CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Mai 2016
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Eckler Ltd.
Mise à jour du président


par Jacques Tremblay, FICA
Président sortant de l'ICA

Pour visionner la vidéo, cliquez ici. Voici une transcription de la vidéo :

Bonjour à tous.

Je m’appelle Jacques Tremblay et je suis le président sortant de l’Institut canadien des actuaires.

Le Conseil d’administration de l’ICA se penche actuellement sur de nombreux dossiers importants et bon nombre de projets en sont aux dernières étapes. Ceux-ci seront complétés pour la prochaine réunion du Conseil d’administration, qui aura lieu en juin à l’occasion de l’Assemblée annuelle.

Modifications proposées aux Statuts administratifs

Je désire faire le point sur les modifications proposées aux Statuts administratifs en ce qui concerne le perfectionnement professionnel continu (PCC) et la divulgation des condamnations criminelles. Au chapitre du PPC, le Conseil d’administration s’est dit impressionné des commentaires judicieux formulés par de nombreux membres à l’égard de l’utilisation potentielle du qualificatif de non-praticien. Le Conseil d’administration a procédé à l’examen consciencieux de ces commentaires et a décidé de ne pas procéder à cette modification proposée aux Statuts administratifs.

L’ICA demeure aux prises avec un problème en ce qui concerne le PPC et le recours important aux exemptions. Notre public s’attend et est en droit de s’attendre à ce que les membres de l’ICA s’emploient activement à demeurer à jour dans leur domaine de pratique. Notre approche de déclaration et de surveillance de la conformité aux exigences de PPC devra être modifiée, et cela demeure. Le Conseil d’administration a décidé de former un groupe de travail qui travaillera en collaboration avec la Direction de l’admissibilité et de la formation et la Commission d’admissibilité pour améliorer notre surveillance du PPC. Selon les commentaires des membres, on favoriserait une approche qui simplifie la déclaration, dans laquelle le PPC acceptable serait défini plus clairement et qui mettrait davantage l’accent sur la limite des exemptions. C’est ce que nous ferons. Demeurez à l’affût!

À l’occasion de sa réunion de mars, le Conseil d’administration a décidé d’aller de l’avant avec l’exigence concernant la divulgation des condamnations criminelles. Compte tenu des commentaires judicieux des membres, on accordera une période de transition plus longue. Selon la réflexion du Conseil d’administration, la 11Règle de déontologie exige déjà que les membres ayant été reconnus coupables d’une infraction criminelle soient soumis au processus disciplinaire de l’Institut. Cette modification proposée vient compléter l’intention de la Règle 11 en exigeant la divulgation de ces condamnations et exigera de l’Institut qu’il précise la façon dont il gérera les condamnations des membres et des candidats à l’adhésion. Le Conseil d’administration a tenu une téléconférence spéciale le 26 avril afin de discuter des modifications proposées aux Statuts administratifs. D’autres modifications ont été demandées et la proposition définitive sera approuvée sous peu. Des documents explicatifs seront diffusés aux membres d’ici la fin du mois de mai. On a tenu une webémission en français et en anglais le 30 mai à l’heure du dîner pour répondre aux demandes de renseignements des membres. Un vote des membres aura lieu à l’occasion de la Séance des affaires générales de l’Assemblée annuelle à St. John’s, le 28 juin. Les membres qui n’assisteront pas à l’Assemblée annuelle pourront voter par procuration.

Révision du plan stratégique – Engagement en matière de politique publique

Une activité importante du Conseil d’administration consiste à réviser et mettre à jour le plan stratégique de l’Institut. La réalisation dans les délais prévus de chacune des quatre initiatives principales qui sont ajoutées au plan exige beaucoup de travail de la part des membres du Conseil d’administration, des bénévoles et du personnel du siège social de l’ICA.

L’une de ces initiatives principales est d’améliorer l’engagement de l’ICA en ce qui concerne la politique publique, une initiative que le Conseil d’administration appuie entièrement depuis plus d’un an. Le groupe d’experts en matière de gouvernance sur la politique publique, présidé par moi-même, se penche sur cette initiative. Les membres travaillent à la conception de processus, qui permettraient à l’ICA de s’attaquer à d’importants sujets, à des moyens de produire des recherches pertinentes et à l’adoption d’une démarche proactive étayée par des données probantes, le tout en intégrant une capacité d’information des membres. On tente d’établir un équilibre entre la prise de position plus audacieuse dans la sphère de la politique publique tout en s’assurant de donner aux membres l’occasion d’exprimer leur opinion durant l’élaboration de positions publiques et de trouver des moyens de mettre en œuvre des initiatives qui appuieraient la vision, la mission et les valeurs de l’ICA, et ce, dans l’intérêt public. Les opinions diffèrent en ce qui concerne l’intervention de l’ICA en matière de politique publique. Les membres de mon groupe représentent le vaste éventail de ces opinions. Demeurez à l’affût des progrès à la suite de l’Assemblée annuelle.

Position publique sur l’expansion des régimes de retraite publics

Dans cette brève mise à jour, je souhaitais aussi vous faire savoir que la Commission consultative sur les régimes de retraite, présidée par Michel St-Germain, a rédigé une position publique portant sur l’expansion des régimes de retraite publics. Ce document constitue une suite logique et opportune à la position publique publiée en novembre et intitulée Prendre des mesures opportunes pour répondre aux besoins des retraités canadiens futurs. Cette position énonçait six conditions qui doivent être satisfaites pour que l’ICA appuie l’expansion des régimes de retraite publics. La nouvelle position publique, qui constitue le point culminant de plusieurs mois de travail accompli par la Commission consultative sur les régimes de retraite, a été révisée par la Commission sur les politiques publiques sous la direction de Mike Hale. Elle subit présentement quelques modifications de dernière minute et sera ensuite soumise au processus d’approbation finale.

Cette position comporte une caractéristique intéressante. Un mois avant la rencontre des ministres des Finances prévue en juin pour discuter de l’expansion des régimes de retraite publics, elle sera transmise à tous les ministres et sous-ministres des Finances, aux ministres responsables des régimes de retraite, à certains membres des médias et aux représentants gouvernementaux responsables des régimes de retraite. Le document a été rédigé dans le but de faire connaître les idées des actuaires à ce sujet et permettra d’éclairer les discussions des ministres avant et pendant la rencontre.

Ce sera tout pour le moment. Nous aurons d’autres nouvelles intéressantes à vous communiquer dans un mois!

Jacques Tremblay, FICA, est le président sortant de l'Institut canadien des actuaires.

 
Le point de mire


par Pierre Dionne, FICA

Le présent article fait le point sur deux activités récentes de la Direction de la pratique actuarielle (DPA) et présente quelques-unes des initiatives à venir.

Les ICC débarquent

Les inventaires des compétences et des connaissances (ICC) ont été créés en 2007 par la Commission de l’éducation permanente. Ceux-ci visaient principalement à appuyer les programmes de perfectionnement professionnel continu des membres en présentant un sommaire des compétences nécessaires à l’accomplissement de tâches précises dans chaque domaine de pratique. Les ICC présentaient en plus une liste de ressources très utiles contenant des hyperliens permettant d’accéder à des documents de l’ICA, à des documents comptables, aux exigences et lignes directrices en matière de réglementation et à des textes législatifs.

Il y a un an, quelques personnes ont indiqué que les ICC étaient désuets, principalement en ce qui concerne la liste de ressources, laquelle n’avait pas été tenue à jour. La DPA, grâce à ses diverses commissions de pratique, a entrepris la révision et la mise à jour des ICC. Ce processus n’est pas encore complété pour quelques domaines de pratique, mais les ICC relatifs aux régimes de retraite, aux assurances IARD, à l’expertise devant les tribunaux et à la gestion du risque d’entreprise sont disponibles.

 

Plus important encore, la DPA a mis en place un processus de mise à jour en continu de la liste de ressources, à laquelle les notes éducatives publiées par l’ICA seront ajoutées systématiquement. Les commissions de pratique, qui se tiennent à jour en ce qui concerne les changements relatifs à la réglementation et la législation, informeront le personnel de l’ICA de toute mise à jour à cet égard. Une note de bas de page indiquant la date de la plus récente mise à jour permettra aux membres de s’assurer de consulter le document le plus actuel.

Toutes les commissions de pratique ont convenu de la grande utilité de la liste des ressources pour les membres. Dans cette optique, on a décidé de créer une page d’accueil consacrée aux ICC. On peut aussi accéder à cette page en sélectionnant la section Perfectionnement professionnel dans le menu déroulant de l’onglet du même nom, puis en sélectionnant le sous-menu ICC. Dès qu’ils seront complétés, les inventaires manquants seront ajoutés à la page Web. Grâce à cette page consacrée aux ICC, les membres n’auront plus à chercher dans les publications pour accéder à l’inventaire recherché.

Nous sommes convaincus que vous aurez de la facilité à trouver les ICC et que ceux-ci sauront vous être utiles dans le cadre de vos activités courantes. Si, selon vous, certains documents importants ne figurent pas dans la liste des ressources, n’hésitez pas à en informer la commission concernée ou un membre de la DPA.

Le nouveau test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie

À la fin du mois de mars 2016, le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) a publié le projet de ligne directrice visant le test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie (TSAV). Le TSAV se substituera au montant minimal permanent requis pour le capital et l’excédent (MMPRCE) pour les périodes de déclaration se terminant le 1er janvier 2018 ou ultérieurement.

Le TSAV a nécessité beaucoup de temps et plusieurs cycles d’études d’impact quantitatives, qui ont été menées par l’industrie de l’assurance-vie au cours des dernières années. L’ICA, par l’intermédiaire de la DPA et de plusieurs de ses commissions, a également pris part à ce processus.

 

Plus récemment, cependant, la DPA s’est vue demander par le BSIF de réviser le projet de ligne directrice avant même sa publication. Bien que le BSIF ait publié le projet confidentiel le 15 janvier, soit en plein cœur de la période de déclaration de fin d’exercice pour les assureurs-vie, les commissions de la DPA ont travaillé très fort pour respecter l’échéance de la mi-février fixée par le BSIF. Sur tous les plans, le BSIF s’est dit très satisfait de la rétroaction constructive reçue et a intégré plusieurs suggestions à la version définitive du projet de ligne directrice publié.

À la suite de la publication de mars, une équipe de rédaction formée de membres de plusieurs commissions a été mise sur pied afin de formuler des commentaires officiels au nom de l’ICA. Dans un délai très serré, l’équipe a révisé le document de 194 pages et a formulé 42 recommandations au BSIF.

Au cours de l’année à venir, vous pouvez vous attendre à recevoir d’autres communications de la part de la DPA abordant ce sujet important. Les directives visant la mise en œuvre de l’examen dynamique de suffisance du capital pendant la période de transition et la réduction de l’étendue de la pratique en ce qui concerne la meilleure estimation et le calcul des provisions pour écarts défavorables sont quelques-uns des éléments sur lesquels se penchera la DPA au cours des mois à venir.

Comme toujours, chacun des membres de la DPA est disponible pour discuter avec vous de toute question que vous puissiez avoir en ce qui concerne les deux sujets ci-dessus ou tout autre sujet lié à la pratique actuarielle. Pour accéder à la liste des membres de la DPA et à celle des diverses commissions de la Direction et de leurs membres respectifs, consultez l’onglet Organisation de la section réservée aux membres du site Web de l’ICA.

Pierre Dionne, FICA, est le président de la Direction de la pratique actuarielle.

 
Les actuaires en déplacement

Rob Brown a été cité dans une table-ronde portant sur les régimes de retraite dans le Benefits and Pensions Monitor Magazine.  

Barry McInerney a été nommé président et chef de la direction chez Placements Mackenzie.

Au mois de mai, Dany Paradis a été nommé au Conseil d’administration de Métaux canadiens. 


Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l’ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Les actuaires en déplacement, vous donnera l’occasion d’annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d’autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d’informer vos confrères et consœurs de travail et d’autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu’il s’agisse d’ex-collègues, d’anciens confrères ou consœurs d’université, d’employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d’envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n’hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – à la rédactrice anglaise de l’ICA à bonnie.robinson@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l’ICA, suivez l’ICA sur Twitter.

 
Le coin des affaires publiques

         

par Les Dandridge et Pascale Belleau

Depuis plusieurs années, le Conseil d’administration entend prioriser les initiatives relatives aux relations gouvernementales et aux affaires publiques. Le Conseil d’administration a appuyé cet engagement en autorisant l’embauche d’un spécialiste en la matière (Elliot Hughes, gestionnaire des affaires publiques) en 2014. Lorsqu’Elliot nous a quittés en 2015 pour assumer la fonction de conseiller en politiques au sein du cabinet du ministre des Finances fédéral, Bill Morneau, l’ICA a embauché Pascale Belleau à titre de directrice associée des affaires publiques afin de poursuivre ses avancées dans ce domaine.

Au cours des deux derniers mois, ce dossier a été très actif. Outre toutes les activités législatives menées dans des domaines d’intérêt actuariel, plusieurs mémoires ont été produits ou sont en cours de rédaction.

Groupe d’experts en matière de gouvernance sur la politique publique

Les membres ont été informés des travaux du Conseil d’administration relatifs au plan stratégique et ont également été consultés à cet égard. L’un des objectifs stratégiques fondamentaux consiste à exercer une influence en matière de politique publique. Le Conseil d’administration a mis sur pied un groupe d’experts en matière de gouvernance sur la politique publique, présidé par Jacques Tremblay, dans le but de faciliter la conception d’un processus d’approbation amélioré aux fins de l’élaboration et de la diffusion des positions publiques habituelles de l’ICA. Le groupe a également pour mandat de déterminer la façon de produire annuellement deux documents de politique publique audacieux et d’intégrer ceux-ci à la structure de l’ICA.

Le groupe d’experts travaille d’arrache-pied sur divers plans et présentera plusieurs documents au Conseil d’administration en juin. Cet objectif stratégique comporte plusieurs facettes. Lorsqu’il sera approuvé, le groupe d’experts communiquera sa réflexion aux membres et mettra graduellement les processus en place afin de permettre à l’ICA de réaliser ses ambitions. Demeurez à l’affût!

Projet de loi S-201, Loi sur la non-discrimination génétique

En décembre 2015, le sénateur James Cowan a déposé au Sénat ce projet de loi d’initiative parlementaire en première lecture. Le 27 janvier 2016, le projet de loi a été soumis à une seconde lecture, puis présenté au Comité sénatorial permanent des droits de la personne. (Bref retour en arrière : Le sénateur Cowan avait auparavant déposé à deux reprises une loi similaire. En 2014, son projet de loi avait été présenté au Comité sénatorial permanent des droits de la personne, qui y avait relevé plusieurs lacunes, puis le projet de loi est mort au feuilleton. Jacques Boudreau, président du Groupe de travail sur les tests génétiques de l’ICA (maintenant une commission), Bob Howard et Michel Simard ont témoigné devant le comité afin de présenter des données probantes à l’encontre du projet de loi, en fonction des travaux du groupe de travail et du rapport de Bob Howard présenté à la Commission de recherche de l’ICA en juillet 2014 – Modèle pour tests génétiques : Et si les tarificateurs n’avaient pas accès aux résultats connus?).

 

Cette fois-ci, Jacques Boudreau et Bernard Naumann ont témoigné lors de l’audience du comité le 17 février. Le projet de loi a été approuvé à l’unanimité avec des modifications par le Comité sénatorial le 10 mars, puis présenté au Sénat, où il a été approuvé avec des modifications le 14 avril.

Le 3 mai, le projet de loi a été adopté en première lecture à la Chambre des communes. Le député Robert Oliphant de Don Valley West en est le promoteur. Le 12 mai, Bernard Naumann, Bob Howard et Pascale Belleau ont tenu une rencontre avec M. Oliphant à Ottawa, entretien auquel Jacques Boudreau a assisté par téléconférence. Ce fut une réunion productive durant laquelle des points de vue ont été échangés et où tous se sont engagés à poursuivre les communications à mesure que le processus législatif évolue.

Initiative relative aux régimes de retraite fédéraux

En décembre 2015, le ministre des Finances, Bill Morneau, a rencontré les ministres des Finances à l’échelle du pays afin de discuter de plusieurs sujets, la réforme des régimes de retraite figurant au sommet de la liste. Aucune décision n’a découlé de cette rencontre, outre un engagement des participants à se réunir de nouveau en juin afin de tenir une discussion ciblée sur l’expansion du Régime de pensions du Canada (RPC) et du Régime de rentes du Québec (RRQ) en vue de parvenir à une entente lors de la réunion des ministres des Finances qui aura lieu en décembre 2016.

La Commission consultative sur les régimes de retraite (CCRR) a décidé de se fonder sur la position publique publiée en novembre dernier, Prendre des mesures opportunes pour répondre aux besoins des retraités canadiens futurs, et d’élaborer une nouvelle position axée sur l’expansion du RPC/RRQ. La CCRR s’était engagée à ce que ce document soit transmis aux ministres des Finances fédéral, provinciaux et territoriaux, aux ministres responsables des régimes de retraite, aux représentants gouvernementaux et à plusieurs associations à la mi-mai afin de pouvoir favoriser chez eux une réflexion axée sur les enjeux fondamentaux. Le document a été soumis au processus d’approbation des positions publiques, et à l’extrême rigueur de la Commission sur les positions publiques (CPP), ainsi qu’à un examen additionnel mené par un groupe d’experts chevronnés en matière de régimes de retraite.

 

Le document, L’expansion des régimes de retraite publics, a été distribué le 19 mai aux membres de l’ICA et à ce bassin de ministres et de représentants. La CCRR a déjà entrepris de renseigner des représentants et d’autres personnes à l’égard des principes et des éléments conceptuels de la position.

Projet de loi 186, Loi de 2016 sur le Régime de retraite de la province de l’Ontario (sécuriser la retraite en Ontario)

Déposé par l’honorable Mitzie Hunter, ministre associée des Finances (Régime de retraite de la province de l’Ontario) et lu pour une première fois le 14 avril 2016, le projet de loi a été adopté en seconde lecture le 9 mai, puis présenté au Comité permanent de la politique sociale de l’Ontario. Michel St-Germain, président de la CCRR, et Ian Edelist, membre de la CCRR, ont témoigné devant le comité. Ils ont présenté le point de vue de l’ICA à l’égard des conditions et des facteurs à prendre en considération aux fins de l’expansion des régimes de retraite publics tels qu’énoncés dans les positions publiques diffusées par l’ICA en novembre et en mai.

Santé

Nous avons récemment été informés de consultations inopinées menées par le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes. Le comité étudie l’élaboration d’un programme national d’assurance-médicaments. Le comité a déjà mené plusieurs audiences et l’ICA préparera un résumé fondé sur le document qu’il a récemment produit et qui s’intitule Position publique sur un régime national d’assurance-médicaments. On nous a dit que d’autres audiences auraient lieu sur le sujet et nous avons exprimé notre intention d’y participer. Les actuaires peuvent sans doute contribuer à approfondir la réflexion à ce sujet.

 

Mémoires et positions publiques

L’ICA participe régulièrement à des consultations tenues par les gouvernements et diverses associations tant sur la scène nationale qu’internationale. Ces consultations offrent à la profession des occasions de s’exprimer dans l’intérêt du public sur divers sujets à l’égard desquels elle possède expérience et connaissances.

La CPP, présidée par Mike Hale, assure la révision et l’approbation de ces documents et est également chargée de l’approbation des positions publiques de l’ICA. Au cours des derniers mois, la CPP a approuvé des mémoires portant sur les règlements relatifs aux régimes de retraite de l’Ontario, le Règlement sur les régimes complémentaires de retraite du Québec, le test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie pour le Bureau du surintendant des institutions financières, les avantages du personnel pour l’International Public Sector Accounting Standards Board et les prêts sur salaire en Ontario (qui sera publié prochainement). Elle a aussi approuvé la nouvelle position publique relative à l’expansion du RPC/RRQ.

Les Dandridge est le directeur des communications et des affaires publiques de l’ICA.
Pascale Belleau est la directrice associée aux affaires publiques de l’ICA.

 
Insight Decision Solutions
RGA Canada
Nouvelles de l'Institut

 

par Lynn Blackburn

Le 19 mai, les membres ont été informés d’une récente décision du Conseil d’administration visant la modification des Statuts administratifs et des Règles de déontologie dans le but de mettre en œuvre une exigence pour les membres de l’ICA de divulguer toute condamnation criminelle.

Contexte
Dans le but constant de s’assurer que les membres de l’ICA soient considérés au Canada comme des professionnels de premier plan, le Conseil d’administration se penche régulièrement sur l’infrastructure de l’Institut, notamment ses Statuts administratifs, ses Règles de déontologie et ses politiques, afin de veiller à leur rigueur et à leur cohérence par rapport aux autres professions au Canada.

Au début de l’année 2014, le cabinet juridique de l’ICA, Fasken Martineau DuMoulin, a soumis à l’examen du Conseil d’administration plusieurs recommandations visant des modifications qu’il conviendrait d’apporter au sein de l’Institut afin de mieux soutenir son premier principe directeur. On a demandé à la Commission de gouvernance (CG) de se pencher sur certaines recommandations du cabinet.

L’exigence visant la divulgation des condamnations au criminel figurait au sommet de la liste et a fait l’objet d’un examen par la CG. Cette exigence est déjà imposée à d’autres professions en vertu de lois provinciales qui les régissent (p. ex. Barreau du Haut-Canada, Chartered Professional Accountants (CPA) of Ontario et les 45 ordres professionnels au Québec).

En novembre 2015, le Conseil d’administration a étudié une version provisoire des modifications proposées aux Statuts administratifs, aux Règles de déontologie ainsi qu’à plusieurs politiques qui avaient été recommandées afin de mieux soutenir le principe sous-tendant la Règle 11 des Règles de déontologie qui stipule qu’un membre : « ...s’expose aux procédures disciplinaires de l’Institut s’il est déclaré ou reconnu coupable ou encore s’il plaide coupable de tout délit criminel ou analogue ». La proposition exigerait que les nouveaux candidats à l’adhésion et les membres existants de l’Institut divulguent toute condamnation au criminel antérieure ou future à des fins d’examen et d’évaluation par l’Institut. Le Conseil d’administration a donné le feu vert à la diffusion à des fins de consultation auprès des membres.

 

En mars 2016, le Conseil d’administration a discuté des résultats de la consultation auprès des membres, a apporté quelques modifications à la proposition et a décidé de procéder à la mise en œuvre. Les prochaines étapes du processus formel d’approbation ont alors été déclenchées.

Le 26 avril 2016, le Conseil d’administration a approuvé en principe les modifications proposées qui viendraient renforcer la Règle 11 par l’ajout d’une exigence de divulgation. Cette dernière permettrait à l’ICA, à titre d’organisme professionnel de la profession actuarielle au Canada, d’être mis au courant de la condamnation au criminel de l’un de ses membres et d’évaluer et de déterminer plus promptement si un tel renseignement affecte la capacité du professionnel de rendre des services professionnels, améliorant ainsi la capacité de l’ICA de protéger l’intérêt public.

Le 16 mai 2016, le Conseil d’administration a formellement approuvé les modifications proposées, y compris le vote par procuration pour que les membres confirment les modifications. Le 19 mai, les modifications ont été communiquées aux membres afin qu’ils en confirment l’adoption lors de l’Assemblée annuelle à St. John’s, T.-N.-L., les 28 et 29 juin 2016.

Une webémission a eu lieu le 30 mai 2016, avec des membres de la direction de l’ICA, afin de fournir aux membres l’occasion de mieux comprendre les modifications et de poser des questions. Si vous n’avez pu y assister, vous pouvez accéder à l’enregistrement de la webémission.

Documents

Les documents ci-joints renferment les modifications détaillées qui ont été approuvées par le Conseil d’administration et qui doivent maintenant être confirmées par les membres. Vous y trouverez également une description du processus et les renseignements qui vous permettront de voter sur les modifications proposées, soit avant ou pendant l’Assemblée annuelle de juin 2016 qui se tiendra à St. John’s, T.-N.-L. Vous avez également accès à ces renseignements sur le site Web de l’ICA. Ouvrez une session sur le site des membres, puis cliquez sur Organisation>Amendements.

1. Note de service à l’intention des membres : Modifications proposées visant la divulgation des condamnations au criminel

2. Statut d’amendement no 2016-1 : Divulgation des condamnations au criminel (Statuts administratifs et Règles de déontologie). Veuillez également consulter les annexes B et D.

3. Politique sur la divulgation des condamnations au criminel

4. Politique en matière de conditions de qualification

5. Politique sur l’exonération de cotisation

6. Instructions pour le vote (par procuration électronique et en personne) et l’utilisation du serveur de liste des amendements – Calendrier pour les 40 prochains jours

7. Enregistrement de la webémission du 30 mai

8. Inscription à l’Assemblée annuelle

Lynn Blackburn est la directrice de la pratique professionnelle et des services aux bénévoles du siège social de l’ICA.

 


par Joseph Gabriel, FICA

Une citation intéressante de Sherlock Holmes tirée du roman Le Signe des quatre résume bien ma vision de la profession actuarielle : « Mon esprit refuse la stagnation. Donnez-moi des problèmes, du travail! Donnez-moi le cryptogramme le plus abstrait ou l’analyse la plus complexe, et me voilà dans l’atmosphère qui me convient. »

Dans cette optique, mes fonctions d’actuaire membre du personnel, éducation, au sein de l’ICA m’apportent constamment des projets et des activités stimulants, bien au-delà de ce à quoi je m’attendais lors de mon entrée en poste, il y a environ deux ans et demi. Parmi les nombreuses tâches qui relèvent de ma responsabilité, les activités de relations externes me permettent de me faire ambassadeur de la profession et de promouvoir la richesse, la rigueur et l’excellente réputation des actuaires au Canada.

Programme d’agrément universitaire

Dans le cadre de la tournée annuelle de l’ICA dans les onze universités canadiennes agréées, j’ai le privilège de rencontrer des étudiants. Ces visites ont lieu au début des sessions d’automne et d’hiver et offrent une occasion d’informer les étudiants de première année au sujet de l’ICA, de ses rôles et responsabilités, du Programme d’agrément universitaire (PAU) et d’autres renseignements pertinents au sujet de la profession actuarielle. Il s’agit d’une occasion en or d’entrer en contact avec nos futurs membres en interagissant avec des esprits jeunes et dynamiques souhaitant se renseigner au sujet de l’aventure que constitue la profession actuarielle. Les candidats posent des questions au sujet de toutes les facettes de la profession, que ce soit le PAU, les exigences de qualification, les nombreux organismes actuariels de l’Amérique du Nord, les perspectives d’emploi et la portabilité mondiale du titre de FICA.

 

Processus des examinateurs externes du PAU

À la fin de l’année universitaire, j’ai aussi l’occasion de procéder à la vérification des universités agréées dans le cadre du processus des examinateurs externes (EE). Les visites des EE s’échelonnent du mois de mai au début de juin et consistent en une vérification sur place d’une durée d’un à deux jours. L’ICA recrute des FICA possédant, de préférence, de l’expérience en éducation. Chaque EE se voit assigner une ou deux universités et est accompagné par l’un des actuaires membres du personnel, soit Chris Fievoli ou moi-même, question d’assurer l’uniformité d’une université à l’autre.

Pendant la visite, on procède à l’examen de documents afin de jauger le caractère approprié des examens, l’étendue de la matière couverte, ainsi que la conformité aux exigences de l’ICA. On procède à la vérification des notes attribuées afin d’évaluer la cohérence en ce qui concerne la façon dont les points sont accordés ou soustraits. Les problèmes recensés, le cas échéant, font ensuite l’objet de discussions avec l’actuaire chargé de l’agrément, les chargés d’enseignement et tout autre représentant de l’université concernée. Ce dialogue a pour but de veiller à ce que l’université soit au courant de toutes les pratiques et exigences privilégiées par l’ICA et permet à ce dernier d’en savoir plus au sujet des processus internes de l’université en matière de contrôle de la qualité. Bien que, conformément aux exigences, au moins 80 % de la note attribuée dans les cours agréés doit provenir d’examens en bonne et due forme, la visite permet aussi à l’ICA de constater la variété des méthodes d’évaluation utilisées, notamment des examens informatiques ultramodernes englobant de la matière théorique et appliquée.

Salons de l’emploi

Les salons de l’emploi offrent un autre moyen de promouvoir la profession actuarielle et l’ICA. Le 12 mai dernier, j’ai eu l’honneur d’assister au Forum des métiers 2016 au Lycée Claudel à Ottawa. Cet événement à grand déploiement ne comptait pas moins de 85 exposants provenant d’un vaste éventail d’horizons professionnels, comme des neurologues, des gynécologues-obstétriciens, des avocats, des agents de police, des audiologistes, des journalistes, des physiothérapeutes et, bien entendu, un actuaire. Les exposants ont eu l’occasion d’interagir avec plus de 200 élèves en plein processus d’orientation de carrière. Diverses universités et divers établissements d’enseignement étaient aussi présents pour faire la promotion de leurs programmes, notamment HEC Montréal, l’Université d’Ottawa et le collège La Cité.

 

Le kiosque de l’ICA a su attirer l’attention de bon nombre d’adolescents curieux à la vue du mot « actuaire ». Je ne pourrais dire le nombre de fois qu’on m’a demandé : « Excusez-moi, Monsieur, mais qu’est-ce qu’un actuaire? ». Je me suis fait un plaisir de présenter aux élèves et à leurs parents les innombrables possibilités offertes par la profession et de leur parler du formidable sentiment d’accomplissement porté par la profession, de la qualification jusqu’à l’expérience de travail au quotidien. J’ai veillé à leur dire clairement que la détermination et le travail acharné étaient des conditions essentielles, mais les élèves semblaient déjà savoir qu’il n’y a pas de récompense sans effort. Il était aussi très intéressant de voir d’autres professionnels venir se renseigner au sujet des actuaires! J’ai même eu le plaisir d’expliquer le processus de qualification et les tâches quotidiennes effectuées par un actuaire à des enseignants et à des optométristes.

Projet Retour à l’école

Pour une deuxième année, l’ICA a entrepris son projet Retour à l’école dans le cadre duquel des actuaires se rendent dans des écoles secondaires à l’échelle nationale pour sensibiliser les élèves à la profession. Le but est de créer un plus grand intérêt et de motiver davantage les élèves intéressés par les mathématiques à devenir des actuaires. Ayant connu un franc succès l’an dernier, 18 bénévoles ont fait des présentations auprès de 1 100 étudiants. Cette année, 26 actuaires intéressés par le projet ont communiqué avec l’ICA. Jusqu’à présent, six présentations ont été faites par quatre actuaires à un public de plus de 150 élèves. De plus, plusieurs autres présentations sont organisées pour cet automne. Une partie de la présentation se résume à résoudre le problème à un million de dollars, qui donne la chance aux élèves de gagner un iPad Air 2. Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles pour aider à inspirer la prochaine génération d’actuaires. Envisagez de vous porter bénévole.

Comme vous pouvez le constater, l’ICA assure une promotion très active de la profession au moyen de diverses initiatives. Chaque jour et chaque événement donne lieu à de nouveaux défis. Comme je le dis souvent à ma directrice, Alicia Rollo : « On ne s’ennuie jamais! »

Joseph Gabriel, FICA, est l’actuaire membre du personnel, éducation, de l’ICA.

 

 


Kathy Thompson, FICA

Le travail des actuaires est complexe et mal compris du grand public. Le défi que la Commission des applications en gestion du risque d’entreprise (CAGRE) a récemment relevé avec succès consistait à expliquer le travail des actuaires en gestion du risque d’entreprise (GRE) de manière succincte et précise.

« Le projet avait comme objectif de définir un énoncé de marque pour les actuaires à titre d’experts en gestion du risque, ou de spécialistes de la GRE », dit Kathy Thompson, membre de la CAGRE et responsable du projet. « On reconnaissait le fait que le travail de gestion du risque et la GRE ne sont pas exclusifs aux actuaires », ajoute-t-elle. « La GRE est exercée par les membres de plusieurs organismes professionnels. Nous voulions mettre en valeur le travail des actuaires dans ce domaine, ce qui nous distingue des autres et ce que nous apportons à ce travail. »

« Le processus a commencé par des recherches sur Google afin de voir les résultats obtenus », explique Mme Thompson. « Nous avons consulté les sites officiels de l’ICA, de la Society of Actuaries et de la Casualty Actuarial Society, d’autres énoncés généraux, ainsi que des articles du magazine The Actuary. L’un des articles présentait des entretiens avec des actuaires provenant de divers domaines de pratique et plusieurs contenaient des commentaires au sujet de la gestion du risque. Nous avons mis à profit ces documents, y compris l’énoncé de marque de l’ICA ». Le groupe a même consulté le concours #WhatActuariesDo (#cequefontlesactuaires) sur Twitter pour décrire le travail d’un actuaire en 144 caractères ou moins.

 

« Nous avons transmis des idées aux membres de la Commission », dit Mme Thompson. « La Commission a convenu qu’il était plus bénéfique d’opter pour une formulation courte que longue. » Ce fut un travail d’équipe; presque tous les membres de la Commission ont participé. « Nous étions ravis d’avoir de la rétroaction. Nous avons éliminé des options jusqu’à l’obtention d’un énoncé satisfaisant », ajoute-t-elle. La Commission a formulé un énoncé bref pouvant servir de présentation éclair (« discours d’ascenseur ») et un autre plus long et plus détaillé en utilisant expressément la signature de l’ICA « Voir au-delà du risque » pour établir un lien avec l’organisme professionnel dans son ensemble.

Quatre mois plus tard, la Commission a arrêté son choix sur un énoncé qui lui plaisait : 

Voir au-delà du risque. Un actuaire est un professionnel du monde des affaires qui analyse et gère l’incidence financière des risques.

Les actuaires se fondent depuis toujours sur les mathématiques et les statistiques pour prédire les répercussions financières des événements incertains. Grâce à leur formation et à leur expérience, ils possèdent les compétences techniques et pratiques nécessaires pour évaluer avec objectivité les décisions stratégiques, optimiser les rendements ajustés au risque et mettre en œuvre des mécanismes d’atténuation du risque. S’ils travaillent traditionnellement dans les secteurs de l’assurance et des services financiers, les compétences des actuaires peuvent être mises en pratique dans tout un éventail d’industries. Les actuaires sont des professionnels de la gestion du risque. Ils sont en mesure d’évaluer à la fois les aspects quantitatifs et qualitatifs du risque et de concevoir une vision globale du risque intégrée pour l’ensemble de l’entreprise, facilitant ainsi aux personnes et aux organisations la planification pour l’avenir.

L’énoncé sera affiché à la page de la Commission sur le site Web de l’ICA, de même qu’à la page des Ressources sur la GRE. « Nous aimerions que les actuaires qui travaillent dans le domaine de la GRE adoptent cet énoncé et voir dans quelle mesure il illustre leur travail », dit Mme Thompson. « Nous espérons qu’il aidera les actuaires à faire leur marque en gestion du risque. Nous sommes en concurrence avec d’autres dans cette arène. Nous devons trouver des façons d’exploiter nos compétences à cet égard et d’apporter une plus grande valeur. »

Kathy Thompson est heureuse des choses concrètes accomplies par la Commission, notamment le livret sur la gouvernance du risque de la CAGRE, l’inventaire des compétences et des connaissances pour la GRE et cet énoncé « Qu’est-ce qu’un actuaire? ».

« Il est très satisfaisant de voir les membres d’une commission s’impliquer dans un projet qui constitue un point prioritaire pour la commission », dit-elle. « Il fait bon de faire partie du groupe qui a accompli cette réalisation. »

 

 

Le plus récent numéro de Voir au-delà du risque, la publication trimestrielle électronique de l’ICA, est maintenant disponible sur le site Web de l’ICA. Chaque numéro présente des contributions de noms bien connus au sein de la pratique actuarielle et d’experts du sujet traité qui écrivent sur des sujets qui sont proposés et perfectionnés par le Groupe d’experts à la rédaction, les lecteurs et les membres de l’ICA.

Ce numéro, le premier d’une série de deux, présente un article rédigé par Alain Lessard, FICA, FSA, qui examine les bouleversements que provoque l’économie du partage, plus particulièrement dans le secteur de l’assurance. L’auteur suggère que presque tous les secteurs traditionnels risquent d’être bouleversés, compte tenu particulièrement de la croissance de l’économie du partage, aussi connu comme un réseau poste à poste (P2P). Uber et Airbnb, les deux plus grandes marques de l’économie du partage, sont aujourd’hui aussi connues que n’importe quelle société de premier ordre. Plusieurs autres suivront sûrement.

M. Lessard se penche sur la façon dont les sociétés d’assurance devront continuer de travailler en collaboration avec les gouvernements et les organismes de réglementation, acquérir et développer les talents et renforcer leurs compétences essentielles, afin qu’elles puissent déterminer où elles peuvent créer de la valeur ajoutée pour les clients qui adhèrent à l’économie du partage.

Nous avons la certitude que vous trouverez cet article instructif et inspirant, et nous vous incitons à le partager avec vos amis et collègues.

 

Carl Peters, FICA (1971), FSA (1970)

Carl Peters est décédé soudainement le 13 avril 2016. Après avoir obtenu son diplôme de l’Université du Connecticut, il a passé 35 ans au sein de la Phoenix Mutual Life Insurance Company. En 1978, il change de domaine en faveur de la réassurance commerciale avant de prendre sa retraite à titre de vice-président. 

Ronald J.W. Smith, FICA (1966), FSA (1963)

Ronald J.W. Smith est décédé paisiblement le 16 avril 2016 à l’âge de 83 ans. Il a obtenu son baccalauréat en commerce de l’Université du Manitoba en 1955. Il a ensuite déménagé à Kitchener, en Ontario, où il a travaillé dans le domaine de l’assurance-vie. En 1959, il se dirige vers Détroit, au Michigan, où il a occupé le poste de conseiller en actuariat et en avantages sociaux, jusqu’à sa retraite en 1996.

 
Nouvelles sur les événements

 

Il vous reste encore du temps pour vous inscrire à l’Assemblée annuelle de cette année dans la merveilleuse ville de St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, les 28 et 29 juin.

Séances intéressantes

L’assemblée de cette année met en vedette une vaste gamme de séances d’intérêt pour tous les domaines de pratique. Nos conférenciers d’honneur, Michael Woodford et Diane Girard, discuteront de sujets controversés d’intérêt particulier pour les actuaires : dénonciations et leçons sur la gouvernance et la gestion de crise, ainsi que les défis en matière d’éthique pour les professionnels en actuariat, respectivement.

Réseautage

L’Assemblée annuelle de cette année se tiendra conjointement avec le colloque conjoint organisé par l’International Pension and Employee Benefits Lawyers Association (IPEBLA), l’Association internationale des actuaires-conseils (AIAC), la Section des pensions, des avantages sociaux et de la sécurité sociale de l’Association actuarielle internationale (PBSSAAI) et la Section de la santé de l’AAI (SSAAI). Les séances plénières combinées aux événements sociaux procureront d’excellentes occasions de réseauter avec vos collègues. Les participants de l’Assemblée annuelle peuvent également s’inscrire au programme du lundi du colloque conjoint (en anglais seulement).

Explorez Terre-Neuve-et-Labrador

Terre-Neuve-et-Labrador est connue pour sa beauté naturelle et sa culture vibrante. L’événement de réseautage conjoint, Ralliez-vous dans l’allée, fournira aux délégués de l’Assemblée annuelle de l’ICA et du colloque conjoint l’occasion de vivre les nuits mondaines du centre-ville de St. John’s. La tournée des bars comprend le repas typique de poisson-frites, des leçons de pas de danse de ligne et les mots de chansons locales, ainsi que la chance d’être accueilli au sein de l’Ordre royal des « screechers ».

Il existe plusieurs options de visites touristiques au sein de la ville ainsi qu’aux environs de St. John’s et de la province avant et après l’Assemblée annuelle.

Inscrivez-vous aujourd’hui!

Ne manquez pas cette occasion de rencontrer vos collègues et d’explorer la partie la plus à l’est du Canada. L’inscription se termine le 10 juin. Les chambres d’hôtel et les locations de voitures s’envolent rapidement. Inscrivez-vous aujourd’hui!

 


Yves Guérard, FICA

La présentation d’Yves Guérard, Fellow de l’ICA, donnée dans le cadre du Symposium Adaptation Canada a mis en évidence comment les actuaires contribuent à l’adaptation aux changements climatiques à l’échelle individuelle, régionale, nationale et internationale.

Au-delà d’un rôle normatif dans l’évaluation de la viabilité, l’actuaire peut encourager les mesures d’atténuation en tenant compte de leur effet positif sur les risques, par exemple dans la transition à une économie faible en carbone. Dans la négative ou si les hypothèses sont hors de la fourchette du consensus généralement accepté, l’actuaire doit en informer le lecteur.

Face à des risques nouveaux, l’actuaire peut aussi jouer un rôle plus dynamique et créatif en identifiant divers scénarios possibles pour gérer les répercussions financières de ces risques. Il peut promouvoir des choix optimaux quant à l’adaptation aux changements climatiques en comparant les coûts sur un horizon à plus long terme et en suggérant des arrangements financiers aux fins de leur financement, y compris de nouveaux outils de transfert des risques.

En contrepartie des avantages comparatifs de la profession actuarielle dans l’analyse de modèles climatiques complexes, les actuaires se doivent, en collaboration avec d’autres professionnels, d’enrichir le débat au sein de la société civile, de supporter la divulgation des risques financiers liés au climat et de s’assurer que les décideurs soient bien informés.

Les corps professionnels sont responsables de promouvoir le maintien de la qualification de leurs membres dans un environnement changeant. La publication en 2016 d’un Indice actuariel climatique (IAC) et d’un Indice actuariel des risques climatiques (IARC) est une initiative régionale qui répond à la responsabilité de la profession vis-à-vis la vulgarisation de l’information et l’éducation, tant des actuaires que du public en général. Une illustration visuelle de multiples risques climatiques devrait faciliter une meilleure perception de la variabilité et de l’incertitude relatives aux changements qui vont au-delà du simple réchauffement, un sujet qui monopolise souvent l’attention des médias.

La présentation complète est disponible ici.

 
Les bénévoles en déplacement

Direction des relations internationales

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous :

  • Commission sur les normes comptables internationales (assurance) : Alex Xu, Cynthia Potts, Michelle John et Edward Lam, en vigueur le 1er avril 2016;
  • Commission sur la réglementation internationale en assurance : Graham Mackay, en vigueur le 17 mai 2016.
  • Commission sur les normes internationales en matière de pensions et d’avantages sociaux : Guillaume Turcotte (président) en vigueur le 1er juillet 2016.

Un Groupe de travail sur la stratégie internationale de l’ICA a été créé et compte Réjean Besner, Rob Brown, David Congram, Micheline Dionne, Mike Hafeman, Dave Pelletier, Alicia Rollo (représentante de la Direction de l’admissibilité et de la formation et du siège social), Rob Stapleford, Jacques Tremblay (président) et Bill Weiland en tant que membres, en vigueur le 6 avril 2016.

Le mandat du groupe de travail est le suivant : Élaborer une stratégie internationale pour l’ICA, qui sera soumise à la Direction des relations internationales et au Conseil d’administration à des fins d’approbation.

Le mandat de la Commission sur les normes comptables internationales (assurance) a été révisé comme suit :

En ce qui concerne les nouvelles normes internationales comptables aux fins de l’assurance et des produits connexes :

  • Surveiller l’évolution et assurer que les nouveaux développements pertinents et matériels soient communiqués de façon appropriée au sein de l’ICA;
  • Recommander les endroits où des conseils additionnels précis de nature canadienne puissent être utiles et, le cas échéant, contribuer à leur élaboration;
  • Fournir de la rétroaction du point de vue de l’ICA aux organismes dirigeants internationaux, lorsque l’occasion est jugée appropriée et pertinente.

Les personnes suivantes ont quitté les commissions ci-dessous, ou leur mandat s’est terminé, et quittent avec remerciements :

  • Commission sur les normes comptables internationales (assurance) : France Déziel, en vigueur le 19 novembre 2015 et Denise Lang, en vigueur le 31 décembre 2015.

Catherine Robertson continuera d’agir à titre de membre de la Commission sur les normes internationales en matière de pensions et d’avantages sociaux et demeurera sur le serveur de liste de la Direction des relations internationales en tant que représentante du Conseil des normes actuarielles.

Direction de la pratique actuarielle

Les personnes suivantes ont été (re)nommées aux commissions ci-dessous :

  • Commission de pratique d’investissement : Nancy Ning, en vigueur le 8 avril 2016;
  • Commission sur l’actuaire désigné/responsable de l’évaluation : Elizabeth Boulanger (vice-présidente), Steven Finch et Chris Townsend (représentant d’un organisme de réglementation), en vigueur le 22 avril 2016.

Les personnes suivantes ont quitté les commissions ci-dessous, ou leur mandat s’est terminé, et quittent avec remerciements :

  • Commission sur l’actuaire désigné/responsable de l’évaluation : Stuart Wason.

La Commission de rédaction des normes de pratique a été dissoute avec remerciements.

Direction de l’admissibilité et de la formation

Les personnes suivantes ont quitté les (sous-)commissions ci-dessous, ou leur mandat s’est terminé, et quittent avec remerciements :

  • Sous-commission de la Commission de l’éducation permanente :
    • Sous-commission sur les assurances IARD : Lisa Guglietti.

Mariève Tétreault a quitté ses fonctions de membre du conseil d’examen CERA et quitte avec remerciements.