’autres forums. 

Surveillez la rubrique sur la norme IFRS 17 sur le site Web, qui présentera des sommaires à jour des diverses activités de l’ICA à cet égard ainsi que des liens permettant d’accéder à d’autres sources de renseignements pertinents.

La rubrique sur la norme IFRS 17 devrait être mise en ligne à la fin mars 2018.

Les Rehbeli, FICA, et Cynthia Potts, FICA, sont coprésidents de la Commission directrice sur la norme IFRS 17.

 
Les actuaires en déplacement

Développements de carrière

Jean-François Chalifoux et Yvon Charest sont finalistes dans la catégorie assureurs du Top 25 de Finance et Investissement des personnes les plus notables dans l’industrie financière au Québec.

Willis Towers Watson a nommé Dominique Lebel pour diriger son secteur d’expertise-conseil et de technologie en assurance-vie en Amérique à compter du 1er mars. Ses responsabilités comprendront la stratégie et le développement de marché des services d’expertise-conseil et des solutions de logiciels de la société pour les assureurs-vie en Amérique.

Phil Mullen s’est joint à Morneau Shepell à titre d’associé et chef des solutions de retraite. Spécialiste en gestion du risque relatif à la retraite, il a autrefois travaillé pour Mercer au Canada, en Irlande et aux États-Unis.

Ashley Witts a accepté le poste d’associé et chef du patrimoine aux bureaux de Mercer à Vancouver. Avant de se joindre à la firme, il a tenu des rôles de cadre auprès d’une autre grande organisation de conseillers en RH où il a dirigé des équipes de développement des affaires et d’exécution des opérations pour plusieurs secteurs d’activité. Il apporte plus de 35 ans d’expérience dans l’industrie à son nouveau rôle.

La Financière Sun Life a nommé Heather Wolfe directrice générale des stratégies d’investissement axées sur le passif au sein de l’équipe de spécialistes en solutions de prestations déterminées. Elle a autrefois occupé le poste de directrice générale des relations avec la clientèle au sein de la même équipe.

Les actuaires dans les médias

Rob Brown a rédigé un article sur l’Insurance Corporation of British Columbia (ICBC) pour le Times Colonist.

Sharon Giffen, présidente de l’ICA, a été citée dans un article de Benefits Canada portant sur nos récents commentaires en lien avec les nouvelles règles de capitalisation des régimes de retraite à prestations déterminées.

Malcolm Hamilton a été cité dans un article du Globe and Mail affirmant que les retraités sont plus riches qu’ils ne le pensent.

Georges Langis a été mentionné dans un article au sujet d’un examen actuariel important du régime d’assurance national du Guyana. 

Notre plus récent mémoire au gouvernement de l’Ontario a été mis en vedette dans un article de Benefits Canada.

___________________________________________________________________________

Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l’ICA vous offre une nouvelle possibilité d’informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Les actuaires en déplacement, vous donnera l’occasion d’annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d’autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d’informer vos confrères et consœurs de travail et d’autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu’il s’agisse d’ex-collègues, d’anciens confrères ou consœurs d’université, d’employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d’envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n’hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – à la rédactrice anglaise de l’ICA à bonnie.robinson@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l’ICA et leurs activités, suivez l’ICA sur Twitter.  

 

 
Le coin des affaires publiques

Les responsables des politiques et les gouvernements prennent des décisions et conçoivent des politiques qui ont une incidence sur la sécurité financière des Canadiens. L’ICA veut s’assurer de faire entendre le point de vue actuariel à l’égard des questions auxquelles votre expertise est éclairante.

Énoncés publics

Trois énoncés publics confiés à des groupes de travail à thème unique sont en cours de rédaction. Ces énoncés portent sur les changements climatiques, les régimes de retraite publics et la classification des risques et la discrimination. Parmi les commentaires formulés par les membres sur chaque sujet, certains s’opposaient à la publication d’un énoncé public, d’autres l’appuyaient et d’autres encore suggéraient d’ajouter certains points. Les membres auront de nouveau l’occasion de formuler leurs commentaires lorsque les ébauches leur seront transmises au cours des mois à venir.

Mémoires

L’ICA participe régulièrement à des consultations tenues par les gouvernements et diverses associations, y compris sur la scène internationale. Ces consultations offrent à la profession des occasions de s’exprimer sur divers sujets à l’égard desquels elle possède expérience et connaissances. Voici quelques-uns des plus récents mémoires de l’Institut :

Février

Janvier

Deuxième moitié de 2017

N’oubliez pas que la lecture de mémoires est une excellente source de crédits de perfectionnement professionnel continu (PPC).

Bénévoles

Nous remercions tous les vaillants bénévoles de l’ICA qui travaillent à la réalisation de ces projets d’affaires publiques. Nous vous sommes très reconnaissants de votre temps et votre expertise.

 
Carrefour de recherche

L’élaboration de matériel de recherche est l’une des activités fondamentales de l’ICA. Les recherches de pointe suscitant la réflexion contribuent à repousser les limites de la profession, approfondissent les connaissances sur les questions émergentes, les secteurs d’activité et les domaines de pratique, et s’harmonisent avec les priorités stratégiques de l’ICA. Les études périodiques sur l’expérience permettent de recueillir des données de l’industrie qui constituent des points de comparaison et aident à établir les tendances du marché que les actuaires utilisent dans le cadre de leur travail. Les recherches de l’ICA fournissent une perspective canadienne unique dans les deux langues officielles.

Les publications de recherche récentes

Au cours des derniers mois, la Commission exécutive de recherche (CER) a publié quatre projets de recherche. Au cours des mois à venir, elle mettra la dernière main à plusieurs autres projets.

Expérience canadienne de mortalité dans les rentes individuelles (années d’assurance 2005-2006 à 2014-2015)

Cette étude sur l’expérience présente une mise à jour de l’étude précédente en y ajoutant les données de trois années supplémentaires et remplace la table de base de mortalité dans les rentes individuelles de 1983 par la table de mortalité plus récente du montant versé aux assurés canadiens de 2014 (CIP 2014) à titre de base en ce qui concerne la mortalité prévue aux fins de l’analyse du ratio réel à prévu (R/P).

En voici les principales observations :

  • Les polices de rentes réversibles au survivant enregistrent une mortalité supérieure à celle des polices pour lesquelles les deux rentiers sont vivants;
  • Le ratio réel à prévu (R/P) selon le nombre est généralement supérieur au ratio R/P selon le revenu;
  • À mesure que le revenu annualisé augmente, le ratio R/P selon le revenu diminue;
  • Les rentes non enregistrées enregistrent une mortalité inférieure à celle des polices enregistrées;
  • L’expérience de mortalité des rentes sans remboursement est inférieure à celle des rentes avec remboursement, lorsqu’elle est mesurée en fonction du revenu annualisé;
  • Les polices supposées être adossées affichent des ratios de mortalité nettement inférieurs (cette tendance est plus évidente pour les polices de rentes ordinaires que pour les polices de rentes réversibles);
  • Les rentes réversibles au survivant, chez les hommes, affichent des ratios R/P nettement supérieurs à ceux des polices de rentes ordinaires et des polices de rentes réversibles où les deux rentiers sont vivants au début de l’année d’étude, quel que soit le traitement fiscal ou le revenu annualisé;
  • Chez les femmes, les polices de rentes réversibles pour lesquelles les deux rentiers sont vivants affichent des ratios R/P nettement inférieurs à ceux des polices de rentes ordinaires et des polices de rentes réversibles au survivant, quel que soit le traitement fiscal ou le revenu annualisé.

Examen actuariel de l’insolvabilité des assureurs et de la prévention future – Phase 1 : Examen des causes fondamentales de l’insolvabilité

Cette étude vise à renseigner les professionnels de l’assurance sur l’historique de la dépréciation et de l’insolvabilité des sociétés d’assurances et sur les indicateurs de prévention futurs possibles. Elle présente une analyse des facteurs de risque éventuels que peuvent appliquer les professionnels de l’assurance pour atténuer les situations d’insolvabilité futures. On y trouve également une analyse des causes fondamentales de la dépréciation et de l’insolvabilité des sociétés d’assurances IARD, d’assurance-vie, de rente et d’assurance-maladie aux États-Unis et au Canada, ainsi qu’un examen des indicateurs susceptibles de faciliter l’intervention plus rapide auprès des sociétés plus à risque de devenir dépréciées ou insolvables.

Le coût de règlement comparativement à l’objectif de provisionnement sur base de continuité : Analyse des régimes de retraite agréés en Ontario

La réglementation canadienne sur le provisionnement des régimes de retraite exige deux différents types d’évaluations, soit une évaluation sur base de continuité qui part du principe que le régime poursuivra ses activités et une évaluation de solvabilité qui, elle, part du principe que le régime sera liquidé. Dans ce document de recherche, on compare les résultats de ces deux types d’évaluation pour en expliquer les différences. L’analyse s’appuie sur les données concernant les régimes de retraite à prestations déterminées agréés dans la province de l’Ontario fournies par la Commission des services financiers de l’Ontario. 

Pour les rentes en cours de paiement, les variations s’expliquent surtout par les différences dans le taux d’actualisation et l’hypothèse de mortalité et, pour les régimes indexés, par une provision pour indexation future. Dans le cas des participants actifs, les variations dans les résultats sont beaucoup plus grandes, en raison de l’anticipation de futures hausses salariales et des provisions pour retraite anticipée.

Sommaire et rapport final : Vieillissement de la population, répercussions sur la valeur des actifs et incidence sur les régimes de retraite : Une étude internationale – Phase 2

Ce projet de recherche (en anglais seulement) se penche sur l’incidence du vieillissement de la population sur la valeur des actifs et illustre les répercussions pour les régimes de retraite au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il comporte une modélisation démographique et économique, une modélisation de l’influence démographique sur le rendement des catégories d’actifs et des modèles aux fins de l’évaluation des risques liés aux régimes de retraite. Ce projet devrait s’achever en 2019. Divers documents et rapports techniques seront produits dans le cadre du projet. Ce rapport présente un examen de la documentation publiée qui traite des répercussions de certains facteurs démographiques sur le rendement/prix de diverses catégories d’actifs, ainsi que les spécifications d’un modèle servant à analyser les répercussions des changements relatifs à la structure démographique sur la dynamique à long terme du prix des maisons. Un sommaire est disponible en français; la version française intégrale sera disponible à une date ultérieure.

Renseignements et implication

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des recherches en cours à l’ICA, visitez la page du site Web portant sur les projets de recherche. Si vous souhaitez prendre part aux activités de la CER, de l’une de ses sous-commissions ou d’un groupe de supervision de projet, veuillez communiquer avec Shlomit Jacobson, gestionnaire, projets de recherche, à shlomit.jacobson@cia-ica.ca. Vous pouvez également signaler votre intérêt à participer aux travaux de recherche en mettant à jour votre profil de bénévole (ouvrez une session avant d’accéder au lien) sur le site Web réservé aux membres.

 
Lush Life Travel - an independent affiliate of Vision Travel
RGA Canada
À l'horizon

par Catherine Jacques-Brissette, AICA

Cet article est extrait, avec autorisation, d’un autre article publié dans l’édition de février 2018 du Bulletin d’information de l’AAI (disponible en anglais seulement) qui porte un regard plus approfondi sur les changements climatiques et les activités actuarielles s’y rapportant en 2017.

En novembre 2017, j’ai assisté à la 23e (COP23) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) tenue à Bonn, où je représentais CAP Développement durable. La COP est l’organe suprême de décision de la CCNUCC, qui réunit des dirigeants d’entreprise, des représentants de tous les ordres gouvernementaux et des membres de la société civile de près de 200 pays.

La COP23 s’est tenue un an après l’entrée en vigueur de l’emblématique Accord de Paris, un accord international convenant de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) planétaires à un niveau susceptible de limiter le réchauffement climatique en-deçà de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels. La COP23 s’est focalisée sur le « Paris rule book », un document énonçant avec précision les mécanismes de mise en œuvre de l’Accord de Paris afin d’atteindre la cible de 2°C, qui devrait être finalisé en 2018.

Un élan fulgurant dans le secteur privé

Des acteurs non gouvernementaux de partout dans le monde multiplient les initiatives afin de combattre les changements climatiques et de s’y adapter. Une atmosphère effervescente régnait dans la zone des entreprises et de la société civile de la COP23, où l’on a annoncé de nombreux engagements liés au climat et présenté des solutions permettant de « décarboniser » l’économie.

C’est avec fierté que j’ai participé à un panel d’experts dans le cadre d’un événement de haut niveau portant sur le rôle important des solutions en matière de TIC (technologies de l’information et de la communication) dans la lutte aux changements climatiques, qui était organisé par l’initiative Momentum for Change des Nations Unies. Le rôle du secteur privé dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris est indéniable. En effet, les entreprises sont responsables de près de 70 % des émissions de GES de la planète. Au moment de rédiger ces lignes, plus de 340 sociétés, dont Walmart, Dell, Sony et Tesco, s’étaient engagées à adopter des cibles de réduction d’émission fondées sur la science et conformes à la limite de 2°C de l’Accord de Paris.

L’investissement responsable devient la norme

La COP23 a également mis en lumière le courant dominant chez les investisseurs institutionnels vers l’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) au sein de leur processus décisionnel. Les placements responsables favorisent une meilleure gestion des risques, permettent aux investisseurs de mieux s’acquitter de leur obligation fiduciaire et peuvent même améliorer les rendements à long terme. En effet, un nombre important et grandissant de recherches démontrent que l’intégration de facteurs de viabilité dans les processus décisionnels en matière de placements est bénéfique du point de vue économique. Il devient donc difficile de se cacher derrière une interprétation étroite des obligations fiduciaires pour justifier une stratégie de placements « traditionnelle ».

Sentiment d’urgence accru

Bien que l’Accord de Paris ait officialisé une cible de 2°C, les engagements pris à ce jour par les pays (soit les contributions déterminées au niveau national ou CDN) sont largement insuffisants pour atteindre cette cible. Selon le UN Emissions Gap Report 2017, [traduction libre] « même si les CDN actuelles étaient entièrement mises en œuvre, le budget de carbone permettant de limiter le réchauffement planétaire en-deçà de 2°C sera épuisé à environ 80 % d’ici 2030 ». De tels avertissements scientifiques pessimistes nous rappellent que la « fenêtre d’opportunité » est étroite et qu’elle se referme rapidement, en particulier compte tenu des records observés au chapitre des événements climatiques en 2017.

Qu’en est-il des actuaires?

Les changements climatiques impliquent des risques complexes et omniprésents susceptibles de se répercuter sur tous les secteurs de l’économie, tant sur le plan des actifs que des passifs. Comme l’expose le document de recherche de l’ICA portant sur les changements climatiques et la viabilité des ressources, les domaines de pratique actuariels traditionnels ne seront pas épargnés, que ce soit les assurances IARD, l’assurance-vie, les placements, les régimes de retraite ou la gestion du risque d’entreprise.

On s’attend à ce que les changements climatiques aient pour effet d’augmenter à la fois la fréquence et l’intensité des inondations, sécheresses, températures extrêmes et ouragans, tout en entraînant une hausse du niveau de la mer, entre autres choses. Ces répercussions augmenteront nécessairement les risques pour les biens, les infrastructures, ainsi que la vie et la santé humaines, qu’ils soient assurés ou non. Au chapitre des actifs, les investisseurs ne peuvent pas se permettre d’ignorer les tendances et opportunités de placement responsable, en particulier les investissements pourvus d’un long horizon de placement, tels que les caisses de retraite et les actifs d’assurance-vie. Ainsi, les actuaires ont de plus en plus intérêt à comprendre les incidences possibles à long terme des changements climatiques, lesquels peuvent affecter les hypothèses utilisées pour évaluer la valeur des actifs et des passifs.

L’Indice actuariel climatique

De plus, l’expertise actuarielle peut apporter une valeur ajoutée complémentaire à celle d’autres professionnels dans la gestion des risques associés aux changements climatiques. L’Indice actuariel climatiqueMC (IAC) et l’Indice actuariel des risques climatiques (IARC) sont deux excellents exemples de la façon dont les techniques actuarielles existantes peuvent être appliquées au domaine des changements climatiques et utilisées en partenariat avec d’autres intervenants (dans ce cas-ci les climatologues). L’IAC mesure la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes et les variations du niveau de la mer. À la suite de la plus récente mise à jour des données effectuée à la mi-janvier, l’IAC a bénéficié d’une importante couverture médiatique au Canada et aux États-Unis, ce qui indique l’intérêt marqué envers cet outil de surveillance utile et objectif.

Je crois fermement que l’expertise actuarielle en matière de gestion des risques, conjuguée à la collaboration avec d’autres intervenants, peut servir l’intérêt public en offrant des outils pour gérer les aléas financiers associés aux divers risques climatiques et contribuer à la conception d’options politiques pour les contrôler.

Et la suite?

Les efforts multiples et répandus déployés en 2017 pour lutter contre les changements climatiques sont des indicateurs manifestes d’une accélération des actions en matière de climat. Néanmoins, les experts du climat soutiennent qu’il reste un fossé important entre les engagements pris jusqu’ici dans le cadre de l’Accord de Paris et les mesures requises pour atteindre la cible convenue de 2°C. Malgré les progrès réalisés, il faudra des engagements plus ambitieux accompagnés de plans d’action clairs pour les atteindre.

Ce sentiment d’urgence accru et les appels au déploiement d’efforts plus importants dans la lutte aux changements climatiques figuraient parmi les messages clés véhiculés par les délégations lors de la conclusion de la COP23. Tous les ordres de gouvernement ont un rôle à jouer dans la transition vers une économie plus sobre en carbone, tout comme le secteur privé. Comme les enjeux liés aux changements climatiques constituent des défis systémiques mondiaux s’étendant sur tous les secteurs de l’économie, une approche multidisciplinaire mettant à contribution des professionnels issus de tous les secteurs économiques constitue la meilleure façon de les aborder. Je suis persuadée que la profession actuarielle, en collaboration avec des intervenants clés, est en mesure de mettre à profit son expertise en gestion des risques afin de jouer un rôle significatif pour relever les défis liés aux changements climatiques.

Catherine Jacques-Brissette, AICA, est la présidente de la Commission sur les changements climatiques et la viabilité de l’ICA.

 
Nouvelles de l'Institut

Chaque trimestre, l’Indice actuariel climatiqueTM (IAC) procède à la mise à jour des données saisonnières permettant d’établir les graphiques pour les États-Unis et le Canada. Il génère également de nouveaux chiffres indiciels pour chaque composante de l’IAC et pour l’IAC global, et publie un communiqué de presse

Un journaliste de la Presse canadienne s’est entretenu avec Caterina Lindman, membre de l’ICA, au sujet de l’IAC et de la signification des données du printemps 2017 (la mise à jour saisonnière la plus récente). De nombreux médias ont repris l’article, depuis la CBC jusqu’au Weather Network et au quotidien The Globe and Mail. Le Devoir, La Presse, Le Droit, La Tribune, Le Soleil et Météo Média en ont aussi parlé.

L’article de la Presse canadienne ou le communiqué de presse ont été publiés sur le site Web de divers médias, soit 317 au Canada, 246 aux États-Unis, deux à Hong Kong, deux en Chine, deux en Inde et un aux Pays-Bas.

Une couverture médiatique étonnante

« Nous avons publié plusieurs communiqués de presse afin d’appuyer les mises à jour saisonnières de l’IAC, mais aucun d’eux n’a suscité autant d’attention auprès des médias que celui-ci », affirme Les Dandridge, directeur des communications et des affaires publiques. « Cela est peut-être attribuable en partie au temps très froid enregistré cet hiver dans certaines régions du Canada, mais il semble que l’article de la Presse canadienne ait exercé une grande influence sur cette couverture étonnante. »

Les membres de l’ICA Catherine Jacques-Brissette et Caterina Lindman ont donné au total six entrevues, soit une dans un média imprimé, une à la télé et quatre à la radio.

La plus récente mise à jour saisonnière révèle que la moyenne mobile sur cinq ans des conditions climatiques extrêmes au Canada et aux États-Unis demeure au niveau élevé enregistré à l’hiver 2016-2017, ce qui est attribuable aux variations du niveau de la mer dans l’Atlantique et les régions de la côte du Golfe. La prochaine mise à jour saisonnière de l’IAC aura lieu en avril.

 

par Rob Stapleford, FICA

La Commission des élections est activement à la recherche de candidats aux postes de président désigné et d’administrateur (quatre postes) aux prochaines élections de l’ICA. Tous les postes requièrent un mandat de trois ans.

Pourquoi devrais-je envisager de poser ma candidature?

Les membres qui ont occupé le poste de président ou celui d’administrateur au sein du Conseil d’administration ont partagé leur expérience ainsi que les avantages qu’ils ont tirés de leur implication avec la Commission des élections 2018, dont :

  • De la croissance personnelle, vous acquerrez des compétences en leadership et en communications ainsi que des aptitudes à déléguer;
  • L’honneur de diriger la profession actuarielle canadienne qui opère dans l’intérêt public;
  • Des occasions de réseautage et de rencontre avec des personnes intéressantes au Canada et à l’étranger;
  • De la satisfaction personnelle à servir la profession;
  • Une réputation améliorée, ce qui peut aider en expertise-conseil;
  • Des occasions de crédits de PPC.

La plupart des anciens administrateurs n’ont pas trouvé la tâche onéreuse. Le rôle de président désigné demande par contre un plus grand engagement de temps. Un nombre d’anciens présidents ont d’ailleurs fait remarquer qu’ils ont pu compter sur l’appui de leur employeur et de leur famille pour les aider à gérer la charge de travail. Ils ont également affirmé à plusieurs reprises que les avantages de servir la profession en valent tous les efforts supplémentaires.

Comment puis-je poser ma candidature?

C’est facile. Les règles de procédure pour les élections sont disponibles sur le site Web. La Commission des élections et l’ICA s’efforcent de rendre les choses pratiques pour les candidats.

Si vous souhaitez poser votre candidature ou si vous avez des questions, veuillez communiquer avec moi (rstapleford2@cogeco.ca) ou avec un autre membre de la Commission des élections (vous devez ouvrir une session sur le site des membres pour consulter la page de la Commission) au cours des deux à trois prochaines semaines.

Rob Stapleford, FICA, est le président de la Commission des élections.

 

Vers la fin du mois de mars, Pascale Belleau, directrice associée, communications et affaires publiques, quittera l’Institut pour assumer le rôle de directrice des communications au sein de l’Association canadienne de protection médicale (ACPM).

Durant le temps qu’elle a passé au sein de l’ICA, Pascale a travaillé avec plusieurs bénévoles et dirigeants sur des énoncés publics et de nombreux mémoires. Elle a également aidé l’Institut à mettre davantage l’accent sur les communications externes, dont une plus grande implication en ce qui concerne les enjeux de politique publique où les actuaires ont une valeur à apporter.

Parmi ses nombreuses contributions, Pascale a joué un rôle déterminant pour aider à mettre en œuvre les recommandations du Groupe d’experts en matière de gouvernance sur la politique publique afin de rédiger la position publique sur l’expansion des régimes de retraite publics en mai 2016, le mémoire de janvier 2017 sur la consultation sur la réforme du Régime de rentes du Québec ainsi que le plan stratégique 2017-2019.

Ses collègues et les bénévoles sont tristes de la voir partir, mais lui souhaitent la meilleure des chances dans son nouveau rôle qui s’annonce stimulant.

 
Nouvelles sur les événements

par Joseph Gabriel, FICA

Le Colloque sur les régimes de retraite et les investissements de février, le tout premier offert entièrement en français et auquel 100 membres ont participé, a remporté un vif succès. On peut accéder à des enregistrements captés lors du colloque sur le site Web (vous devez ouvrir une session pour y accéder).

Énoncé public portant sur l’âge de la retraite

À l’occasion de la séance inaugurale, Jacques Tremblay, ancien président, et Michel St‑Germain, président de la Commission consultative sur les régimes de retraite, ont présenté une mise à jour au nom du groupe de travail à thème unique sur l’âge de la retraite de l’ICA. Ils ont parlé de la perception courante selon laquelle la croissance économique constitue l’un des principaux facteurs qui seront en mesure d’appuyer la retraite des générations futures, en établissant parallèlement que le fait de demeurer plus longtemps sur le marché du travail aura aussi des effets positifs. Ils ont également mentionné que l’augmentation de la durée de la vie active n’aura pas d’incidence sur les chances des plus jeunes travailleurs sur le marché du travail.

Certaines mesures proposées auraient pour effet à la fois de favoriser la viabilité du système de retraite canadien et de permettre aux finances publiques de couvrir plus facilement les coûts de la santé qui montent en flèche. Ces mesures consistent notamment à hausser l’âge de la retraite de 65 à 67 ans et à augmenter l’âge de la retraite différée à 75 ans en ce qui concerne le Régime de pensions du Canada (RPC), la Sécurité de la vieillesse (SV) et le Régime de rentes du Québec (RRQ). L’ICA n’a pas terminé de se pencher sur la question de l’âge de la retraite.

La réglementation du Québec en matière de capitalisation : les répercussions sur l’actuariat et les placements

La deuxième séance portait sur les répercussions qu’aura la réglementation du Québec relative au retrait de la capitalisation du déficit de solvabilité et à la mise en place d’une provision de stabilisation, communément appelée la provision pour écarts défavorables, sur l’actuariat et les placements. Michel St-Germain et Ramy Rayes ont abordé plusieurs points de vue intéressants quant au recours de plus en plus fréquent aux titres à revenu fixe, au contrôle de la durée, à la prise en considération d’autres instruments de placement et à l’appariement de l’actif et du passif, lesquels peuvent tous avoir une incidence sur le niveau de provision de stabilisation nécessaire. Ils ont soulevé des questions intéressantes, dont le déficit de solvabilité déclaré (non capitalisé) et son influence possible sur les décisions de placements, ainsi que le souhait que les mesures législatives annoncées contribuent à mettre fin à l’érosion des régimes de retraite à prestations déterminées.

L’achat de rentes dans le nouvel environnement législatif

On a poursuivi avec les répercussions des modifications législatives relatives aux régimes de retraite sur les stratégies d’achat de rentes. Louis-Bernard Désilets et Alan Savoie ont illustré l’incidence de ces modifications au moyen d’études de cas, donnant ainsi une touche interactive à la présentation de cet exposé. Leurs conclusions ont su capter l’attention de l’auditoire. Ils ont montré que les risques étaient les mêmes, que l’achat de rentes permettait d’assurer de façon efficace la gestion des échéances et que le nouvel environnement législatif offrait aux promoteurs de régimes une souplesse accrue à l’égard de l’achat de rentes.

Tous les modèles sont faux, mais certains sont utiles

Après un excellent déjeuner, Ramy Rayes a de nouveau entretenu l’auditoire, cette fois pour parler des enjeux relatifs à la modélisation de l’actif et du passif. Il a présenté des modèles traditionnels, des évaluations qualitatives et des études de cas relatifs à une correction au marché canadien de l’habitation et aux changements climatiques. Afin de souligner l’importance d’adopter une démarche qualitative à l’égard des modèles quantitatifs traditionnels dans le but d’éviter une compréhension limitée des résultats défavorables, il a cité le statisticien britannique George Box, qui affirmait que « Tous les modèles sont faux, mais certains sont utiles. »

Toujours en ce qui concerne les régimes de retraite

Animée par Tommy Ouellet, la dernière séance portait sur les occasions de rendement pour les régimes de retraite dans un contexte de faibles taux d’intérêt, un sujet d’actualité depuis plusieurs années. Il a conclu sa présentation en insistant sur le fait que, quel que soit le contexte de taux d’intérêt, toute solution de placement optimale doit se fonder sur une analyse complète de l’actif-passif dans un cadre de gestion des risques bien défini.

Questions et réponses

Les questions et les commentaires des participants ont soulevé des enjeux tels que l’espérance de vie des retraités, la souplesse des options de retraite à coût neutre et la réalisation des promesses des régimes publics.

En ma qualité d’actuaire, j’étais ravi d’entendre que les régimes de retraite publics du Canada sont parmi les plus rigoureusement provisionnés et surveillés du monde. Malheureusement, cela n’est peut-être pas le cas en ce qui concerne le financement des soins de santé. 

Merci pour cet excellent colloque

Je profite de cette occasion pour remercier les membres de la commission organisatrice, soit Alison Rose, June Smyth, Stephen Cheng, Alan Cooke, Gordon Ripley et Tulio Walles Mora, qui ont planifié cet événement formidable.

Surveillez les événements à venir, en particulier l’Assemblée annuelle qui aura lieu les 21 et 22 juin dans la grande ville de Toronto (les inscriptions ouvriront sous peu). Au plaisir de vous y voir!

Joseph Gabriel, FICA, est actuaire membre du personnel de l’ICA, éducation.

 
Les bénévoles en déplacement

Direction des services aux membres

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Commission sur les changements climatiques et la viabilité : Marie-Pierre Ouedraogo, en vigueur le 3 janvier 2018, et Zahir Bhanji, en vigueur le 8 février 2018;
  • Commission sur la gestion et le développement des bénévoles : Carolyn Yearwood et Harry Li, en vigueur le 1er décembre 2017.

Michel St-Germain a été nommé représentant de l’ICA auprès du Groupe de travail sur l’industrie du Comité d’examen de la capitalisation de l’Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite (ACOR), en vigueur le 15 décembre 2017.  

Les personnes suivantes ont terminé leur mandat auprès des commissions ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission sur les changements climatiques et la viabilité : Minnie Green, en vigueur le 3 janvier 2018;
  • Commission consultative sur les régimes de retraite : Clare Pitcher, en vigueur le 1er janvier 2018; 
  • Commission sur la gestion et le développement des bénévoles : Jean-François Lalonde et Raymond Liu, en vigueur en août 2017 et en septembre 2017, respectivement.

Direction de la pratique actuarielle

La Commission sur les normes comptables internationales (assurance) a désigné Rob Hinrichs à titre de représentant auprès de la Commission sur l’indemnisation des accidents du travail.