CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Juin 2015
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Eckler Ltd.
Votre Institut

 

Pour visionner la vidéo, veuillez cliquer sur l’image ci-dessus ou cliquez ici. Voici une transcription de la vidéo : 

Bonjour à vous tous. Je m’appelle Jacques Tremblay et je suis le président de l’Institut canadien des actuaires. Au moment d’enregistrer ce message, je suis à une semaine de passer le relais de la présidence à Rob Stapleford, un chef de file compétent et passionné qui prendra en mains notre ordre du jour chargé et qui conclura les célébrations du 50e anniversaire.

J’aimerais d’abord parler des élections qui viennent d’avoir lieu et qui ont connu un franc succès. Cette année, plus de 1 400 membres ont voté, soit une proportion de 32,6 %.

Je remercie personnellement tous ceux qui ont accepté de poser leur candidature. Je les félicite de leur décision et j’apprécie le travail qu’ils ont consacré à ce processus. Ce n’est pas facile!

Toutes mes félicitations à Dave Dickson, qui a été élu au poste de président désigné, et à tous les autres qui entrent en fonction à titre d’administrateur du Conseil d’administration. L’enthousiasme et le dynamisme de Dave ont un impact énorme sur les travaux de la Commission de recherche et sur les résultats obtenus de celle-ci. J’adresse, en mon nom personnel et en celui des membres, des remerciements particuliers aux membres du Conseil d’administration dont le mandat prend fin. Ils ont apporté beaucoup à l’Institut.

Les bénévoles et les employés du siège social ont travaillé très fort (comme toujours) pour organiser une assemblée annuelle captivante de grande qualité. Ils ont manifestement réussi puisque l’événement affiche complet! Il y aura notamment une simulation de procès et une discussion entre experts avec trois des plus grands journalistes du pays. On y reconnaîtra aussi les bénévoles qui ont contribué à faire avancer la profession au fil des ans et des anciens présidents qui ont guidé et optimisé le potentiel de la profession actuarielle. Un livre d’histoire orale des 50 premières années de l’histoire de l’ICA a été rédigé et sera mis à votre disposition plus tard cette année. Toute une histoire!

Notre programme promotionnel a été mis en place pour faciliter nos contacts avec des employeurs comme Towers, d’autres organisations et des clubs actuariels. Cette année, de nombreuses rencontres ont eu lieu, plus récemment avec l’Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite et la Société de l’assurance automobile du Québec sur des questions concernant les régimes de retraite et l’assurance automobile. Il y en a eu aussi avec l’American Academy of Actuaries (Academy), la Society of Actuaries (SOA), l’Actuarial Society of South Africa, l’Institute of Actuaries of Australia, la Casualty Actuarial Society (CAS), des clubs actuariels de Winnipeg, de Vancouver, de Calgary et de Waterloo et avec le surintendant des pensions de la Nouvelle-Écosse pour discuter du provisionnement des régimes de retraite et des valeurs de transfert.

L’Institut a aussi tenu une rencontre avec le cabinet du Premier ministre et les principaux partis politiques afin de discuter des deux positions de l’ICA à l’égard des plateformes électorales. Nous rencontrerons sous peu Deb Matthews, la vice-première ministre et présidente du Conseil du Trésor de l’Ontario, pour discuter de l’intervention des actuaires en matière de prise de décisions fondée sur des données probantes.

Au chapitre des positions publiques, entre le 31 mars 2014 et le 1er avril 2015, l’ICA a publié 24 positions publiques et mémoires. Depuis ce temps, la Commission des positions publiques a approuvé un document sur la solvabilité des régimes de retraite conjoints à plusieurs employeurs (Ontario), des commentaires concernant le nouveau mandat proposé pour la Commission des services financiers de l’Ontario et un mémoire de la Commission des relations internationales sur le programme-cadre d’éducation de l’Association actuarielle internationale (AAI). La Commission sur les positions publiques a aussi contribué à préparer la présentation de Kelley McKeating devant le Comité sénatorial des banques et du commerce au sujet de modifications concernant le taux d’intérêt criminel.

Un point très important figure à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Conseil d’administration : l’orientation que la profession devrait adopter quant à son intervention dans les dossiers de politique publique. Je suis enthousiaste à l’idée de diriger cette première discussion qui, selon moi, donnera le ton à nos relations gouvernementales pour les années à venir.

Cette prochaine réunion du Conseil d’administration comportera également une discussion approfondie sur le professionnalisme. Le Groupe de travail sur le professionnalisme, dirigé par Kim Young, a formulé plusieurs recommandations concernant cette question, dont l’adoption des principes de l’AAI en matière de professionnalisme, la formation d’une commission permanente sur le professionnalisme et la révision de notre premier principe directeur. Le groupe de travail a aussi recommandé qu’une commission se penche sur les fondements éthiques du professionnalisme. Nous discuterons aussi d’un rapport concernant une réunion spéciale des membres à ce sujet et des travaux qui s’amorcent pour définir le professionnalisme à titre d’objectif opérationnel. Quelle discussion parfaite pour conclure les 50 premières années de l’histoire de l’ICA.

Il y aura ensuite une discussion concernant la possibilité que l’ICA soit l’hôte du Congrès international des actuaires en 2026. La ville de Vancouver, qui est facilement accessible depuis l’Asie, l’Europe et l’Amérique du Nord, a été recommandée comme un lieu attrayant pour tenir l’événement. Un tel projet nécessite un engagement énorme en matière de temps et de ressources pour les bénévoles et les employés de l’ICA, d’autant plus que cet événement est souvent rattaché à d’autres événements, par exemple une assemblée de l’AAI. Il y a de nombreux facteurs à prendre en considération et nous sommes au tout début d’un long processus.

La Commission de recherche a présenté un rapport extraordinaire assorti d’un plan. Celui-ci comprend deux études sur l’expérience, des projets inédits pour l’ICA visant deux domaines de pratique, l’élaboration de modèles en matière de santé et d’assurance liée aux inondations et deux projets stratégiques : l’incidence du vieillissement et un projet de l’AAI portant sur l’état de la profession actuarielle. Il y a un projet concernant la gestion du risque d’entreprise qui se penche sur le rôle du responsable national de la gestion des risques, de même que des projets annuels tels que le Rapport sur les statistiques économiques canadiennes et le Sondage sur le risque C-1. Il y a également un projet intéressant d’outil Web que les membres du public pourraient utiliser pour établir des projections de longévité à titre individuel ou conjoint.

Comme vous le savez sans doute, l’ICA a établi un partenariat avec l’Academy, la CAS et la SOA afin de créer l’Indice climatique actuariel. Un groupe de travail du comité sur les changements climatiques de la CAS, dirigé par Caterina Lindman, travaille avec acharnement depuis plusieurs années avec les scientifiques du climat de Solterra Solutions, un cabinet de consultation établi en Colombie-Britannique. Lors de la récente assemblée du North American Actuarial Council, nous avons eu droit à une démonstration extraordinaire présentée par l’un des scientifiques et Doug Collins, président du comité de la CAS.

Vous avez vu passer des budgets prévus pour mettre en place au siège social un système de gestion des relations avec la clientèle. Ce projet a progressé à la vitesse grand V au cours de la dernière année et sera déployé à la fin de l’été. Le Conseil d’administration assistera à une démonstration et à une mise à jour concernant le projet.

Les bénévoles sont l’élément essentiel de l’ICA. Lors d’une récente réunion, le Conseil d’administration a approuvé plusieurs recommandations visant, notamment, la restructuration du mandat de la Direction des services aux membres (DSM) et la création d’une nouvelle commission de gestion du bénévolat. Afin d’offrir un soutien accru aux présidents pour le recrutement et la dotation de leur commission et la planification des activités, d’encourager la participation des membres plus jeunes et de mettre en place un programme d’évaluation permettant de repérer les personnes les plus performantes, le Conseil d’administration a approuvé la recommandation voulant que la DSM crée la Commission sur la gestion et le développement des bénévoles, laquelle a récemment été approuvée par la Direction. Le mandat de la DSM a également été modifié. On y a inclus l’élément suivant : « Élaborer, surveiller et maintenir un système approprié de gestion des bénévoles ». Ces modifications auront une incidence très positive sur le repérage et le perfectionnement des futurs dirigeants de l’ICA.

Pour conclure, j’aimerais dire quelques mots au sujet de l’année qui vient de s’écouler. L’ICA et ses plus de 500 bénévoles ont accompli de très nombreuses réalisations au cours de la dernière année. Vous en apprendrez davantage au sujet de ces projets, dont certains comprennent des négociations délicates avec bon nombre de nos partenaires en éducation. Mais d’un point de vue plus personnel, je tiens à féliciter et à remercier les membres du Conseil d’administration, tous les bénévoles, de même que le personnel du siège social pour leur soutien et les efforts qu’ils ont déployés de façon soutenue pour concrétiser les buts et les objectifs du plan stratégique. Ce fut une année très exigeante, mais extraordinairement enrichissante pour moi sur le plan personnel et pour la profession.

Ce fut un honneur et un privilège d’être au service de vous tous!

Jacques Tremblay, FICA, était le président de l'ICA pour 2014-2015.

 
Article en Primeur

 
par Bruce Langstroth, FICA

L’autre jour, j’ai été amené à réfléchir à l’importance des notes éducatives et des documents de recherche, qui sont les principaux fruits du travail de la Direction de la pratique actuarielle et de ses commissions. S’agissant d’une affaire disciplinaire, je ne vous en révélerai pas les détails. Je vous dirai par contre que l’un des problèmes soulevés était lié à la divergence des points de vue que nous avions à l’égard des notes éducatives, et j’ose espérer que mon point de vue est celui que partage la grande majorité de la profession. J’ai donc jugé bon de vous en glisser un mot.

Au Canada, la pratique actuarielle est régie par des normes, des notes éducatives et des documents de recherche, mais ceux-ci n’ont pas tous le même poids ou la même importance.

Ce sont les normes qui revêtent la plus grande importance. Les normes de pratique expriment de façon claire les éléments auxquels les praticiens sont censés se conformer dans leur pratique. Il s’agit d’exigences minimales qui doivent être remplies. Toute pratique qui s’écarte des normes de pratique est interdite, sauf en de très rares situations.

En règle générale, les notes éducatives décrivent une ou plusieurs pratiques qui sont conformes aux normes de pratique et elles ont pour but de restreindre l’éventail possible des pratiques pouvant être compatibles avec les normes de pratique. La ou les pratiques décrites dans une note éducative représentent la pratique actuarielle reconnue, et l’actuaire qui agit de manière conforme à une note éducative peut habituellement supposer qu’il agit dans le respect des normes de pratique. Cependant, les notes éducatives ne donnent pas une description exhaustive des pratiques jugées acceptables, et le praticien peut s’écarter d’elles à condition qu’il puisse justifier la pratique qu’il applique.

Si les documents de recherche portent sur divers sujets, ils entrent généralement dans l’une de deux catégories : soit ils donnent une description d’une ou de plusieurs pratiques pouvant être acceptables, soit ils décrivent le travail qui a été fait à l’appui d’une norme de pratique ou d’une note éducative. Dans un cas comme dans l’autre, le praticien peut mettre en application les pratiques décrites dans un document de recherche, pourvu qu’il soit convaincu de leur conformité aux normes de pratique.

On pourrait assimiler les normes de pratique, les notes éducatives et les documents de recherche, respectivement, aux termes « doit », « devrait » et « peut ». La pratique doit être conforme aux normes de pratique et les écarts ne sont pas autorisés. La pratique devrait être conforme aux notes éducatives, mais il est permis de s’en écarter à condition de bien le justifier. Enfin, la pratique peut être conforme aux documents de recherche, mais on ne s’attend pas forcément à ce que les professionnels le fassent.

Il est nécessaire, mais non suffisant, de bien connaître les normes de pratique qui s’appliquent à son domaine de pratique. Le praticien est également tenu de bien connaître les notes éducatives qui se rapportent à son domaine et il doit soit les mettre en application, soit justifier le recours à d’autres pratiques. Bien qu’il soit de bonne pratique d’être au courant des documents de recherche, cela n’est pas obligatoire.

En résumé, le praticien doit être au courant des normes de pratique et des notes éducatives s’appliquant à son domaine de pratique et il doit veiller à utiliser des pratiques qui soient conformes aux normes de pratique et qui sont soit conformes aux notes éducatives, soit différentes de celles-ci à condition d’être conformes aux normes de pratique. La mise en application des documents de recherche n’est pas considérée comme une bonne pratique nécessaire, et le praticien qui souhaite mettre en application des pratiques décrites dans un document de recherche devrait s’assurer de leur conformité aux normes de pratique.

Bruce Langstroth, FICA, est le président de la Direction de la pratique actuarielle.

 
Insight Decision Solutions
Nouvelles de L'Institut

 

Geoff Guy, qui est décédé le mois dernier à l’âge de 68 ans entouré de sa famille, était diplômé de l’Université de Londres et avait entrepris ses études actuarielles tout en travaillant pour Prudential Assurance à Londres, au Royaume-Uni.

Lorsqu’il s’est qualifié en tant qu’actuaire en 1973, il s’est joint aux opérations canadiennes de la société et est devenu actuaire adjoint en assurance collective à Montréal. En 1983, il a accédé au poste de premier vice-président et actuaire pour le Canada. Quatre ans plus tard, il a joint la société Manuvie, où il a occupé de nombreux postes de haute direction, y compris actuaire en chef et directeur financier pour la division canadienne, avant de prendre sa retraite en 2006.

Ses services bénévoles auprès de l’ICA ont été importants et reconnus au moyen d’une palme d’or. Outre son bénévolat à titre de secrétaire-trésorier, il a également occupé des postes au sein de commissions et de groupes de travail impliqués dans le processus officiel, la gouvernance d’entreprise, la comptabilité d’assurance, la finance, les principes et pratiques concernant les dividendes, la politique publique, la conformité, les placements stratégiques et le rôle de l’actuaire désigné/responsable de l’évaluation, entre autres choses.

En dehors de l’Institut, M. Guy était membre de plusieurs conseils d’administration, y compris l’Université de Waterloo, l’organisme Jeunes entreprises de Toronto et de la région de York, et l’Elora Festival.

Il était également la première personne à être nommée à la présidence du Conseil des normes actuarielles (CNA), un poste présentement occupé par Jim Christie, qui a dit : « J’ai suivi les traces de Geoff deux fois, en premier en tant que secrétaire-trésorier et en deuxième en tant que président du CNA. Dans les deux cas, le travail acharné et l’innovation de Geoff m’ont rendu la tâche facile. Notamment, Geoff a établi une base solide pour les processus et les procédures qui ont permis aux trois présidents suivants d’être en mesure de bâtir le CNA dans sa forme actuelle. Sans les efforts de Geoff, nous n’aurions pas été capables d’assurer le fonctionnement du CNA. »

Charles McLeod était président de l’ICA lorsque M. Guy était au poste de secrétaire-trésorier. Il a dit : « J’ai succédé à Geoff en tant que deuxième président du CNA. Geoff a facilité mon travail beaucoup plus qu’il ne l’aurait dû, parce que j’ai hérité de son excellent groupe de membres du CNA, d’un groupe de membres tout aussi excellent siégeant au Conseil de surveillance des normes actuarielle et d’une série de procédures pour le processus officiel très bien rédigées.

« Geoff a grandement contribué au travail de l’ICA et du CNA. Il nous manquera. »
 

L’ICA a régulièrement mis l’accent sur le besoin d’améliorer la littératie financière des Canadiens. Que ce soit au moyen d’un document de travail ou d’un mémoire, d’une étude sur les risques liés à la retraite ou d’un article de Voir au-delà du risque, nous nous sommes efforcés de souligner le manque de sensibilisation du public au sujet de questions clés sur l’épargne et la retraite.

Des demandes de l’ICA et d’autres organisations expertes ont maintenant obtenu l’appui du gouvernement : la Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada a été lancée ce mois-ci.

Publiée par l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, la stratégie est décrite comme étant :

...un appel à tous les Canadiens d’acquérir les connaissances, les compétences et la confiance dont ils ont besoin pour prendre de bonnes décisions financières et améliorer leur bien-être financier. Elle concentrera ses efforts sur... les organismes des secteurs privé, public et sans but lucratif... partout au pays pour offrir des programmes et des initiatives de littératie financière aux Canadiens pour les aider à :

    • Gérer leur argent et leurs dettes judicieusement;
    • Planifier et épargner pour l’avenir;
    • Prévenir la fraude et l’exploitation financières, et s’en protéger.

La stratégie établit des buts et des priorités pour aider les Canadiens à mieux gérer leurs finances et à prendre de bonnes décisions au fil de l’évolution de leurs besoins et de leur situation. Elle appelle les organismes à joindre le mouvement pour aider les Canadiens à agir et à faire de la littératie financière un cheminement continu.​​

Elle est appuyée par l’honorable Kevin Sorenson, ministre d’État (Finances), et la chef du développement de la littératie financière du Canada, Jane Rooney, a affirmé que « cette stratégie se veut accessible, inclusive et pertinente pour tous, tout en étant fondée sur la reconnaissance de la diversité de leurs expériences et de leur situation. »

Elle spécifie un nombre d’objectifs communs élaborés par le biais de recherches et de consultations avec des organismes actifs pour la littératie financière et priorise différents moyens d’accomplir ces objectifs.

Pour en savoir plus sur la stratégie et sur ce qu’elle peut signifier, cliquez ici.
 

 

À partir de la gauche : Valerie Nelson, Li Li Lin, Aravinth Jebanesan et Monique Lewis.

Le programme Retour à l’école a été amorcé par l’ICA durant l’année de son 50e anniversaire dans le but de faire connaître et de sensibiliser les élèves du secondaire à la profession actuarielle. Des membres de partout au Canada ont répondu à l’appel et se sont portés bénévoles pour parler de ce qu’est un actuaire à plus de 1 000 élèves en mathématiques du secondaire. Nous aimerions remercier tous ceux qui ont pris le temps de discuter avec les élèves des écoles secondaires de leur région et de faire les présentations.

Le programme a été un franc succès et les commentaires que nous avons reçus sont très positifs. Nos actuaires bénévoles ont profité de l’occasion pour inspirer une nouvelle série de futurs professionnels financiers potentiels. Des jeunes et des enseignants ont également pu bénéficier de la chance de poser des questions et d’en apprendre davantage sur les options de carrières disponibles. Par conséquent, le programme Retour à l’école devrait se poursuivre dans la prochaine année scolaire.

Dans le cadre de cette initiative, nous avons élaboré le concours du problème à un million de dollars pour les élèves qui voulaient y participer pour remporter un iPad Air. Nous avons reçu 24 entrées des écoles secondaires et d’autres institutions, et 20 personnes ont résolu le problème. Aravinth Jebanesan, un élève de 11e année de L’Amoreaux Collegiate Institute à Scarborough, Ontario, a remporté le prix. Il a été inspiré après avoir écouté une présentation de l’associée de l’ICA Li Li Lin, qui l’a rejoint avec la professeure de l’élève Monique Lewis, et la directrice de l’école, Valerie Nelson, lors de la présentation de son iPad.

 

par Andrew Melvin

On dénombre plus de 1 000 occasions pour les actuaires de promouvoir leur profession au Canada et des milliers de journalistes voulant prêter l’oreille aux membres de l’ICA.

Le Canada compte 118 quotidiens (95 quotidiens en français) qui sont lus par un adulte sur cinq – l’un des ratios de lectorat les plus élevés au monde. Plus de 1 000 journaux locaux sont aussi publiés au pays et lus par 73 % des résidents des centres non urbains. La plupart exploitent également des services de nouvelles en ligne.

Chacune de ces publications représente un moyen pour les actuaires de rehausser le profil de la profession, soit par le biais du courrier des lecteurs, de lettres d’opinion et autres. Alors que disparaissent les ressources de collecte d’informations, la lettre d’un actuaire ou un courriel d’opinion sur une question du jour peut intéresser le personnel des journaux cherchant un autre gros titre.

Quoi qu’il en soit, en raison du rythme et de l’ampleur des communications électroniques actuelles, les directeurs de l’information peuvent être submergés de communiqués, de textes, de tweets et d’autres messages. Voici des suggestions pour que vos communications se démarquent :

1. Tenez compte des destinataires. Lorsqu’un journaliste ou un rédacteur-réviseur de nouvelles doit choisir parmi la multitude de possibilités, la première question qu’il se pose est : « Laquelle intéressera le plus grand nombre de lecteurs? ».

Comme toute entreprise, un service d’informations veut cibler la clientèle la plus vaste possible. Il cherche donc les nouvelles qui concernent la majorité des lecteurs. Pour exprimer votre opinion, par exemple, sur les changements de la législation sur les régimes de retraite, attardez-vous à l’impact sur les consommateurs (c.-à-d. les lecteurs), au lieu des prestataires de retraite et(ou) des actuaires. Une lettre commençant par : « La nouvelle loi sur les régimes de retraite haussera les cotisations de tous les travailleurs », retiendra plus l’attention que les répercussions sur les bénéfices ou les pratiques d’une firme de consultation en matière de retraite.

Avant de commencer à rédiger, imaginez la réaction d’une personne ordinaire à votre article. Or, comme l’a affirmé un organisme américain : « Écrivez d’abord pour votre lecteur ». Si un journaliste croit que votre communication peut concerner, intéresser ou informer un grand nombre de personnes, il y a de fortes chances qu’il la publie.

2. Commencez par un argument percutant. Subissant de fortes pressions, les gestionnaires des salles de rédaction n’ont plus le temps d’analyser de longs textes à la recherche de titres potentiels. Si vous ne réussissez pas à capter leur attention dès le premier paragraphe, voire la première phrase, ils passeront à la prochaine chose.

Il est essentiel que le message clé que vous voulez transmettre soit bien en vue et facilement compris. C’est le point d’accroche du lecteur. Le reste de votre texte risque d’être hors de propos si l’intérêt du destinataire n’est pas immédiatement capté.

3. Soyez clair et concis. Les lecteurs ont peu de temps à consacrer à votre texte. Même sur les sites Web des médias, la durée d’attention se mesure en secondes. Donc, tout article destiné à la publication doit être facilement consommable. Quelques paragraphes suffisent. Si les lecteurs ne peuvent comprendre les arguments que vous avancez et, de façon plus importante, ce qu’ils signifient pour eux, leur famille ou entreprise et leurs amis, ils cesseront de lire bien avant la fin.

4. Réagissez rapidement. Alors que les actualités peuvent changer en quelques secondes, les actuaires doivent se tenir au fait des dernières nouvelles pour gagner en visibilité. Si aujourd’hui vous prenez conscience d’un enjeu qui a le potentiel de promouvoir l’actuariat et d’intéresser un grand nombre de lecteurs hors de la profession, vous devez écrire à ce sujet à l’instant même. Après chaque heure écoulée, il est de moins en moins probable que votre article soit publié, à moins de le soumettre à un hebdomadaire — dont le cycle d’information est plus long.

5. Finissez en beauté. Il se peut que le lecteur se souvienne seulement de votre dernière phrase. Soulevez quelques points brefs, puis concluez avec une phrase percutante soit en répétant les points principaux, en lançant un appel à l’action ou en incitant vos destinataires à réfléchir. La tactique utilisée par l’industrie du spectacle : « Laissez toujours les spectateurs sur leur faim » est peut-être un cliché, mais elle a fait ses preuves parce qu’elle fonctionne.

La plupart des employeurs ne sont pas intéressés à voir leur nom apparaître dans ces articles. De plus, le fait d’utiliser un titre de l’ICA tel que président de la Commission des reportages de l’ICA n’est pas approprié à moins que le sujet de l’article ne soit destiné à venir intentionnellement de cette commission. Le fait d’utiliser votre titre professionnel ou de dire que vous êtes un Fellow ou un associé de l’Institut canadien des actuaires ne pose pas problème, de même que le fait de dire que vous êtes actuaire.

Andrew Melvin est le rédacteur anglais de l’ICA et un ancien journaliste et rédacteur en chef.

 

par Mathieu Boudreault, AICA, et Sheldon Li, AICA

Dans le cadre de son plan stratégique à long terme visant à renforcer ses liens avec la communauté universitaire, l’ICA a lancé l’an dernier son programme de bourse d’études supérieures pour promouvoir la recherche et(ou) les travaux de cours de deuxième cycle en actuariat et d’accélérer le transfert des nouvelles technologies et des connaissances initiales vers l’industrie.

Pour être admissibles, les étudiants doivent démontrer qu’ils possèdent une formation en actuariat et la volonté de poursuivre une carrière d’actuaire et débuter un programme admissible de maîtrise au Canada dans la prochaine année universitaire. Le montant de chaque bourse est de 10 000 $ et le nombre disponible passera progressivement d’une bourse pour l’année 2015-2016 à trois en 2017-2018 et ainsi de suite.

Pour la première année du programme, nous avons reçu des demandes provenant de neuf universités canadiennes. Une commission de sélection composée de trois professeurs en actuariat (tous des membres de l’ICA) et d’un membre du Conseil d’administration de l’Institut a été mise sur pied en février par la Commission des relations universitaires. La commission et la Direction de l’admissibilité et de la formation ont décidé de décerner la première bourse à Guillaume Boglioni-Beaulieu de l’Université de Montréal.

M. Boglioni-Beaulieu a obtenu un baccalauréat en mathématiques en 2014, avec une majeure coop en actuariat. Pendant ses études de premier cycle, il était un premier de classe, a reçu cinq bourses d’excellence et a terminé trois stages actuariels. Il a également complété les cinq cours préliminaires d’actuariat. En janvier, il a été admis dans le programme de maîtrise de l’Université de Montréal en statistiques avec thèse. Sa thèse porte sur la modélisation de la dépendance avec des applications actuarielles, tels que des branches d’affaires en assurance. Il travaille également avec des professeurs en actuariat sur des mandats de consultation.

M. Boglioni-Beaulieu a été invité à assister au déjeuner des nouveaux Fellows et des prix décernés aux bénévoles à l’occasion de l’Assemblée annuelle à Ottawa le 18 juin pour recevoir son chèque des mains du président de l’ICA, Jacques Tremblay.

L’ICA le félicite et attend avec impatience le développement du programme.

Mathieu Boudreault, AICA, et Sheldon Lin, AICA, sont les présidents actuel et ancien, respectivement, de la Commission des relations universitaires. Mentions de reconnaissance : merci à Alicia Rollo et Claudia Gagné.

 

 

La Commission de recherche a lancé le Forum de recherche bilingue afin de fournir aux membres de l’ICA l’occasion de partager leurs réflexions et leurs suggestions sur des sujets de recherche potentiels. Ce forum facile d’utilisation fait partie de la section sur la recherche du site Web de l’ICA et est accessible aux membres et au public; cependant, seuls ceux possédant un compte de membre de l’ICA valide peuvent afficher des commentaires ou commencer un nouveau fil de discussion.

Chaque fil de discussion représente un sujet de recherche différent, pouvant porter sur la recherche universitaire, les rentes, la gestion du risque d’entreprise, l’assurance collective de personnes et bien plus encore. Nous invitons les membres de l’ICA à partager leurs réflexions sur les fils de discussion existants (sujets de recherche) ou de commencer un nouveau fil de discussion à l’égard duquel les membres de l’ICA peuvent commenter.

Le forum est bilingue, ce qui signifie que tous les messages seront sauvegardés et affichés dans la langue publiée, peu importe s’ils sont soumis ou affichés dans la version anglaise ou française du site Web de l’ICA.

Ce forum constitue une excellente occasion de s’impliquer dans les initiatives de recherche et de jouer un rôle à savoir comment le budget de recherche est réparti. Que vous ayez des idées de recherche ou que vous soyez curieux au sujet des autres propositions qui font l’objet d’une discussion, cliquez ici pour explorer ce nouvel outil de l’ICA.

Vous devez d’abord ouvrir une session sur le site Web de l’ICA avant de pouvoir ouvrir un nouveau fil de discussion ou d’afficher un commentaire sur un fil existant. Si vous n’êtes pas en session ouverte, vous pourrez voir les messages affichés, mais vous recevrez un message d’erreur si vous essayez d’afficher un commentaire. Pour ouvrir une session, veuillez visiter la page d’accueil ici.

 

Le premier Forum sur les changements climatiques et la viabilité, qui s’est tenu à Toronto en avril, a été organisé par la Commission sur les changements climatiques et la viabilité (CCCV) pour fournir aux actuaires intéressés de solides bases sur les défis et les progrès concernant les changements climatiques et la viabilité, en mettant particulièrement l’accent sur les liens entre les principaux domaines de pratique des actuaires canadiens : l’assurance de personnes, les assurances IARD, les placements, les régimes de retraite et la gestion du risque d’entreprise.

Plus de 50 participants ont consacré leur journée à des séances captivantes, en commençant par un aperçu des impacts matériels des changements climatiques. Ils ont pris connaissance d’une preuve irréfutable que le climat se réchauffe, est plus humide et les intempéries s’intensifient au pays, ce qui accroît le risque de dommages résultant des inondations urbaines, en raison des systèmes d’égouts qui ne peuvent écouler l’excès d’eau. Les perturbations causées par les catastrophes naturelles auront un impact inévitable sur l’activité économique, mais la nature des répercussions peut varier en fonction des régions et des mesures préventives adoptées.

En mettant le cap sur la santé et l’environnement, Caterina Lindman, membre de l’ICA, et d’autres conférenciers se sont penchés sur les effets du réchauffement planétaire sur les personnes âgées, les personnes défavorisées, les personnes atteintes d’asthme et d’autres conditions, et les habitants des pays en développement. Cette séance a donné lieu à des suggestions de mesures d’intervention, y compris les choix santé avantageux pour l’environnement et la sensibilisation dans la société à l’empreinte carbone des bureaux, des hôpitaux et des organismes médicaux.

Le conférencier invité, l’honorable Glen Murray, député provincial et ministre de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique, a soumis plusieurs points à la considération de l’auditoire, notamment la prévision que le passage à une économie à faible intensité de carbone générerait une croissance se chiffrant à six billions de dollars. Il a aussi mis en garde les gouvernements qui ne prennent pas suffisamment au sérieux les changements climatiques. Il a laissé entendre que prendre position dans la lutte contre les changements climatiques constitue une occasion de transformation remarquable pour l’économie, et que les interventions efficaces en ce sens produiraient des résultats extraordinaires.

L’exposé de M. Murray a été suivi d’une discussion sur l’évolution dans le milieu des placements et les effets des changements climatiques sur la qualité de vie des générations futures. Cette séance a porté sur des sujets comme la tarification du carbone, les données sur la viabilité, les initiatives d’investissement en carbone, et les quatre principes de l’investissement responsable.

Le forum s’est terminé avec des exposés sur les perspectives au plan des entreprises, où l’auditoire a appris que le souci d’accroître la viabilité pourrait relancer l’innovation et promouvoir l’efficacité. Il s’agit là d’un sujet d’importance croissante pour certains employés. Les changements climatiques ont aussi une grande pertinence pour les organismes de réglementation, les sociétés d’assurances IARD et d’autres parties intéressées. Parmi les messages transmis dans le cadre de cette séance, mentionnons l’avertissement que les décideurs des sociétés d’assurance doivent exercer un leadership résolu afin de délaisser les objectifs à court terme et de privilégier les perspectives à long terme.

Pour obtenir les détails complets du forum et les principaux points et suggestions soulevés dans les séances, lisez le compte rendu à la page de la CCCV (section des événements) dans la section des membres du site de l’ICA.

 
Plus de 50 participants ont assisté aux différentes séances du forum.

 
Caterina Lindman de la CCCV était l’une des conférencières.


 L’événement a présenté une vaste gamme de données reliées aux changements climatiques.

 
Le conférencier invité, Glen Murray.

 

par Marie-Eve Bourgault

Un an avant l’adoption de la Loi sur les langues officielles en 1969, qui a fait du Canada un pays officiellement bilingue, proclamant l’anglais et le français comme langues officielles de l’État fédéral canadien, on présentait au Conseil d’administration de l’ICA de l’époque un document de discussion sur le bilinguisme. Si l’on en juge par les dates, il est fort à penser que l’ICA ait pu être avant-gardiste en ce qui a trait au bilinguisme au Canada, proposant déjà ses services dans les deux langues avant même qu’elles ne soient proclamées officielles. Cela témoigne de l’importance du bilinguisme pour l’ICA depuis même sa création, jusqu’à en devenir sa marque de commerce.

Ce n’est par contre qu’en 1973 qu’une Commission du bilinguisme est officiellement créée avec George W. Poznanski à sa présidence. Son mandat était d’« Aider les commissions et les membres à maintenir des conditions favorables au bilinguisme à l’Institut et agir à titre de conseiller dans le développement du rôle bilingue de l’Institut ». La commission était également chargée de formuler des recommandations au Conseil sur la mise en œuvre d’un bilinguisme pratique dans les affaires de l’Institut. Le premier examen d’actuariat en anglais et en français a été offert en 1976.

La Commission du bilinguisme a présenté un rapport au Conseil d’administration en mai 1977, dont l’essentiel était de réexaminer les directives de l’époque sur le bilinguisme des activités de l’Institut en vue de recommander au Conseil les modifications jugées utiles. Il a été convenu que l’ICA doive répondre, dans la mesure du possible, aux besoins des actuaires tant de langue anglaise que de langue française afin qu’ils se sentent tous réellement membres à part entière, et afin de leur permettre de bénéficier des avantages professionnels que cet organisme vise à mettre à leur disposition. Le Conseil a adopté ces recommandations détaillées. La commission a malheureusement été dissoute en 2000.

En 2005, on adopte officiellement la Politique sur le bilinguisme que l’on connaît aujourd’hui, et qui est révisée tous les cinq ans. L’objectif de la politique est de préserver le caractère bilingue de l’Institut et de procurer à ses membres et au grand public l’accès à la documentation et des assemblées dans la langue officielle de leur choix dans un délai raisonnable. Cela s’applique à tous les documents produits par l’ICA et à ceux diffusés conjointement avec d’autres associations actuarielles et des organismes externes. Voici trois énoncés de la politique que vous pouvez constater de façon quotidienne :

  1. Publications (ce qui comprend entres autres documents les politiques administratives, les positions publiques, les rapports et bien d’autres). Selon l’énoncé 1.a. de la politique : « Toutes les publications de l’ICA doivent être traduites et publiées simultanément dans les deux langues officielles ». Tout matériel d’orientation est également soumis dans les deux langues à la Direction de la pratique actuarielle à des fins d’approbation avant la publication. Le siège social est ainsi chargé du contrôle de la qualité des documents et s’emploie à leur traduction et révision par un actuaire dûment qualifié.
  2. Distribution des publications : Tous les documents de l’ICA sont distribués aux membres en même temps et dans la langue de leur choix. Le siège social avise les membres par le biais d’annonces de nouvelles publications, qui sont téléchargeables à partir du site Web de l’ICA.
  3. Interprétation simultanée : Le siège social s’emploie à fournir une interprétation simultanée et des enregistrements des séances dans le cadre des assemblées et des colloques organisés par l’ICA. L’interprétation simultanée est fournie lors des séances plénières et certaines séances simultanées aux assemblées annuelles et colloques spécialisés lorsque les inscriptions anticipées sont de 100 participants et plus (énoncé 4.b.i.).

Bref, le but ultime de cette politique est de veiller à ce que toutes les publications de l’Institut soient publiées et distribuées aux membres dans les deux langues officielles et que l’interprétation simultanée soit fournie à toutes les séances générales.

En conclusion, à l’ICA, nous sommes fiers de notre caractère bilingue. Cela en fait la marque de l’Institut et le rend unique parmi les autres associations actuarielles nationales. Le siège social travaille fort dans le but de satisfaire à cette politique et de produire des documents de qualité autant en anglais qu’en français. Le bilinguisme de l’ICA a eu pour effet d’améliorer les services aux membres, de respecter la Loi sur les langues officielles du Canada, d’unir la profession actuarielle au pays et d’atténuer le risque de scission fondée sur des motifs linguistiques.

Par Marie-Eve Bourgault, rédactrice française, siège social de l’ICA
 

Fiona So

1. Pourquoi êtes-vous devenue actuaire?

Mon enseignant du secondaire et mon père m’ont exposée à la profession. Après avoir gagné de l’expérience auprès d’une division d’actuariat dans une société d’assurance lors d’un stage coop au secondaire, je suis devenue accro.

2. Lorsque vous dites aux gens que vous êtes actuaire, que croient-ils que vous faites?

Ils me demandent : « Oh, c’est comme un comptable? »

3. Qui a été votre plus grande inspiration pendant votre carrière? Avez-vous eu un mentor au début de votre carrière?

Bien que je n’aie pas eu de mentor, je suis reconnaissante que mes parents m’aient exposée à la profession et m’ont encouragée à poursuivre cette carrière. Je suis également reconnaissante de l’appui constant que mes parents et mon mari m’ont apporté.

4. Qu’appréciez-vous le plus de votre travail?

J’aime faire partie d’une profession qui possède une série de compétences spécialisées. J’aime particulièrement travailler à mon poste actuel au Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), où j’ai l’occasion de rencontrer plusieurs actuaires différents et d’être exposée à une grande variété de questions actuarielles. En dehors de mon travail, j’aime également redonner à la communauté actuarielle en me portant bénévole au sein de la Sous-commission de l’ICA sur les assurances IARD de la Commission de l’éducation permanente.

5. Si vous n’étiez pas actuaire, quelle serait votre carrière de choix?

Je serais enseignante de musique!

6. Quels sont vos passe-temps?

Je prends des vacances en famille, je passe du temps avec mon fils de 21 mois et je profite de la façade portuaire de Toronto où nous vivons.

7. Quels sont vos musiques, livres et films préférés?

J’en ai trop! Durant mon enfance, chaque film que je regardais devenait « mon nouveau film préféré de tous les temps ». Les manuels d’études actuariels ne sont malheureusement pas sur ma liste de favoris.

8. Quelle est votre destination vacances de rêve?

J’ai planifié une croisière Disney avec une autre famille actuarielle au mois de mai. Ce fut une excellente occasion de célébrer la fin des examens!

9. À quoi réussissez-vous mieux que quiconque de vos connaissances?

J’ai l’oreille musicale parfaite et peux rejouer la musique que j’entends! Ce n’est pas très utile dans un contexte d’avancement de carrière par contre!

10. Si vous pouviez vivre dans la peau d’une autre personne, vivante ou décédée, de qui s’agirait-il et pourquoi?

J’aimerais vivre dans la peau de mon fils pour une journée. C’est un petit homme heureux et toujours souriant. Sa vie est simple et sans souci. N’importe quoi et tout le monde le fait sourire.

Fiona So est un conseillère en actuariat dans la division de l’actuariat du BSIF.

 


Si vous aimeriez faire l’objet de la chronique Présentez-vous, veuillez répondre aux 10 questions ci-dessus par l’intermédiaire de notre formulaire en ligne.
 
PERSONNES INFLUENTES

Jean-François Chalifoux a été nommé président-directeur général du Groupe financier SSQ et devrait entrer en fonction en septembre. Ses domaines de responsabilité précédents comprennent la direction stratégique de Desjardins Assurance-vie et ses activités d’entreprise à l’échelle du Canada.

Dans un article du Journal de Montréal, Yvon Charest, qui en 36 ans de carrière n’a connu qu’un seul employeur, Industrielle Alliance, discute de la gestion de l’entente avec Québecor pour le nouveau Centre Vidéotron, du statut du Québec comme « capitale de l’assurance » et d’autres sujets.

Mary Forrest de la Munich Re a été nommée présidente du Conseil d’administration de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes.

Un avertissement de Malcolm Hamilton voulant que les régimes de retraite interentreprises puissent facilement être mal compris par ceux qui y sont inscrits est en vedette dans un article du Globe and Mail.

Greg Heise s’est joint à George & Bell Consulting en tant qu’associé de l’entreprise. Il sera situé à Vancouver et fournira des services d’actuariat et de placements à des clients en matière de régimes de retraite et d’avantages sociaux de l’Ouest du Canada. Au cours de ses 22 ans de carrière, M. Heise est devenu un chef de file reconnu de l’industrie et l’entreprise affirme qu’il « contribuera sans doute à l’amélioration de nos offres en matière de régimes de retraite et de conseils à nos clients, notamment ceux dans les domaines des régimes de retraite interentreprises ».

Sylvie Paquette, présidente et chef de l’exploitation de Desjardins Groupe d’assurances générales, a été élue présidente du Conseil d’administration du Bureau d’assurance du Canada. Elle est bénévole auprès du conseil depuis 2010 et travaille au sein de Desjardins depuis 1984.

Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l'ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Personnes influentes, vous donnera l'occasion d'annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d'autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d'informer vos confrères et consœurs de travail et d'autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu'il s'agisse d'ex-collègues, d'anciens confrères ou consœurs d'université, d'employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d'envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n'hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – au rédacteur anglais de l'ICA à andrew.melvin@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l'ICA, suivez l'ICA sur Twitter. 
 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

215049 Déclaration d’intention – Révisions à la Section générale des Normes (partie 1000)

215050 Déclaration d’intention visant à intégrer dans les Normes de pratique en vigueur au Canada les principes de la Norme internationale de pratique actuarielle 4 – Services actuariels relativement à la norme IFRS X, Contrats d’assurance (NIPA [4])

AM2015-31 Séance 31 - Mortalité stochastique en assurance-vie : Mises en oeuvre et répercussions

AM2015-30 Séance 30 • La Commission des rapports financiers des compagnies d’assurance-vie (CRFCAV) et les développements en matière d’évaluation

AM2015-34 Séance 34 • Créer une présence de leadership à l’aide de communications efficaces

AM2015-7 Séance 7 • Séance de la Commission sur les changements climatiques et la viabilité

AM2015-26-2 Séance 26 • Modélisation prédictive — Comment peut-elle aider?

AM2015-26-3 Séance 26 • Modélisation prédictive — Comment peut-elle aider?

AM2015-18 Séance 18 • L’introduction du C-ROSS

AM2015-22-1 Séance 22 • Actulab : Étude de cas en compagnie de praticiens et d’universitaires

AM2015-22 Séance 22 • Actulab : Étude de cas en compagnie de praticiens et d’universitaires

AM2015-8-2 Séance 8 • Le point sur le Conseil des normes actuarielles

215046 Communication finale de la promulgation d’une table de mortalité mentionnée dans les Normes de pratique pour les régimes de retraite (sous-section 3530)

215047 Communication finale de la promulgation d’une table de mortalité mentionnée dans les Normes de pratique pour l’expertise devant les tribunaux (sous-section 4530)

215048 Communiqué : Les régimes de retraite à prestations cibles sont une « alternative viable », affirme l’Institut canadien des actuaires

215043 Rapport du Groupe de travail sur les régimes à prestations cibles

AM2015-6 Séance 6 • Versement de dividendes : L’intérêt à l’égard des produits avec participations vaut-il la peine à long terme?

AM2015-9-1 Séance 9 • Perspectives sur le risque de longévité

AM2015-10-3 Séance 10 • Les lacunes en matière de protection du marché intermédiaire

AM2015-10-2 Séance 10 • Les lacunes en matière de protection du marché intermédiaire

AM2015-17 Séance 17 : La prise de décisions éthiques pour les actuaires

215044 Institut canadien des actuaires – Rapport annuel 2014-2015

215045 Déclaration d’intention portant sur la révision des Normes de pratique applicables à l’assurance (partie 2000)

AM2015-26-1 Séance 26 • Modélisation prédictive — Comment peut-elle vous venir en aide?

215042 Solution – Le problème à un million de dollars

AM2015-13-2 Séance 13 • Évolution de la science actuarielle et de la profession au cours des 50 dernières années

215041 Serveur de liste de discussion de l’ICA – Conditions d’utilisation

AM2015-19 Séance 19 • Discussion sur la littératie financière

AM2015-9 Séance 9 • Perspectives sur le risque de longévité

AM2015-5-2 Séance 5 • Les IFRS et le développement des capitaux au pays et à l’étranger

AM2015-5-1 Séance 5 • Les IFRS et le développement des capitaux au pays et à l’étranger

AM2015-15C Séance 15 • Transformation relative aux rapports actuariels d’entreprise

AMPROG2015 Programme final 2015 – Assemblée annuelle

AM2015-11 Séance 11 • L’évolution de l’évaluation interne du risque et de la solvabilité (ORSA)

215038 Version provisoire du procès-verbal de la Séance des affaires générales de l’Assemblée annuelle de juin 2014 à approuver lors de l’Assemblée annuelle 2015

AM2015-25 Séance 25 • Régimes à prestations autres que la retraite – Une chose du passé ou une vague de l’avenir?

AM2015-28 Séance 28 • Groupe de PDG – Ce que nous réserve l’avenir

AM2015-32-2 Séance 32 • Mégadonnées, mégachangements – Exemples pratiques de la façon dont l’analytique avancée et la modélisation prédictive modifient le domaine de l’assurance au Canada

AM2015-32-1 Séance 32 • Mégadonnées, mégachangements – Exemples pratiques de la façon dont l’analytique avancée et la modélisation prédictive modifient le domaine de l’assurance au Canada

AM2015-15-2 Séance 15 • Transformation relative aux rapports actuariels d’entreprise

AM2015-10-1 Séance 10 • Les lacunes en matière de protection du marché intermédiaire

AM2015-12 Séance 12 • Éviter la fraude automobile des particuliers au point de vente

AM2015-4-1 Séance 4 • L’atténuation des risques en matière de régimes de retraite d’un point de vue mondial (Canada)

AM2015-5 Séance 5 • Les IFRS et le développement des capitaux au pays et à l’étranger

AM2015-13-1 Séance 13 • Évolution de la science actuarielle et de la profession au cours des 50 dernières années

AM2015-4-2 Séance 4 - Les rachats d’engagements de retraite sur le marché américain

AM2015-16 Séance 16 • Tendances relatives aux médicaments et les programmes provinciaux

AM2015-24-3 Séance 24 • La validation des modèles

AM2015-14-1 Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec

AM2015-3 Séance 3 • Simulation de procès : L’actuaire de retraite T. se retrouve à la barre!

AM2015-24-2 Séance 24 • La validation des modèles

AM2015-23 Séance 23 • Leçons tirées des régimes à risques partagés du Nouveau-Brunswick, mises à jour et perspectives du point de vue de l’expertise-conseil

AM2015-15-1 Séance 15 • Transformation relative aux rapports actuariels d’entreprise

AM2015-8-1 Séance 8 • Le point sur le Conseil des normes actuarielles

AM2015-15-3 Séance 15 • Transformation relative aux rapports actuariels d’entreprise

AM2015-14-2 Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec

AM2015-4-3 Séance 4 - Réduction des risques des régimes de retraite : Le marché au Royaume-Uni

AM2015-24-1 Séance 24 • La validation des modèles

215037 Directives à l’intention des délégués nommés par l’ICA au sein des comités de l’AAI

215035 Le risque réglementaire et les organismes du secteur de l’assurance en Amérique du Nord

EB0515 (e)Bulletin Mai 2015

EB0515PDF (e)Bulletin Mai 2015 (version pdf)

215040 Mémoire au Ministère des Finances de l'Ontario : Comité consultatif d’experts – Examen des mandats de la CSFO, du TSF et de la SOAD : Examen du mandat de la Commission des services financiers de l’Ontario (CSFO)

MSCM114 Procès-verbal de la réunion no 114 de la Direction des services aux membres (7 avril 2015)

MSCA115 Ordre du jour de la réunion no 115 de la Direction des services aux membres (2 juin 2015)

215036 Mémoire au Ministère des Finances de l'Ontario : Critères proposés pour dispenser des règles de capitalisation du déficit de solvabilité les nouveaux régimes de retraite conjoints à plusieurs employeurs du secteur parapublic (proposition 15-MOF009)

Les tweets de @ICA_Actuaires :

Le guide de production du sommaire des renseignements actuariels (SRA) 2015 est maintenant disponible. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/pp-rr/ppa-rra/afr-emda/Pages/ais.aspx...

Le BSIF est heureux de féliciter l’@ICA_Actuaires pour son 50e anniversaire. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/oca-bac/Pages/cia50_let.aspx...

2 jours incroyables à notre 50e anniversaire #Assembléeannuelle – rejoignez-nous à @CityofStJohns les 28 et 29 juin 2016 #CIA50ICA

Conférenciers d’honneur @JeffRubin @DavidSuzuki discutent de #viabilité #changementclimatique #énergie #cia50ica

Merci au président 2014-2015 Jacques Tremblay @GodfatherAjax23 et bienvenue à son successeur Rob Stapleford #CIA50ICA

Aperçus fascinants des journalistes @dgardner @ChantalHbert Jeffrey Simpson @globeandmail #media #soinsdesanté #retraite #CIA50ICA

Une autre journée d’#excellenceactuarielle à #Ottawa. Jour 2 de l’#Assembléeannuelle #CIA50ICA

On commence tôt après un excellent gala hier soir! Twittez-nous vos photos #CIA50ICA

Merci à tous ceux qui ont aidé à #célébrer le gala du 50e #anniversaire de l’#Assembléeannuelle #CIA50ICA

De la musique, du divertissement et bien plus encore alors que les #actuaires célèbrent les 50 ans de l’ICA #cia50ica

Les #actuaires célèbrent avec style @Shaw_Centre lors du dîner gala de l’@ICA_Actuaires #cia50ica

Qu’est-ce qui rendra les actuaires célèbres dans l’avenir? #cia50ica

Grande concentration pour répondre au jeu-questionnaire historique #cia50ica

Merci au #commanditaire du gala @RGA_Re d'appuyer les #actuaires du Canada #cia50ica

« Réveillons la ville » dit le président de l'ICA Jacques Tremblay au gala de l'ICA @GodfatherAjax23 #cia50ica

Des actuaires de tous âges s’échangent des anecdotes et font du réseautage au gala de l’ICA #cia50ica

La réception gala et dîner commence au @Shaw_Centre pour célébrer le 50e anniversaire #grandjour #Assemblée annuelle #CIA50ICA @RGA_RE

La 1re journée de l’#Assembléeannuelle se termine avec des séances #excellenceactuarielle #Québec, #médicaments #éthique #Chine

À nos commanditaires de niveau Bienfaiteur GGYAxis @FaskenMartineau HannoverRe @KPMG_Canada LussierDaleParizeau – Merci! #CIA50ICA

Merci à @AurigenRe @DeloitteCanada Elliot Bauer @SCOR_SE @SOActuaries, commanditaires de niveau Mécène de l’#excellenceactuarielle #CIA50ICA

Merci à notre commanditaire de niveau Grand Mécène @RGA_RE d’appuyer le 50e anniversaire de l’Assemblée annuelle à #Ottawa #CIA50ICA

#Actuaire de retraite T. à la barre au procès fictif de l'ICA #cia50ica

Merci à nos exposants @ANÉA_ASNA @CASact HannoverRe @KPMG @RGA_RE @OliverWyman#CIA50ICA

Rex Murphy ajoute : « Les vrais leaders n'ont pas de conseillers pour leurs pensées » #CIA50ICA

Utilisez le hashtag de l’#Assembléeannuelle de l’ICA #CIA50ICA et transmettez ce que vous avez appris

Discours d’honneur par Rex Murphy à l’Assemblée annuelle de l’ICA #CIA50ICA #Ottawa @CBCTheNational @checkupcbc

Je suis un #actuaire #canadien par le président de l’ICA Jacques Tremblay #FICA #CIA50ICA

Merci @AndrewSaxton1 pour vos commentaires et meilleurs vœux ce matin

La communauté #actuarielle du Canada se réunit à #Ottawa pour 2 jours d’#excellenceactuarielle #CIA50ICA http://bit.ly/1JVr0bk

Le BSIF publie un aperçu des résultats de son sondage auprès des régimes de retraite privés. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/osfi-bsif/rep-rap/srv-sdg/Pages/pps1415_let.aspx...

Le vieillissement de la population canadienne a beaucoup augmenté depuis la création du Régime de pensions du Canada. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/osfi-bsif/med/Pages/CPP_BM-no16-NR.aspx  

Valeur marchande des caisses de #retraite parrainées par les employeurs cdns au T4 2014 : 1,5 billion $ http://ow.ly/OaSyO

#Actuaire Jean-François Chalifoux a été nommé PDG de SSQ Groupe financier http://bit.ly/1KQvly6 #FICA

#Actuaire Sylvie Paquette nommée présidente, conseil d’administration, Bureau d’assurance du Canada http://bit.ly/1M5tnaa @CdnUnderwriter

#Actuariat classé meilleure #carrière pour les femmes en 2015 http://bit.ly/1HMO7jD @KellieLeitch @KirstyDuncanMP @nikiashton @careercast

Le BSIF a publié le formulaire « Calcul et modalités de versement de la cotisation d’un régime de retraite » http://www.osfi-bsif.gc.ca/Fra/pp-rr/ppa-rra/pa-crr/Pages/Remittance-Form.aspx...

 
Calendrier des rencontres

Webémission de l’ICA – Les mégadonnées et l’assurance : Comment les mégadonnées pourraient-elles avoir leur place dans la stratégie relative aux données de votre entreprise - Le 7 juillet 2015 

Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (français) - Montréal - Le 4 septembre 2015

Colloque de l'ICA sur l'expertise devant les tribunaux - Québec - Les 11 et 12 septembre 2015

Colloque de l'ICA pour l'actuaire désigné - Montréal - Les 17 et 18 septembre 2015

Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (anglais) - Toronto - Le 2 octobre 2015

Colloque de l'ICA sur les régimes de retraite - Toronto - Le 5 novembre 2015

Colloque de l'ICA sur les investissements - Toronto - Le 6 novembre 2015 

  • Assemblée annuelle 2016 de l'ICA - St. John's - Le 28 et 29 juin 2016

  • Assemblée annuelle de l'ICA - Québec - Le 21 et 22 juin 2016

  • - See more at: http://www.cia-ica.ca/fr/perfectionnement/tous-les-%c3%a9v%c3%a9nements/calendar-of-events---list#sthash.thMlr7jc.dpuf
  • Assemblée annuelle 2016 de l'ICA - St. John's - Le 28 et 29 juin 2016

  • Assemblée annuelle de l'ICA - Québec - Le 21 et 22 juin 2016

  • - See more at: http://www.cia-ica.ca/fr/perfectionnement/tous-les-%c3%a9v%c3%a9nements/calendar-of-events---list#sthash.3fjEqk2o.dpuf
    Assemblée annuelle 2016 de l'ICA - St. John's - Les 28 et 29 juin 2016

    Assemblée annuelle de l'ICA - Québec - Les 21 et 22 juin 2017

     
    Le Point sur le Conseil et les Directions

    Direction des services aux membres

    Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions, sous-commissions et à d’autres groupes ci-dessous :

    • Commission de recherche : Lisa Miolo, en vigueur le 9 avril 2015, et Denis Latulippe, en vigueur le 20 mai 2015;
    • Sous-commissions de la Commission de recherche :

    o Sous-commission sur l’expérience en assurance-vie individuelle : Renaud Guilbert, en vigueur le 30 avril 2015;

    o Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite et les rentes collectives : Scott McManus (président), en vigueur le 22 avril 2015;

    • Commission sur l’assurance collective : Isabelle Bouchard et Stéphane Levert, en vigueur le 8 mai 2015;
    • Commission sur les positions publiques : Kelley McKeating (vice-présidente), en vigueur le 14 mai 2015;
    • Commission consultative sur les régimes de retraite : H. Clare Pitcher et Kari Holdsworth, en vigueur le 25 mai 2015;
    • Groupe d’experts à la rédaction : Nirmala Veerappen (présidente) et Jean-François Poitras (vice-président), en vigueur le 1er juillet 2015.

    La Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite et la Sous-commission sur l’expérience de la mortalité dans les rentes collectives ont été fusionnées en une nouvelle Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite et les rentes collectives, en vigueur le 22 avril 2015.

    Les mandats suivants pour la Commission de recherche et ses sous-commissions ont été approuvés tel que présenté, en vigueur immédiatement :

    • Commission de recherche :

    La Commission de recherche s’appuie sur les sous-commissions suivantes pour exécuter son mandat consistant à effectuer de la recherche dans des domaines susceptibles d’aider l’Institut à élaborer ses recommandations à l’égard des questions de politique publique.

    Dans l’ensemble, chaque sous-commission a le mandat commun de gérer l’exécution des projets. Ces tâches comprennent, sans toutefois s’y limiter :

    • Sous-commission de recherche sur la gestion du risque d’entreprise :

    o Élaborer des projets de recherche en gestion du risque d’entreprise (GRE) impliquant la planification, l’organisation, la direction et le contrôle des activités d’une organisation visant à minimiser le risque;

    o Miser sur les partenariats de travail, dont celui avec la Commission des applications en gestion du risque d’entreprise, le comité sur l’avancement de la GRE de la Society of Actuaries et la Section conjointe sur la gestion du risque de la Casualty Actuarial Society, de l’Institut canadien des actuaires et de la Society of Actuaries.

    • Sous-commission sur l’expérience en assurance-vie individuelle :

    o Élaborer des études sur l’expérience de mortalité pour les produits d’assurance-vie individuelle dans l’industrie canadienne;

    o Élaborer des études sur l’expérience de déchéance pour les produits d’assurance-vie individuelle dans l’industrie canadienne.

    • Sous-commission sur l’expérience des prestations versées du vivant de l’assuré (assurance individuelle) :

    o Élaborer des études sur l’expérience des réclamations relatives à la morbidité pour les produits d’assurance versant des prestations du vivant de l’assuré dans l’industrie canadienne;

    o Fournir une perspective historique sur l’évolution de ces produits;

    o Maintenir une tribune pour étudier les questions touchant les produits versant des prestations du vivant de l’assuré au Canada.
    • Sous-commission sur l’expérience des fonds distincts :

    o Collaborer avec la Society of Actuaries et la LIMRA pour recueillir des données sectorielles et en rendre compte;

    o Fournir de l’information et des idées afin de mieux comprendre ce qui sous-tend les résultats financiers des produits de fonds distincts et de mieux prévoir ces facteurs;

    o Diriger périodiquement l’étude sur le comportement des titulaires de polices de fonds distincts canadiens (portant sur les déchéances, les retraits partiels, les rétablissements, les décès et la durée du report avant de prendre un flux de revenus régulier).
    • Sous-commission de recherche en assurances IARD :

    o Élaborer de la recherche canadienne en lien avec les assurances IARD portant sur l’assurance automobile, habitation, commerciale, maritime et responsabilité civile professionnelle.

    o Considérer des sujets émergents, y compris :

    • Les inondations et autres dommages causés par l’eau;
    • Les conséquences des changements climatiques sur les assurances IARD;
    • L’évolution des caractéristiques des produits d’assurance automobile;
    • L’incidence de la réglementation en matière d’assurance;
    • La télématique et les véhicules automatisés.
    • Sous-commission sur la recherche universitaire :

    o Proposer, élaborer et soutenir/maintenir des initiatives visant à favoriser la découverte et le transfert du savoir (ou des connaissances) entre les universités, l’ICA et l’industrie;

    o Établir des partenariats de recherche entre les universités, l’ICA et l’industrie en lien avec le programme de subventions de recherche pour les professeurs canadiens.
    • Sous-commission sur l’expérience dans les rentes :

    o Élaborer des études d’expérience sur la mortalité des rentiers dans l’industrie canadienne pour les produits de rentes individuelles;

    o Construire les tables de mortalité des rentiers individuels de l’ICA.

    • Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite et les rentes collectives :

    o Élaborer des études sur l’expérience de mortalité des rentiers dans l’industrie canadienne pour les participants des régimes de retraite agréés;

    o Élaborer des études sur l’expérience de mortalité des rentiers dans l’industrie canadienne pour les produits de rentes collectives.
    • Sous-commission sur l’expérience en assurance collective de personnes :

    o Élaborer des études sur l’expérience de réclamations et de mortalité dans l’industrie canadienne pour les produits d’assurance collective.

    Les personnes suivantes ont quitté les groupes ci-dessous avec remerciements :

    • Sous-commission sur l’expérience en assurance-vie individuelle : Simon Bélanger, en vigueur le 30 avril 2015;
    • Commission sur l’assurance collective : Mark Edwards et Harindra Sebastion, en vigueur le 8 mai 2015;
    • Commission consultative sur les régimes de retraite : Tony Williams, en vigueur le 25 mai 2015;
    • Groupe d’experts à la rédaction : Shriram Mulgund, en vigueur le 26 mai 2015.

    Geoffrey Melbourne a terminé son mandat de président du Groupe d’experts à la rédaction, en vigueur le 1er juillet 2015 et quitte avec remerciements.

    Edward Gibson est maintenant le représentant du Conseil des normes actuarielles auprès de la Commission de recherche, en vigueur le 22 mai 2015.

    L’équipe Op-Ed a été dissoute avec remerciements, en vigueur immédiatement.

    Le mandat de la Direction des services aux membres a été modifié comme suit :

    a) élaborer et surveiller les initiatives publiques et gouvernementales afin que l’Institut jouisse d’une grande notoriété auprès de la population canadienne en tant que l’un des principaux acteurs du dialogue, des analyses et des solutions dans toutes les questions qui nécessitent la compréhension et la quantification des éventualités financières et des risques futurs;

    b) élaborer et surveiller des programmes qui font la promotion de la profession actuarielle par des projets d’image de marque, de marketing et de communication;

    c) créer, dispenser et tenir à jour des services appropriés à l’intention des membres, des étudiants et du grand public;

    d) élaborer et contrôler des processus de suivi pour la mise au point, le développement, l’approbation, la traduction et la diffusion des projets de recherche de l’ICA, réalisés de façon individuelle ou conjointe;

    e) élaborer, surveiller et maintenir un système approprié de gestion des bénévoles.

    Un Groupe de travail sur la modélisation prédictive a été créé avec les membres suivants : Jean-Yves Rioux (président), Frédérick Guillot, Marc-André Belzil et Claire Bilodeau. Son mandat consiste à :

    • Assurer la promotion et la communication de la recherche, des documents techniques et des nouveaux développements dans le domaine de la modélisation prédictive;
    • Exercer une influence sur le programme d’études et la prestation de perfectionnement professionnel continu (PPC) afin d’inclure la modélisation prédictive;
    • Rester à l’affût des développements au sein d’autres organisations et collaborer avec d’autres organisations en matière de modélisation prédictive.