CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Septembre 2017
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Eckler Ltd.
Mise à jour de la présidente

par Sharon Giffen, FICA
Présidente de l’ICA

C’est pour moi un honneur de prendre place à la présidence de l’ICA. En même temps, je pense à ceux qui ont occupé ce poste avant moi et je me rends compte que cette année à continuer de mettre en œuvre les nombreuses initiatives qui seront profitables pour nos membres sera chargée. À l’occasion de l’Assemblée annuelle de Québec, en juin dernier, j’ai énoncé mes priorités pour mon mandat à la présidence :

  • L’éducation et la qualification actuarielles;
  • L’augmentation du bénévolat;
  • La gouvernance.

Éducation et qualification actuarielles

  1. Protocole d’entente en matière d’éducation avec la Society of Actuaries (SOA)
    L’ICA a signé un protocole d’entente avec la SOA à l’égard de notre engagement à utiliser le parcours des examens de la SOA aux fins de l’attribution des statuts d’associé et de Fellow de l’ICA. En retour, l’ICA prendra part à l’élaboration du programme d’études et des examens de la SOA et exercera une influence accrue lorsque le contenu est conçu expressément aux fins du programme d’études canadien.

Il s’agit sans aucun doute d’une réalisation de première importance. La concrétisation de cette entente au cours de la prochaine année sera importante pour les deux organismes. Jusqu’ici, il s’agit pour nous d’une excellente expérience. Les étudiants canadiens pourront constater une meilleure représentation de l’image de marque de l’ICA dans le système d’examens et l’ICA jouira d’une avenue qui lui permettra de veiller à ce que la SOA continue de répondre à ses besoins. 

  1. Révision et mise à jour des objectifs d’apprentissage
    Les nouvelles activités relatives aux mégadonnées, à la modélisation et à l’analyse prédictive deviendront, à mon avis, des outils de plus en plus essentiels pour les actuaires. Nous devons nous assurer de demeurer au fait des besoins futurs dans ces domaines, de même que dans les autres.
  2. Cours orienté vers la pratique 2018 (COP 2.0)
    Le COP joue un rôle essentiel à titre de point culminant des activités d’apprentissage pour nos candidats au titre de Fellow. Nous avons retiré le volet examen du cours et y avons intégré un volet portant sur les compétences liées aux affaires et le professionnalisme. Nous devons maintenant nous assurer qu’il demeurera valorisé à la fois par les candidats et par leurs employeurs.

Augmentation du bénévolat

  1. Commission de recherche
    Le siège social a embauché un autre membre du personnel, Shlomit Jacobson (voir l’article du présent (e)Bulletin), afin d’appuyer la recherche en améliorant nos capacités en gestion de projet. En augmentant notre capacité de prendre en charge des projets de recherche, nous aurons besoin des services d’un plus grand nombre de membres pour assurer la supervision des projets qui les intéressent.
  2. Commission sur les énoncés publics
    Des bénévoles de l’ICA se penchent actuellement sur trois sujets, qui auront tous pour effet de rehausser le profil des actuaires à titre d’intervenants en matière d’intérêt public. Je m’attends à de formidables progrès en ce qui concerne ces trois sujets. Si vous souhaitez prendre part à ces activités et vous faire entendre, assurez-vous de manifester votre intérêt par le biais du Registre des bénévoles (vous devez ouvrir une session sur le site pour y accéder) et de répondre aux déclarations d’intention concernant ces énoncés publics.
  3. Dossiers internationaux
    L’ICA et les actuaires canadiens sont reconnus sur la scène internationale pour leur contribution à des développements ayant une incidence sur les actuaires de partout dans le monde. Nous avons récemment publié un appel aux bénévoles possèdant une expérience internationale afin qu’ils intègrent la Direction des relations internationales ou l’une de ses commissions pour poursuivre ce travail important.

Surveillez les occasions de bénévolat auprès de l’ICA dans les annonces publiées sur le site Web.

Gouvernance

  1. Surveillance indépendante des fonctions de réglementation
    À titre de profession autoréglementée, l’ICA joue un rôle de responsable de la réglementation. Afin de garantir le caractère indépendant de ces fonctions et la juste perception du public à cet égard, nous devons établir un équilibre entre l’indépendance des actes et la surveillance du Conseil d’administration. Il peut être utile de compter sur une surveillance externe quant à nos processus de qualification et disciplinaire.
  2. Réflexion stratégique
    L’ICA aurait intérêt à procéder à une réflexion stratégique plus vaste et plus régulière au sujet de l’avenir de la profession. Un plan stratégique de trois à cinq ans constitue certainement un bon départ, mais nous devons le réviser chaque année, puis établir et planifier des initiatives à mettre en œuvre en fonction de la capacité qu’offrent nos groupes de travail.
  3. Imputabilité
    Nous devons faire preuve de clarté en matière d’imputabilité, de responsabilité et d’autorité. Si les choses se passaient mal, qui serait réprimandé? C’est cette personne qui est imputable. Qui prendra les décisions? C’est cette personne qui jouit de l’autorité. Qui effectuera le travail? C’est cette personne qui est responsable. On peut ajouter à cela d’autres questions. Qui doit-on consulter avant de prendre une décision? Autrement dit, qui sont les parties prenantes? Qui doit appuyer la décision? Qui doit être au courant de la décision? La clarté à ces égards aura pour effet de réduire la bureaucratie et les retards associés à la nécessité de remonter les échelons en ce qui concerne toutes les décisions.

L’augmentation du bénévolat est l’une de mes priorités, car le bénévolat demeure essentiel à l’accomplissement de toutes nos activités. Vous avez probablement entendu cet appel dans plusieurs communications de l’ICA. Les bénévoles aident l’ICA à accomplir chaque année une énorme quantité de travail et, malgré tout, il y a davantage à faire. 

Je vous invite à vous impliquer. Toutes les contributions sont importantes.

De plus, nous nous adresserons à vous au cours de l’année afin d’obtenir vos commentaires et vos opinions sur divers dossiers. Si vous êtes dans l’impossibilité de faire du bénévolat pour le moment, saisissez cette occasion de poser des questions et de formuler des commentaires. Que vous soyez en accord ou en désaccord, votre avis nous aide à saisir l’équilibre entre les points de vue.

Merci de votre participation.

Sharon Giffen, FICA, est la présidente de l’Institut canadien des actuaires.

 
Le point de mire

  

par Rémi Villeneuve, FICA, et Alicia Rollo, LRHA

« L’éducation n’a pas de fin. Il ne s’agit pas de lire un livre, de réussir un examen ou terminer ses études. C’est la vie entière qui, à partir de notre naissance au moment de notre mort,
est un processus d’apprentissage. »

Jiddu Krishnamurti, philosophe indien, 1895-1986

Il y a beaucoup de vérité dans cette affirmation du philosophe indien Jiddu Krishnamurti. Peu importe à quelle étape de votre carrière vous en êtes, l’apprentissage se poursuit, et ce, de la formation post-secondaire aux examens, en passant par la formation au travail et le perfectionnement professionnel continu. De façon similaire, du côté de la Direction de l’admissibilité et de la formation (DAF), les apprentissages et le travail sont continuels. Nous analysons l’environnement, tenons des séances de remue-méninges, élaborons, révisons notre travail, et ainsi de suite. C’est un cycle continu d’activités visant à toujours faire progresser la formation actuarielle au Canada.

Le programme d’études de l’ICA

Bien que l’Institut s’appuie largement sur le système d’éducation de la Casualty Actuarial Society (CAS) et de la Society of Actuaries (SOA), l’ICA a son propre programme d’études, approuvé par le Conseil d’administration de l’ICA en novembre 2015. Ce programme doit être maintenu à jour et adapté afin de répondre aux besoins des pratiques émergentes, d’être conforme aux exigences en matière d’éducation de l’Association actuarielle internationale (AAI) et de suivre les programmes de la CAS et de la SOA. Nous sommes en train de faire notre examen semestriel du programme d’études de l’ICA et prévoyons présenter celui-ci au Conseil d’administration de l’ICA lors de la réunion de novembre pour obtenir son approbation.

Le programme d’études de l’ICA est offert de plusieurs façons, y compris par l’entremise de nos partenaires d’éducation (la CAS, la SOA et les 11 universités agréées) ainsi que nos propres programmes.

Selon le protocole d’entente avec la CAS, en place depuis 2013, la Sous-commission de l’ICA sur le programme d’études de l’examen 6-Canada continue à travailler en étroite collaboration avec les deux organisations pour s’assurer que les composantes typiquement canadiennes d’assurances IARD soient robustes. Le protocole d’entente tient également compte du fait que la CAS accepte les crédits du Programme d’agrément universitaire (PAU) de l’ICA aux fins de l’obtention des titres professionnels d’ACAS et FCAS et que l’ICA reconnaît le cours sur le professionnalisme de la CAS, entre autres points. Le protocole d’entente doit être révisé et mis à jour. Ainsi, au cours de la prochaine année, nous travaillerons de concert avec la CAS pour renouveler notre partenariat.

Protocole d’entente en matière d’éducation avec la SOA

En mai, l’ICA et la SOA ont signé un protocole d’entente en matière d’éducation, qui fut le résultat de maintes années de discussions et de négociations. Ce protocole d’entente instaure un partenariat mutuellement avantageux qui confère à l’ICA un rôle formel sans précédent dans l’élaboration du programme d’études et des examens. Par le biais de rencontres annuelles stratégiques, nous continuerons de nous assurer que nos visions en matière d’éducation sont aussi rigoureusement alignées que possible à long terme. Nous travaillons actuellement à la mise en place de représentants de l’ICA auprès des comités du programme d’études et d’examens de la SOA. Ainsi, nous voulons nous assurer que les exigences du programme d’études de l’ICA soient respectées et que les examens de la SOA continuent d’être reconnus aux fins de la qualification de l’ICA.

Programme d’agrément universitaire

Du côté universitaire, nous avons communiqué avec les actuaires chargés de l’agrément dans l’ensemble des 11 universités en ce qui a trait au PAU et la bonification de ce dernier. Nous examinons notamment la possibilité de passer du modèle « cours par cours » actuel à un modèle favorisant l’agrément du programme en entier. Nous consulterons également nos partenaires en éducation, les employeurs, les membres et les étudiants afin de s’assurer que toutes les parties prenantes aient l’information juste et adéquate au sujet du PAU et d’identifier les aspects qui gagneraient à être améliorés.

La formation offerte par l’ICA

L’ICA offre son Atelier sur le professionnalisme six à huit fois par an, en anglais et en français. L’Atelier a récemment été prolongé à une journée complète et le programme a été mis à jour afin d’inclure des notions et des exercices sur les communications professionnelles pour bonifier les discussions sur le professionnalisme.

Le Cours orienté vers la pratique (COP) a également été modifié de façon importante. La grande nouvelle, c’est qu’il n’y aura plus d’examens à passer lorsqu’on suit le COP et que celui-ci sera condensé sur deux jours. Le cours mettra toujours l’accent sur l’application concrète d’habiletés techniques par le biais d’ateliers et de discussions auxquelles les employeurs et les candidats attachent une grande importance depuis 2000, mais inclura désormais le contenu lié aux affaires, aux communications et au professionnalisme afin de bonifier la formation des Fellows de l’ICA. Après une pause de plus de 17 ans, la voie réservée pour les praticiens du domaine des assurances IARD est également de retour dans le cadre du COP. Cette nouvelle version du COP fera en sorte que tous les candidats au titre de FICA partagent des bases communes.

Songez à devenir bénévole

La DAF est une direction occupée grâce aux nombreux nouveaux projets à l’horizon. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux membres passionnés par l’amélioration et l’avancement de la formation et du système de qualification. Si le défi vous intéresse, nous vous invitons à nous faire signe!

Rémi Villeneuve, FICA, est président de la Direction de l’admissibilité et de la formation. Alicia Rollo, LRHA, est directrice de l’adhésion, de l’éducation et du perfectionnement professionnel à l’Institut canadien des actuaires.

 
Les actuaires en déplacement

Développements de carrière

Jeremy Bell a été nommé au conseil d’administration de l’Insurance Corporation of British Columbia (ICBC).

François Carrier occupe maintenant le poste de directeur des relations chez Aviva Investors Canada. Il a passé les 12 dernières années en tant que gestionnaire des portefeuilles auprès de SEI.

iA Groupe financier a annoncé que René Chabot, vice-président exécutif, chef des finances et actuaire en chef, prendra sa retraite le 15 février 2018 après presque 35 ans de service. Jacques Potvin, actuellement vice-président et chef de la gestion des risques d’iA Groupe financier, succédera à M. Chabot à titre d’actuaire en chef.

Félicitations à James Christie, ancien président de l’ICA, qui vient d’être élu président désigné de la Casualty Actuarial Society.

Eugene Connell a récemment été nommé au conseil d’administration de la Erie Indemnity Company, où il siège aux comités de la stratégie, des placements et de la vérification.

Mercer Canada a nommé Julie Duchesne à titre de responsable du domaine Santé au Canada. Mme Duchesne a joint Mercer en 1997 et, jusqu’à tout récemment, elle était chargée du domaine santé au Québec.

Cindy Forbes a été nommée présidente du conseil des gouverneurs de l’Université de Waterloo.

Munich Re a confié le rôle de vice-président exécutif, réassurance, à Marc-André Giguère et celui de vice-président exécutif, recherche, analytique et souscription, à Michael Taht M. Giguère s’est joint à Munich Re en 2015, tandis que M. Taht est avec Munich Re depuis 2008.

Investissements Russell a nommé Andrew Kitchen à titre de directeur général, affaires institutionnelles au Canada.

Jonathan Lapointe est maintenant vice-président, développement des affaires, ainsi qu’associé chez AlphaFixe Capital. Il possède 11 ans d’expérience dans l’industrie, plus récemment en tant que gestionnaire du développement des affaires pour iA Groupe financier.

Jean-Phillippe Lemay a été nommé président et chef de l’exploitation de la division canadienne de Fiera Capital. M. Lemay détient 14 ans d’expérience dans l’industrie et travaille auprès de Fiera Capital depuis 2010.

Brenda Prysko est maintenant associée dans le domaine des prestations de retraite chez Aon Hewitt Canada. Elle possède plus de 30 ans d’expérience en tant que conseillère et actuaire. Elle détient notamment une vaste expérience au sein des régimes de retraite du secteur public. Elle sera basée à Calgary (Alberta).

Bruno Valdevit est actuaire-conseil principal chez Actuaires WAI, le cabinet de Westcoast Actuaries situé à Québec. Il est de retour auprès de la société d’experts-conseils après avoir œuvré chez Rio Tinto en tant que conseiller principal, avantages sociaux et régime de retraite. Il avait travaillé, auparavant, pour Willis Towers Watson avant de se joindre à Actuaires WAI en janvier 2012.

Les actuaires dans les médias

L’article de Gavin Benjamin sur les pour et les contre d’offrir la transférabilité des pensions à la retraite est paru dans le Benefits Canada.

Robert Brown a publié un article d’opinion dans le quotidien The Globe and Mail au sujet du peu de travailleurs touchés par la bonification du RPC.

Erika Schurr a été citée dans l’article portant sur l’analyse des mégadonnées dans la revue Canadian Underwriter.
___________________________________________________________________________________

Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l’ICA vous offre une nouvelle possibilité d’informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Les actuaires en déplacement, vous donnera l’occasion d’annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d’autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d’informer vos confrères et consœurs de travail et d’autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu’il s’agisse d’ex-collègues, d’anciens confrères ou consœurs d’université, d’employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d’envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n’hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – à la rédactrice anglaise de l’ICA à bonnie.robinson@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l’ICA et leurs activités, suivez l’ICA sur Twitter.  

 
Le coin des affaires publiques

par Les Dandridge, Chris Fievoli et Kelly Fry

Les décideurs politiques et les gouvernements prennent des décisions et élaborent des politiques qui ont des répercussions sur la sécurité financière des Canadiens. L’ICA veut s’assurer que votre voix est entendue sur les questions où l’expertise des actuaires pèse lourd dans la balance.

Changements apportés aux statuts administratifs

L’automne dernier, le Conseil d’administration a sollicité l’opinion des membres concernant des modifications proposées aux statuts administratifs et à une politique connexe du Conseil d’administration portant sur l’élaboration des énoncés publics de l’ICA (auparavant appelés opinions ou positions publiques) préalablement à leur adoption officielle.

Le Conseil d’administration a pris connaissance des commentaires reçus et a adopté la version définitive des modifications proposées et de la politique connexe. Les membres ont confirmé les modifications par le biais d’un vote par procuration ou en personne lors de la Séance des affaires générales de l’Assemblée annuelle de l’ICA, qui a eu lieu le 21 juin 2017 à Québec.

Les membres peuvent se renseigner sur les modifications, les motifs qui sous-tendent ces modifications et le processus respecté en consultant les liens ci-dessous :

Énoncés publics

Le Conseil de l’administration a approuvé trois sujets en 2016 aux fins de l’élaboration ultérieure d’un énoncé public de l’ICA de niveau 2. Les Groupes de travail à thème unique chargés de la rédaction travaillent présentement à l’élaboration de trois énoncés publics suivants.

Changements climatiques

L’objectif de cette démarche consiste à repérer des domaines offrant à l’ICA une occasion unique de contribuer à l’évaluation des risques liés aux changements climatiques et aux adaptations qui y sont associées. Il vise aussi à cibler des initiatives permettant à la profession actuarielle d’apporter une valeur ajoutée et une contribution importante au bien-être de la société dans son ensemble en augmentant les probabilités d’atteindre la cible convenue de deux degrés Celsius à l’échelle mondiale.

Les membres se souviennent peut-être d’avoir lu la déclaration d’intention publiée en mai 2017 pour cet énoncé public au sujet de l’incidence des changements climatiques sur l’assurance-vie, les assurances IARD, les placements et les régimes de retraite. Plusieurs membres de l’ICA ont donné leurs commentaires et le groupe de travail chargé de la rédaction se penche actuellement sur ceux-ci. Une première ébauche est en cours d’élaboration et les membres auront l’occasion de soumettre leur rétroaction lorsqu’elle sera mise à leur disposition.

L’âge de la retraite

Cet énoncé public examinera l’âge de la retraite et prendra en considération les questions suivantes :

  • Les Canadiens devraient-ils prévoir travailler plus longtemps et quelles mesures devraient être adoptées afin d’encourager ce comportement?
  • Devrait-on hausser les âges ouvrant droit à la pension (minimum, normal et maximum) dans le cas du Programme de la sécurité de la vieillesse ainsi que du Régime des pensions du Canada et du Régime des rentes du Québec (RPC/RRQ)?

Une déclaration d’intention sera publiée sous peu et les membres auront l’occasion de nous faire part de leurs commentaires sur l’énoncé proposé. 

Classification des risques

Dans la récente législation relative aux tests génétiques, ce sont la protection de la vie privée et la perception de discrimination qui ont principalement motivé l’action du gouvernement. Les industries des assurances IARD et de l’assurance-vie ont à leur disposition de plus en plus de renseignements pouvant servir d’indicateurs de différents niveaux de risque.

Cet énoncé public porterait sur l’évolution de la classification des risques et sur la vision de la profession quant à la future voie à suivre pour les souscripteurs d’assurances IARD et d’assurance-vie. Cette position portera essentiellement sur les aspects de l’économie comportementale et l’établissement de ce qui est approprié pour les assureurs d’inclure de façon justifiée dans la classification des risques.

Les membres de l’entité de rédaction ont été sélectionnés et ont entamé le travail. Les membres peuvent donc s’attendre à recevoir une déclaration d’intention et d’autres renseignements cet automne.

Mémoires

L’ICA participe régulièrement à des consultations tenues par les gouvernements et diverses associations tant sur la scène nationale qu’internationale. Ces consultations offrent à la profession des occasions de s’exprimer dans l’intérêt du public sur divers sujets à l’égard desquels elle possède expérience et connaissances. Voici les mémoires récemment soumis par l’Institut :

Gardez en tête que la lecture des mémoires est une excellente façon d’obtenir des crédits de perfectionnement professionnel continu (PPC).

Bénévoles

Nous tenons à remercier tous les bénévoles de l’ICA qui travaillent durement à l’élaboration de ces projets d’affaires publiques. Votre temps et votre expertise sont grandement appréciés.

Chris Fievoli est l’actuaire membre du personnel des communications et affaires publiques de l’ICA.
Kelly Fry est la gestionnaire du marketing et des affaires publiques de l’ICA.
Les Dandridge est le directeur des communications et des affaires publiques de l’ICA.

 
Insight Decision Solutions
Acutarial Design
RGA Canada
Nouvelles de l'Institut

par Bonnie Robinson

La profession actuarielle est bien enracinée dans les pays développés où elle est une composante essentielle de l’économie, en particulier dans les domaines de l’assurance, des régimes de retraite, des finances et de la gestion du risque. Pour les pays dont l’économie est émergeante, la mise sur pied et le maintien de la profession est un défi colossal. Les partenaires internationaux peuvent appuyer cette mise sur pied, mais ils doivent être prêts à s’engager durant plusieurs décennies.

La profession actuarielle en Indonésie

L’Indonésie, un membre du G20, est l’économie la plus importante dans le Sud-Est de l’Asie. Compte tenu de son industrialisation et de sa croissance rapide, les infrastructures financières du pays peinent à suivre le rythme et la profession actuarielle a souvent été négligée au tout début.

La Persatuan Aktuaris Indonesia (PAI), la société des actuaires de l’Indonésie, ait été fondée en 1964, soit un an plus tôt que l’Institut canadien des actuaires. Au départ toutefois, l’organisation a eu du mal à attirer des membres et des gens à travailler dans ce secteur d’activité.

« En Indonésie, les enfants sont encouragés à devenir ingénieur ou médecin », explique Jean Lowry, la directrice de projet chez READI (Risk Management, Economic Sustainability and Actuarial Science Development in Indonesia, gestion du risque, viabilité économique et développement de l’actuariat en Indonésie). « Ce sont les professions qui ont la cote; l’actuariat n’est pas populaire. »

Le partenariat avec READI

Au cours des deux dernières années, Mme Lowry et ses collègues Stefan Steiner (enquêteur principal) et Bill Duggan (directeur local) ont mené l’équipe de READI et travaillé de concert avec l’autorité des services financiers indonésiens (Otoritas Jasa Keuangan) pour aider la profession et l’éducation actuarielles à relever les défis auxquelles elles font face en Indonésie. Le soutien financier de 17 millions de dollars provient en majeure partie du gouvernement canadien par le biais d’Affaires mondiales Canada (15,3 millions), avec des fonds supplémentaires de Manulife Indonesia (1 million) et, enfin, de la Financière Sun Life (un demi-million).

Le programme READI comprend de brèves formations offertes par des professeurs de l’Université de Waterloo qui se déplacent en Indonésie pour enseigner, offrir des occasions de  mentorat, des bourses d’études de premier et de deuxième cycles, des subventions de recherche appliquée, des activités pour accroître l’intérêt envers les mathématiques et des occasions de stages en milieu de travail. De même, le programme offre une maîtrise accélérée d’une durée de 12 mois à l’Université de Waterloo pour les professeurs indonésiens intéressés à obtenir de l’expérience en actuariat.

Plus de 30 ans en Indonésie

Le programme READI a été mis sur pied suite à un partenariat d’une décennie entre les actuaires du Canada et de l’Indonésie. En 1985, Yves Guérard, membre de l’ICA, s’est rendu à Jakarta pour rencontrer le ministre des finances de l’Indonésie alors que le pays s’apprêtait à rédiger sa loi sur les régimes de retraites. « Le ministre des finances voulait promouvoir les programmes de régimes de retraite privés et s’assurer qu’ils soient financés adéquatement et en mesure de verser les prestations promises », explique M. Guérard.


Yves Guérard

« Puisque le pays est une ancienne colonie néerlandaise, il a hérité du droit civil. Il allait donc de soi que l’Indonésie fasse appel à un actuaire connaissant ce système juridique » explique-t-il. « En prenant l’Amérique du Nord comme modèle, il fallait quelqu’un de la Louisiane ou du Québec. » Entre 1985 et 1995, M. Guérard a ainsi effectué des visites régulières en Indonésie et mis en application ses compétences et son expérience actuarielles en sécurité sociale, en assurances, en régimes de retraites et en avantages sociaux. 

De 1996 à 2001, M. Guérard, alors associé conseil chez Ernst Young, était directeur d’un projet lancé dans le cadre d’une réforme du secteur financier (connu sous l’acronyme indonésien FISEK) et dont le but était d’offrir un soutien technique pour renforcer le secteur financier non-bancaire en Indonésie. C’est le prédécesseur d’Affaires mondiales Canada, l’Agence canadienne de développement international (ACDI), qui a accordé l’appui financier nécessaire. L’ICA a également fournit un soutien financier additionnel destinés aux actuaires. 

Favoriser la formation d’actuaires au pays

Alors que l’infrastructure réglementaire et financière de l’Indonésie progresse, M. Guérard porte son attention sur le manque d’actuaires formés au pays, mais pourtant nécessaires pour soutenir cette infrastructure. « Il y avait une demande croissante, mais pas assez de gens pour répondre à la demande potentielle immense du secteur des régimes de retraite et de l’assurance », explique-t-il. « Les actuaires n’avaient pas de véritable statut professionnel en Indonésie puisqu’il n’y avait pas de formation universitaire. Avec l’instauration d’une telle formation, la profession serait en mesure d’attirer les étudiants qui y voient la possible de faire une carrière viable. »

Après une longue carrière, incluant un mandat de 13 ans en tant que secrétaire-général au sein de l’Association actuarielle internationale (AAI), M. Guérard a pris sa retraite en 1999, mais a poursuivi son travail en Indonésie. « Au Canada, je suis un has-been », lance-t-il à la blague. « En Indonésie,  je suis un ‘expert international’ ». Il parle un peu l’indonésien et entretient des relations internationales, notamment auprès de la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement. « Tous les ans, il y a quelque chose à faire », ajoute-t-il.

Encore beaucoup à faire malgré des progrès considérables

M. Guérard est fier des progrès réalisés par l’Indonésie et de l’engagement canadien auprès de ce pays. L’écart salarial pour les actuaires diminuent (bien que les comptables gagnent des salaires plus élevés, le fossé est en train de se combler). De plus en plus d’étudiants indonésiens se tournent vers le domaine des sciences actuarielles. En 2007, la PAI ne comptait que 130 Fellows. Aujourd’hui, 256 Fellows et 256 associés viennent grossir ses rangs. Selon un article publié dans le Jakarta Post, à elles seules, les sociétés d’assurances en Indonésie auront besoin de 800 actuaires au cours des prochaines années. En 2007, après avoir travaillé pendant plusieurs années à l’amélioration et à la conformité de sa formation avec les normes actuarielles internationales, la PAI est devenu un membre à part entière de l’AAI.


Des étudiants indonésiens en mathématiques lors de l'événement
Think about Mathematics organisé par l'équipe READI.

Afin de maintenir sa croissance, l’Indonésie devra poursuivre l’édification d’infrastructures en assurance, en finances et dans d’autres domaines complémentaires de plus en plus complexes. Cela sera impossible si le pays ne peut s’appuyer sur une communauté actuarielle solide, formée au pays. À cet égard, les efforts de M. Guérard et d’autres actuaires ainsi que les programmes tels que READI illustrent comment un engagement à long terme peut aider les économies émergentes à atteindre leur plein potentiel.

Bonnie Robinson est la gestionnaire des communications à l’Institut canadien des actuaires.

 

Le siège social de l’ICA est heureux d’accueillir Shlomit Jacobson, Ph. D., MBA, à titre de directrice de la recherche. Shlomit travaillera avec la Commission exécutive de recherche (CER), la Sous-commission sur les études d’expérience et la Sous-commission sur la recherche universitaire, offrira un soutien en gestion des projets, dirigera l’élaboration et la mise en œuvre du plan stratégique et représentera la CER auprès d’autres organismes de recherche, de chercheurs et de fournisseurs.

Shlomit a œuvré comme directrice de la recherche à l’Institut de recherche sur le cerveau de l’Université d’Ottawa et directrice principale de projet de recherche à l’Institute of Neuroscience de l’Université Carleton. Elle a obtenu son MBA de l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa et son doctorat en neurobiologie et en éthologie à l’Université de Haïfa.

Les compétences et l’expertise de Shlomit en feront un membre précieux des services des opérations de l’ICA. Bienvenue Shlomit!

 


De gauche à droite : Brad Stokes le directeur de l’école;
Aidan Fisk, le gagnant du concours; Patrick Landry, actuaire
et Sean Easton, enseignant.

Aidan Fisk, étudiant à l’école secondaire Horton à Woolfville, en Nouvelle-Écosse, a remporté le concours Parfaire mon cellulaire de l’ICA, lancé dans le cadre du projet Retour à l’école Patrick Landry, actuaire et propriétaire de LPL Consulting, s’est chargé de remettre le prix au nom de l’ICA.

 « J’ai décidé participer au concours après qu’un actuaire ait donné une présentation sur les carrières liées aux mathématiques à mon école » explique Aidan. « Le problème était intéressant et posait un bon défi. Après avoir trouvé ma solution, j’ai programmé une simulation simple pour tester ma réponse. »

Sensibiliser les jeunes étudiants en mathématiques

L’initiative Retour à l’école de l’ICA (qui relève du mandat de la Commission des nouveaux membres) est une occasion pour les actuaires de rencontrer les étudiants en mathématiques dans les écoles secondaires et de parler de ce qu’ils font, des exigences requises pour devenir actuaire et de partager la richesse de leurs expériences au sein de la profession. Blake MacDonald, adjoint actuariel, tarification, produits d’assurance-vie individuelle avec participations pour la Financière Sun Life à Toronto, a offert une présentation à la classe de mathématiques de 12e année de Aidan au printemps 2017.

Lui-même diplômé de l’école secondaire Horton, M. MacDonald était très motivé à prendre part au projet Retour à l’école. « Je savais, par l’intermédiaire de mon réseau et par ce que je connais de l’endroit (N.-É.), que le rôle des actuaires et du travail que nous faisons ne seraient pas très connus » explique-t-il. « Cela faisait un bon moment que je voulais offrir une présentation à mon ancienne école secondaire, toutefois mes visites à la maison n’avaient jamais lieu durant l’année scolaire. »

L’enseignant Sean Easton a accueilli la présentation de M. MacDonald et plusieurs étudiants ont été des auditeurs enthousiastes. « Blake est un ancien diplômé et il a envoyé un courriel à l’un de ses anciens professeurs de math qui m’a ensuite transmis l’information », raconte l’enseignant. « [Les étudiants] étaient heureux d’écouter Blake parler du parcours l’ayant mené à devenir actuaire et des autres carrières en lien avec les mathématiques. »

 « Bien sûr, le niveau d’intérêt variait », reconnaît M. MacDonald, « mais certains étudiants étaient très réceptif, posaient de bonnes questions et ont manifesté beaucoup d’intérêt ». « Je repense à mes années passées à l’école secondaire et à l’université et j’aurais aimé qu’on me parle des diverses avenues de carrières liées aux mathématiques » a ajouté M. Easton. « J’enseigne à plusieurs étudiants très forts en mathématiques qui ne connaissent pas les diverses options de professions qui font justement appel aux mathématiques. » 

MacDonald acquiesce et encourage d’autres actuaires à donner des présentations dans les écoles secondaires. « J’ai trouvé que c’était une bonne expérience » dit-il. « J’étais intéressé aux mathématiques à l’école secondaire et j’aurais tiré parti d’être exposé à des domaines de pratiques moins connus lorsque je réfléchissais à mon avenir. »

Tourné vers l’avenir

Avant la présentation, Aidan savait que le rôle des actuaires était lié à la gestion des risques et au coût des primes d’assurances, mais il ne savait pas exactement ce qu’ils faisaient. Il envisage maintenant une carrière en actuariat.

Aidan a entrepris des études à l’Université Acadia en septembre dans le programme de science informatique. « Les sciences actuarielles m’intéressent », dit-il. « Je vais certainement garder en tête cette option et songer à passer les examens en actuariat durant mon parcours universitaire. »

Aimeriez-vous aider à inspirer la prochaine génération d’actuaires canadiens? Songez à devenir bénévole pour le projet Retour à l’école de l’ICA. Communiquez avec Eric Mastropietro, coordonnateur des services aux bénévoles, à eric.mastropietro@cia-ica.ca.

 

L’Université de Waterloo a célébré la création, il y a 50 ans, de son département de statistiques et de sciences actuarielles en mettant sur pied un congrès d’une durée de deux jours les 26 et 27 juin 2017. Plus de 200 personnes ont participé à l’événement, qui mettait en vedette des conférences données par des diplômés de l’institution et d’autres collaborateurs de l’université, une séance sur l’histoire des sciences statistique et actuarielle au sein de l’université et partout au Canada, suivi d’un dîner spécial.

La présidente de l’ICA, Sharon Giffen, elle-même diplômée du programme, a pris la parole durant l’événement et présenté une plaque commémorative de la part de l’ICA pour reconnaître cet important jalon. Au cours de sa présentation, Mme Giffen a fourni des statistiques éloquentes au sujet de l’université et de l’Institut :

  • Parmi les 5 000 membres de l’ICA, environ 1 sur 5 sont diplômés de l’Université de Waterloo;
  • Les diplômés de l’université représentent 1 bénévoles sur 5 ayant offert plusieurs années de contribution à l’ICA;
  • Actuellement, 6 des 16 membres du Conseil d’administration de l’ICA, y compris le président sortant, Dave Dickson, Mme Giffen et notre président désigné, John Dark, sont tous diplômés de l’Université de Waterloo.


Sharon Giffen, présidente de l'ICA, présente une plaque
de l'ICA à Stefan Steiner, directeur de département,

et à Mary Hardy, directrice du programme de maîtrise 
en actuariat.

« Ce sont des nombres impressionnants » a poursuivit Mme Giffen.  « L’éducation offerte par l’Université de Waterloo, le sens de l’éthique et l’esprit transmis par cette institution ont été disséminés par le biais des professionnels de l’actuariat qui ont, à leur tour, assurément influencés la pratique actuarielle au Canada.»

Félicitations à l’Université de Waterloo et son département de sciences statistiques et actuarielles pour cette étape marquante.

 

John English, FICA (1968), FSA (1966)

John English est décédé le 1er avril 2017 à l’âge de 88 ans. Diplômé de l’Université McMaster où il a étudié en actuariat, M. English a travaillé pendant plusieurs années en tant qu’actuaire à Boston et Louiseville avant de revenir au Canada, où il est devenu président de la Toronto Mutual Life.

Article nécrologique de John English

Ian Ingham, FICA (2003), FSA (2002)

Ian Ingham est décédé le 3 juillet 2017 du cancer. Diplômé de l’Université de Guelph, M. Ingham a travaillé pendant 12 ans en tant qu’analyste/conseiller en actuariat pour le compte du Groupe Assurance Cowan et pendant sept ans à titre d’actuaire-conseil auprès de Morneau Shepell. Plus récemment, il occupait le poste d’actuaire-conseil pour Modelis Actuarial Services. Il a siégé à la Commission de l’ICA sur les régimes de prestations après emploi de 2005 à 2016.

Harold Oscar Noyd, FICA (1965), FSA (1962)

Harold Oscar Noyd est décédé le 23 mai 2017 à l’âge de 92 ans. Membre de l’ICA depuis 1965, il a commencé ses études en commerce à l’Université de l’Alberta après avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1951, M. Noyd a obtenu son B. Com. avec majeure en actuariat. Il a travaillé pendant 32 ans pour le compte de la Great-West.

Article nécrologique de Harold Noyd

 
Nouveaux Fellows sous les projecteurs


Benoit Saucier, nouveau Fellow, et Dave Dickson,
président sortant de l'ICA

1. Quand et pourquoi êtes-vous devenu actuaire?

À la fin de mes études collégiales, j’hésitais entre l’actuariat et l’astrophysique. J’ai finalement choisi l’actuariat, car les possibilités de carrière en astrophysique étaient plus limitées et nécessitaient plusieurs années d’études après le baccalauréat. Notons qu’à cette époque je ne connaissais pas l’existence des examens professionnels en actuariat.

Lorsque je demandais à mon entourage et mes professeurs ce que faisait un actuaire, bien peu pouvaient me répondre. Cependant, tous s’entendaient pour dire que le programme universitaire était parmi les plus difficiles. J’ai décidé de relever le défi.

2. Qui vous a inspiré à poursuivre une carrière en actuariat?

À deux reprises, j’ai voulu tout abandonner. Deux personnes ont eu une importance capitale pour moi : le professeur Michel Jacques, durant mes études universitaires, et mon ami Jacques Gagné, mon mentor au début de ma carrière. Sans eux, je serais sans aucun doute dans un autre domaine.

3. Quelle a été votre expérience avec les examens en actuariat? Avez-vous eu des défis particuliers à relever?

Mon expérience est un mélange d’humilité, de sacrifices et de fierté. Je crois que pour terminer le long parcours d’examens, il faut être soit brillant, soit persévérant. Je fais partie de ceux qui sont persévérants. Très persévérant.

4. Comment s’est passée la transition d’étudiant à jeune professionnel?

Une des caractéristiques d’une carrière en actuariat est que cela peut prendre plusieurs années avant de passer d’un rôle d’étudiant à celui de travailleur à 100 %. Cela facilite la transition.

5. Quelles sont vos fonctions professionnelles actuelles? Pouvez-vous décrire votre travail?

Je travaille pour Retraite Québec, l’organisme de surveillance des régimes complémentaires de retraites. Mes responsabilités au sein de cet organisme gouvernemental sont assez diverses, mais peuvent se résumer en deux types :

  • La surveillance des aspects actuariels des régimes complémentaires de retraite (analyse de rapports d’évaluations actuarielles, rédaction de document de vulgarisation des lois et règlements, formations, etc.);
  • L’amélioration des lois et règlements applicables (identification des problématiques, design de solutions, aide à la rédaction, présentation, etc.)

6. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail?

J’aime beaucoup la résolution de problèmes, particulièrement lorsque la solution n’est pas déjà orientée. Je dois alors utiliser toutes les connaissances que j’ai acquises avec les années afin d’arriver à la meilleure solution possible. Cette dernière est souvent un juste équilibre entre les intérêts de toutes les parties concernées.

7. Quelles sont vos ambitions professionnelles à court terme?

Je désire continuer à m’améliorer et rendre mon équipe et mon organisation meilleures à tous les niveaux. Jusqu’à maintenant, cette approche m’a rendu fier de ce que j’ai accompli et de bonnes choses se sont toujours offertes à moi. Je crois que ça continuera.

8. Dans 15 ans, où vous voyez-vous sur le plan professionnel?

Je me vois faire un travail que j’aime, au sein d’une équipe harmonieuse, dynamique et forte. Pour le reste, je n’ai pas de plan précis. Je préfère ne pas trop prédéfinir mon parcours, ça me rend plus ouvert aux occasions qui me mèneront à mon objectif susmentionné.

9. Qu’auriez-vous fait si vous n’étiez pas devenu actuaire?

J’ai un éventail d’intérêts assez large. Cependant, si j’avais à choisir une autre carrière, ce serait probablement dans le secteur financier. Heureusement, ma carrière en actuariat me permet quelques fois de toucher à ce milieu.

10. Quels sont vos passe-temps?

Pour compenser mon travail, qui est très cérébral, mes loisirs sont surtout physiques. Je pratique le ski alpin l’hiver et le vélo de route et de montagne l’été.

11. Quelle est votre destination de voyage de rêves?

Je n’ai pas de destination favorite. Chaque endroit a ses attraits qu’il suffit de reconnaître et d’apprécier. Pour moi, le succès d’un voyage dépend des gens avec qui on le partage et des expériences qu’on y fait.

Benoit Saucier, FICA, est actuaire de la direction des régimes complémentaires de retraite chez Retraite Québec.

Si vous souhaitez être en vedette dans la rubrique Nouveaux Fellows sous les projecteurs, communiquez avec la rédactrice anglaise de l’ICA, Bonnie Robinson, à bonnie.robinson@cia-ica.ca.

 
Les bénévoles en déplacement

Conseil d’administration

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Commission spéciale du Conseil d’administration sur l’établissement des conseils actuariels : Pierre-Yves Julien (président), David Dickson, Sharon Giffen et A. David Pelletier, en vigueur le 8 mai 2017;
  • Commission sur la gouvernance : Sharon Giffen (présidente), Patrick Chamberland, Michael Correa, Pierre-Yves Julien et André L’Espérance, en vigueur le 1er juillet 2017;
  • Commission sur les ressources humaines, la finance et la vérification : Minaz Lalani (président), Renée Couture, Angelita Graham, Denise Lang et Jason Vary, en vigueur le 1er juillet 2017;
  • Commission sur les risques : John Dark (président), Barb Addie, Rahim Hirji et Minaz Lalani, en vigueur le 1er juillet 2017;
  • Commission de déontologie : Stephen Eadie (président), Richard Béliveau, Stephen Butterfield, Dave Dickson (ex officio), J. Helmut Engels, Sym Gill, Pierre Laurin, Hudson Lopez, Louis Martin (vice-président) et Jean-Claude Primeau, en vigueur le 1er juillet 2017;
  • Commission directrice sur la gestion des relations-clients : Dave Dickson (président), Claude Ferguson et Patrick Chamberland;
  • Commission des élections : Jacques Tremblay (président), François Boulanger, Simon Curtis, Pierre Lepage, Marc-André Melançon, Joseph Nunes, Robert Stapleford et Mercy Yan, en vigueur immédiatement;
  • Groupe de travail pour la mise en œuvre des changements proposés aux exigences de PPC : Rob Stapleford (président), Maxime-Frédéric Brochu-Leclair, Marc Tardif, Terry Narine et Carol Moellers;
  • Groupe de candidats à un tribunal pour 2017-2018 : David Short, (président), Simon Curtis (vice-président), Normand Gendron, Neville Henderson, Eileen Luxton, Robert McKay, Guy Martel, Philip Pothier, Allan Shapira, William Solomon, Michel St-Germain, William Weiland et Nancy Yake.

Les membres des directions ci-dessous ont été approuvés pour l’année 2017-2018 en date du 1er juillet 2017 :

  • Direction de la pratique actuarielle : Faisal Siddiqi (président), Steve Easson (vice‑président), Rachel Dutil, Eric Lemay, Marie-Hélène Malenfant et Dean Newell;
  • Direction de l’admissibilité et de la formation : Rémi Villeneuve (président), Terry Narine (vice-président), Bruno Gagnon, Bruce Jones, Alison Rose et Stephanie Russell;
  • Direction des services aux membres : Benoit Miclette (président), Stephen Cheng, Neil Duffy, Ralph Ovsec, Nari Persad, Martin Roy, Yeh Ching Seto et Anne St-Martin;
  • Direction des relations internationales : Jacques Tremblay (président), Thomas Ault, Réjean Besner, Micheline Dionne, Alana Farrell, Mike Hafeman, Jason Malone, Les Rehbeli, Guillaume Turcotte et Bill Weiland;

Les personnes suivantes ont terminé leurs mandats auprès des directions et commissions ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Direction de la pratique actuarielle : Pierre Dionne, Jacques Boudreau, Kathryn Hyland et Michael Williams;
  • Direction de l’admissibilité et de la formation : Thomas Hinton et Alana Farrell;
  • Direction des services aux membres : Marie-Hélène Malenfant et Peter Douglas;
  • Commission de déontologie : Doug Brooks, Maryse Larouche et Luc Dionne;
  • Commission des élections : Christiane Bourassa et Michel Giguère;
  • Groupe de candidats à un tribunal pour 2017-2018 : Gilles Dufresne, Jean-Louis Massé et Daniel Murphy.

Direction de la pratique actuarielle

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Commission de pratique sur la gestion du risque d’entreprise : Gaurav Upadhya, en vigueur le 17 mai 2017;
  • Commission sur l’indemnisation des accidents du travail : Peter Douglas, en vigueur le 29 mai 2017;
  • Commission sur l’actuaire désigné/responsable de l’évaluation : Mike Palmer, en vigueur le 8 juin 2017;
  • Groupe désigné sur la norme IFRS 17 : Chris Townsend, e, vigueur le 27 juillet 2017;
  • Groupe désigné sur l’harmonisation de l’EDSC et du dispositif ORSA : Marco Fillion (président), Hélène Baril, Pierre Bernard, Wally Bridel, Kevin Gray, Pierre Lepage, Edward Swerhone, Tim Watson, Diane Gosselin (observatrice), Sylvain St-Georges (observateur), Tony Williams (observateur) et Alexis Gerbeau (représentant auprès du CNA).

Le mandat du Groupe désigné sur l’harmonisation de l’EDSC et du dispositif ORSA a été approuvé comme suit :

L’objectif du Groupe désigné sur l’harmonisation de l’EDSC et du dispositif ORSA est de proposer des révisions de la section 2500 Examen dynamique de suffisance du capital des normes de pratique qui :

  • Fourniront une approche plus robuste afin de satisfaire aux exigences des lois fédérales et provinciales en matière d’assurance de rendre compte de la situation financière future prévue d’une société d’assurance;
  • Permettront un meilleur alignement avec les exigences en matière de réglementation du dispositif ORSA en ce qui concerne les travaux requis pour rendre compte de la situation financière future prévue d’une société d’assurance.

Direction de l’admissibilité et de la formation

La personne suivante a été nommée à la commission ci-dessous :

  • Commission de l’éducation permanente : Ngoc Thi Bich (Vy) Le et Peter Muirhead, en vigueur le 1er juillet 2017;
    • Sous-commission sur l’assurance collective de personnes : Peter Muirhead (président), en vigueur le 1er juillet 2017;
    • Sous-commission sur la gestion du risque d’entreprise : Ngoc Thi Bich (Vy) Le (président) et Alex Ngo, en vigueur le 1er juillet 2017;
    • Sous-commission sur l’assurance corporative de personnes : Carol Murphy (vice-président), en vigueur le 1er juillet

Rémi Villeneuve a été renommé représentant de l’ICA auprès des directeurs généraux de la Society of Actuaries (SOA), en vigueur le 1er juillet 2017.

Les personnes suivantes ont terminé leurs mandats auprès des commissions ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission de l’éducation permanente : Jeremy Bell (président), Pierre-Paul Renaud;
    • Sous-commission sur la gestion du risque d’entreprise : Pierre-Paul Renaud;
    • Sous-commission sur l’assurance collective de personnes : Jeremy Bell (président);
    • Sous-commission sur les champions des webémissions : Jeremy Bell.

Direction des relations internationales

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Comité de la section santé de l’Association actuarielle internationale (AAI) : Terry Narine (déléguée), en vigueur le 1er juillet 2017;
  • Commission sur les normes comptables internationales (assurance) : Anna‑Marie Beaton, Étienne Morin et Amal Rajwani, en vigueur immédiatement;
  • Commission sur la réglementation internationale en assurance : Graham Mackay (président) et Anne Hancock, en vigueur le 1er juillet 2017. Robert Berendsen, James Malin et J. Helmut Engels ont prolongé leur mandat d’une année, soit jusqu’au 30 juin 2018.

Les personnes suivantes ont terminé leurs mandats auprès de la commission ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission sur la réglementation internationale en assurance : Robert Berendsen (président), Ralph Ovsec, Cindy Lau et Jacques Boudreau, en vigueur le 30 juin 2017.

Direction des services aux membres

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Commission de la santé: Didier Serre, en vigueur le 8 juin 2017.
  • Commission exécutive de recherche : François Cloutier, en vigueur le 9 mai 2017, Rebecca Rycroft (représentante auprès du CNA), Keith Walter (président), en vigueur le 30 septembre 2017, et Alan Wong, en vigueur le 16 août 2017.
  • Commission sur la modélisation prédictive : Jeffrey Baer et Ying (Suzanna) Zhan, en vigueur le 8 juin 2017.
    • Sous-commission sur les études d’expérience : Carrie Lam, en vigueur le 1er juillet 2017.
    • Sous-commission sur la recherche universitaire : O-Yeat Chan, en vigueur le 1er juillet 2017 et Jose Garrido (vice-président), en vigueur le 23 août 2017.
  • Groupe d’experts à la rédaction : Jean-François Poitras (président), en vigueur le 27 juillet 2017.

Les personnes suivantes ont terminé leurs mandats auprès de la commission ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission sur la modélisation prédictive : Carl Lussier et Bashir Moallim, en vigueur le 8 juin 2017.
  • Groupe d’experts à la rédaction : Nimmie Veerappen (présidente), en vigueur le 27 juillet 2017.
  • Commission sur les tests génétiques : Bernard Naumann, en vigueur le 23 août 2017.
  • Commission sur les énoncés publics : Jim Christie, en vigueur le 23 août 2017.
  • Commission exécutive de recherche : Faizel Alladina, en vigueur le 30 septembre 2017.
  • Commission des nouveaux membres : Jeffrey Baer, Troy Henry et Mandy Seto, en vigueur le 23 août 2017.

La Commission des communications a été dissoute avec remerciements, en vigueur immédiatement.