CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Septembre 2016
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Eckler Ltd.
Mise à jour de la présidente


 

par Dave Dickson, FICA 
Président de l’ICA

Le Conseil d’administration de l’ICA établit des priorités et prend des décisions stratégiques. Ces décisions sont mises en œuvre par le personnel du siège social et les bénévoles. L’un des rôles du président de l’ICA consiste à travailler en collaboration avec le directeur général, le personnel du siège social, les directions et les commissions afin de mettre en œuvre les décisions du Conseil d’administration. Ainsi, lorsque le président fixe des objectifs, il en établit les priorités avec le Conseil d’administration, puis en confie la mise en œuvre au personnel et aux bénévoles à la suite de l’approbation du Conseil d’administration.

Mes trois premiers objectifs sont tous fondamentaux, en ce sens qu’une fois atteints, ils faciliteront l’atteinte d’autres objectifs, ce qui nous permettra de devenir une meilleure organisation et d’accomplir davantage.

Objectif no 1 : Restructuration

Nous examinons la gouvernance de l’ICA depuis le Conseil d’administration jusqu’aux directions et commissions. Nous avons embauché un conseiller qui nous aidera à cerner les changements potentiels et à mettre en place ceux qui seront approuvés par le Conseil d’administration. L’ICA fonctionne bien actuellement, mais je crois qu’une meilleure gouvernance pourrait nous permettre d’être encore plus efficaces. La Commission sur la gouvernance du Conseil d’administration, en compagnie du conseiller, présentera au Conseil d’administration les résultats de ses travaux lors de la réunion de décembre.

La restructuration devrait accroître l’efficacité de l’ICA et rendre les fonctions bénévoles plus intéressantes.

Objectif no 2 : Engagment et communications

L’un de mes rôles consiste à m’entretenir avec des membres à l’occasion d’assemblées, de visites de clubs actuariels, de visites chez les employeurs, etc. Ces rencontres me donnent l’impression que bon nombre de membres ne sont pas impliqués auprès de l’ICA et qu’il y aurait lieu d’améliorer nos communications avec eux. Nous avons commencé à mesurer l’engagement des membres et à réfléchir à nos communications. Le Conseil d’administration recevra un rapport lors de sa réunion de septembre, puis décidera des mesures qui s’ensuivront. Je souhaite que les membres se sentent plus impliqués auprès de l’ICA.

Objectif no 3 : Bénévolat

Nous avons un groupe d’environ 500 bénévoles, qui accomplissent un travail formidable pour l’ICA. Toutefois, je crois que nous pourrions assurer une meilleure gestion des bénévoles et créer davantage d’occasions de bénévolat. Lors de mes rencontres avec les membres, bon nombre de membres plus récents m’ont communiqué leur souhait de s’impliquer bénévolement auprès de l’ICA tôt dans leur carrière. Nous devons tendre la main à tous nos membres et créer des occasions de bénévolat pour tous, en particulier les nouveaux membres. Nous avons mis sur pied la Commission sur la gestion et le développement des bénévoles, dont les membres ont formulé des recommandations qui ont été approuvées par le Conseil d’administration. Ce dernier recevra un compte rendu de la mise en œuvre de ces recommandations lors de sa réunion de septembre. Je souhaiterais voir une augmentation du nombre et de la qualité des occasions de bénévolat pour les membres et une amélioration de notre efficacité à aider ceux-ci à gérer leur carrière de bénévolat.

L’importance de l’ICA

L’ICA est l’organisme national à l’intention des actuaires et des associés canadiens. Il est au service du public et de ses membres. Il assure de nombreux services précieux pour le public; il serait trop long de tous les exposer ici.

Nous offrons à nos membres de nombreux avantages, dont les suivants :

  • L’adhésion à un organisme professionnel. Les employeurs reconnaissent cette adhésion qui, selon moi, rend l’ICA encore plus précieux à leurs yeux compte tenu des normes professionnelles, des Règles de déontologie, de l’éducation permanente, du processus disciplinaire, etc.
  • Les occasions de bénévolat.
  • La recherche, par exemple les études sur l’expérience canadienne et les travaux de bon nombre de nos commissions, dont le groupe de travail qui étudie l’amélioration de la mortalité.
  • Les occasions de perfectionnement professionnel.
  • Le réseautage par le biais des assemblées, des commissions et des autres événements.
  • L’engagement sur la scène internationale. Par l’intermédiaire de l’Association actuarielle internationale, nous avons pris part à d’importants dossiers tels que la normalisation internationale, les exigences d’éducation internationales, etc. Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec des organismes actuariels des États-Unis et d’ailleurs dans de nombreux domaines comme la recherche et l’éducation. Ces relations accroissent la valeur de l’ICA et de ses membres.

Personnellement, je travaille bénévolement au sein de l’ICA depuis plusieurs années. J’ai fait mes débuts au sein d’une commission, puis j’ai grimpé les échelons jusqu’à la présidence. J’ai énormément apprécié cette relation. Je me suis fait des amis grâce à l’ICA, j’ai relevé des défis dans mon travail de bénévolat et j’ai profité de cette formidable occasion de réseautage. Lorsque je travaillais en tarification, j’ai un jour éprouvé de la difficulté à résoudre un problème technique concernant un produit en développement. J’ai résolu mon problème en passant un coup de fil rapide à une personne dont j’avais fait la connaissance grâce à l’ICA.

Réunion du Conseil d’administration en septembre

Habituellement, les réunions du Conseil d’administration ont lieu quatre fois par année et durent toujours une journée complète. En septembre, notre réunion se tiendra sur une journée et demie en raison de notre ordre du jour chargé. Outre les éléments susmentionnés, nous examinerons notre plan stratégique. J’estime qu’il est important pour les membres de porter attention à la stratégie de l’ICA et aux autres initiatives et d’en suivre les progrès. La réalisation de ces objectifs importants aura pour effet de changer l’ICA et d’en faire une organisation plus efficace. J’attends avec beaucoup d’enthousiasme la réunion de septembre du Conseil d’administration et je prévois publier une mise à jour vidéo peu après celle-ci.

Dave Dickson, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires.

 
Le point de mire


par Rémi Villeneuve, FICA

Vous avez peut-être vu passer en août une annonce concernant les changements qui sont actuellement apportés au système d’éducation de l’ICA afin de répondre aux besoins changeants de la profession au Canada.

Le Cours orienté vers la pratique subira des changements en 2018

Depuis l’année 2000, le Cours orienté vers la pratique (COP) aide les candidats à se préparer à l’obtention du titre de FICA afin d’assumer leurs responsabilités à titre d’actuaires entièrement qualifiés au Canada. Appelé officieusement COP 2.0, le nouveau cours conservera son modèle actuel selon lequel il offre des ateliers et des discussions utiles orientés vers la pratique. Cette formule incite les candidats à pousser la réflexion plus loin qu’ils ne le feraient pour répondre à des questions d’examen concernant l’application pratique de leurs connaissances techniques dans un contexte réel.

Dès 2018, le COP 2.0 offrira du contenu portant sur les communications, le sens des affaires, ainsi que sur le professionnalisme exigé d’un Fellow. Pour les employeurs, il s’agit là de compétences essentielles qui leur posent un défi lorsqu’ils recherchent des candidats de qualité pour leur entreprise. L’Association actuarielle internationale a aussi publié un programme d’études révisé qui accorde beaucoup d’importance à ces compétences non techniques.

Le cours, dont la durée demeurera d’environ deux jours et demi, sera probablement toujours offert à la fin du printemps ou au début de l’été. Comme c’est le cas pour le cours actuel, le COP 2.0 sera la toute dernière exigence en matière d’éducation pour l’obtention du titre de Fellow de l’ICA. Aucun changement n’est prévu en ce qui a trait à l’exigence liée à l’expérience professionnelle. Ce critère d’admissibilité exige 36 mois d’expérience professionnelle de nature actuarielle, dont 12 mois de travail spécifique au Canada. Des précisions ainsi que le programme de cours exact seront annoncés à la suite de l’approbation définitive du Conseil d’administration de l’ICA.

Aidez-nous à communiquer ces changements aux candidats dans votre lieu de travail

En raison de la nature prévisible de ce cours, les candidats qui prévoient le suivre en 2018, et au cours des prochaines années, devront préalablement avoir réussi la version canadienne des examens de la Society of Actuaries (SOA) (le cas échéant) pour y être admissibles. Autrement, les candidats visant l’obtention du titre de FICA pourraient devoir passer la version canadienne d’un examen déjà réussi pour être admissibles au COP 2.0.

Pour éviter d’avoir à passer de nouveau des examens, les candidats qui ont réussi la version américaine d’un examen devraient prévoir participer au COP en 2017, à condition de satisfaire aux critères d’admission.

Aidez-nous à transmettre le message aux candidats de votre entreprise en vous assurant qu’ils sont au courant de ces nouvelles exigences au moment de s’inscrire aux examens de la SOA.

Nous communiquerons des précisions au sujet du COP 2018 cet automne à la suite de l’approbation définitive du Conseil d’administration. En 2017, le COP ne subira aucune modification et les exigences d’admissibilité demeureront les mêmes. Veuillez adresser toute question au siège social de l’ICA à : Alicia Rollo, directrice de l’adhésion, de l’éducation et du perfectionnement professionnel à alicia.rollo@cia-ica.ca.

Rémi Villeneuve, FICA, est le président de la Direction de l’admissibilité et de la formation.

 
Les actuaires en déplacement

Changements de carrière

Nathalie Bachand a été nommée présidente de Question Retraite.

Marie-Josée Martin a été nommée présidente et chef de la direction de la Compagnie d’Assurance-Vie Croix Bleue du Canada.

Teresa Palandra a été nommée associée et chef de la retraite de Mercer Canada dans l’Ouest canadien et le cabinet de consultation à Toronto.

La Société de gestion des placements de la Colombie-Britannique (bcIMC) souhaite la bienvenue à Ramy Rayes à titre de directeur de l’ensemble des actifs.

Les actuaires dans les médias

Serge Charbonneau et Fred Vettese sont cités dans un article de Benefits Canada sur l’espérance de vie et les prestataires de la sécurité de la vieillesse.

Jean-Claude Ménard est cité dans un article sur les changements apportés à la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti.

Joe Nunes a été cité dans un article sur la viabilité de la Sécurité de la vieillesse.

Michel St-Germain est cité dans un article de La Presse portant sur la réforme des régimes de retraite.

Ofelia Isabel de Willis Towers Watson ainsi que Jill Wagman et Jean-Philippe Provost d’Eckler sont cités dans un article de Benefits Canada au sujet des régimes concurrentiels d’avantages sociaux des employés.  


Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l’ICA vous offre une nouvelle possibilité d’informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Les actuaires en déplacement, vous donnera l’occasion d’annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d’autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d’informer vos confrères et consœurs de travail et d’autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu’il s’agisse d’ex-collègues, d’anciens confrères ou consœurs d’université, d’employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d’envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n’hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – à la rédactrice anglaise de l’ICA à bonnie.robinson@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l’ICA, suivez l’ICA sur Twitter.

 
Insight Decision Solutions
RGA Canada
Nouvelles de l'Institut


par Craig A. Allen, FICA

Nous venons tout juste de passer le dernier mercredi d’août, ce qui signifie que le moment est venu pour l’ICA d’aider le ministère du Procureur général de l’Ontario à fixer les taux d’actualisation de l’année prochaine pour dommages-intérêts pécuniaires futurs.

Les dommages‑intérêts pécuniaires représentent des pertes qui peuvent être quantifiées au plan monétaire, notamment la perte de revenus d’emploi futurs ou le coût de soins futurs, dans le cas de préjudices corporels. Ces pertes sont habituellement calculées à l’aide de la valeur actualisée d’une série de flux monétaires. L’Ontario compte parmi les huit provinces canadiennes qui imposent le taux d’actualisation à utiliser pour exécuter ce calcul de la valeur actualisée. Seules l’Alberta et Terre‑Neuve‑et‑Labrador n’imposent pas ces taux.

Taux d’actualisation prévus par règlement et la profession actuarielle

Les travaux de la profession actuarielle au Canada sont directement touchés par l’ampleur de ces taux d’actualisation prévus par règlement. Lorsque des poursuites sont intentées dans le but de recouvrer des dommages pécuniaires, les spécialistes de l’expertise devant les tribunaux appliquent les taux d’actualisation prévus par règlement à leurs calculs de la valeur actualisée des pertes économiques. Ces calculs aident les parties au litige à s’entendre sur un règlement et permettent aux tribunaux de déterminer les sommes à verser dans les affaires débouchant sur la tenue d’un procès.

En raison de leurs effets sur les règlements et les jugements dans le cadre de litiges, les taux d’actualisation prévus par règlement influent également sur l’ampleur des indemnités en responsabilité civile que doivent verser les sociétés d’assurances IARD. Par conséquent, les taux exercent une influence sur les coûts des sinistres qui sous-tendent les travaux de tarification et d’établissement des réserves des actuaires en assurances IARD.

Deux taux d’actualisation différents

En Ontario, les taux d’actualisation prévus par règlement mélangent réactivité aux conditions économiques actuelles et stabilité, et ce, grâce à deux taux d’actualisation différents. Le premier est un taux adapté calculé chaque année, qui s’applique aux flux monétaires des 15 années suivant le début du procès. Le second taux, qui exerce un effet stabilisateur, n’est pas recalculé chaque année. Il est appliqué aux flux monétaires pendant plus de 15 ans à compter de la date du procès.

En Ontario, les taux d’actualisation ne tiennent pas compte de l’inflation. La méthode de calcul précise que le taux d’actualisation des 15 premières années représente la moyenne des obligations à long terme à rendement réel du gouvernement du Canada, établie le dernier mercredi de chacun des six mois compris entre mars et août, moins une indemnité de 0,5 % pour prime de liquidité sur les obligations à rendement réel, en raison de la limitation de leur marché. Ce taux calculé ne peut être inférieur à 0 % et il est arrondi au dixième de pourcent le plus rapproché. Pour la période suivant celle des 15 ans, le taux d’actualisation net est fixé à 2,5 %.

L’ICA aide le ministère du Procureur général de l’Ontario en effectuant trois calculs indépendants du taux d’actualisation avant sa promulgation.

À l’extérieur de l’Ontario

Toutefois, au-delà de son rôle, l’ICA a activement sensibilisé d’autres instances au Canada au sujet des taux d’actualisation prévus par règlement. Plus particulièrement, en 2013, l’ICA s’est adressé aux gouvernements de neuf provinces et territoires pour souligner que les taux de rendement nominaux et l’inflation avaient sensiblement diminué depuis qu’ils avaient instauré les taux d’intérêt prévus par règlement au début des années 1980. L’ICA a également soumis des mémoires complets à deux provinces, la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse, dans le cadre de leur examen de leurs taux d’actualisation par règlement. Dans leurs mémoires, ces deux instances ont formulé les recommandations suivantes :

Compte tenu de l’importance des taux d’intérêt prévus par règlement pour le bon fonctionnement du système de justice civile et du système de l’assurance, l’ICA a une bonne raison de participer au dossier des taux d’intérêt prévus par règlement.

Craig A. Allen, FICA, est le président de la Commission de l’ICA sur l’expertise devant les tribunaux.

 


Le plus récent numéro de Voir au-delà du risque explore la façon dont les sociétés d’assurance interviennent en cas de catastrophes, en se servant des feux de forêt à Fort McMurray comme étude de cas, le désastre naturel le plus dispendieux de l’histoire canadienne de l’assurance.

Kathy Lillico, vice-présidente du Service des sinistres chez Co-operators, discute de soutien sur place pour les clients, de la couverture des frais remboursables en raison de la situation catastrophique, ainsi que de la manière par laquelle le travail des actuaires, particulièrement en réassurance, diversifie le risque financier et stabilise les résultats en matière de souscription.

Voir au-delà du risque est la publication trimestrielle électronique de l’ICA et chaque numéro présente des contributions de noms bien connus au sein de la pratique actuarielle et d’experts du sujet traité qui écrivent sur des sujets qui sont proposés et perfectionnés par le Groupe d’experts à la rédaction, les lecteurs et les membres de l’ICA.

Nous avons la certitude que vous trouverez cet article instructif et inspirant, et nous vous incitons à le partager avec vos amis et collègues.

 

David F. Howe, FICA (1966), FIA (1965), ASA (1966)

David Howe est décédé en janvier 2016. Au cours de sa carrière actuarielle, il a occupé des postes de haute direction au Canada et aux États-Unis. Dans sa rubrique nécrologique officielle, M. Howe avait exprimé le désir qu’on y indique non pas des lieux de travail, mais les gens dans la profession qu’il a influencés ou qui l’ont influencé. Parmi ces personnes, on retrouve Harold Clough, Dil Juneja, Jim Norton et Jill Wagman, pour ne compter que celles-là. Au cours de son expérience de bénévolat auprès de l’ICA, il a servi en tant que membre de la Commission des normes de pratique consolidées et du Groupe de travail sur les excédents des régimes de retraite.

Quintin J. Maltby, FICA (1965), FSA (1961)

Quintin Maltby est décédé le 26 août 2015 après avoir combattu la maladie. M. Maltby a obtenu un baccalauréat ès arts de l’Université de Toronto en 1951. Il a travaillé pour le compte de La Nord-américaine, compagnie d’assurance-vie, à titre d’actuaire, systèmes d’information, jusqu’à sa retraite en 1991.

William Waugh, FICA (1965), FSA (1949), MAAA (1976)

William Waugh est décédé en avril 2016. Après avoir obtenu son diplôme en mathématiques, en physique et en chimie de l’Université de Toronto, M. Waugh a occupé le poste d’officier au radar dans la Marine royale pendant une grande partie de la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il s’est joint à La Compagnie d’Assurance du Canada sur la Vie et était actuaire en chef quand il a pris sa retraite en 1985. Il a été président de la Commission sur les communications de l’ICA de 1975 à 1978.

 
Nouvelles sur les événements

 

Le Colloque pour l’actuaire désigné 2016 de l’ICA, les 22 et 23 septembre au Allstream Centre à Toronto, promet une série de séances intéressantes, y compris la détection de fraude de l’assurance et la gestion du risque, la modélisation du capital, la gestion de changements réglementaires pour les petites et moyennes entreprises, et une mise à jour sur le nouveau test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie (TSAV).

Le mois de septembre est chargé en activités et en festivals à Toronto, alors nous vous incitons à réserver votre chambre dès que possible. Un service de navette entre le DoubleTree by Hilton Hotel Toronto Downtown et le Allstream Centre sera disponible pour tous les délégués.

Consultez la
page Web du colloque pour plus de détails, y compris des renseignements concernant l’hébergement.

Au plaisir de vous voir à Toronto!
 

 

Inscrivez-vous dès aujourd’hui au Colloque sur l’expertise devant les tribunaux 2016, les 23 et 24 septembre au St. Andrew’s Club and Conference Centre à Toronto.

Les séances mettront en évidence la pensée courante sur un certain nombre de questions difficiles et de possibilités pour les praticiens, y compris :

  • La nouvelle réglementation sur l’assurance automobile en Ontario;
  • L’inflation des coûts des soins de santé;
  • Les méthodes de projection du niveau de scolarité atteint par les mineurs;
  • Le rôle de l’actuaire dans les conseils juridiques;
  • L’innovation et l’actuaire – Vers un système judiciaire du 21e siècle;
  • Le Recensement de 2016 et l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011;
  • Les normes proposées sur l’utilisation de modèles;
  • Les calculs de l’ajustement fiscal et les hypothèses de mortalité dans une procédure de rupture du mariage en Ontario.

Le mois de septembre est chargé en activités et en festivals à Toronto, alors nous encourageons les délégués à réserver leur chambre dès que possible. Visitez notre page sur l’hébergement pour voir les options qui s’offrent à vous.

Au plaisir de vous voir à Toronto!

 

 

 

L’inscription hâtive pour le prochain Colloque In Focus : The Gathering Storm – Digital and Climate Disruptors (Braver la tempête – perturbateurs numériques et climatiques), qui se tiendra à Montréal, au Québec, les 27 et 28 octobre au Montréal Marriott Château Champlain, a été reportée au 23 septembre. L’événement est conjointement parrainé par la Casualty Actuarial Society (CAS) et l’ICA.

Voici les thèmes et sujets généraux suggérés pour les séances de cette année :

  • L’Internet des objets;
  • Les mégadonnées;
  • La cyber-responsabilité;
  • Les changements climatiques;
  • Les voitures sans chauffeur;
  • Les drones.

Au plaisir de vous voir à Montréal!

 
Nouveaux Fellows sous les projecteurs

 

 

1.  Pourquoi êtes-vous devenu actuaire?

Je voulais être actuaire depuis la huitième année. Tout comme d’autres actuaires, j’ai toujours aimé les mathématiques et je voulais poursuivre une carrière liée à cette matière. Toutefois, la seule profession que j’imaginais était celle de comptable. Heureusement, à mon école, on organisait une foire des carrières à laquelle la faculté des mathématiques de l’Université de Waterloo tenait un kiosque. C’est là que j’ai entendu parler pour la première fois de la carrière d’actuaire et de l’impact qu’exercent les actuaires sur le bien-être financier de la société.

2.  Quelle a été votre source d’inspiration pour entreprendre une carrière en actuariat?

Mon père m’a inspiré à poursuivre cette voie étant donné mon intérêt pour les mathématiques et les finances. Il connaissait bien la carrière actuarielle et savait qu’elle me conviendrait très bien. Il m’a soutenu et encouragé à faire de mon mieux.

3.  Quelle a été votre expérience avec les examens en actuariat? Avez‑vous eu des défis particuliers à relever?

Le processus des examens d’actuariat est assez exhaustif et complet. Cela le rend très intéressant en raison de la variété des sujets. Étudiant au premier cycle, je sous-estimais la difficulté des examens et j’ai eu du mal à réussir le premier. Ce fut pour moi une bonne leçon parce que cela m’a incité à mieux me préparer aux examens suivants afin d’éviter de devoir les reprendre. Après avoir reçu mon diplôme universitaire, mon plus grand défi a été de trouver l’équilibre entre ma vie personnelle, mon travail et les examens.

4.  Comment s’est passée la transition d’étudiant à jeune professionnel?

Le programme coopératif offert à mon université m’a permis de connaître un bon départ dans ma carrière à titre de jeune professionnel. Il m’a aussi permis de découvrir les habiletés interpersonnelles qui sont essentielles en milieu de travail. Cela a grandement facilité ma transition de l’université vers mon premier emploi.

5.  Quelles sont vos fonctions professionnelles actuelles? Pouvez‑vous décrire votre travail?

Récemment, j’ai entrepris de relever un nouveau défi chez Swiss Re, soit celui de diriger le service de gestion actuarielle de Toronto. Je suis maintenant responsable des fonctions d’actuariat corporatif relatives à l’assurance de personnes et aux assurances IARD. Mon équipe est chargée de l’évaluation, de la planification des immobilisations, des simulations de crise et des rapports financiers. Le volet de mon travail que je préfère est celui du développement et de la gestion des talents. Il m’importe de voir tous les membres de mon équipe réussir et atteindre leurs objectifs professionnels. De plus, à titre de membre de l’équipe de direction, je travaille avec la haute direction à l’élaboration et à la mise en œuvre de notre stratégie canadienne.

6.  Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail?

L’incidence positive que nous exerçons à l’égard de la reconstruction/du rétablissement de la société. J’ai toujours trouvé facile d’établir des liens entre le travail que nous accomplissions à titre d’actuaires et l’impact direct que nous exerçons sur les gens. Derrière tous les chiffres, il y a les gens qui bénéficient des produits qu’offre notre industrie. Nous contribuons à bâtir une société plus résiliente et c’est ce qui rend mon travail satisfaisant.

7.  Quelles sont vos ambitions professionnelles à court terme?

Mes ambitions à court terme sont de me concentrer sur mes nouvelles fonctions et sur mon équipe. De plus, je vais approfondir mes connaissances dans le domaine de l’assurance de personnes.

8.  Dans 15 ans, où vous voyez-vous sur le plan professionnel?

Les actuaires possèdent un ensemble particulier de compétences qui les place en excellente position pour exercer toutes les fonctions pertinentes au sein d’une société d’assurance ou de réassurance. Sur le plan professionnel, j’espère continuer de développer mes compétences techniques et mes habiletés de leadership.

9.  À quoi se résume votre participation à l’ICA depuis que vous avez obtenu votre titre de FICA?

Je suis membre de la Sous-commission sur les assurances IARD de la Commission de l’éducation permanente. Notre sous-commission est chargée de trouver et d’organiser les sujets relatifs aux assurances IARD pour les assemblées et webémissions de l’ICA.

10.  Qu’auriez‑vous fait si vous n’étiez pas devenu actuaire?

Ceux qui me connaissent savent que j’aime le bon café. Comme autre carrière, j’ouvrirais probablement un café avec mon épouse. Elle est une excellente cuisinière-pâtissière et moi, je serais le barista.

11.  Quels sont vos passe-temps?

Je suis très curieux et j’aime apprendre. La lecture et les voyages sont quelques-uns de mes loisirs préférés. J’aime aussi conduire, écouter de la musique, bien manger et, bien sûr, préparer le café.

12.  Quelle est votre destination de voyage de rêve?

Mes vacances de rêve seraient de faire le trajet en voiture de Lisbonne (Portugal) à Monaco (France) sur un mois et, chemin faisant, de visiter les villages côtiers. Je m’arrêterais probablement en chemin pour admirer le paysage et goûter à la nourriture locale. J’aimerais planifier l’itinéraire de manière à arriver à Monaco pour assister au Grand Prix de Formule 1.

13.  Quelle est votre devise?

« Soyez insatiables. Soyez fous ». – Steve Jobs

Apundeep Lamba est vice-président principal et chef de la gestion actuarielle pour le Canada chez Swiss Re.

Si vous souhaitez être en vedette dans la rubrique Nouveaux Fellows sous les projecteurs, communiquez avec la rédactrice anglaise de l’ICA, Bonnie Robinson, à bonnie.robinson@cia-ica.ca.

 
Les bénévoles en déplacement

Conseil d’administration

Les membres du groupe de travail suivant ont été approuvés, en vigueur le 1er février 2016 :

Groupe d’experts en matière de gouvernance : Jacques Tremblay (président), Joe Nunes (vice-président), Rob Brown, Mark Campbell, David Congram, Micheline Dionne, Sharon Giffen, Mike Hale, Joseph Kazibwe, Marie-Hélène Malenfant, Bernard Morency, Daniel Pellerin, Rob Stapleford et Marc Tardif.

Le mandat du groupe d’experts consiste à fournir des recommandations sur les sujets suivants :

  • Gérer le processus de plaidoyer;
  • Impliquer les membres de l’ICA dans le processus d’élaboration de rétroaction en matière de politiques publiques;
  • Élaborer un processus approuvé afin de fournir de la rétroaction en matière de politique publique destinée aux gouvernements;
  • Aligner la recherche avec l’élaboration de la rétroaction en matière de politique publiques;
  • Ajuster les groupes de travail à un sujet dans la structure de l’ICA;
  • Modifier la Politique sur l’approbation des positions publiques;
  • Considérer des modifications aux articles 19.01 et 19.02 des Statuts administratifs de l’ICA. 

Les membres du groupe de travail suivants ont été approuvés :

  • Groupe de travail sur l’examen du perfectionnement professionnel continu (PPC) : Rob Stapleford (président), Jeremy Bell, Bob Boeckner, Jonathan Bondy, Maxime-Frédéric Brochu-Leclair, René Delsanne, Allen Hornung, Dean Newell, Marc Tardif, Rémi Villeneuve et Lisa Zwicker.

Les membres des directions suivantes pour l’exercice 2016-2017 ont été approuvés, en vigueur le 1er juillet 2016 :

  • Direction de l’admissibilité et de la formation : Rémi Villeneuve (président), Barb Addie (représentante du Conseil d’administration), Jeremy Bell, Mathieu Boudreault, Alana Farrell, Thomas Hinton, Terrence Narine et Kim Young;
  • Direction des relations internationales : Dave Pelletier (président), Jacques Tremblay (vice-président), Tom Ault, Robert Berendsen, Réjean Besner, Jim Christie, Mike Hafeman, Jason Malone, Robert McKay, Guillaume Turcotte et Jason Vary (représentant du Conseil d’administration);
  • Direction des services aux membres : Marie-Hélène Malenfant (présidente), Patrick Chamberland (représentant du Conseil d’administration), Stephen Cheng, Peter Douglas, Neil Duffy, Benoit Miclette, Ralph Ovsec, Nari Persad, Martin Roy, Yeh Ching Seto et Anne St-Martin;
  • Direction de la pratique actuarielle : Pierre Dionne (président), Faisal Siddiqi (vice-président), Jacques Boudreau, Rachel Dutil, Kathryn Hyland, Minaz Lalani (représentant du Conseil d’administration) et Michael Williams.

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions et au groupe ci-dessous :

  • Commission de déontologie : Douglas Brooks (président), Stephen Eadie (vice-président), Richard Béliveau, Stephen Butterfield, Luc Dionne, Sym Gill (n’est pas membre de l’ICA), Maryse Larouche, Pierre Laurin, Louis Martin, Jean-Claude Primeau et Rob Stapleford (membre d’office);
  • Commission des élections : Simon Curtis (président), François Boulanger, Christiane Bourassa, Michel Giguère, Pierre Lepage, Marc-André Melançon, Joseph Nunes, Jacques Tremblay et Mercy Yan, en vigueur le 27 juin 2016;
  • Commission sur la gouvernance : Sharon Giffen (présidente), David Congram, Alan Cooke, Pierre-Yves Julien et Minaz Lalani, en vigueur le 1er juillet 2016.
  • Commission sur les ressources humaines, la finance et la vérification : John Dark (président), Richard Gauthier, Denise Lang, Karen Lockridge et Jason Vary, en vigueur le 1er juillet 2016;
  • Commission sur les risques : Richard Gauthier (président), Sharon Giffen et John Dark, en vigueur le 1er juillet 2016;
  • Groupe de candidats à un tribunal : David Short (président), Simon Curtis, (vice-président), Gilles Dufresne, Normand Gendron, Neville Henderson, Guy Martel, Jean-Louis Massé, Daniel Murphy, Philip Pothier, Allan Shapira, William Solomon, Michel St-Germain, Bill Weiland et Nancy Yake, en vigueur le 1er juillet 2016.

Les personnes suivants ont terminé leur mandat au sein des directions et commissions ci-dessous et quittent avec remerciements :

  • Commission de déontologie : François Boulanger, Claude Lockhead, Bonnie Lysyk et Jacques Tremblay;
  • Commission des élections : Stephen Bonnar, Jacques Lafrance et Dennis Schettler;
  • Direction de l’admissibilité et de la formation : Joel Cohen, Angelita Graham, Deborah McMillan, Maxime-Frédéric Brochu-Leclair et Bruno Gagnon;
  • Direction des relations internationales : Geoffrey Melbourne (vice-président) et Catherine Robertson, en vigueur le 30 juin 2016.

Le Groupe d’experts en matière de gouvernance a été dissout avec remerciements.

Direction de l’admissibilité et de la formation

Les personnes suivantes ont été nommées aux (sous-)commissions ci-dessous :

  • Commission de l’éducation permanente : Jeremy Bell (président), Deborah McMillan et Alison Rose, en vigueur le 1er juillet 2016.
    • Sous-commission sur les champions des webémissions : Deborah McMillan (présidente), en vigueur le 1er juillet 2016;
    • Sous-commission sur l’assurance corporative de personnes : Alison Rose (présidente), en vigueur le 1er juillet 2016.

Une commission sur le professionnalisme a été créée avec Liam McFarlane (président) ainsi que Micheline Dionne, Angelita Graham, Jamie Jocsak, Stella-Ann Ménard et Jean-Paul Aubry à titre de membres.

Les personnes suivantes ont terminé leur mandat au sein des (sous-)commissions ci-dessous, et quittent avec remerciements :

  • Commission de l’éducation permanente : Deborah McMillan (présidente) et Joan Strothard;
    • Sous-commission sur l’assurance corporative de personnes : Joan Strothard (présidente);
  • Commission de l’agrément : Peter Muirhead (président);
  • Commission sur le programme d’études de l’examen 6-Canada de l’ICA : Justin Pursaga;
  • Commission sur les relations universitaires : Sheldon Lin (président), Taehan Bae, Claudia Gagné, Patrick Kavanagh, Denis Latulippe, Christiane Lemieux, Jeffrey Pai et Barbara Sanders.

La Commission sur les relations universitaires a été dissoute avec remerciments.

La Sous-commission sur l’assurance sociale et l’indemnisation des accidents du travail de la Commission de l’éducation permanente a été dissoute avec remerciements.

Direction des services aux membres

Les personnes suivantes ont été nommées aux (sous-)commissions ci-dessous :

  • Commission sur la gestion et le développement des bénévoles : Claire Bilodeau (président), Jean-François Lalonde (vice-président) et Rob Stapleford, en vigueur le 1er juillet 2016;
  • Commission consultative sur les régimes de retraite : Mazen Shakeel, en vigueur le 14 juin 2016;
  • Commission de recherche : Ben Marshall, en vigueur le 19 juillet 2016;
    • Sous-commission sur l’expérience des fonds distincts : Yan Decelles (vice-président), en vigueur le 19 juillet 2016;
  • Commission sur les changements climatiques et la viabilité : Minnie Green, en vigueur le 22 août 2016.

Les personnes suivantes ont terminé leur mandat au sein des (sous-)commissions ci-dessous, et quittent avec remerciements :

  • Commission consultative sur les régimes de retraite : Kari Holdsworth, en vigueur le 7 juin 2016;
  • Commission sur la gestion et le développement des bénévoles : Minnie Green, en vigueur le 1er juillet 2016;
  • Commission de recherche : Rob Brown, en vigueur le 10 août 2016;
  • Commission sur les changements climatiques et la viabilité : Denise Cheung, Kirill Semin et Betty-Jo Walke, en vigueur le 22 août 2016.