CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Octobre 2016
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Eckler Ltd.
Mise à jour de la présidente

par Dave Dickson, FICA
Président de l’ICA

Après un été très chargé pour beaucoup de directions et de commissions, l’ordre du jour de la réunion du Conseil d’administration des 20 et 21 septembre était rempli de sujets de discussion complexes. En prolongeant la réunion d’une journée, nous avons eu plus de temps pour les discussions stratégiques à propos de bon nombre de ces sujets.

Voici quelques points saillants de la réunion : 

  • Modifications proposées à venir aux Statuts administratifs concernant les énoncés publics : Le Conseil d’administration a approuvé la communication aux membres des modifications proposées aux Statuts administratifs pour fins de consultation. Ces modifications visent à éclaircir le processus d’élaboration des futurs énoncés publics. Le processus proposé prévoit la sollicitation des commentaires des membres et la ratification par le Conseil d’administration avant la diffusion des énoncés publics comportant des éléments qui dépassent le cadre actuariel. Le processus de consultation se poursuit jusqu’au 31 octobre 2016. Le Conseil d’administration examinera les commentaires reçus en vue de l’adoption officielle des modifications proposées à l’occasion de sa réunion de décembre 2016. On demandera vraisemblablement aux membres de confirmer les modifications à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire qui aura lieu en février ou en mars 2017.
  • Futurs énoncés publics possibles : Mike Hale, président de la Commission sur les positions publiques, a présenté cinq sujets qui pourraient faire l’objet d’un énoncé public. Après un examen détaillé, le Conseil d’administration a approuvé tous les sujets pour une étude plus approfondie.
  • Propension de l’ICA aux risques : La Commission sur les risques du Conseil d’administration a présenté une ébauche de proposition sur la propension de l’ICA aux risques. Le Conseil d’administration a approuvé en principe la proposition et a demandé à la Commission sur les risques de préparer la version finale du document, sur lequel l’ICA s’appuiera pour ses futures décisions.
  • Avenir de l’éducation à l’ICA : Le Conseil d’administration a examiné diverses options pour les futures activités d’éducation de l’ICA. L’éducation des futurs actuaires canadiens est une question très complexe, et les membres du Conseil d’administration en ont beaucoup discuté. Le Conseil d’administration a demandé des renseignements supplémentaires, qui lui seront présentés à la réunion de décembre.
  • Plan stratégique pour 2016 à 2019 : Notre plan stratégique a été examiné et des mises à jour des initiatives stratégiques ont été présentées. Nos initiatives stratégiques comprennent entre autres choses un examen de notre gouvernance organisationnelle. Un expert-conseil embauché pour nous guider dans l’exécution de cet exercice a présenté un rapport complet. Les améliorations que l’on pourrait apporter à nos processus de gouvernance sont nombreuses. Nous examinerons notamment la taille du Conseil d’administration, et nous étudierons les moyens d’améliorer la mesure du rendement du Conseil d’administration et d’accroître l’efficacité des commissions et directions. Il s’agit d’une initiative très importante qui aura une incidence sur l’avenir de l’ICA.
  • Communications et stratégie d’engagement des membres : Deux de nos professionnels des communications, Les Dandridge et Pascale Belleau, ont présenté un plan pour améliorer nos communications et accroître l’engagement des membres. Ils ont travaillé fort pour mettre au point cette stratégie, qui a été bien accueillie par le Conseil d’administration et bénéficie de son soutien. Ils ont notamment mesuré l’engagement des membres au niveau individuel, par domaine de pratique, milieu de travail, etc. Un certain nombre de mesures de suivi ont été recensées pour commencer, comme l’organisation de groupes de discussion avec les membres afin de mieux comprendre ce qu’ils attendent de nous et de déterminer la façon de faire, dans le but d’accroître le sentiment d’appartenance des membres. 

C’était la première fois que je présidais une réunion du Conseil d’administration de l’ICA, et j’ai trouvé cela stimulant de jongler avec les différentes questions et de m’occuper de tous les défis que présente un ordre du jour aussi bien rempli. Nous avons abordé toutes les questions prévues et les membres du Conseil d’administration ont participé pleinement aux échanges. La réunion a donc été très productive.

Nous avons recensé certains points à améliorer. Des changements seront mis en œuvre à la prochaine réunion. Par exemple, nous définirons plus clairement le cadre des points à l’ordre du jour, de façon à ce que les membres sachent d’avance s’ils seront appelés à prendre une décision ou à donner leur avis, ou s’il s’agit simplement d’une présentation à titre d’information.

N’hésitez pas à communiquer avec moi à l’adresse president@cia‑ica.ca si vous avez des questions ou d’autres commentaires.

Dave Dickson, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires.

 
Le point de mire

 

par Marie-Hélène Malenfant, FICA 

La Direction des services aux membres (DSM) a été occupée au cours des derniers mois. Nous vous présentons ici ses priorités actuelles, dont certaines sont reliées au plan stratégique du Conseil d’administration.

Commission sur les pratiques émergentes

En avril dernier, la DSM a approuvé une motion visant la création d’une Commission sur les pratiques émergentes, dirigée par Claude Ferguson, membre du Conseil d’administration. Le mandat de la commission consiste à élaborer, déployer et suivre une stratégie de marketing qui vise à cerner les nouveaux domaines de pratique actuariels, accroître la participation des membres dans les domaines de pratique émergents et améliorer le recrutement des actuaires dans ces domaines. Jusqu’ici, huit membres ont été recrutés et la réunion inaugurale devrait avoir lieu cet automne. Le groupe a recensé 12 documents clés portant sur des pratiques émergentes. La commission entrera en contact avec toutes les commissions ayant un lien avec les pratiques émergentes (la Commission des applications en gestion du risque d’entreprise, la Commission sur la santé, la Commission sur les changements climatiques et la viabilité et la Commission sur la modélisation prédictive). En décembre, elle présentera à la DSM un compte rendu de ses travaux en cours au chapitre de la communication, de l’éducation et de la participation des associés.

Influence en matière de politique publique

L’un des principaux objectifs du plan stratégique consiste à exercer une influence en matière de politique publique. La Commission sur les positions publiques (CPC) a examiné plusieurs sujets aux fins de la rédaction d’éventuels énoncés publics. Mike Hale, président de la CPC, a présenté au Conseil d’administration cinq sujets possibles, lesquels ont tous été approuvés à des fins d’examen plus approfondi.

Bénévolat

La Commission sur la gestion et le développement des bénévoles (CGDB) a révisé son mandat, lequel a été approuvé par la DSM le 13 septembre 2016. Elle est également en train de revoir la Politique de gestion du bénévolat. Sous la direction de la nouvelle présidente, Claire Bilodeau, la commission a mené des consultations auprès des présidents des directions et des commissions à deux occasions. Cette démarche a donné lieu à un ambitieux rapport contenant d’importantes recommandations.

La commission a présenté son rapport à la DSM à l’occasion de la réunion de cette dernière tenue en juin, où d’intéressantes recommandations ont été formulées.

La commission est également en pourparlers afin d’instaurer une fonction de développement au sein de la plupart des directions et commissions. Ce projet n’est pas encore en marche, mais devrait l’être d’ici la fin de l’année.

Recherche

La Commission de recherche a récemment approuvé la phase 1 d’un rapport sur le vieillissement de la population et l’Étude sur l’expérience de morbidité en assurance maladies graves 2005 à 2014. Elle a également octroyé six contrats de recherche :

  • L’invalidité et l’insolvabilité (2016-2017);
  • Une étude sur l’expérience de mortalité en assurance-vie 2014 à 2015;
  • Une étude sur l’expérience de mortalité dans les rentes 2003 à 2015;
  • La consommation et les legs chez les retraités canadiens;
  • Les échelles d’amélioration de la mortalité bidimensionnelles;
  • Le modèle de Markov relatif à la mortalité.

La Commission de recherche a présenté une proposition de restructuration, pour laquelle elle évoque les motifs suivants :

  • La viabilité de la commission (intégration de nouveaux bénévoles, planification de la relève, diversité);
  • La lourde charge de travail des bénévoles, en particulier les présidents;
  • Plusieurs lacunes importantes relevées dans la structure actuelle.

Communication

Le siège social a mené des consultations auprès de la DSM au sujet d’une ébauche de stratégie de communication et d’engagement des membres afin de favoriser des améliorations à ces égards. En outre, la politique intitulée Stratégie concernant les sondages auprès des membres est en cours de révision. La DSM devrait l’approuver sous peu et la publier sur le site Web.

Affaires diverses

À l’occasion de la plus récente réunion de la DSM, à la suite d’inquiétudes soulevées par certains membres de l’ICA, les membres de la direction ont voté sur une question concernant le Réseau ICA. Ils ont convenu de restreindre l’abonnement aux étudiants et aux universitaires, qui peuvent s’inscrire gratuitement. Les abonnements payants ne seront plus possibles et ceux en vigueur (27 en tout) ne seront pas renouvelables à l’échéance. À la suite de cette décision de la DSM, le Conseil d’administration de l’ICA a accepté que les étudiants se voient accorder un délai de grâce de deux ans après la fin de leurs études universitaires pour satisfaire aux exigences de qualification aux fins de l’adhésion à titre d’associé(e). De plus, la DSM a convenu que le matériel de présentation des assemblées et colloques de l’ICA devraient n’être accessibles qu’aux membres de l’Institut et aux abonnés du Réseau ICA, ainsi qu’aux non-membres qui s’inscrivent à une assemblée ou à un colloque particulier de l’ICA.

Au cours de l’été, on a demandé à la DSM de se prononcer sur l’avenir des serveurs de liste de discussion, dont la liste générale lorsqu’elle sera liée au système de gestion des relations-clients, à savoir si ceux-ci deviendront un forum de discussion ou s'ils resteront tels quels, mais avec une nouvelle technologie. À la suite d’un sondage mené auprès du Groupe d’écoute des membres, la DSM se sentait à l’aise d’opter pour cette dernière solution. Lors de sa plus récente réunion, tenue en septembre, la DSM a mis sur pied un groupe de travail qui se penchera sur les autres améliorations pouvant être apportées aux serveurs de liste de discussion.

Au cours des mois à venir, la DSM, ainsi que toutes les autres directions, s’emploieront à restructurer leurs activités, à revoir leurs mandats et à réaligner leurs commissions. Demeurez à l’affût de prochaines mises à jour!

Marie-Hélène Malenfant, FICA, est la présidente de la Direction des services aux membres.

 
Les actuaires en déplacement

Changements de carrière 

Tom Ault est maintenant associé au sein de la pratique de retraite d’Aon Hewitt.

Rob Brown, Mark Campbell et Pierre Plamondon ont été sélectionnés pour faire partie du comité d’actuaires chargé d’évaluer le 27e rapport actuariel sur le Régime de pensions du Canada (RPC).

Félicitations à Mike Lombardi, qui a été élu président de la Society of Actuaries (SOA) pour l’année 2017–2018. Il sera président désigné pour l’année 2016–2017.

Eileen F. Luxton a été élue au Conseil d’administration de la SOA pour un mandat de trois ans.

La Financière Sun Life a nommé Larry Madge en tant que directeur général chez PVI Sun Life au Vietnam.

Troy Milnthorp est maintenant associé chez Aon Hewitt.

La Financière Sun Life a nommé Kevin Morrissey en tant que vice-président principal et actuaire en chef.

Les actuaires dans les médias

L’article op-ed de Robert Brown et John Have publié dans The Hill Times (ouverture de session requise) discute de la raison pour laquelle la couverture privée de l’assurance maladie doit être examinée. L’article a été repris dans Troy Media, The Hamilton Spectator et le Huffington Post.  


Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l’ICA vous offre une nouvelle possibilité d’informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Les actuaires en déplacement, vous donnera l’occasion d’annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d’autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d’informer vos confrères et consœurs de travail et d’autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu’il s’agisse d’ex-collègues, d’anciens confrères ou consœurs d’université, d’employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d’envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n’hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – à la rédactrice anglaise de l’ICA à bonnie.robinson@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l’ICA, suivez l’ICA sur Twitter.

 
Insight Decision Solutions
RGA Canada
Nouvelles de l'Institut


Le Programme de subvention pour la recherche universitaire de l’ICA, lancé en septembre 2015 par la Sous-commission sur la recherche universitaire de la Commission de recherche de l’ICA, offre du financement pour des projets de recherche scientifique en actuariat qui pourraient avoir un impact sur la pratique actuarielle au Canada. Les résultats des projets subventionnés donnent lieu à la soumission d’un article dans une revue scientifique avec comité de lecture.

Le programme comporte quatre objectifs, soit de promouvoir la recherche scientifique en actuariat qui contribue à résoudre des problèmes pratiques auxquels se butent les actuaires au Canada, favoriser le transfert des connaissances aux étudiants des cycles supérieurs et aux praticiens, renforcer la relation entre l’ICA et les universitaires canadiens en actuariat, et favoriser les partenariats entre universitaires et praticiens.

Processus de sélection 

Le processus de sélection des propositions de projets qui seront financés débute à l’automne, en prévision de l’année qui suit. Les candidats intéressés soumettent un avis d’intention qui décrit le contexte et les objectifs du projet de recherche. Une courte biographie des chercheurs est également soumise. Ces demandes sont examinées et classées par la Sous-commission sur la recherche universitaire. Les critères de sélection qu’applique la sous-commission aux projets de recherche comprennent l’impact potentiel et l’intérêt du projet, la compétence de l’équipe de recherche, le respect du budget établi par l’ICA et la participation d’au moins un étudiant de cycle supérieur ou d’un praticien au projet de recherche.

À partir de ce classement, la Commission de recherche effectue une présélection des projets retenus. Cette sélection est communiquée aux chercheurs intéressés afin qu’ils soumettent une demande complète, laquelle comprend une revue de la littérature professionnelle et scientifique ainsi qu’une explication de la méthodologie qui sera suivie pour rencontrer les objectifs du projet de recherche. Les projets seront ensuite évalués aux termes des mêmes critères qu’utilise la Commission de recherche pour l’évaluation de tout autre projet de recherche, à savoir l’impact, l’analyse des coûts/avantages, l’unicité, la qualité et la réalisabilité. La décision finale à l’égard des projets de recherche qui iront de l’avant est prise en février de l’année qui suit.

Propositions financées cette année 

La Commission de recherche a reçu 12 avis d’intention plus tôt cette année et a invité sept proposants à déposer une demande complète. Trois de ces sept propositions ont été retenues à des fins de financement dans le cadre du programme cette année :

  • La construction de tables de mortalité bidimensionnelles (Université de Waterloo) : Les membres tireront profit de la création d’un modèle de mortalité stochastique avec des échelles bidimensionnelles d’amélioration de la mortalité et de l’élaboration de mesures d’incertitude spécifiquement adaptées aux projections de mortalité. Les chercheurs pour ce projet sont Johnny Li, Yanxin Liu et Yuanpei Ma. L’équipe de recherche a présenté certains résultats préliminaires de l’étude lors de la 12e International Longevity Risk and Capital Markets Solutions Conference, qui s’est tenue à Chicago à la fin septembre 2016.
  • Un modèle markovien pour la mortalité (Université Western) : Les membres tireront profit de la création d’un modèle de mortalité markovien dans lequel la relation dynamique entre l’état de santé général d’une personne assurée et plusieurs dimensions de sa santé peut être intégrée dans un cadre commun. Les chercheurs pour ce projet sont Xiaoming Liu, Jiandong Ren et Boquan Cheng.
  • L’évaluation des préférences de consommation et de legs, et aversion pour le risque des retraités et préretraités canadiens (Université de Waterloo) : Les membres auront un tableau plus complet des objectifs de retraite des Canadiens pour les comparer et les opposer à ceux qui sont couramment supposés dans des modèles de sélection de portefeuille. Les chercheurs pour ce projet sont Mary Hardy, David Saunders et Saisai Zhang.

Le Programme de subvention pour la recherche universitaire entame sa deuxième édition cet automne. Quelques améliorations ont été apportées au processus de demande suite à sa première année de fonctionnement l’an dernier et la sous-commission harmonisera son calendrier avec celui de la Society of Actuaries afin de mieux coordonner la sélection des projets et d’assurer la diversité en évitant qu’un même projet soit financé par les deux organismes.

Encourager les partenariats entre universitaires et entreprises 

À moyen et long termes, la sous-commission envisage d’examiner comment l’ICA peut promouvoir des programmes gouvernementaux qui favorisent l’établissement de partenariats entre les universitaires et les entreprises. Ces partenariats seraient bénéfiques à la communauté actuarielle en ce sens qu’ils développent de nouvelles connaissances, accélèrent le transfert de connaissances vers le milieu pratique et favorisent la recherche scientifique. Deux entités parmi d’autres offrent des partenariats entre les universités et les entreprises, à savoir le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), qui cible des partenariats permettant d’établir des contacts avec des spécialistes des universités et des collèges canadiens, et Mitacs, un organisme national sans but lucratif qui établit des partenariats appuyant l’innovation industrielle et sociale au Canada.

La sous-commission souhaiterait voir l’ICA promouvoir l’existence de tels programmes et de possibilités de collaboration avec les entreprises, ainsi qu’assumer un rôle de leadership à titre d’intermédiaire entre les universités et les entreprises dans la création et la promotion de ces partenariats.

La sous-commission est formée de membres professeurs-chercheurs répartis aux quatre coins du pays, soit Mathieu Boudreault (président), Alexandru Badescu, José Garrido, Bruce Jones, Yi Lu et Chengguo Weng. Consultez la page sur le Programme de subvention pour la recherche universitaire pour de plus amples renseignements. Pour toute question relative au programme, veuillez communiquer avec Mathieu Boudreault à boudreault.mathieu@uqam.ca.

 

 

L’ICA est à la recherche de membres possédant d’excellentes compétences de collaboration, pouvant représenter les intérêts de la profession actuarielle canadienne et pouvant apporter dynamisme et enthousiasme à leurs fonctions de représentant auprès des comités suivants de l’Association actuarielle internationale (AAI) :

  • Agrément;
  • Aide et consultation;
  • Réglementation des assurances;
  • Professionnalisme.

On s’attend à ce que le représentant de l’ICA auprès de chaque comité assume les fonctions suivantes :

  1. Participer au travail du comité;
  2. Être prêt à voyager à l’étranger, probablement deux fois par année, afin de participer à des réunions de comité;
  3. Communiquer les questions et développements clés aux commissions de l’ICA pertinentes;
  4. Participer à des conférences téléphoniques précédant et suivant chaque réunion de l’AAI.

Vous trouverez le mandat de ces comités sur le site Web de l’AAI. On s’attend à ce que les candidats choisis acceptent de remplir un mandat de trois à cinq ans dans ce rôle, qui débutera au printemps 2017. De plus, on s’attend à ce que le représentant obtienne un commanditaire (tel qu’un employeur) pour financer les frais de déplacement.

Les membres intéressés devraient communiquer avec Chris Fievoli, actuaire résident de l’ICA, à chris.fievoli@cia-ica.ca d’ici le 9 octobre 2016. Les candidatures seront examinées par un comité de sélection, qui présentera ses recommandations à la Direction des relations internationales de l’ICA.

 


Tous les printemps, le président désigné de l’ICA fait la tournée des clubs actuariels situés un peu partout au Canada, soit en Alberta, à Montréal, Québec, Toronto, Vancouver, Waterloo et Winnipeg. Si ces clubs diffèrent de par leur taille et leur niveau d’activités, ils offrent à tous les actuaires de leur région des occasions de se rencontrer et de socialiser. Ce mois-ci, cet article du (e)Bulletin examine trois d’entre eux.

Vancouver Actuaries Club

Le Vancouver Actuaries Club est un club social informel dont la liste de diffusion comporte plus d’une centaine de noms et dont les activités réunissent habituellement de 60 à 70 personnes. Près de la moitié des membres sont des étudiants en début de carrière, le reste étant des actuaires bien établis dans leur profession.

Le club organise quatre activités annuelles, une à chaque trimestre : 

  • En hiver (février ou mars), une soirée au pub;
  • En mai, un déjeuner dans le cadre de la tournée des clubs actuariels qu’effectue le président désigné de l’ICA;
  • En août, un tournoi de golf;
  • En automne, un déjeuner ou un autre événement. 

Selon Allen Furlong, président du club, l’aspect social revêt de l’importance. « Ce qui compte, c’est de socialiser avec les autres professionnels, d’éprouver un sentiment d’appartenance avec d’autres personnes qui rédigent les examens ou vivent des expériences semblables. »

Chaque activité possède une atmosphère particulière et réunit différents participants. La soirée au pub, autofinancée (les personnes présentes paient pour leur nourriture, tandis que le club offre le local et les porte‑noms), est une activité sociale de réseautage très populaire qui réunit actuaires et étudiants. Le déjeuner de mai est moins axé sur le réseautage et porte davantage sur l’éducation et les projets de l’ICA. Cette activité attire en plus un grand nombre de membres émérites.

Bien que le club se soit longtemps servi d’une liste de diffusion et des relations qu’il entretient avec les entreprises de Vancouver, M. Furlong a fait savoir que le club cherchait à établir un mode de fonctionnement plus accessible. « Nous aimerions encourager la mise en place d’une communauté plus visible, en lieu et place d’une seule liste de diffusion et de contacts ». Le club songe à créer un site Web, assurer sa présence dans les médias sociaux, réaliser des activités informelles,comme participer au projet Retour à l’école de l’ICA, et tisser des liens avec les étudiants en actuariat de l’Université Simon Fraser et de l’Université de la Colombie-Britannique. « Mais nous voulons préserver l’aspect social du club », indique-t-il. « Ses activités ne servent pas uniquement les intérêts de ceux qui se cherchent du travail. »

Winnipeg Actuaries Club

Le Winnipeg Actuaries Club s’intéresse avant tout au perfectionnement professionnel continu (PPC). Seules les personnes portant le titre d’ASA ou d’AICA peuvent y adhérer. Le club regroupe 171 membres. « Un grand nombre de nos adhérents sont de jeunes actuaires », fait remarquer Clayton Zaluski, président du club. « Ce sont eux qui assistent le plus souvent à nos rencontres. Les membres plus âgés ont souvent d’autres obligations. »

Le club se réunit au printemps et à l’automne et organise aussi un tournoi de golf annuel, en juin. « La raison d’être du club est d’offrir de la formation en matière de PPC », indique M. Zaluski. « Nous cherchons à inviter des conférenciers qui permettront aux membres de comptabiliser une à deux heures de contenu structuré en lien avec le PPC. » Les rencontres prennent souvent la forme de déjeuner et peuvent parfois revêtir un caractère plus officiel ou porter sur de nouveaux projets à débattre. Quant au tournoi de golf, il se veut une occasion de réseautage et est suivi de jeux et d’un dîner.

Le club juge important d’étendre ses relations. C’est pourquoi il entretient d’excellentes relations avec l’Université du Manitoba et s’associe à elle pour tendre la main aux étudiants en actuariat et leur venir en aide. Le club offre une bourse d’études et organise des concours de mathématiques avec remise de prix.

Le club a connu une forte croissance, ces cinq dernières années, suite à l’embauche accrue d’actuaires à Winnipeg. « Nous vivons probablement une situation similaire à celle que connaissent les autres régions du pays », a fait savoir M. Zaluski. « Les actuaires sont recherchés. »

Le club souhaite augmenter l’offre de formation en matière de PPC et il est en voie de créer un site Web. « Nos membres nous sont très dévoués », fait remarquer M. Zaluski. « C’est pourquoi nous n’avons pas eu besoin d’un site Web à ce jour. »

Le Pacific Rim Actuaries Club of Toronto

Le Pacific Rim Actuaries Club of Toronto est un club regroupant des actuaires qui s’intéressent à l’actualité dans les pays riverains du Pacifique. Fondé en 1993, il compte plus de 150 membres actifs qui représentent les principaux assureurs, réassureurs et cabinets d’experts-conseils de Toronto et des environs. Il se compose de Fellows, d’associés et d’autres étudiants en actuariat.

Le club organise de deux à trois réunions par an en présence de conférenciers, ainsi que deux dîners, un à l’hiver (Nouvel An chinois) et l’autre à l’automne, et une activité sociale estivale. Avant les événements, le club envoie des annonces par courriel, tandis que la vente de billets s’effectue par l’intermédiaire d’Eventbrite. « Cela élimine les pertes financières dues aux absences, car la vente des billets a lieu avant l’événement », indique Paul Chow, président du club.

 
Un événement parrainé par le Pacific Rim Actuaries Club of Toronto.

Le club a réussi à obtenir le soutien des entreprises pour financer ses événements. Chaque rencontre est précédée d’ordinaire d’une réception de 45 minutes, afin de permettre aux gens de réseauter. Pendant ce temps, on fait tourner un diaporama comportant des images des rencontres précédentes et les logos des commanditaires. À la rencontre du Nouvel An chinois, les commanditaires de niveau Or sont appelés à tirer des prix et peuvent s’adresser à l’auditoire pendant une minute tandis qu’ils occupent la tribune.

« Notre club diffère des autres clubs actuariels, en ce sens que les sujets que nous abordons se rapportent habituellement à des entreprises des pays riverains du Pacifique, et nos dîners comportent généralement un banquet chinois », indique M. Chow. Le club a pour mission d’établir une plateforme, pour les actuaires de la région de Toronto et des environs, visant l’échange d’idées et de points de vue sur des questions commerciales ou financières se rapportant au littoral du Pacifique. « Bien que nous parlions surtout d’assurance-vie, nos dernières rencontres ont été l’occasion d’aborder divers sujets, qu’il s’agisse de régimes de retraite, de placements, d’économie, de réglementation gouvernementale ou d’assurances IARD. » Certains conférenciers ne sont pas actuaires.

« Certains participants peuvent gagner des crédits relatifs au PPC », ajoute M. Chow. « Mais nos rencontres ont pour but d’acquérir des renseignements au sujet des entreprises, ou qui s’y appliquent, des pays riverains du Pacifique, en plus d’offrir l’occasion de réseauter et de socialiser. »

On trouvera, sur le site Web du club :

  • Des annonces concernant les rencontres, des liens pour s’y inscrire et des renseignements s’y rapportant;
  • Les logos des commanditaires du club et les liens vers leur site Web;
  • Des albums photo des rencontres ou des événements précédents;
  • Des renseignements et des notes tirés de rencontres précédentes;
  • Des offres d’emploi en actuariat.

« Qu’ils soient membres ou pas, tous les actuaires et étudiants en actuariat sont invités à assister à nos rencontres et à nos autres activités, afin de tirer parti des présentations que donnent des personnes talentueuses et de réseauter et socialiser avec la communauté actuarielle de Toronto », indique M. Chow.

La prochaine activité du Pacific Rim Actuaries Club of Toronto aura lieu le 17 novembre et consistera en un dîner. De plus amples renseignements à ce sujet seront donnés vers la mi-octobre.

Pour en savoir plus sur les clubs actuariels au Canada, consultez le site Web de l’ICA.

 

 

John Birkenshaw, ancient president de l’ICA, est décédé le 23 août à l’âge de 88 ans.

M. Birkenshaw a étudié à l’Université de Toronto, où il a obtenu un baccalauréat en mathématiques et en physique avant de commencer sa carrière dans l’industrie de l’assurance-vie. Il a passé 23 ans auprès de la Confederation Life. En 1973, il a fondé MONY Life Insurance of Canada, la première société d’assurance-vie à introduire des primes réduites pour les non-fumeurs.

« J’ai aimé mes années à travailler avec John en tant que bénévole, ainsi que son style de leadership à titre de président », a déclaré Yves Guérard qui a lui-même été président de l’ICA de 1982 à 1983. « Je me souviens de son initiative originale d’organiser un concours pour la conception du premier logo de l’ICA. Le gagnant était un actuaire, Gilles Lachance, de Québec, qui a créé le symbole acronyme unique qui a été utilisé avec succès pour promouvoir la profession jusqu’en 2005. »

M. Birkenshaw a été le président de l’ICA de 1979 à 1980. Bénévole actif depuis la création de l’ICA, il a également été président de la Commission des élections et de la Commission des publications, rédacteur du Conseil d’administration et membre de la Commission des carrières actuarielles. Il a reçu la palme de bronze du prix décerné aux bénévoles à l’Assemblée annuelle 2015.

Article nécrologique pour John Birkenshaw (en anglais seulement)

 
 
Nouvelles sur les événements

 

Voici la webémission archivée offerte gratuitement ce mois-ci :

Accroître la précision de la tarification pour le marché d’aujourd’hui : La voie vers l’orientation client

Conférencier :
Reuven Shnaps, Ph. D., vice-président, services professionnels, Earnix

Compte tenu des nouvelles réalités du marché, de plus en plus de sociétés d’assurance de l’Amérique du Nord reconnaissent la nécessité d’établir des relations plus étroites et plus stimulantes avec leurs clients. Pour ce faire, elles recourent à un meilleur usage de l’analytique.

À l’ère moderne en matière d’assurance, les institutions financières recueillent d’importantes quantités de données concernant les clients. Grâce à divers moyens, les sociétés d’assurance ont en mains plus de renseignements que jamais. Toutefois, pour améliorer l’expérience du client, elles doivent faire un usage intelligent de ces renseignements. La mise en place de processus et de technologies centrés sur le client est une démarche de longue haleine. Dans l’industrie de l’Amérique du Nord, la réussite de cette démarche nécessite une solution solide sur le plan des processus et des technologies qui soit en mesure de composer avec certains défis précis, dont :

  • Le traitement efficace des « mégadonnées »;
  • La sophistication insuffisante des capacités analytiques internes;
  • Les capacités restreintes au chapitre des délais de commercialisation;
  • La capacité de mesurer l’incidence des décisions relatives à la tarification.

À l’occasion de cette séance, on s’est penché sur les obstacles courants que pose l’adoption de ces techniques analytiques avancées et on a proposé des solutions efficaces pour résoudre quelques-uns des défis qui jalonnent la voie menant à l’orientation client :

  • De quelle façon les sociétés d’assurance peuvent-elles utiliser les données qu’elles recueillent déjà pour améliorer leur compréhension du comportement et de l’expérience des clients?
  • Comment les sociétés d’assurance peuvent-elles établir une relation plus étroite et plus éclairée avec leurs clients en faisant un meilleur usage de l’analytique?
  • Quels sont les défis les plus courants à relever et quelles sont les pratiques exemplaires à appliquer?
  • À quelles techniques peut-on recourir pour mesurer les résultats?

Pour accéder à la webémission, cliquez ici et ouvrez une session : Webémission gratuite de l’ICA.

 

 

Les colloques de 2016 sur les régimes de retraite et les investissements arrivent à grands pas.

Le 8 novembre, des actuaires se réuniront à Montréal à l’occasion du Colloque sur les régimes de retraite. Ce colloque comprend des séances portant sur les sujets suivants : 

  • L’affaire Samoissette v. IBM Canada inc., un jugement récent important de la Cour supérieure du Québec portant sur le droit d’un promoteur de modifier un régime de retraite et des avantages postérieurs à la retraite;
  • Les questions et tendances concernant la comptabilité des régimes de retraite;
  • Les questions juridiques concernant les décisions de placements des participants des régimes de retraite à cotisations déterminées;
  • L’expansion du RPC : quand est-ce que c’est suffisant? 

Le conférencier invité lors du déjeuner sera le médaillé paralympique et actuaire Dean Bergeron, qui nous livrera un récit inspirant de la façon dont il a surmonté l’adversité pour devenir un athlète paralympique médaillé et un actuaire prospère.

Le lendemain, soit le 9 novembre, les participants du Colloque sur les investissements, qui se tiendra aussi à Montréal, pourront assister à plusieurs séances intéressantes portant, entre autres choses, sur les sujets suivants : 

  • Endettement et capital privés comme substituts pour des placements publics;
  • Investir dans les marchés frontaliers et émergents;
  • Stratégies de couverture pour le passif directement liées à l’inflation libellées en dollar canadien;
  • Le recours aux nouvelles technologies et aux nouveaux outils aux fins de la gestion des actifs. 

L’inscription hâtive prend fin le 18 octobre pour le Colloque sur les régimes de retraite ainsi que pour le Colloque sur les investissements. L’inscription en ligne pour les deux colloques se termine le 2 novembre.

Le 8 décembre, l’Atelier sur le professionnalisme offert en anglais aura lieu à Toronto. Cet atelier consiste en une séance de trois quarts de journée qui fait largement appel à la méthode d’étude de cas. Cet atelier constitue une exigence pour l'obtention du titre d’associé de l’ICA (AICA) et pour les candidats en assurances IARD souhaitant obtenir le statut de Fellow de l’ICA (FICA), à moins que ceux-ci aient suivi le cours sur le professionnalisme de la Casualty Actuarial Society (CAS) offert au Canada. Voici quelques-uns des sujets abordés dans le cadre de cet atelier :

  • Qu’est-ce qui définit un professionnel?
  • La structure de l’ICA;
  • Le point de vue de l’ICA sur le professionnalisme;
  • Le processus disciplinaire de l’ICA;
  • La faute professionnelle et la responsabilité civile.

Les dates auxquelles se tiendront ces événements en 2017 seront annoncées sous peu.

 

 

Il n’est pas trop tard pour vous inscrire au Colloque In Focus 2016 : Braver la tempête – Perturbateurs numériques et climatiques qui se tiendra à Montréal, au Québec, les 27 et 28 octobre au Marriott Montréal Château Champlain. L’événement est parraîné conjointement par la Casualty Actuarial Society (CAS) et l’ICA.

Le programme stimulera la collaboration entre les professionnels de la gestion du risque sur des sujets tels que : 

  • L’Internet des objets;
  • Les mégadonnées;
  • La cyber-responsabilité;
  • Les changements climatiques;
  • Les voitures sans chauffeur;
  • Les drones.
 

Deux colloques de l’ICA ont eu lieu en septembre : le Colloque pour l’actuaire désigné et le Colloque sur l’expertise devant les tribunaux.

 
Participants au Colloque pour l'actuaire désigné 2016.  

Plus de 330 personnes ont pris part au Colloque pour l’actuaire désigné qui se tenait à Toronto. On y a offert diverses séances abordant une foule de sujets, dont la valeur de l’examen externe par les pairs et de la vérification interne et la détection de fraude de l’assurance et la gestion du risque.

Chris Mathers, conférencier d’honneur et auteur du livre à succès inspiré d’une histoire vraie Crime School: Money Laundering, a fait part de son expertise en tant que conseiller en matière de criminalité et de risques lors de sa présentation sur ce que les actuaires devraient savoir au sujet de la collecte de données, de la cybercriminalité et des lois régissant la protection des renseignements personnels. M. Mathers s’est également penché sur les tendances relatives à la collecte de renseignements personnels par les sociétés d’assurance (vie et IARD) et sur les mécanismes de protection qui devraient être mis en place quant au stockage de ces renseignements.

Voici les réflexions de M. Mathers au sujet du risque de criminalité :

  • Les criminels profitent de la nature humaine.
  • Il n’y a pas de nouveau crime, seulement de nouvelles façons d’agir.
  • La cybercriminalité est la principale menace nationale au Canada, devant le terrorisme, l’espionnage et les armes de destruction massive.
  • Ne serait-ce pas chouette que les actuaires disposent d’une machine à voyager dans le temps?
  • Ce n’est pas le gouvernement qui nous poursuit, mais plutôt les entreprises, les banques, les fournisseurs de services mobiles, les applications, les médias sociaux et les employeurs.
  • Si vous avez une opinion sur quelque chose, partagez-là avec vos amis. Ne l’affichez pas en ligne, c’est stupide comme idée. 

Colloque sur l’expertise devant les tribunaux

 
Participants au Colloque sur l'expertise devant les tribunaux 2016.

Plus de 50 personnes ont assisté au Colloque sur l’expertise devant les tribunaux, tenu également à Toronto. Les conférenciers ont discuté de nombreux sujets, notamment sur la nouvelle réglementation sur l’assurance automobile en Ontario, les méthodes pour projeter le niveau de scolarité atteint par les mineurs, l’inflation des coûts de soins de santé, la version provisoire de la norme sur l’utilisation de modèles et les calculs de l’ajustement fiscal dans une procédure de rupture du mariage.

Lors de sa présentation intitulée Innovation et l’actuaire – Vers un système judiciaire du 21e siècle, Chris Bentley, ancien Procureur général de l’Ontario, a déclaré : « Je n’ai aucune idée de ce que font les actuaires. Mais n’allez pas croire que les personnes ne connaissant pas l’actuariat n’ont pas d’influence sur votre travail. Je suis le gars du projet de loi 133. » Entre autres choses, le projet de loi 133 présente de nouvelles règles sur la façon d’évaluer et de gérer les avoirs de retraite dans le cadre de la Loi de 2009 modifiant des lois en ce qui concerne le droit de la famille en Ontario.

La Commission de l’éducation permanente, présidée par Jeremy Bell, continue de planifier chaque année des programmes de première qualité à l’intention des membres de l’ICA dans le cadre du Colloque sur l’expertise devant les tribunaux, du Colloque pour l’actuaire désigné, ainsi que des Colloques sur les régimes de retraite et les investissements, de même que l’Assemblée annuelle (qui se tiendra à Québec en juin prochain) et de webémissions sur une base régulière. La commission et le personnel de l’ICA apprécient beaucoup le soutien et la participation des membres lors des événements de l’ICA.

En 2017, le Colloque pour l’actuaire désigné se tiendra à Montréal. Restez à l’affut pour plus de renseignements au sujet du Colloque sur l’expertise devant les tribunaux.

 
Les bénévoles en déplacement

Direction de la pratique actuarielle

Les personnes suivantes ont été nommées aux (sous-)commissions ci-dessous :

  • Commission sur la gestion des risques et le capital requis : Marco Fillion (président), Hélène Baril, Nicolas Beaudoin, David Gourlay, Marc-André Harvey, Richard Houde, Kelvin Lam, Jennifer Meng et Pierre-Alexandre Veilleux, en vigueur le 25 juillet 2016;
  • Commission sur l’actuaire désigné/responsable de l’évaluation : Wally Bridel (en vigueur le 1er juillet 2014), Manon Débigaré (en vigueur le 23 août 2016), Ty Faulds, Éric Jobin, Larry Madge (en vigueur le 1er juillet 2013), Daniel Pellerin (en vigueur le 1er juillet 2012), Les Rehbeli (en vigueur le 1er juillet 2014), Phil Watson (en vigueur le 1er juillet 2011) et Maria Zaharia (en vigueur le 2 août 2016). 

Les personnes suivantes ont terminé leur mandat auprès des (sous-)commissions ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission sur la gestion des risques et le capital requis : Jessi Gaulin, Pierre Laurin, Diana Pisanu et Leonard Pressey;
  • Commission sur l’actuaire désigné/responsable de l’évaluation : René Chabot, August C. Chow, Stephen Haist, Ben Meckler, Lesley Thomson et Douglas Tozer;
  • Commission des rapports financiers des compagnies d’assurances IARD : Maja Dos Santos;
  • Commission des rapports financiers des régimes de retraite : Jennifer Schoenfeld.

Direction des services aux membres

La Direction des services aux membres a approuvé le nouveau mandat de la Commission sur la gestion et le développement des bénévoles suivant :

  • Appuyer le personnel du siège social de l’ICA dans la promotion et la coordination des initiatives de l’ICA en matière de bénévolat;
  • Travailler en collaboration avec les présidents et les dirigeants dans le but de trouver et de recruter des bénévoles qui satisfont aux besoins stratégiques et opérationnels de l’ICA, tout en stimulant l’intérêt des membres dans le but d’équilibrer la représentation des membres;
  • Améliorer l’expérience des bénévoles afin d’augmenter l’engagement des membres;
  • Appuyer le personnel du siège social de l’ICA dans l’entretien de la base de données des bénévoles actuels et potentiels, y compris des profils de bénévole à jour;
  • Veiller à ce que le contenu et les outils du site Web concernant le bénévolat et le Centre des bénévoles, en particulier, soient adéquats et opportuns;
  • Mettre en œuvre, appliquer, mettre à jour et examiner la Politique de gestion du bénévolat de l’ICA et des documents connexes;
  • Travailler avec le siège social de l’ICA pour identifier, reconnaître, célébrer et récompenser les bénévoles dévoués;
  • Faire rapport à la Direction des services aux membres et au Conseil d’administration (le cas échéant).

Direction de l’admissibilité et de la formation

Les personnes suivantes ont été nommées aux (sous-)commissions ci-dessous :

  • Commission de l’éducation permanente : Jeremy Bell (président), Stephanie Banfield et Deborah McMillan, en vigueur le 1er juillet 2016;
    • Sous-commission sur l’assurance individuelle de personnes : Jean-Pierre Cormier (président), Laura Anders, Yiru Chen et Debbie Chiu, en vigueur le 1er juillet 2016;
    • Sous-commission sur les assurances IARD : Ghislain Brault-Joubert;
    • Sous-commission sur l’assurance corporative de personnes : Alison Rose (présidente), Irawati Chen et Simon Girard, en vigueur le 1er juillet 2016;
    • Sous-commission sur la réassurance : Stephanie Banfield (présidente), Patrick Charbonneau, Graham Sutton et Elena Stoyanova Tonkovski, en vigueur le 1er septembre 2016;
    • Sous-commission sur la gestion du risque d’entreprise : Ella Young, en vigueur le 1er juillet 2016;
    • Sous-commission sur les placements : Martin Bélanger, François Bourdon, Ashley Goorachurn et Benny Wan, en vigueur le 1er juillet 2016;
    • Sous-commission sur les champions des webémissions : Deborah McMillan (présidente), Craig Allen, Laura Anders, Jeremy Bell, Claudia Gagné, Daniel Klein, Satnam MacLean, June Smyth et Andrei Titioura, en vigueur le 1er juillet 2016.
  • Commission sur l’éducation : Bruno Gagnon (président), Mathieu Boudreault, Sophia Banduk, Claudia Gagné, Bruno Gagnon, Minaz Lalani, Bruce Langstroth, Isabelle Larouche, Joel Li et Stéphane McGee, en vigueur immédiatement;
    • Sous-commission sur le programme d’études de l’examen 6-Canada : Stéphane McGee (coprésident), Sophia Banduk (coprésidente), Mei-Hsuan Chao, Sarah Chevalier, Brian Yung Man Choi, Alana Farrell, Jacqueline Friedland, Patricia Hladun, Henry Lim, Ryaz Mohamed, Lydia Roy, Sean Satar, Erika Schurr, Lleweilun Smith, Zander Smith et Gang Xu, en vigueur le 1er juillet 2016.
  • Commission sur les examens et les évaluations
    • Sous-commission sur le Programme d’agrément universitaire : Jeremy D. Shoemaker (observateur de la CAS), en vigueur immédiatement;
    • Sous-commission sur l’examen des prestations collectives : Bruno Gagnon (président), en vigueur le 15 septembre 2016;
    • Sous-commission sur la traduction d’examens : Olivier Fafard (président), en vigueur le 15 septembre 2016;
  • Commission d’admissibilité : Terence Narine (président) et Marie-Eve Nadeau, en vigueur le 1er juillet 2016. 

Les personnes suivantes ont terminé leur mandat auprès des (sous-)commissions ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission de l’éducation permanente : Mayur Shah;
    • Sous-commission sur la réassurance : Mayur Shah et Maria Semak;
    • Sous-commission sur les assurances IARD : Lisa Guglietti, Sylvain Nolet et Fiona So;
    • Sous-commission sur les régimes de retraite : Charlene Moriarty;
  • Commission sur les examens et les évaluations : Amy Waldhauer.

 
Mise à jour du siège social

 
par Kelly Fry et Josée Gonthier

L’ICA souhaite améliorer l’apparence, le contenu et la transmission de ses communications numériques. Mais tout d’abord, nous voulons que vous nous fassiez part des changements que vous souhaiteriez voir apporter afin de nous assurer de vous transmettre les documents que vous désirez dans le format qui vous est le plus accessible.

Vous avez reçu un courriel concernant le sondage concernant les communications de l’ICA. Nous vous prions d’y répondre d’ici le vendredi 21 octobre 2016. Il vous faudra au plus 15 minutes pour le remplir. Nous attachons une grande importance à vos idées dans notre démarche de modernisation de nos communications numériques.

L’ICA produit une grande variété de documents, dont des notes éducatives, le calendrier des occasions de perfectionnement professionnel continu (PPC), des documents de recherche et des bulletins d’information. Selon une étude menée en 2012 par le McKinsey Global Institute et l’International Data Corporation, les employés consacrent 28 % de leur temps à la messagerie électronique. Conscient de votre horaire chargé, l’ICA veut s’assurer de communiquer avec vous de la façon la plus efficace. Plus vous répondrez en grand nombre à notre sondage, meilleures seront nos communications.

Le sondage porte sur divers sujets, dont la mesure dans laquelle vous estimez utile le contenu des différents types de documents de communication, le format dans lequel vous préférez les recevoir (courriel, site Web, médias sociaux) et les améliorations que vous aimeriez y voir apporter.

Vous pouvez vous attendre à ce que les documents de l’ICA soient dorénavant simplifiés, d’apparence plus moderne et également plus brefs, concis et faciles à lire. Ils offriront des renseignements ciblés et pertinents à l’égard de votre domaine de pratique ou d’autres domaines qui vous intéressent.

Kelly Fry est la gestionnaire, marketing, et Josée Gonthier est la gestionnaire, communications, au siège social de l’ICA.