CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Janvier 2015
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
Votre Institut

 

Pour visionner la vidéo, veuillez cliquer sur l’image ci-dessus ou cliquez ici. Voici une transcription de la vidéo :

Bonjour à vous tous et bienvenue à ma première communication vidéo de 2015. Je m’appelle Jacques Tremblay et je suis le président de l’Institut canadien des actuaires.

L’année 2015 est une année très importante pour l’ICA... Nous célébrons notre cinquantenaire! En effet, le 18 mars 1965, le projet de loi S-45 du Sénat, parrainé par le Sénateur Wallace McCutcheon, ASA, avocat et actuaire, se voyait accorder la sanction royale. M. McCutcheon était aussi l’un des fondateurs d’Argus Corporation, un grand cabinet de placement qui contrôlait des entreprises telles que Canadian Breweries, Dominion Stores, Standard Broadcasting et Massey Ferguson. Ainsi, l’ICA était constitué.

En ce qui concerne notre anniversaire, la base de données des membres de l’ICA révèle plusieurs choses intéressantes. Malheureusement, aucun membre n’est né le 18 mars 1965. L’un d’eux est né la veille et deux autres, le lendemain (l’année de naissance la plus récente parmi les membres est 1993). De plus :

  • 1 799 membres sont nés avant le 18 mars 1965 et 3 040, après la création de l’Institut.
  • Le pourcentage de femmes au sein de la profession a beaucoup changé après 1965. Une proportion de 83 % des membres nés avant le 18 mars 1965 sont de sexe masculin et 17 %, de sexe féminin. Chez les membres nés après cette date, la proportion passe de 60 % d’hommes et 40 % de femmes.
  • Parmi le bassin de Fellows et d’associés nés avant 1965, on compte 1 522 Fellows (85 %) et 260 associés (15 %). Le groupe « après 1965 » compte 2 142 Fellows (70 %) et 892 (30 %) associés.
  • Notre base de données compte un membre né en 1915, un en 1916 et deux en 1917.

Pour en savoir plus, vous trouverez un bref historique de l’Institut sur le site Web de l’ICA et, pour avoir une nouvelle perspective sur vos origines actuarielles, consultez mon article dans le numéro d’avril/mai du magazine The Actuary.

J’aimerais souligner quelques-unes des importantes initiatives prévues dans le cadre de notre 50e anniversaire.

Nous avons amorcé l’année avec notre participation annuelle au congrès de l’Association nationale des étudiants en actuariat, connue sous le nom d’ANÉA. Le président désigné de l’ICA, Rob Stapleford, a agi à titre de conférencier d’honneur à l’occasion du dîner-gala et, pour commémorer cet anniversaire important, l’Institut s’est vu présenter un gâteau géant que tous ont partagé.

Bien que de nombreuses activités soient au programme pour nous aider à célébrer notre cinquantenaire, la plupart d’entre elles s’articuleront autour de deux événements principaux :

  • Le premier consistera en une webémission gratuite sur le professionnalisme : Célébrer 50 ans d’excellence actuarielle – Faits saillants de l’histoire de l’ICA et perspectives d’avenir. Cette webémission aura lieu le jour de notre anniversaire, soit le 18 mars. Nous ferons un bref survol de l’évolution de l’Institut, puis nous porterons un regard sur l’avenir de la profession au Canada en mettant l’accent plus particulièrement sur la discipline, les normes et le système d’éducation de l’ICA. La liste des présentateurs sera annoncée sous peu. Nous vous prions d’inscrire l’activité à votre agenda : Le 18 mars : WEBÉMISSION DE PPC GRATUITE!
  • Le deuxième événement est l’Assemblée annuelle et le gala du 50e anniversaire, qui se tiendra à Ottawa les 17 et 18 juin. Vous ne voudrez pas rater cet événement!

Pour ouvrir l’assemblée, Rex Murphy, toujours un favori de l’ICA, sera des nôtres, et pour clore le tout, les conférenciers Jeff Rubin et David Suzuki nous communiqueront des faits saillants de leur travail de collaboration.

Le programme de l’assemblée met également en vedette un groupe de journalistes réputés, dont Dan Gardner, Chantal Hébert et Jeffrey Simpson, qui aborderont les soins de santé, les régimes de retraite, les facteurs démographiques et la protection de la vie privée, des sujets d’actualité et d’une grande importance pour notre profession!

Outre les séances d’intérêt pour chacun des domaines de pratique, une présentation très spéciale aura lieu, soit L’évolution de la science actuarielle et de la profession au cours des 50 dernières années, ainsi que des groupes de discussion d’experts constitués de PDG et de chefs de la gestion des risques.

Un dîner-gala se tiendra le 17 juin au Centre Shaw, à Ottawa. Cet événement comprendra une réception, un dîner et une commémoration visuelle des 50 premières années de l’Institut. Vous aurez droit à un repas extraordinaire, à des activités amusantes et à un spectacle.

L’un de nos objectifs stratégiques consiste à développer la marque de l’Institut. Nous nous sommes dotés d’un plan de sensibilisation afin de faire la promotion auprès des étudiants de la science actuarielle à titre de choix de carrière. Pour ce faire, nous avons notamment mis en œuvre un projet intitulé « Retour à l’école ». Plus de 40 membres se sont portés volontaires pour visiter des classes de mathématiques dans les écoles secondaires pour parler du travail des actuaires et de la voie à suivre pour intégrer la profession. Certaines visites ont déjà eu lieu, mais la plupart d’entre elles auront lieu en mars et en avril. Si vous désirez inspirer quelques étudiants à devenir actuaires, écrivez à retouralecole@cia.ica.ca.

Plus tard en cours d’année, l’ICA prendra part à une conférence sur la recherche universitaire organisée par l’Université de Toronto, et aura le très grand honneur d’être l’hôte du dîner officiel de l’Association actuarielle internationale le 16 octobre, à Vancouver.

N’oubliez pas les colloques d’automne de l’ICA portant sur l’expertise devant les tribunaux, les régimes de retraite et les investissements, ainsi que le Colloque pour l’actuaire désigné, à l’occasion desquels nous continuerons de faire la fête tout en profitant de présentations fascinantes et instructives.

Voilà donc un aperçu de quelques activités prévues pour l’année à venir. Quelques surprises vous attendent également, mais je suis tenu au secret à cet égard. Je peux toutefois vous garantir que le facteur WOW sera de la partie!

Je vous reviens le mois prochain!
 
Article en Primeur


par Jim Christie, FICA

Nouvelles priorités du CNA

Le Conseil des normes actuarielles (CNA) a procédé à une analyse de contexte pour aider à repérer les domaines où il faut de nouvelles normes ou ceux où les normes existantes doivent être actualisées. Nous avons déterminé que nos prochaines priorités devraient être les suivantes :

Au cours des prochaines réunions, nous déterminerons la meilleure façon de procéder à ce chapitre.

Intégration des NIPA aux normes canadiennes

L’Association actuarielle internationale (AAI) poursuit l’élaboration des Normes internationales de pratique actuarielle (NIPA). Tant l’ICA que le CNA adhèrent au but visé par l’AAI de faire converger les normes actuarielles nationales, les NIPA servant de balises à cette fin.

L’approche adoptée par le CNA à l’égard de la NIPA 1 (Pratique actuarielle générale) consistait à étudier celle‑ci et à déterminer les modifications, le cas échéant, qu’il fallait apporter à la version existante de nos normes générales des normes de pratique consolidées (NPC) pour l’harmoniser avec la NIPA 1. Nous parlons ici de l’« internationalisation des NPC ».

Quant à la NIPA 2 (Sécurité sociale), il n’y avait pas de norme canadienne équivalente; nous avons donc décidé d’adopter la NIPA 2 et de déterminer les modifications qu’il faut apporter pour l’intégrer à nos NPC existantes. Nous prévoyons donc d’ajouter une nouvelle partie 7000 qui traitera de la sécurité sociale. La procédure devrait être relativement simple puisqu’avec une nouvelle partie, nous devons simplement veiller à ce que les termes définis soient conformes aux NPC, déterminer l’étendue de la pratique à laquelle la partie 7000 devrait s’appliquer et voir à ce que les conseils qui y sont formulés n’entrent pas en conflit avec le reste des NPC. Nous parlons ici de la « canadianisation des NIPA ».

Le groupe désigné qui examine la NIPA 4 (Norme internationale d’information financière 4, ou IFRS 4 – phase II) a demandé au CNA d’envisager la possibilité d’adopter une structure à l’égard des normes qui se rapprocherait davantage de celle des NIPA (c.‑à‑d., une approche différente pour intégrer les NIPA aux normes canadiennes). Cela permettrait d’accélérer l’adoption des NIPA au Canada et de faire en sorte que nos normes soient cohérentes avec les NIPA plutôt que de simplement converger vers elles. En ce qui a trait à la NIPA 4, le CNA était d’avis que l’approche proposée par le groupe désigné, soit d’adopter la version finale de la NIPA 4 et d’apporter des modifications minimales seulement pour rétrécir l’étendue de la pratique de façon à tenir compte des questions propres au Canada, était une stratégie acceptable.

Le point sur les activités en cours

Un groupe désigné présidé par Bob Howard poursuit la préparation d’un exposé‑sondage sur l’utilisation de modèles. Le groupe désigné préférerait qu’une ébauche de note éducative soit diffusée avec l’exposé-sondage pour réduire la possibilité de méprise ou de confusion à l’égard de la norme parmi les praticiens. On a demandé à la Direction de la pratique actuarielle d’élaborer une note éducative afin d’expliquer ce qui est un modèle et ce qui ne l’est pas. Le CNA prévoit d’autoriser la diffusion de l’exposé-sondage peu après sa réunion d’avril avec ou sans l’ébauche de note éducative.

Le CNA a approuvé la diffusion de la version définitive des Normes de pratique – Modification de la Section générale et des normes de pratique sur la cohérence des rapports et la conformité à la Norme internationale de pratique actuarielle 1, dont l’entrée en vigueur est fixée au 31 mars 2015. La proposition antérieure visant à ajouter des clauses au sujet de la prise en compte d’un examen par les pairs n’a pas été intégrée à la version définitive étant donné que le libellé de la NIPA 1 ne donne pas au professionnel en actuariat des conseils pratiques sur les travaux qui doivent ou non faire l’objet d’un examen par les pairs. La possibilité d’élaborer un projet distinct portant sur le volet de l’examen par les pairs de la NIPA 1 pourrait être envisagée à une date ultérieure.

Un groupe désigné présidé par Edward Gibson poursuit son examen de la NIPA 2 (Sécurité sociale). Pour le moment, aucune partie de nos normes ne porte sur la sécurité sociale. La date limite aux fins de commentaires sur la déclaration d’intention visant à intégrer les principes de la NIPA 2 – Analyse financière des programmes de sécurité sociale – aux normes canadiennes était le 30 novembre 2014. Un résumé des commentaires reçus devait être présenté à la réunion du CNA ce mois‑ci et le groupe désigné s’efforcera de produire un exposé-sondage en vue de la réunion d’avril du CNA.

L’International Accounting Standards Board (IASB) a publié un exposé-sondage sur la norme IFRS 4 (Contrats d’assurance) en 2013. La version finale n’est pas attendue avant la fin de 2015, avec une date d’entrée en vigueur en 2019. En vue de la version finale de la norme IFRS 4, l’AAI a amorcé des travaux sur une NIPA 4 connexe. L’AAI prévoit de publier la version finale de la NIPA 4 en 2017. Un groupe désigné présidé par Simon Curtis surveille de près les progrès réalisés par l’AAI à ce chapitre et, en bout de ligne, il recommandera au CNA les révisions qu’il faudra apporter à nos normes pour tenir compte de la NIPA 4. Pour le moment, le CNA attend que l’AAI élabore une norme actuarielle internationale (NIPA 4). Nous préférons mettre en œuvre une norme conforme à la pratique actuarielle mondiale.

Le CNA a approuvé la diffusion de la Communication initiale de la promulgation d’une table de mortalité mentionnée dans les normes de pratique pour les régimes de retraite (sous-section 3530), avec une date limite aux fins de commentaires le 15 février 2015. La communication finale devrait paraître le 1er mai 2015 et la date d’entrée en vigueur de la table promulguée proposée est le 1er août 2015. Le groupe désigné, présidé par Conrad Ferguson, s’attend à ce que beaucoup de commentaires soient déposés au sujet des recommandations.

En ce qui concerne la rupture du mariage, l’échelle de projection est un sujet de préoccupation chez les praticiens de l’expertise devant les tribunaux. La proposition provisoire du groupe désigné a été soumise à la Commission sur l’expertise devant les tribunaux aux fins de consultation. Il était prévu que la promulgation initiale soit approuvée à la réunion du CNA du mois courant. Ce sera probablement plus ou moins cohérent avec la promulgation au chapitre des régimes de retraite.

Étant donné que les tables de mortalité promulguées et les échelles d’amélioration de la mortalité devraient faire l’objet d’un examen, le CNA a discuté de la nécessité de passer en revue les autres hypothèses sous‑tendant la valeur actualisée des prestations de retraite et les coûts capitalisés en cas de rupture du mariage. Le CNA a mis au point une approche en deux étapes à cette fin pour réduire au minimum la controverse pendant cet examen. Le premier groupe désigné, présidé par Gavin Benjamin et axé sur les normes relatives aux régimes de retraite, anticipe des modifications minimales à la section 3500, même s’il reste à déterminer si les 90 points de base et la formule connexe sont toujours raisonnables. Le deuxième groupe désigné, axé sur la rupture du mariage, devrait amorcer ses travaux plus tard cette année.

Le CNA a souligné que les normes actuarielles existantes n’abordent pas la question de la volatilité associée à la modélisation stochastique du rendement des placements aux fins du provisionnement de tous les régimes de retraite (non seulement des régimes à risques partagés). Selon ce qui a été fait pour les normes relatives à l’assurance‑vie, l’imposition d’un modèle stochastique en particulier ne semblait pas l’approche à privilégier. Il serait plus indiqué (comme pour l’assurance‑vie) de prescrire des critères d’étalonnage des résultats de tout modèle stochastique utilisé. Un groupe désigné présidé par Tony Williams a commencé à se pencher sur les critères d’étalonnage des rendements des actifs des régimes de retraite.

Un groupe désigné présidé par Paul Della Penna poursuit l’examen quinquennal de la Section générale (partie 1000) de nos normes. Le groupe désigné choisit de préparer la version provisoire d’un exposé-sondage avant de présenter la déclaration d’intention au CNA. Il convient de souligner qu’il y aura probablement des modifications importantes à la sous‑section 1530 – Données. Le groupe désigné accuse du retard par rapport à l’échéancier et ne prévoit pas soumettre la déclaration d’intention au CNA aux fins de discussion avant avril.

Le CNA a constitué un groupe désigné présidé par Josephine Marks pour entreprendre un examen quinquennal de la section Assurance (partie 2000) de nos normes. Le groupe désigné passe actuellement en revue tous les documents qui ont été soumis concernant les questions soulevées au cours des dernières années. Il consulte également plusieurs commissions de pratique de l’ICA, des organismes de réglementation et d’autres intervenants avant de préparer la déclaration d’intention.

Jim Christie, FICA, est le président du Conseil des normes actuarielles.

 
Nouvelles de L'Institut

par Joseph Gabriel, FICA

Pendant ma première année au poste d’actuaire membre du personnel, éducation, de l’ICA, j’ai consacré la plus grande partie de mon temps et de ma courbe d’apprentissage au Programme d’agrément universitaire (PAU) : son fonctionnement, son administration et la façon dont il a été mis en place dans les onze universités agréées. J’ai été très impressionné par l’ampleur de la documentation et des processus qui entourent le programme. J’étais très curieux de voir comment le programme serait en mesure de garantir la rigueur sacrosainte des examens d’actuariat.

Cet article a pour but de mettre en lumière le mécanisme mis en place par l’ICA pour assurer la surveillance constante de la qualité du programme dans les universités agréées grâce au processus d’examen annuel de l’examinateur externe. Si vous désirez de plus amples renseignements au sujet du programme et des exigences aux fins des exemptions, cliquez sur le lien ci-dessus ou faites parvenir un courriel à agrement@cia-ica.ca. Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions.

Les examinateurs externes représentent un groupe indépendant chargé d’examiner le programme de chaque université. À cet égard, le commentaire le plus marquant que nous ayons reçu de leur part est le suivant : « Les programmes universitaires sont bien construits et apportent souvent une dimension éducative qui est fondamentalement absente des examens préliminaires traditionnels... »

Les visites des examinateurs externes ont lieu une fois l’an pendant le mois de mai et le début du mois de juin et consistent en une vérification sur place, d’une durée d’un à deux jours, dans chaque université agréée. L’ICA commence par recruter des FICA possédant préférablement de l’expérience en matière d’éducation. Chaque examinateur externe se voit assigner une ou deux universités et est accompagné par l’un des actuaires membres du personnel, soit Chris Fievoli ou moi-même, afin d’assurer l’uniformité d’une université à l’autre.

En prévision de cette visite, l’actuaire chargé de l’agrément (AcA) de chaque université travaille avec les chargés d’enseignement afin de recueillir une quantité importante de renseignements :

  • Pour chaque cours offert durant l’année universitaire, des échantillons de travaux d’étudiants ayant obtenu la note d’exemption, ainsi que des exemples de travaux que le chargé d’enseignement considère comme excellents et médiocres;
  • Les formulaires de confirmation des chargés d’enseignement pour chaque cours, dans lesquels sont consignés des renseignements cruciaux en ce qui concerne la taille de la classe, la note moyenne, le nombre d’étudiants ayant obtenu la note d’exemption, ainsi que la méthode de calcul utilisée pour déterminer les notes finales, y compris tout ajustement apporté;
  • Les plans de cours officiels;
  • La répartition des notes finales et le système de notation.

Pendant la visite, on procède à l’examen de tous ces renseignements afin de mesurer le degré de difficulté des examens, l’étendue de la matière couverte, ainsi que la conformité aux exigences de l’ICA. Nous vérifions les corrections afin d’évaluer la cohérence de la façon dont les points sont gagnés ou soustraits entre les différents niveaux des étudiants. Tout problème relevé fait ensuite l’objet d’une discussion avec l’AcA, les chargés d’enseignement et les représentants concernés de l’université. Cet entretien, sous forme de dialogue ouvert, a pour but de faire en sorte que l’université soit au courant de toutes les pratiques exemplaires et des exigences de l’ICA et de permettre à l’ICA d’en savoir plus au sujet des processus internes de l’université en matière de contrôle de la qualité.

À la suite de chaque visite, les rapports détaillés des examinateurs externes sont soumis à la Commission de l’agrément (CA) de l’ICA à des fins d’examen. Ces rapports comportent de nombreux éléments: les résultats du rapport de l’année précédente, les méthodes auxquelles a recours l’université pour promouvoir le programme, l’influence et la visibilité de l’AcA, le respect du programme-cadre d’études et des plans de cours par les chargés d’enseignement, des observations au sujet des procédures de test et d’examen de chacun des chargés d’enseignement, les changements survenus à l’université, le cas échéant, des liens avec la profession et les statistiques de placement pour les étudiants, lorsque celles-ci sont disponibles.

Observations concernant le processus de l’examinateur externe

Dans l’ensemble, l’ICA est très satisfait du processus mis en œuvre par les examinateurs externes. Il s’agit d’une démarche de collaboration entre la CA, les examinateurs externes, les représentants des universités et le personnel de l’ICA. Voici quelques observations intéressantes :

  • Les programmes universitaires et les examens sont très bien construits et apportent une dimension éducative additionnelle : les exposés en classe et les questions à développement favorisent une exploration et une mise à l’épreuve plus approfondies de la compréhension des candidats. Il s’agit là de l’un des avantages du PAU par rapport aux examens traditionnels. On peut aussi constater cette façon de faire dans la révision récente de l’examen MLC de la Society of Actuaries, qui comprend désormais un élément écrit.
  • Dans l’ensemble, il y a en place des processus rigoureux en ce qui concerne la notation et la correction des travaux, ces derniers étant souvent notés par plus d’une personne sous la supervision du chargé d’enseignement responsable. Les points sont attribués de façon juste, comme le démontre la différence de points attribués aux travaux excellents qui méritent la note d’exemption et les travaux de qualité médiocre.
  • Les universités sont disposées à résoudre les éventuels éléments préoccupants pour l’ICA. L’importance de l’exigence de la politique visant la représentation de la profession au sein du corps professoral constitue un de ces exemples. Les universités répondent activement à cette exigence en incitant les enseignants à poursuivre leurs parcours vers le titre d’AICA, en embauchant des Fellows comme professeurs à temps plein et en encourageant même leur personnel à passer des examens de niveau Fellow.

Les universités se montrent résolument dévouées envers le programme et l’ICA travaille avec acharnement au développement et au maintien d’un partenariat coopératif et sain qui contribue à former les actuaires de l’avenir. À ce jour, le processus a exigé beaucoup de temps de la part des universités ainsi que du personnel et des bénévoles de l’ICA. Maintenant que le PAU est en place et fonctionne bien, nous croyons qu’il sera possible d’y consacrer moins de temps sans risquer une détérioration des normes.

À cet égard, l’ICA a entrepris une révision fondamentale du programme, laquelle comporte un examen approfondi de tous les éléments du PAU, des procédures administratives aux lignes directrices, en passant par la notoriété du programme et son exploitation. Nous cherchons des façons d’améliorer un programme qui fonctionne déjà bien.

En conclusion, le processus de l’examinateur externe est un élément fondamental de la réussite du PAU. Les premières années du programme ont révélé que, malgré la nécessité d’apporter certains petits ajustements, le PAU est forcément tenu à la rigueur de la profession.

Sous peu, nous recueillerons les commentaires des membres dans le cadre de la révision du programme. Surveillez les occasions de nous faire part de vos commentaires. Je vous invite à participer à cet exercice!

Joseph Gabriel, FICA, est l’actuaire membre du personnel, éducation, de l’ICA.

 

 
par Trevor Howes, FICA

Les modèles actuariels ne sont plus ce qu’ils étaient. Ils sont plus imposants, plus complexes, plus exigeants en matière de technologie de l’information et plus importants dans le contexte changeant des rapports des sociétés d’assurance et de la gestion des risques. Ils suscitent également beaucoup plus d’attention de la part des organismes de réglementation, des vérificateurs et des cadres dirigeants.

Les professionnels en actuariat qui ont travaillé pendant des années avec les modèles et qui en ont été dépendants commencent à poser de nouvelles questions, à chercher de l’aide pour en accélérer le fonctionnement ou améliorer leurs pratiques visant le maintien, la validation et la gouvernance à l’égard de l’utilisation qu’ils en font.

C’est en raison de cet intérêt accru qu’un groupe s’est joint à moi l’an dernier pour déposer une requête auprès de la Society of Actuaries (SOA) aux fins de la constitution d’une nouvelle section chargée de répondre aux besoins des actuaires des quatre coins du monde qui utilisent les modèles dans le cadre de leur travail. La mise sur pied de la nouvelle section de la modélisation a été approuvée en juin 2014 et dans les semaines qui ont suivi sa création, elle a atteint le seuil de 200 membres requis pour entreprendre ses activités officielles.

Nous voyons la section de la modélisation soutenir les intérêts communs de la profession au Canada, aux États-Unis et à l'étranger, et englober tous les secteurs nationaux et les domaines de pratique. Notre section compte déjà plus de 100 membres du Canada et nous sommes deux Canadiens à siéger au conseil de section intérimaire.

L’efficacité des modèles est l’un des sujets auxquels je m’intéressais avant même la formation de la section. Compte tenu de l’adoption croissante au Canada et à l’échelle mondiale des techniques de modélisation stochastique par les cadres réglementaires et comptables, on exige de beaucoup plus importantes capacités de modélisation, qui ne peuvent être satisfaites de façon réaliste qu’au moyen d’une efficacité accrue des techniques de modélisation en tant que telles. La section de la modélisation comportera un sous-groupe constitué de membres s’intéressant à l’efficacité des modèles qui contribueront à offrir des services, des occasions et des avantages concernant ce sujet.

La gouvernance relative aux modèles utilisés par les entreprises constitue un autre sujet d’intérêt en matière de modélisation. Si les modèles sont essentiels, ils comportent également des risques inhérents associés à l’incidence que pourraient avoir d’éventuels résultats erronés ou inappropriés. Les sociétés instaurent des politiques officielles de gouvernance afin d’établir la prise en charge et la responsabilité à l’égard des modèles et de veiller à ce que tous les modèles importants soient soigneusement conçus, contrôlés, révisés, validés et documentés. Les professionnels en actuariat adorent travailler avec des modèles et créer des systèmes informatiques intégrant les théories de la modélisation et produisant sur demande des analyses puissantes. Toutefois, ils n’ont pas toujours fait preuve d’une discipline suffisante pour documenter leurs travaux de façon détaillée et claire, ou pour assurer la révision et la validation indépendantes de chaque élément de leurs modèles. Plusieurs signes manifestes indiquent que nous devons améliorer nos compétences et faire preuve d’une discipline accrue à ces égards.

L’approche théorique à l’égard des tendances de modélisation en matière d’expérience de mortalité constitue un troisième secteur d’intérêt croissant à l’échelle mondiale, en particulier le risque que pose la longévité humaine accrue pour les régimes d’assurance et de retraite. Si ce sujet a suscité davantage d’attention en Europe par le passé, ce risque préoccupe de plus en plus les professionnels en actuariat nord-américains. La section de la modélisation prévoit contribuer à tenir ses membres au courant des recherches en cours et à mener dans ce domaine plus de recherches qui pourraient présenter des avantages pratiques pour ceux dans l’industrie ou la communauté universitaire.

Les sections de la SOA ont pour but de réunir des ressources bénévoles afin d’orienter et de mettre en œuvre des activités essentielles en ce qui concerne la recherche, les programmes des assemblées professionnelles, les séminaires en ligne et les bulletins d’information, et ce, dans le domaine d’intérêt de chaque section. C’est ce que la section de la modélisation fera à l’égard des sujets d’intérêt susmentionnés et d’autres sujets à venir. La première édition de notre bulletin d’information intitulé Modeling Platform en est déjà aux étapes de planification, et nous sommes à la recherche d’idées de projets de recherche dont nous pourrions tirer des activités productives. Nous dépendons des bénévoles, et nous invitons les professionnels en actuariat à nous transmettre leurs sujets d’intérêt en matière de modélisation et à envisager la contribution qu’ils pourraient offrir pour aider la section à réaliser sa mission.

Les modèles actuariels ont bien changé et d’autres changements encore plus importants sont assurément à venir. Si la croissance et la puissance potentielles des modèles suscitent aussi votre enthousiasme, joignez-vous à la section de la modélisation et aidez-nous à les concrétiser.

Trevor Howes, FICA, est le président de la section de la modélisation de la SOA.
 

 

Le travail d’actuariat traditionnel a aidé Pierre-Paul Renaud (photo ci-dessus) à se préparer à affronter l’univers de la gestion du risque d’entreprise (GRE), mais ce domaine de plus en plus important lui a posé d’innombrables nouveaux défis.

M. Renaud, FICA, FSA, occupe actuellement le poste de vice-président adjoint, analyse du risque et analyse quantitative chez Aviva Canada, où il assure la révision et la mise à l’épreuve des modèles, et participe à l’élaboration d’un modèle visant les risques opérationnels et d’un cadre de gestion des risques. Son équipe assure également un soutien à l’évaluation interne du risque et de la solvabilité (ORSA) et aux travaux relatifs à Solvabilité II.

Il a entrepris sa carrière en accomplissant les tâches courantes confiées à la plupart des actuaires et affirme : « J’étais chargé de l’élaboration et de l’utilisation des modèles financiers, et mon passage à la GRE représentait une évolution naturelle. Maintenant, les modèles financiers font l’objet d’une révision plus uniforme et sont liés au profil de risque de l’entreprise, ce qui nécessite de nombreuses compétences actuarielles.

« Le défi de la GRE consiste à aider l’organisation à comprendre les risques auxquels elle s’expose, ainsi que les raisons pour lesquelles elle le fait, et d’établir un lien entre les analyses quantitative et qualitative. En travaillant en équipe avec d’autres professionnels et avec des spécialistes de la gestion des risques, nous sommes en mesure de rassembler diverses perspectives.

« Nous veillons à ce que chacun ait une bonne compréhension des risques et, parfois, je dois adapter mon langage à la façon dont les gens perçoivent les risques. Il s’agit, dans l’ensemble, d’un processus simple et je suis chanceux que le travail préparatoire à la mise sur pied d’un programme de GRE ait déjà été réalisé. Cependant, il demeure encore difficile à certains égards pour les gens de comprendre ce que nous faisons et la valeur que nous apportons. Quelques leaders au sein de l’entreprise cherchent à protéger leur domaine de pratique, avec raison, et nous avons démontré que nous étions en mesure de les aider au moyen d’un examen indépendant. Nous sommes en mesure de repérer les synergies potentielles ou les risques dont ils ne sont pas nécessairement entièrement conscients. »

Au quotidien, cela peut impliquer du travail sur plusieurs différents projets. M. Renaud explique : « En effet, nous examinons le contexte de risque et facilitons des réunions avec des experts afin de repérer les risques. La révision des modèles en fonction des risques requiert une quantité de temps considérable. Nous produisons également des rapports qui, essentiellement, aident le chef de la gestion des risques à confirmer au Conseil d’administration que les modèles, ainsi que les processus et contrôles de gestion des risques, sont bien adaptés aux objectifs poursuivis.

« Le travail dans le domaine de la GRE nécessite un certain nombre d’habiletés qui font des actuaires d’excellents candidats à cet égard, ajoute-t-il. Il est nécessaire de posséder une vaste compréhension de l’organisation et la capacité d’examiner en profondeur des questions bien précises, et certaines personnes ne sont pas à l’aise dans de telles fonctions. Il faut être en mesure de bien communiquer à la fois avec des personnes possédant des connaissances techniques et celles qui n’en possèdent pas, et ce, de façon respectueuse. Il faut également posséder d’excellentes habiletés en matière de résolution de problèmes. Notre équipe est composée de personnes issues de divers horizons et s’intéressant à la gestion qualitative et quantitative des risques. Les professionnels en actuariat possèdent des antécédents en matière de risque et en matière quantitative, lequel leur facilite l’évaluation des questions liées aux risques et à la gouvernance, ainsi qu’une bonne compréhension des affaires.

« La GRE est un élément important, mais notre équipe est relativement restreinte. Avec le temps, nous avons décidé d’embaucher un plus grand nombre d'actuaires et d’améliorer notre modèle de gouvernance. La culture du risque à l’échelle de l’entreprise revêt une importance cruciale et tous les employés ont une certaine responsabilité à l’égard de la gestion des risques.

« L’éventail de défis que comporte la GRE fait de celle-ci un domaine d’intérêt pour les actuaires, dit-il. Au départ, on a observé une certaine résistance de la part de ceux qui ne voyaient pas en quoi une compréhension plus structurée du risque pouvait leur être utile. Mais maintenant, les perspectives sont bonnes pour les actuaires qui sont prêts à travailler à leurs communications avec des personnes qui ne sont pas des actuaires. »

 

Un exploit inédit de la science actuarielle, en vedette dans un (e)Bulletin de 2012, a fait les toutes dernières manchettes.

Le Globe and Mail a récemment visité l’ancienne usine de meubles à Laurierville, au Québec, qui contient la réserve stratégique mondiale de sirop d’érable : une réserve de 100 millions de dollars qui pourrait bien prétendre être la plus grande au monde.

Comme nous l’avons rapporté, la réserve a vu le jour grâce à l’expertise de professionnels en actuariat employés par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec. Ils ont été chargés de calculer la taille idéale de la réserve, qui est conçue pour veiller à ce que du sirop certifié et de qualité soit toujours disponible, ce qui soulage la pression sur les producteurs préoccupés par les pénuries ou les engorgements causés par les conditions météorologiques changeantes.

Les experts-conseils ont recommandé que les locaux de la fédération abritent une réserve de 40 à 50 millions de livres. Un baril contient environ 620 livres et selon le Globe and Mail, à un prix de référence fixé à 2,92 $ la livre, il représente une valeur d’environ 1 800 $. La réserve s’élève actuellement à 62 800 barils.

Les entreprises de sirop d’érable du Québec sont en train de mettre au point une nouvelle publicité afin de promouvoir le produit comme aliment de base sain plutôt que comme un produit de luxe.

 

 

Mark Lombardo

1. Pourquoi êtes-vous devenu un professionnel en actuariat?

À l’école secondaire, j’étais doué en mathématiques et un ami m’a suggéré d’envisager cette profession comme carrière alors que je m’inscrivais à l’université. Je suis content qu’il l’ait fait puisque jusqu’à maintenant, c’est une très bonne carrière. Au fil des ans, j’ai travaillé avec des personnes exceptionnelles, j’ai eu la chance de voyager dans des pays lointains pour le travail et j’ai joui d’une carrière stimulante et constamment en évolution.

2. Lorsque vous dites aux gens que vous faites partie de la profession, que croient-ils que vous faites?

Ils croient que je suis la raison derrière l’augmentation de leurs primes d’assurance habitation et automobile. J’essaye alors de leur expliquer comment l’assurance fonctionne, comment je travaille dans le domaine de l’assurance-vie, comment je n’ai rien à voir avec leurs primes d’assurance automobile et comment ils ont un intérêt personnel dans l’industrie de l’assurance profitable s’ils sont propriétaires d’actions ou de fonds communs... Ils finissent par s’ennuyer et partent.

3. Qui a été votre plus grande inspiration pendant votre carrière? Avez-vous eu un mentor au début de votre carrière?

Ceux qui m’ont le plus inspiré sont Sharad Mehra, vice-président des opérations de réassurance individuelle, et Bernard Naumann, vice-président principal, tarification de réassurance, chez Munich Re. Bernard m’a donné ma première occasion de travail en actuariat quand j’étais un étudiant coop à l’Université de Waterloo en 1998. Il s’est appuyé seulement sur mes notes du secondaire et mon expérience. Ce rôle m’a permis d’obtenir de bons postes coop en actuariat et j’ai par la suite reçu une offre à temps plein avec Munich Re. Sharad a été mon gestionnaire direct jusqu’à la fin de 2013 et un excellent mentor dans mon développement personnel comme professionnel en actuariat puis en tant que gestionnaire. Tous deux ont été d’excellents exemples de ce que signifie « travailler dur » et de ce que ça prend pour réussir dans le marché concurrentiel canadien de la réassurance. La meilleure leçon qu’ils m’ont apprise, cependant, c’est combien il est important de travailler avec des gens très motivés qui peuvent également vous faire rire tous les jours. Vous voyez vos collègues de travail plus que votre famille, alors il est préférable que vous appréciez ce moment-là.

4. Qu’appréciez-vous le plus de votre travail?

J’aime l’interaction avec les clients, particulièrement avec d’autres professionnels en actuariat. Je trouve que la plupart ne répondent pas au stéréotype. Travailler en équipe afin de résoudre les problèmes de l’industrie a toujours été amusant et stimulant.

5. Si vous n’étiez pas membre de l'ICA, quelle serait votre carrière de choix?

Si je n’avais pas fini de rembourser mon prêt hypothécaire, je me serais orienté vers le côté des actifs dans l’industrie de la finance. Si ce n’était pas une question d’argent, j’aurais aimé écrire des récits de voyage, enseigner les mathématiques au niveau secondaire, être un entraîneur de volley-ball ou un père à la maison.

6. Quels sont vos passe-temps?

Dresser des chiens, particulièrement les chiens de garde, écouter de la musique, jouer de la guitare, de la basse électrique et de la batterie, voyager autour du globe et jouer au volley-ball de plage.

7. Quels sont vos musiques, livres et films préférés?

Musique : le rock classique, le soul et le funk.
Livre : Le Seigneur des anneaux.
Film : tout ce qui se rapporte aux superhéros.

8. Quelle est votre destination vacances de rêve?

Les endroits où l’on peut trouver des ruines historiques, j’adore me promener dans les villes anciennes.

9. À quoi réussissez-vous mieux que quiconque de vos connaissances?

En savoir un peu sur tout. En fait, l’accent devrait être sur « un peu » car on m’agace souvent parce que j’ai « le nez partout » en ce qui a trait à ma maîtrise des sujets. De plus, je suis en mesure de communiquer avec tout le monde, autant les personnes âgées que les plus jeunes.

10. Si vous pouviez vivre dans la peau d’une autre personne, vivante ou décédée, de qui s’agirait-il et pourquoi?

Je suis heureux à être moi-même, mais j’aimerais bien voir ce que l’avenir me réserve. Dracula, peut-être? C’est un mort-vivant, il arbore une cape diabolique (dépendamment des incarnations) et peut voler (qui ne voudrait pas voler?).

Mark Lombardo est vice-président adjoint, gestion des contrats en vigueur, Amérique du Nord (assurance-vie), chez Munich Re.

Si vous aimeriez faire l’objet de la chronique Présentez-vous, veuillez répondre aux 10 questions ci-dessus par l’intermédiaire de notre formulaire en ligne.

 

 
PERSONNES INFLUENTES

Simon Campagnoli a quitté Morneau Shepell pour devenir le nouveau directeur et leader du marché québécois, solutions de retraite, chez Consultation en RH Xerox.

Greg Dunn a été nommé président et PDG de Mass Group of Insurance Brokerages. Il compte dans sa carrière des rôles de premier plan chez Aviva Canada, plus récemment comme premier vice-président, réclamations nationales.

Nadeem Rajabali a été nommé vice-président régional de Desjardins Assurances, développement des affaires, assurance collective et d'entreprise, pour l'Ouest du Canada.

Assurance Economical a nommé Chris Van Kooten à titre de vice-président principal et chef de la souscription. M. Van Kooten est membre de la haute direction de l’entreprise depuis 2008 et a tenu plusieurs postes de haute direction.

Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l'ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Des nouvelles des actuaires, vous donnera l'occasion d'annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d'autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d'informer vos confrères et consœurs de travail et d'autres professionnels en actuariat ou du domaine financier – qu'il s'agisse d'ex-collègues, d'anciens confrères ou consœurs d'université, d'employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d'envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n'hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – au rédacteur anglais de l'ICA à andrew.melvin@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membres de l'ICA, suivez l'ICA sur Twitter.    
 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

PECS2015 Cours orienté vers la pratique : Coup d’œil au programme

MSCA112 Ordre du jour de la réunion no 112 de la Direction des services aux membres (10 décembre 2014)

MSCM111 Procès-verbal de la réunion no 111 de la Direction des services aux membres (22 octobre 2014)

215002 Note éducative révisée : Valeurs de transfert – Exigences de rapport du gouvernement de l’Ontario

215001 Supplément de note éducative : Mise à jour des conseils sur les hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité – En vigueur à compter du 31 décembre 2014 et applicable aux évaluations avec dates de calcul entre le 31 décembre 2014 et le 30 décembre 2015

ECF2014 Formulaire de demande de remboursement 2014

EECA118 Ordre du jour de la réunion no 118 de la Direction de l’admissibilité et de la formation (13 janvier 2015)

EECM117 Procès-verbal de la réunion no 117 de la Direction de l’admissibilité et de la formation (10 novembre 2014)

AEOBJ2015 Priorities and Objectives of the Committee on Actuarial Evidence (AEC) for 2014-2015

214140 Politique sur les affaires générales de l’Institut qui exigent confirmation des membres

214140A Annexe A : Procédure opérationnelle de la confirmation d’une motion par un membre à une assemblée générale

214140B Annexe B : Procédure modèle de modification des Statuts administratifs et des Règles de déontologie (directions) – Ratification des membres à l’Assemblée annuelle de juin 2014

214139 Politique en matière de publicité

214138 Politique sur l’utilisation du logo de l’ICA

NHSTAB2011 Tableaux établis à partir de l'Enquête nationale auprès des ménages (2011)

CVIVA2014 Prix décernés aux bénévoles 2014

RESM048 RES : Procès-verbal de la réunion spéciale du 8 décembre 2014

214137 Politique de l’ICA concernant la procédure relative à l’application de l’article 16.02 des statuts administratifs

ERMA066 ERMA : Procès-verbal de la réunion du 14 novembre 2014

EB1214PDF (e)Bulletin Décembre 2014 (version pdf)

EB1214 (e)Bulletin Décembre 2014

RESM047 RES : Procès-verbal de la réunion du 23 octobre 2014

Les tweets de janvier de @ICA_Actuaires :

Le BSIF publie la version définitive de son préavis Adoption anticipée de la norme IFRS 9. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/fi-if/rg-ro/gdn-ort/adv-prv/Pages/freifrs9_let.aspx...

The Global Risk Report is out! http://paper.li/ThreeEsEmail/1308863708...

Séance de questions avec le surintendant @BSIFCanada Jeremy Rudin @KPMG_Canadaconférence sur les sociétés #assurance http://bit.ly/1xITFWP

Le tsunami de la génération du baby-boom n’est pas encore à nos portes dit #actuaire Rob Brown http://shar.es/1bcS31 via @timescolonist

A group of U.S. actuaries found the fix to the U.S. retirement system. It was in New Brunswick. http://bv.ms/1AWVpTy @BV @Actuary_Dot_Org

Kevin Myers, chef solutions stratégiques Prudential Financial, à la retraite; #actuaire Sylvia Pozezanac lui succède http://bit.ly/14vAEjN

L’ICA est mentionné dans un article portant sur la fragilisation des régimes de retraite http://bit.ly/17pZWll

François Bourdon, #actuaire ICA, se réjouit de la croissance rapide de l’économie américaine http://bit.ly/1Dq7nGj

#Actuaires ont calculé taille idéale de réserve #siropderable du Canada : 40 à 50 millions de livres http://bit.ly/1zQRsKx via @globeandmail

Le BSIF vous invite à consulter le Cadre de capital des sociétés d’assurance-vie – Approche standard. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/fi-if/ic-sa/lf-sav/Pages/LISFSA_LET.aspx...

« Les #actuaires jouent un rôle important dans le monde de la finance. » http://bit.ly/1Dqbb7D via @NationBarbados

L’ICA est heureux d’être l’hôte du dîner du gala ce soir @ANEA_ASNA#ANÉA2015.

On discute du succès d’un #actuaire à l’#ANÉA2015.

Très grande variété de colloques pour les #étudiantsactuariels @ANEA_ASNA#ANÉA2015.

Il y a de l’énergie dans l’air ce soir @ANEA_ASNA #ANÉA2015 #Montréal.

Venez prendre une pause au salon étudiant de l’ICA #ANÉA2015.

Bonne chance à tous les #étudiantsactuariels qui seront à la foire des carrières ce soir #ANÉA2015.

Fier d’appuyer les futurs #actuaires canadiens à titre de commanditaire de niveau diamant de l’@ANEA_ASNA #ANÉA2015 #Montréal.

Nous vous souhaitons de #JoyeusesFêtes #JoyeuxNoël #HappyHolidays #MerryChristmas #FelizNavidad #HappyHannukah

Le BSIF a révisé le Tableau de paiement maximal d’un fonds de revenu viager afin d’y ajouter les taux pour 2015. http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/pp-rr/faq/Pages/lif-frv.aspx...

Malcolm Hamilton de l'ICA, #épargne : c’est bien de commencer tôt mais la vie peut freiner la logique http://bit.ly/ciaica701via @TorontoStar

#Enquête du @BSIFCanada : #données de 2012 sur la situation d’activité des adultes ayant une #incapacité http://bit.ly/icacia702

 
Calendrier des rencontres
Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (anglais) - Toronto - Le 20 février 2015

Atelier sur le professionnalisme de l'ICA (français) - Montréal - Le 6 mars 2015

Assemblée annuelle 2015 de l’ICA – Ottawa – Les 17 et 18 juin 2015

Colloque de l'ICA sur l'expertise devant les tribunaux - Québec - Les 11 et 12 septembre 2015

Colloque de l'ICA pour l'actuaire désigné - Montréal - Les 17 et 18 septembre 2015

Colloque de l'ICA sur les régimes de retraite - Toronto - Le 5 novembre 2015

Colloque de l'ICA sur les investissements - Toronto - Le 6 novembre 2015

 

 
Le Point sur le Conseil et les Directions

Direction de l’admissibilité et de la formation

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions et sous-commissions ci-dessous :

  • Commission d’admissibilité : François Carrier et Jean-François Poitras, avec entrée en vigueur rétroactive au 11 novembre 2014;
  • Sous-commission sur l’assurance corporative de personnes de la Commission sur l’éducation permanente : Brian Fortune et Alison Rose, avec entrée en vigueur rétroactive au 11 novembre 2014;
  • Sous-commissions de la Commission organisatrice du Cours orienté vers la pratique 2015 :
  • Sous-commission sur l’assurance-vie individuelle et rentes, y compris finances et placements : Sophie Provencher, en vigueur le 1er janvier 2015;
  • Sous-commission sur les prestations de retraite : Nelsha Nanji, en vigueur le 1er janvier 2015.

Steven Armstrong a été nommé représentant de la Casualty Actuarial Society auprès de la Commission d’admissibilité, en remplacement de Virginia Prevosto, avec entrée en vigueur rétroactive au 1er novembre 2014.

Les personnes suivantes ont quitté les commissions et sous-commissions nommées ci-dessous avec remerciements :

  • Sous-commission sur l’assurance corporative de personnes : Bradley Wallis;
  • Commission sur les relations universitaires : Angela Yao, avec entrée en vigueur rétroactive au 6 novembre 2014;
  • Commission sur l’éducation permanente : Éric Fontaine; il a également quitté son poste de président de la Sous-commission sur les placements.

Le Groupe de travail sur le professionnalisme a été dissout avec remerciements. 

Direction des relations internationales

Les personnes suivantes ont été nommées aux commissions ci-dessous, en vigueur le 11 décembre 2014 :

  • Commission sur la participation de l’ICA auprès de l’Association Actuarielle Internationale : Jason Malone (vice-président);
  • Commission sur les normes comptables internationales (assurance) : Les Rehbeli (vice-président);
  • Commission sur la réglementation internationale en assurance : Ralph Ovsec (vice-président).

Marc Tardif a été nommé représentant de la Commission sur la participation de l’ICA auprès de l’Association Actuarielle Internationale à la Commission de recherche de la Direction des services aux membres, en vigueur le 11 décembre 2014.

Jacqueline Friedland a quitté la Commission sur la réglementation internationale en assurance, en vigueur le 11 décembre 2014.

Direction de la pratique actuarielle

Rebecca Rycroft a été nommée présidente et Stéphanie Fadous, vice-présidente, de la Commission des rapports financiers des compagnies d’assurance-vie, en vigueur le 1er janvier 2015. Jacques Boudreau sera le représentant de la Direction de la pratique actuarielle auprès de la commission.

Alexis Gerbeau a complété son mandat de président de la Commission des rapports financiers des compagnies d’assurance-vie, en vigueur le 31 décembre 2014.