CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

mai 2015
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Eckler Ltd.
Votre Institut

Résultats des élections 2015 de l’ICA

Félicitations aux membres de l’ICA qui ont été élus au Conseil d’administration dans le cadre des élections de 2015 :

Le président désigné :
David R. Dickson

  Le secrétaire-trésorier :
John Dark (réélu par acclamation)

Les nouveaux administrateurs :
Claude A. Ferguson
Minaz H. Lalani

Denise M. Lang
Marc Tardif

Le président désigné servira un mandat d’un an à titre de président désigné, suivi de deux mandats consécutifs d’un an à titre de président et de président sortant. Les administrateurs sont élus pour un mandat de trois ans, à moins d’indication contraire ci-dessus. Les membres élus débuteront leurs mandats à la clôture de l’Assemblée annuelle, le 18 juin 2015.

Les élections représentent une chance pour chaque membre individuel de jouer un rôle dans l’établissement de l’orientation future de l’Institut. Cette année, plus de 1 400 d’entre vous ont profité de l’occasion, fixant le taux de participation à 32,6 %, une augmentation comparativement à l’an passé. Merci d’avoir pris le temps de voter et souvenez-vous d’en faire autant l’année prochaine.

Si vous voulez jouer un plus grand rôle dans le développement de la profession actuarielle au Canada, pourquoi ne pas envisager de poser votre candidature au Conseil d’administration?

Merci à tous ceux qui ont posé leur candidature dans le cadre des élections.
 
Article en Primeur

par Jim Christie, FICA

Nouveau président du CNA

Cet article est mon dernier compte rendu des activités du Conseil des normes actuarielles (CNA), mon mandat à la présidence du CNA se terminant à la fin juin. Le Conseil de surveillance des normes actuarielles a nommé Ty Faulds pour assurer ma succession.

Priorités du CNA

En plus de ses travaux courants relatifs au maintien des normes existantes, le CNA a déterminé que nos prochains thèmes prioritaires seraient les suivants :

  1. La mise à jour des normes relatives aux régimes de retraite afin de tenir compte des régimes à prestations cibles de façon précise;
  2. L’élaboration de normes respectant le rendement des investissements des régimes de retraite;
  3. L’évolution des pratiques liées au domaine de l’évaluation interne du risque et de la solvabilité (dispositif ORSA) et celui de la gestion du risque d’entreprise;
  4. L’uniformité des normes entre les domaines de pratique.

Le point sur les activités en cours

Un groupe désigné présidé par Bob Howard poursuit son travail d’élaboration d’un exposé-sondage concernant l’utilisation des modèles. La Direction de la pratique actuarielle travaille à la préparation d’une note éducative d’accompagnement visant à définir en quoi consiste un modèle. Bien que le groupe désigné ait essentiellement complété l’exposé-sondage, le CNA préférerait qu’une version provisoire de la note éducative soit publiée en même temps afin de réduire au minimum les possibilités d’incompréhension et de confusion chez les praticiens à l’égard de la nouvelle norme. Le CNA prévoit approuver la publication de l’exposé-sondage peu après sa réunion du mois d’août.

Un groupe désigné présidé par Ed Gibson présentera un exposé-sondage sur la sécurité sociale lors de la réunion de juin du CNA. Cet exposé-sondage intégrera les principes de la Norme internationale de pratique actuarielle 2 (NIPA 2) – Analyse financière des programmes de sécurité sociale aux normes de pratique canadiennes. Il proposera l’ajout d’une partie 7000 à nos normes étant donné que ces dernières n’abordent pas expressément la sécurité sociale.

La NIPA 3 (travail actuariel en vertu de la Norme comptable internationale 19) a récemment été acceptée par l’Association actuarielle internationale (AAI). Un groupe désigné présidé par Christiane Bourassa a entrepris l’examen de la NIPA 3 afin de déterminer la meilleure façon de l’intégrer à nos normes.

L’International Accounting Standards Board ne devrait pas publier la version définitive de la Norme internationale d’information financière 4 (IFRS 4) – contrats d’assurance avant 2016, laquelle devrait entrer en vigueur en 2019. En prévision de la version définitive, l’AAI a entrepris l’élaboration d’une NIPA 4 connexe. Un groupe désigné présidé par Simon Curtis assure la surveillance proactive des progrès de l’AAI à cet égard. Au final, le groupe désigné formulera au CNA des recommandations quant aux révisions qu’il conviendra d’apporter à nos normes pour tenir compte de la NIPA 4. Compte tenu du délai serré entre l’adoption de la NIPA 4 par l’AAI et le moment auquel les actuaires canadiens devront disposer de normes à l’égard de l’IFRS 4, le groupe désigné prévoit que la NIPA 4 constituera une section autonome de nos normes. Le CNA a révisé en avril une ébauche de déclaration d’intention et prévoit procéder à la révision d’une nouvelle ébauche le mois prochain.

Un groupe désigné présidé par Josephine Marks a amorcé la révision quinquennale de la partie 2000 (Assurance) de nos normes. Le groupe présentera au CNA une déclaration d’intention provisoire qui fera l’objet d’une discussion à l’occasion de sa réunion de juin.

Lors de cette réunion, le CNA prévoit approuver la publication d’une communication finale concernant la promulgation de la table de mortalité à laquelle font référence les normes de pratique applicables aux régimes de retraite (sous-section 3530). La date d’entrée en vigueur de la table promulguée est fixée au 1er octobre 2015.

Le CNA a approuvé la publication d’une communication initiale concernant la promulgation de la table de mortalité à laquelle font référence les normes de pratique sur l’expertise devant les tribunaux (sous-section 4530), laquelle était essentiellement conforme à la promulgation relative aux régimes de retraite, et dont la date limite aux fins de commentaires était fixée au 18 mai 2015. Le groupe désigné, présidé par Conrad Ferguson, examinera les commentaires relatifs à la communication initiale. Le CNA prévoit approuver une communication finale en juin. L’entrée en vigueur de la table promulguée est prévue le 1er octobre 2015.

Un groupe désigné présidé par Gavin Benjamin se charge de la révision des hypothèses qui sous-tendent les valeurs actualisées des rentes non liées à la mortalité. Un deuxième groupe désigné axé sur les hypothèses qui sous-tendent les coûts capitalisés en cas de rupture du mariage devrait amorcer ses travaux plus tard en cours d’année.

Un groupe désigné présidé par Tony Williams a commencé à se pencher sur les critères d’étalonnage visant le rendement des actifs des régimes de retraite. Les normes actuarielles existantes ne tiennent pas compte de la volatilité associée à la modélisation stochastique des rendements des investissements aux fins du provisionnement des régimes de retraite. Le groupe désigné ne rendra pas obligatoire l’utilisation d’un modèle stochastique particulier à l’égard des rendements des investissements, mais prescrira plutôt (comme c’est le cas pour l’assurance-vie) des critères d’étalonnage visant les résultats du modèle utilisé.

Le CNA a chargé un groupe désigné, présidé par Paul Della Penna, de poursuivre la révision quinquennale des normes générales (partie 1000) de l’ICA. Celui-ci a décidé de préparer un exposé-sondage avant de présenter la déclaration d’intention au CNA. Le groupe désigné accuse du retard et ne prévoit pas pouvoir soumettre la déclaration d’intention au CNA aux fins de discussion avant le mois prochain.

En avril, le CNA a mis sur pied un groupe désigné présidé par Tony Williams auquel il a confié la révision des normes relatives à la divulgation de l’évaluation des régimes de retraite en ce qui concerne les régimes à risques partagés, les régimes à prestations cibles et les tests de sensibilité.

Jim Christie, FICA, est le président du Conseil des normes actuarielles.

 
Insight Decision Solutions
Nouvelles de L'Institut

 
par Robert Berendsen, FICA

L’AICA travaille actuellement à l’élaboration des normes BCR, HLA et NIC, qui revêtent un intérêt particulier pour les AISM et les GAI, tandis que, de leur côté, l’AAI et la DRI participent à l’élaboration du produit final. Si vous ne me suivez plus, mais que la question des normes sur le capital vous intéresse, ne désespérez pas, je vais mettre les choses au clair pour vous.

Explication des acronymes

L’Association internationale des contrôleurs d’assurance (AICA) représente les organismes de réglementation et les contrôleurs d’assurance de plus de 200 juridictions réparties dans près de 140 pays, ce qui recouvre 97 % des primes d’assurance dans le monde. L’AICA a pour objectifs de 1) promouvoir une supervision efficace et cohérente du secteur mondial de l’assurance afin de développer et de maintenir des marchés équitables, sûrs et stables, dans l’intérêt des titulaires de polices et pour leur protection, et 2) de contribuer à la stabilité financière mondiale. Le Bureau du surintendant des institutions financières (Canada), l’Autorité des marchés financiers (Québec) et la Financial Institutions Commission (Colombie-Britannique) sont tous membres de l’AICA.

J’insisterai ici sur le projet de l’AICA consistant à définir des normes mondiales sur le capital s’appliquant à l’échelle des groupes d’assurance, et plus particulièrement sur l’élaboration de la norme internationale sur le capital (NIC) des sociétés d’assurance, qui est fondée sur les risques à l’échelle des groupes et qui s’appliquera aux groupes d’assurance actifs sur la scène internationale (GAI) dès 2019. Il n’est pas dans mon intention ici de traiter de l’ensemble des activités de l’AICA.

L’AICA a prévu de réaliser son projet en trois étapes. La première consiste en l’élaboration d’une exigence de base en matière de capital (BCR), de conception très simple et fondée sur des facteurs, qui s’appliquera aux assureurs d’importance systémique mondiale (AISM). L’AICA a défini un processus lui permettant de détecter les AISM, et jusqu’à présent elle en a recensé neuf qui sont établis en Europe, en Amérique du Nord et en Asie; le Canada n’en compte aucun. Ce processus de détection sera finalisé d’ici la fin de 2015. L’élaboration de la BCR est à présent terminée.

La deuxième étape prévoit l’élaboration de la capacité accrue d’absorption des pertes (HLA), qui s’appliquera elle aussi aux AISM. L’HLA, qui s’appuiera sur la BCR, définira des exigences en capital additionnelles afin de tenir compte de l’importance systémique des AISM dans le système financier mondial. Cette étape sera achevée d’ici la fin de 2015.

La troisième étape, réalisée en parallèle, consistera à élaborer la NIC, laquelle aura une plus grande portée que la BCR et l’HLA; elle ne s’appliquera pas seulement aux AISM, mais aussi aux GAI. Comme c’est le cas avec les AISM, l’AICA a mis en place un processus lui permettant de détecter les GAI, et jusqu’à présent elle en a recensé une cinquantaine à l’échelle mondiale, dont au moins deux groupes établis au Canada. On s’attend à ce que la NIC soit finalisée vers la fin de 2016.

Tandis que l’AICA s’occupe de l’élaboration de ces normes sur le capital, les membres de l’ICA ont soutenu et continuent toujours d’appuyer cette élaboration en participant activement aux travaux des comités concernés de l’Association actuarielle internationale (AAI) et(ou) à ceux de la Direction des relations internationales (DRI). À titre d’exemple, en 2014, l’ICA a fait part de ses commentaires sur la BCR à l’AICA, et en février 2015, il lui a transmis ses commentaires sur la NIC.

Qu’est-ce que la NIC?

Le 17 décembre 2014, l’AICA a publié un document de consultation publique intitulé Risk-Based Global Insurance Capital Standard, afin de faire connaître aux parties intéressées ses perspectives initiales sur tous les éléments importants du projet de la NIC. Elle a aussi sollicité la participation d’autrui par le biais d’un questionnaire comportant 169 questions sur des sujets variés, tels que la pertinence des principes généraux qui ont guidé l’élaboration du projet de norme sur le capital ou les méthodes quantitatives à appliquer aux risques spécifiques.

Une fois finalisée par l’AICA, la NIC constituera la norme minimale à suivre et celle que les contrôleurs représentés au sein de l’AICA mettront en œuvre ou proposeront de mettre en œuvre en tenant compte des conditions particulières de leur marché dans leurs juridictions respectives. La NIC se veut une norme consolidée valable pour l’ensemble du groupe et elle s’appliquera à la totalité des activités mondiales des GAI et des AISM. Fait à noter, la NIC n’affectera pas forcément ni ne remplacera pas les exigences en capital réglementaires en vigueur dans les juridictions.

Mais cela ne veut pas dire que la NIC ne revêt guère d’intérêt pour les assureurs canadiens de petite taille. Il ne faudrait pas s’étonner si des éléments de la NIC finissaient par faire partie des exigences de capital réglementaires locales.

Le document de consultation traite de tous les éléments généralement abordés par une norme sur le capital, à savoir le champ d’application, les bases d’évaluation des actifs et des passifs, la détermination de la quantité et de la qualité des ressources en capital disponibles, la détermination des exigences en capital, et les méthodes possibles de mesure du risque. Le document donne aussi un « exemple » d’une méthode standard, détaillée sur plus de 40 pages, qui permet de définir les exigences en capital.

Participation de l’ICA

La Commission sur la réglementation internationale en assurance de l’ICA a fait part de ses commentaires sur le document de consultation sur la NIC, au nom de l’ICA. Le groupe de rédaction a répondu à plus de 110 des 169 questions. Dans de nombreux cas, il a appuyé les idées qui y étaient proposées. Dans d’autres, il a proposé des améliorations. Parmi les commentaires et les suggestions, mentionnons ce qui suit :

  1. Offrir des incitatifs aux assureurs pour qu’ils mettent en place des stratégies dynamiques de gestion du risque;
  2. Dans la mesure du possible, assurer la concordance avec les nouveaux développements de la phase 2 de la Norme internationale d’information financière (IFRS) 4 en ce qui a trait à la délimitation des contrats, à la prise en compte de marges et à l’actualisation;
  3. Des idées pour actualiser les flux monétaires du passif dont la durée dépasse celle des marchés d’actifs larges et liquides;
  4. Examiner, outre le risque de déchéance, les risques liés au comportement des titulaires de polices;
  5. Des idées sur la façon de traiter le passif lié aux polices ajustables ou aux polices avec participation;
  6. La nécessité de tenir compte de la différenciation géographique et de la diversification;
  7. Un certain nombre de suggestions détaillées concernant les catégories spécifiques d’actif et de passif.

Prochaines étapes

Des tests quantitatifs pratiques de la NIC sont actuellement en cours, et les résultats seront connus à la mi‑août. L’AICA prévoit ensuite publier un document de consultation révisé vers la fin de 2015, avant d’amorcer une autre série de tests pratiques. Elle s’attend à ce que la NIC soit finalisée vers la fin de 2016. Je ne doute pas que l’ICA, par l’intermédiaire de la DRI, continuera de suivre de près l’évolution de la NIC et s’offrira pour participer à l’élaboration de sa forme définitive. On trouvera sur le site Web de l’AICA de plus amples informations sur la NIC et les autres activités de l’AICA, dont un bulletin mensuel.

Si vous voulez contribuer à façonner l’avenir, il existe de nombreuses façons de le faire, l’une d’elles étant de participer bénévolement à la DRI ou à l’une de ses commissions.

Robert Berendsen, FICA, est le président de la Commission sur la réglementation internationale en assurance.
 


Gaetano Geretto

Une expérience en réassurance a aidé Gaetano Geretto à se préparer pour le travail dans le domaine de la gestion du risque d’entreprise (GRE), mais la nature évolutive de ce domaine de pratique continue d’apporter de nouveaux défis.

Maintenant président de Pelecanus Strategic Advisory Services, M. Geretto a précédemment occupé de nombreux postes de haute direction au sein d’organisations, dont la Sun Life, Gerling Global Life et Revios Reinsurance. Il a souvent dû traiter avec une forte composante en gestion du risque au cours de sa carrière.

M. Geretto affirme ce qui suit : « J’ai travaillé au sein d’une organisation où j’ai fait un peu de gestion de risque, dans le cadre de nos activités opérationnelles habituelles, et avec des entreprises dans le but de répartir le risque. À l’époque, les organismes avaient des processus disparates, mais rien d’unifié. Par la suite, notre société mère allemande a lancé Kontrag, un projet demandé par son organisme de réglementation BaFin, qui consistait à mettre au point un modèle axé sur la GRE. Nous avons pensé qu’il s’agissait plus d’un exercice de conformité, mais nous l’avons fait quand même et c’est vite devenu l’essentiel de la façon dont nous avons assuré la gestion de l’entreprise. Nous en sommes venus à dire : "Tout le monde ici est un gestionnaire en matière de risque.ˮ Cela m’a aidé à décider de me concentrer sur la gestion du risque. »

Le passage de la réassurance à la GRE s’est avéré un processus évolutif, dit-il. « Déjà, j’identifiais, je gérais et j’atténuais les risques, mais la GRE a connu une courbe d’apprentissage abrupte, du moins initialement. Cependant, en tant qu’actuaires, nous avons besoin de stimulation intellectuelle. Nous essayons toujours de voir plusieurs variables qui pourraient ne pas toujours aller dans la même direction. C’est la meilleure énigme de résolution de problèmes. Nous pouvons suivre des principes généraux, mais nous devons reconnaître qu’il y a tellement de variables en jeu. De plus, d’autres travaux ont été effectués dans un contexte de gouvernance, qui comprend les cadres de tolérance au risque et la culture du risque.

« Dans le domaine de la GRE, vous avez besoin de la capacité de voir 30 000 pieds plus loin; si vous vous égarez dans les mauvaises herbes, vous pouvez vous concentrer sur certains risques et manquer le portrait global. En tant qu’actuaires et experts en matière de risque, nous devons toujours être curieux et toujours demander « Pourquoi? ». Il s’agit de réfléchir et d’être à l’écoute. Vous ne pouvez pas travailler de façon isolée. Vous devez penser de façon plus générale. »

M. Geretto ajoute qu’une période passée au Bureau du surintendant des institutions financières pendant la crise financière s’est avérée précieuse dans le développement de cette perspective globale. « J’ai appris que toutes les compétences dans ma boîte à outils m’aideraient. Il était intéressant de mettre en pratique les techniques de gouvernance, la supervision de la fonction actuarielle, et de travailler à l’élaboration de la ligne directrice de l’évaluation interne du risque et de la solvabilité (dispositif ORSA). Maintenant, au sein de Pelecanus Advisory, je dédie plus de mon temps à travailler avec les clients et à donner des conseils. Je réunis ainsi mon travail dans l’industrie et celui de responsable de la réglementation.»

Aujourd’hui, de plus en plus d’organismes tirent profit de l’expertise des actuaires spécialisés en GRE, mais ce ne fut pas toujours le cas. « Il y a dix ans, il y avait beaucoup de résistance à la GRE, » déclare M. Geretto. « Tout le monde était à l’aise dans leur propre bac à sable et ils n’en voyaient pas sa valeur. Cette attitude a changé et c’est devenu une discipline à part entière, incitant les gens à poursuivre une carrière en GRE. Les banques et les sociétés d’assurance sont de plus en plus des lieux où les gens ont travaillé dans d’autres secteurs d’activités et comprennent que les risques de ces entreprises sont des candidats idéaux pour la GRE.

« C’est un domaine en pleine croissance pour les actuaires. Nous pouvons être peu disposés à regarder le risque en ce qui concerne la façon dont nous percevons le développement de carrière et à cet égard, notre processus d’adaptation peut être lent. Cependant, les organismes actuariels du monde entier reconnaissent que les actuaires ont une place à la table de la GRE et en font la promotion par le biais du titre de Chartered Enterprise Risk Analyst (CERA, ou analyste agréé du risque d’entreprise). Nous sommes des experts en matière de risque et nous apportons une approche holistique de la gestion du risque, ce qui augmente la valeur de l’entreprise.

« Toutefois, nous pouvons faire plus pour promouvoir ceux ayant délaissé les secteurs traditionnels pour se joindre à la GRE. Notre message devrait être le suivant : "Regardez le nombre de personnes occupant des postes d’agent principal en gestion du risque qui ont de l’expérience en actuariat et ceux ayant franchi les étapes pour devenir des experts en GRE.ˮ Nous faisons plus que du risque d’assurance, mais parfois, nous pouvons nous emboîter dans un chemin étroit. Il y a un aimant qui attire les gens dans notre profession et, par conséquent, les chasseurs de têtes et les professionnels en GRE qui embauchent doivent voir les actuaires comme des experts en matière de risque. »
 

 
par Mary Millard, FICA

Difficile à croire que le Programme d’agrément universitaire (PAU) en soit déjà à sa troisième année d’existence. Alors que se conclut cette troisième année à offrir des cours agréés à l’Université Western Ontario et que nous nous préparons à la visite de l’examinateur externe, je prends un moment pour réfléchir aux défis et aux succès qu’a connus le PAU.

Notre université est titulaire de l’agrément et les étudiants de nos programmes d’actuariat ont manifestement bénéficié de l’occasion qui leur est offerte d’obtenir des crédits à l’égard de certains examens préliminaires de la Society of Actuaries (SOA) et de la Casualty Actuarial Society (CAS) requis pour obtenir le titre de FICA. Ce qui me frappe le plus, toutefois, est l’ampleur des avantages qu’apporte le PAU, lesquels vont bien au-delà de l’agrément en soi.

À l’Université Western, nous avons mis en place un système informel de révision par les pairs à l’égard des cours agréés, un processus qui fonctionne bien et qui a pour effet d’améliorer la qualité des examens et la notation associées à nos cours. Ce système de révision par les pairs a donné lieu à des occasions de collaboration entre collègues à l’égard des stratégies d’enseignement et de mise à l’épreuve des connaissances, et certains d’entre nous ont appliqué ce processus à des cours non agréés. Cette façon de faire a eu pour effet de renforcer nos cours et nos programmes.

Bien que nous espérons assister à une augmentation de la participation au PAU, il ne fait aucun doute que la sensibilisation et l’intérêt des étudiants sont en hausse. Toutefois, ces derniers n’optent pas tous pour cette voie en ce qui concerne les examens préliminaires et ceux qui souhaitent y adhérer peuvent ne pas satisfaire les conditions requises. Mais ces étudiants tirent tout de même profit du programme, car je crois que le processus d’agrément leur permet malgré tout d’être mieux préparés à passer les examens préliminaires de la SOA/CAS. Par exemple, le programme d’études de l’examen MLC de la SOA a subi des modifications récemment et l’examen compte désormais une section de questions à court développement. Des étudiants ayant récemment passé l’examen MLC nous ont dit que le style des examens et des tests de leur université en matière de risques viagers avait eu pour effet de mieux les préparer à l’examen MLC.

Le programme d’agrément de l’ICA a joué un rôle de premier plan pour ce qui est de rehausser le profil de la profession actuarielle en général et de nos programmes d’actuariat. C’est ce que j’ai pu constater lors d’activités portes ouvertes dans les écoles secondaires et dans le cadre d’autres initiatives du genre. L’existence d’un programme d’agrément en actuariat et le fait que les étudiants soient en mesure d’obtenir des exemptions de certains examens professionnels préliminaires en suivant des cours dans le cadre de leur diplôme suscitent l’intérêt des étudiants, mais aussi de leurs parents. Des programmes d’agrément en génie, en comptabilité et dans d’autres domaines sont déjà bien établis dans les universités canadiennes. L’acquisition de crédits à l’égard de l’agrément professionnel dans le cadre d’un diplôme universitaire constitue un avantage attrayant. Depuis la mise en œuvre du PAU, l’intérêt envers la profession actuarielle s’est accru chez les élèves et chez leurs parents, entraînant du coup un intérêt plus marqué envers les programmes d’actuariat dans les universités.

La mise en œuvre du PAU a donné lieu à de nombreux apprentissages et a suscité plusieurs difficultés en cours de route, mais je crois qu’en relevant ces défis, les universités et l’ICA n’ont fait que renforcer leurs relations. De plus, les rencontres et les interactions régulières ainsi que le partage d’opinions et de rétroaction entre les actuaires chargés de l’agrément (AcA) se sont avérés très précieux. Je suis aussi très reconnaissante pour le soutien que m’assurent mes collègues universitaires et administratifs dans mes fonctions d’AcA.

Ma participation au PAU pendant les trois dernières années à titre de chargée d’enseignement d’un cours agréé et d’AcA m’a permis d’observer de près les nombreux avantages que procure ce programme. Il me tarde de voir le programme se développer et de voir l’ICA mettre en œuvre d’autres initiatives en matière d’éducation.

Mary Millard, FICA, est l’AcA de l’Université Western Ontario.
 

Norman Henricks, FICA (1965), FSA (1964)

Après avoir obtenu un baccalauréat de l’Université Queen’s, Norman Henricks a passé son premier examen actuariel en 1952 auprès de l’Empire Vie. Toutefois, sa carrière sera dominée par ses nombreuses années à la Compagnie d’assurance-vie Manufacturers du Canada (aujourd’hui Manuvie) et ses contributions en tant que bénévole pour l’ICA. M. Henricks, un expert en matière de gestion actif/passif, a siégé au sein de la Commission des congrès pendant plusieurs années, assumant notamment des mandats aux postes de président et de vice-président, ainsi que de la Commission du budget et de la Commission des programmes d’études et d’examen – Sous-commission des conseillers d’études. Il était également membre du comité des congrès de la Society of Actuaries.
 

Riley St-Jacques

1. Pourquoi êtes-vous devenu actuaire?

Après avoir obtenu mon baccalauréat spécialisé en finances et mathématiques, on m’a offert un stage d’été dans une société de consultation. J’avais prévu commencer une maîtrise en mathématiques l’année d’après. À ce moment-là, je n’avais jamais entendu parler de l’actuariat, mais je l’ai essayé et j’ai adoré. J’avais un intérêt pour les mathématiques et j’y ai vu une carrière viable pour continuer à utiliser celles-ci, recevoir un bon salaire et acquérir un titre prestigieux sans avoir à entreprendre des études supérieures.

2. Lorsque vous dites aux gens que vous êtes actuaire, que croient-ils que vous faites?

La plupart du temps, les gens restent perplexes ou ils disent que cela a quelque chose à voir avec l’assurance.

3. Qui a été votre plus grande inspiration pendant votre carrière? Avez-vous eu un mentor au début de votre carrière?

Mes premiers patrons, John Crouse et Perry Dorgan. Je continue d’avoir des mentors et ce qui me surprend le plus, c’est que ce ne sont pas tous des actuaires. Certains sont des conférenciers, des conseillers et même des comédiens. Je suis impressionné de voir comment ils peuvent garder l’attention du public pendant un jeu complet.

4. Qu’appréciez-vous le plus de votre travail?

J’aime enseigner aux clients et faire une différence dans la sécurité financière des autres. Je pense que nous avons une profession noble et nous ne reconnaissons pas assez la valeur que nous fournissons à la société.

5. Si vous n’étiez pas actuaire, quelle serait votre carrière de choix?

Je serais architecte. Peut-être que je ne fais que suivre la tendance des autres, mais j’aime la conception intelligente et l’idée de combiner les éléments visuels et le côté pratique de l’utilisation.

6. Quels sont vos passe-temps?

La rénovation domiciliaire, la conception de meubles, la peinture et la planche à neige. J’ai aussi deux enfants, Isabel, quatre ans, et Jordan, un an. Ils ne sont pas des passe-temps, mais ils ont tendance à meubler le clair de mes temps libres.

7. Quels sont vos musiques, livres et films préférés?

J’aime le hip hop, plus précisément Die Antwoord en ce moment, Le Hobbit et Reservoir Dogs.

8. Quelle est votre destination vacances de rêve?

Jusqu’en octobre 2013, c’était escalader le Macchu Pichu! Mon prochain rêve serait de me rendre aux Maldives, je dois les visiter avant qu’il soit trop tard. Les îles sont au niveau de la mer et celle-ci ne cesse de monter.

9. À quoi réussissez-vous mieux que quiconque de vos connaissances?

De tous ceux que je connais, j’excelle en design d’intérieur et peut-être en rap libre, mais pour ça, j’ai besoin de quelques verres avant!

10. Si vous pouviez vivre dans la peau d’une autre personne, vivante ou décédée, de qui s’agirait-il et pourquoi?

Je serais Banksy, pour sa notoriété et pour le fait qu’il a contribué à changer le monde par le biais des arts visuels.

Riley St. Jacques est le conseiller principal, directeur du développement des affaires de l’ouest du Canada chez PBI Conseillers en actuariat.

Si vous aimeriez faire l’objet de la chronique Présentez-vous, veuillez répondre aux 10 questions ci-dessus par l’intermédiaire de notre formulaire en ligne.

 
PERSONNES INFLUENTES

Jean-François Paquin a été nommé directeur, répartition d’actifs, placements et régimes de retraite chez Air Canada. On peut compter parmi ses rôles précédents celui de stratège principal en matière de placements pour le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et il a également travaillé pour la Caisse de dépôt et placement du Québec, Towers Watson et Industrielle Alliance. 

Dans le National Post, Brent Simmons de la Sun Life, Paul Forestell de Mercer, et Gavin Benjamin de Towers Watson se penchent sur la question des transferts du risque relatif aux régimes de retraite. 


Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l'ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Personnes influentes, vous donnera l'occasion d'annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d'autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d'informer vos confrères et consœurs de travail et d'autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu'il s'agisse d'ex-collègues, d'anciens confrères ou consœurs d'université, d'employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d'envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n'hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – au rédacteur anglais de l'ICA à andrew.melvin@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l'ICA, suivez l'ICA sur Twitter.
 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

SDFAQ Le recrutement en actuariat : Foire aux questions

SDES Le recrutement en actuariat : Conclusions issues d’une étude de l’EIU – Sommaire

EECA121 Ordre du jour de la réunion no 120 de la Direction de l’admissibilité et de la formation (22 mai 2015)

215034 Voir au-delà du risque (mai 2015)

GBS2015 Ordre du jour : Séance des affaires générales de l’Assemblée annuelle 2015 de l’ICA

215033 Politique d’approbation des mémoires internationaux

215032 Supplément de note éducative : Mise à jour des conseils sur les hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité – En vigueur à compter du 31 mars 2015 et applicable aux évaluations avec dates de calcul entre le 31 mars 2015 et le 30 décembre 2015

EB0315 (e)Bulletin Mars 2015

EB0415PDF (e)Bulletin Avril 2015 (version pdf)

EB0415 (e)Bulletin Avril 2015

Les tweets de mai de @ICA_Actuaires :

Un léger choc, dit #actuaire Rob Brown, expansion proposée des cotisations volontaires #RPC http://fw.to/yffujOf via @curryb @stevenchase

#Actuaire Rob Brown qualifie de second souffle les consultations sur l’expansion #RPC http://on.thestar.com/1LDTXad via @alexboutilier @torontostar

Nous souhaitons bonne chance à nos futurs #Fellows alors qu’ils rédigent leur examen du COP ce matin #Ottawa #FICA

L’Institut canadien des #actuaires en faveur d’une consultation publique sur l’élargissement du #régime de #pensions du Canada.

Co-operators lance une #assurance contre les #inondations en Alberta http://cnw.ca/LhNVe via @CNWNews

Futurs #actuaires du Canada à #Ottawa COP, pratiques de l’industrie canadienne, normes professionnelles et plus #FICA

Bulletin d’information InfoPensions : le 13e numéro est maintenant disponible sur notre site web. http://www.osfi-bsif.gc.ca/Fra/Docs/ip/20150520/index.html...

#Actuaire @Claugagne se penche sur la retraite financièrement viable dans #VoirAudelàDuRisque http://bit.ly/1efQMLs

#Actuaires donnent des avis à un comité du #Sénat sur des modifications au Code criminel - http://bit.ly/1PH3Tkk

Le BSIF vous invite à consulter son bulletin d’information « Le Pilier », édition printemps 2015. http://www.osfi-bsif.gc.ca/Fra/Docs/pl/201505/index.html...

Mise en garde contre des sites Internet et entités proposant des investissements sur le forex sans y être autorisés http://bit.ly/1FR9Ydj

Le rapport du Conseil d’experts sur les contributions d’#assurance #automobile est disponible http://cnw.ca/Xx66R via @CNWNews #Actuaire

Qu’est-ce qu’un #professionnel, discipline #actuarielle et plus, atelier sur #professionnalisme aujourd’hui, #Toronto http://bit.ly/1I1h94d

Le produit intérieur brut réel (#PIB) était inchangé en février, après avoir diminué de 0,2 % en janvier http://ow.ly/MkEux

La meilleure #carrière en Amérique du Nord vous intéresse? Trouvez plusieurs offres d’emploi #actuariel à http://bit.ly/BanqueDemplois
 
Calendrier des rencontres

Assemblée annuelle de l'ICA - Ottawa - Les 17 et 18 juin 2015

Réception du gala du 50e anniversaire de l’ICA et dîner - Le 17 juin 2015

Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (français) - Montréal - Le 4 septembre 2015 - See more at: http://www.cia-ica.ca/fr/perfectionnement/assemblees/assembl%C3%A9es-%C3%A0-venir#sthash.XrSDbBEU.dpuf
Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (français) - Montréal - Le 4 septembre 2015

Colloque de l'ICA sur l'expertise devant les tribunaux - Québec - Les 11 et 12 septembre 2015

Colloque de l'ICA pour l'actuaire désigné - Montréal - Les 17 et 18 septembre 2015

Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (anglais) - Toronto - Le 2 octobre 2015

Colloque de l'ICA sur les régimes de retraite - Toronto - Le 5 novembre 2015

Colloque de l'ICA sur les investissements - Toronto - Le 6 novembre 2015 

  • Assemblée annuelle 2016 de l'ICA - St. John's - Le 28 et 29 juin 2016

  • Assemblée annuelle de l'ICA - Québec - Le 21 et 22 juin 2016

  • - See more at: http://www.cia-ica.ca/fr/perfectionnement/tous-les-%c3%a9v%c3%a9nements/calendar-of-events---list#sthash.thMlr7jc.dpuf
  • Assemblée annuelle 2016 de l'ICA - St. John's - Le 28 et 29 juin 2016

  • Assemblée annuelle de l'ICA - Québec - Le 21 et 22 juin 2016

  • - See more at: http://www.cia-ica.ca/fr/perfectionnement/tous-les-%c3%a9v%c3%a9nements/calendar-of-events---list#sthash.3fjEqk2o.dpuf
    Assemblée annuelle 2016 de l'ICA - St. John's - Les 28 et 29 juin 2016

    Assemblée annuelle de l'ICA - Québec - Les 21 et 22 juin 2017

     
    Le Point sur le Conseil et les Directions

    Direction de l’admissibilité et de la formation

    Les personnes suivantes ont été nommées au groupe de travail et à la sous-commission ci-dessous :

    • Groupe de travail visant à définir le professionnalisme au sein de l’ICA : Anne Vincent, Alana Farrell et Jacqueline Friedland, en vigueur immédiatement.
    • Sous-commission sur les assurances IARD de la Commission de l’éducation permanente : Jonathan Frost et Apundeep Lamba, en vigueur immédiatement.

    Une Commission sur le professionnalisme au sein de l’ICA (qui remplacera le Groupe de travail visant à définir le professionnalisme au sein de l’ICA) a été créée avec Kim Young à sa présidence. Les membres restent à confirmer.