CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

D├ęcembre 2013
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
North American Search Group
Votre Institut

par Jacques Lafrance, FICA
Président de l'ICA

Vous avez peut-être remarqué que l’Institut a récemment accentué ses efforts en vue de fournir des occasions de formation à ses membres actuels et futurs en matière de professionnalisme. Quelques exemples :

  • À la dernière assemblée annuelle, deux séances ont porté spécifiquement sur des enjeux de professionnalisme. Elles ont connu un énorme succès et ont permis d’aborder des questions sérieuses de manière très interactive et très divertissante.
  • En décembre, l’Institut a offert une webémission (en anglais et en français) qui a traité du professionnalisme. En particulier, elle a étudié quelques cas fictifs, mais réalistes, qui ont soulevé d’excellentes occasions de réflexion quant à l’application de comportements professionnels.
  • Nous avons prolongé l’Atelier sur le professionnalisme (la participation à cet atelier est un prérequis pour devenir un associé ou un Fellow de l’Institut) pour qu’il puisse aborder de façon plus approfondie ce sujet.
  • En début d’année 2014, l’Institut tiendra une séance d’une demi-journée sur le professionnalisme et l’éthique pour les membres de plus longue date. Cet événement pilote aura lieu à Toronto à titre de tribune animée aux fins d’échange entre pairs. De plus amples détails suivront en janvier.

En passant, je tiens à remercier sincèrement les bénévoles et le personnel du siège social ayant collaboré à ces initiatives.

J’appuie les efforts de l’Institut visant à mettre davantage l’accent sur les enjeux de professionnalisme. Comme organisme professionnel, l’Institut doit rechercher une assurance accrue du maintien d’un niveau élevé de professionnalisme de ses membres. Même si notre profession ne souffre pas, à l’heure actuelle, de problèmes importants quant à l’éthique de nos membres, nous devons demeurer vigilants et valoriser une conduite irréprochable.

À cet égard, je tiens à rappeler que l’Institut s’est doté de principes directeurs dont le premier s’énonce comme suit : « Dans la conduite de ses activités et programmes, l’Institut fait primer le devoir de la profession envers le public sur les besoins de la profession et de ses membres. » À mon avis, la notion de « faire primer le devoir de la profession envers le public » renforce la priorité que doit accorder l’Institut au maintien d’un haut degré de professionnalisme de ses membres.

Dans le cadre du présent article, je ne peux élaborer sur ce que représente exactement la responsabilité d’agir en professionnel. Je me permets toutefois de signaler certains attributs importants : honnêteté, courtoisie, respect, compétence, soin dans la réalisation des travaux, divulgation de conflit d’intérêt, communication claire, proactivité. Une façon simple d’évaluer si un acte ou comportement correspond à celui d’un professionnel pourrait être de se poser la question : quel jugement porterait un groupe de personnes initiées et non initiées sur le caractère professionnel de cet acte ou comportement?

Évidemment, lorsque confronté à une situation problématique mettant en question son éthique, un professionnel ne devrait pas hésiter à demander conseil à une personne en qui il a confiance, voire même un conseiller juridique quand la gravité ou la complexité de la situation l’exige. L’Institut est également à votre disposition, notamment en ce qui a trait à l’interprétation de nos Règles de déontologie et des normes de pratique.

Parlant de nos Règles et normes de pratique, il est clair qu’un membre de l’Institut doit s’y conformer. Toutefois, il ne serait pas approprié de seulement se conformer à la lettre de ces documents. À titre de professionnel, un actuaire doit également rechercher à respecter l’esprit des Règles dans ses actions et lorsqu’il donne des conseils.

Adopter le comportement d’un professionnel et agir comme tel augmente les chances de réussir dans sa carrière, ainsi que de bâtir et maintenir une solide réputation. Mais au-delà d’une carrière fructueuse et valorisante, agir avec professionnalisme et honnêteté procure une paix d’esprit. Et cela, ça n’a pas de prix!

Mes meilleurs vœux pour le temps des Fêtes et je vous souhaite beaucoup de bonheur en 2014. 

Jacques Lafrance, FICA, est le président de l'Institut canadien des actuaires.

 

 
Article en Primeur

par Bruce Langstroth, FICA

 

J’ai déjà parlé de cohérence auparavant, mais en lien avec d’autres sujets. Ce mois-ci, j’aborderai la cohérence en tant que telle.

Lorsque je parle de cohérence, je fais référence à la cohérence entre les domaines de pratique. Nos normes de pratique exposent à la fois les exigences générales et celles qui sont propres aux domaines de pratique, lesquelles sont présentées sous forme de principes et de prescriptions plus précises. Mais dans aucun cas ces normes n’exigent qu’il y ait cohérence entre les domaines de pratique. En règle générale, le matériel d’orientation, soit les notes éducatives et les documents de recherche, est axé sur un domaine de pratique en particulier et cherche rarement, voire jamais, à englober plusieurs domaines de pratique.

Ainsi, lorsque les pratiques sont cohérentes entre deux domaines différents, c’est souvent un hasard. Dans la mesure où la pratique a évolué dans différents sens et vise des objectifs fondamentalement différents, une telle situation peut être acceptable. Mais il peut être difficile pour la profession d’expliquer certaines de ces incohérences et, dans les cas extrêmes, cela pourrait miner sa crédibilité. Il peut être difficile pour les intervenants importants de croire ou de comprendre comment les praticiens peuvent en arriver à des conclusions sensiblement différentes.

L’exemple de l’amélioration de la mortalité illustre bien cette situation. Des hypothèses relatives aux taux de mortalité et d’amélioration de la mortalité sont formulées dans la pratique des régimes de retraite, de l’assurance-vie, de l’expertise devant les tribunaux et (possiblement) de la gestion du risque d’entreprise. Ces hypothèses peuvent être utilisées à diverses fins, notamment la tarification, l’établissement des coûts, le provisionnement, la comptabilisation, les rapports financiers, la solvabilité, la réglementation, le capital économique et bien d’autres encore. Dans quelles circonstances et pour quels groupes est-il acceptable de recourir à des hypothèses différentes et dans quelles circonstances cela n’est-il pas acceptable?

Plus précisément, une société d’assurance-vie canadienne (ayant un régime de retraite à prestations déterminées) formulera des hypothèses d’amélioration de la mortalité en lien avec ses produits d'assurance de personnes, ses rentes et son régime de retraite aux fins de ses rapports financiers. Le Conseil des normes actuarielles a promulgué des normes imposant un élément de cohérence quant aux assurances de personnes et aux rentes, mais pas en ce qui concerne ces branches d’activités et les régimes de retraite. Est-il logique que ces hypothèses soient différentes et, le cas échéant, dans quelles circonstances?

Un point de vue soutient qu’il existe une tendance générale sous-jacente de longévité accrue et que, étant donné l'impossibilité de démontrer que les taux d'amélioration de la mortalité devraient être différents selon les groupes, il convient de présumer que la même tendance prévaut pour tout le monde. Selon ce point de vue, on peut présumer qu’on évaluera tous les renseignements disponibles et que, en se fondant sur ceux-ci, on constituera une échelle d’amélioration de la mortalité convenant à toutes les fins.

Selon un autre point de vue, les taux d’amélioration de la mortalité sont et devraient être différents selon les populations, et les hypothèses devraient tenir compte de ces différences. Cela suppose que l’on choisit des sous-ensembles parmi les renseignements disponibles (ceux qui correspondent le mieux aux populations visées) et que l’on élabore des hypothèses à partir de ces données.

Il s’agit là d’un problème épineux étant donné qu’il n’existe pas de données solides et crédibles permettant d’évaluer les taux d’amélioration de la mortalité pour différents groupes et d’en arriver à une conclusion défendable. Nous ne sommes pas en mesure de démontrer que l’amélioration de la mortalité de la population est (ou n’est pas) différente de celle des retraités, des assurés, des rentiers, des personnes handicapées et d’autres groupes. Ces démonstrations ne pouvant être faites, nous nous retrouvons avec des hypothèses différentes formulées par des praticiens individuellement ou par des groupes de praticiens en fonction des données et des points de vue qu’ils ont voulu utiliser.

Voilà manifestement le genre de situation qui nécessite des normes ou des conseils. En 2014, en collaboration avec le Conseil des normes actuarielles, la Direction de la pratique actuarielle, ses commissions et d’autres parties prenantes s’efforceront d’accroître le degré de cohérence et de veiller à ce que la profession soit en mesure de justifier les incohérences qui devraient demeurer selon elle. 

Bruce Langstroth, FICA, est le président de la Direction de la pratique actuarielle.

 
Nouvelles de L'Institut



Marc-André Vinson, AICA

Les Canadiens disposent maintenant d’un outil en ligne précieux qui les aidera à planifier pour l’avenir, grâce au concours d’un membre de l’ICA et de la Fondation actuarielle du Canada (FAC).

Le mois dernier, l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) a lancé sa Calculatrice d’objectifs financiers, outil issu de la collaboration entre le personnel de l’agence et un associé de l’ICA, Marc-André Vinson. Ce puissant outil en ligne indique comment se sortir de l’endettement ou épargner en vue de la retraite ou d’un autre objectif, en se basant sur la situation actuelle et les besoins de l’utilisateur, en plus de fournir des conseils clairs et des réponses à des questions en matière de finances.

L’ICA a participé au projet à la demande de la FAC, dont le mandat consiste, entre autres choses, à aider le public à mieux comprendre les questions financières et celles liées au risque.

M. Vinson, chef de discipline pour le Canada en retraite chez Conseillers Buck, a expliqué : « L’ICA m’a demandé de prendre part à ce projet parce que j’ai fait du travail semblable par le passé. L’ACFC tentait d’élaborer un modèle intégrant l’endettement du ménage et la retraite à la planification financière. De nombreux modèles de la sorte existent, mais peu d’entre eux combinent ces facteurs tout en montrant où l’argent épargné devrait être dirigé.

« L’ACFC n’en était pas à son premier modèle et elle avait parcouru beaucoup de chemin. L’agence souhaitait enrichir son nouvel outil, alors en version rudimentaire, sur le plan des calculs actuariels. Tout d’abord, j’ai étudié cette version et donné des conseils pour poser des questions aux utilisateurs tout en limitant la quantité de renseignements qui leur est demandée. Cette première étape franchie, l’agence a bâti une version plus sophistiquée de l’outil, que nous avons testée et tentée de bonifier.

« L’ACFC désirait lancer l’outil en novembre, ce qui est très judicieux, car il s’agissait du Mois de la littératie financière. L’agence voulait voir la réaction des gens à l’outil et la façon dont ils s’en serviraient, afin de perfectionner la prochaine version. Il est important de recueillir les avis des utilisateurs afin de mieux adapter l’outil à leurs besoins.

« L’expérience a été des plus agréables et des plus valorisantes, a ajouté M. Vinson. L’ACFC a cherché l’aide nécessaire pour parer à certaines lacunes et j’ai été heureux de faire partie du projet. J’accepterais volontiers de prendre part à une autre initiative du genre. Nous devrions prendre tous les moyens possibles pour sensibiliser la population à propos des questions touchant la retraite. La majorité des gens ont du mal à comprendre celles-ci et nous pouvons vraiment leur venir en aide. »

Selon lui, c’est la simplicité de l'outil qui explique son succès : « Il faut que les gens veuillent l’utiliser; si l’outil est trop intimidant, ils laisseront tomber. L’ACFC a remporté son pari, car elle a construit un outil à la fois utile et convivial. Nous en sommes très contents. »

Bob Sharkey, président de la FAC, a déclaré quant à lui : « La commissaire de l’ACFC a remercié la fondation dans son discours à l’occasion du lancement de l’outil. De plus, le communiqué de presse de l’ACFC souligne l’assistance apportée par la FAC et comprend un hyperlien à la page Web de la fondation.

« Ce genre de communication positive au sujet de la FAC et de la profession d’actuaire fait partie intégrante de tous les programmes appuyés par la FAC.

« L’ACFC souhaite vivement collaborer avec des actuaires bénévoles dans le futur, ce que la FAC s’affaire à concrétiser. Outre l’ACFC, nous avons pris contact avec d’autres agences actives dans le domaine de la littératie financière et nous étudions d’autres idées de collaboration.

« Bref, la FAC travaille sans relâche à des initiatives très prometteuses, qui touchent notamment l’enseignement des mathématiques auprès des jeunes et la littératie financière, deux domaines étroitement liés à la profession d’actuaire. Par ces initiatives et ses programmes permanents, la FAC atteint ses objectifs philanthropiques et projette une image positive de la profession d’actuaire dans les domaines de l’enseignement chez les jeunes, la littératie financière et la recherche. »

Ne manquez pas le (e)Bulletin de janvier pour un portrait plus complet de la FAC et de son travail.

 

 

 
Nominations

Marc Tardif a été nommé président de la Direction des services aux membres (DSM). Il remplace Marc-André Melançon, qui quitte avec remerciements au terme de son mandat.

Mandat révisé du Conseil de surveillance des normes actuarielles

Le mandat du Conseil de surveillance des normes actuarielles (CSNA) fait l’objet d’une révision tous les trois ans. La révision entreprise en 2013 a donné lieu à une seule suggestion de modification importante, soit d’ajouter une section concernant la confidentialité semblable à celle qui figure au mandat du Conseil d’administration. La version révisée définitive a été approuvée par le CSNA en septembre et soumise au Conseil d’administration aux fins d’approbation finale, laquelle a été accordée.

Discussion relative à la réflexion stratégique

Promotion/marketing des titres de FICA et AICA

Le Conseil d’administration est très favorable à l’idée d’investir dans un programme de promotion des titres de FICA et d’AICA. Le siège social de l’ICA préparera un plan de marketing exposant la valeur des titres et en fera le déploiement auprès des employeurs consultés dans le cadre du programme de tournée des présidents. Bien que cette démarche ait comme principale cible un auditoire canadien, on ne négligera pas les occasions d’accroître la reconnaissance publique à l’égard des deux titres sur la scène internationale.

Plan d’action de l’ICA relatif au secteur bancaire

La Direction de l’admissibilité et de la formation examinera des modules bancaires en consultation avec d’autres pays offrant ce programme. Le plan de marketing visant la promotion des titres de FICA et d’AICA sera étendu au secteur bancaire, favorisant une communication accrue tout en exposant la contribution que les actuaires peuvent apporter au secteur bancaire.

Plan stratégique et opérationnel de l’ICA : mise à jour

Après avoir peaufiné le plan encore davantage en y ajoutant des liens entre les divers secteurs stratégiques, le siège social a présenté une cartographie de la stratégie aux membres du Conseil d’administration. Cet outil consiste en une représentation graphique des objectifs stratégiques et des liens qui les unissent à l’aspect opérationnel du plan. Afin d’établir les priorités à court, moyen et long termes, on a procédé à un exercice de pondération d’essai, que l’on a inclus au plan à titre de démonstration. Le Conseil d’administration a accepté de former un groupe constitué des présidents de direction afin de procéder, en collaboration avec le siège social, à un exercice de pondération plus exhaustif.

Droit de la SOA/CAS pour les membres travaillant au Canada qui ne sont pas titulaires du titre FICA

La Casualty Actuarial Society (CAS) a récemment offert de percevoir un droit auprès de ses membres établis au Canada qui ne sont pas membres de l’ICA afin de soutenir les coûts liés à la normalisation et aux affaires disciplinaires. La Society of Actuaries (SOA) était disposée à faire de même.

L’ICA souhaitait avoir une meilleure idée du profil démographique de ces non-membres et des répercussions potentielles élargies de l’instauration d’un tel droit.

Après avoir passé les faits en revue et discuté des répercussions, le Conseil d’administration a décidé de refuser l’offre pour le moment.

Changements possibles à la Commission des élections et points connexes

La Commission de gouvernance du Conseil d’administration accorde une priorité élevée à l’examen de changements possibles qui répondraient aux préoccupations soulevées en juin 2013 par la Commission des élections au sujet de la difficulté de recruter des candidats. Deux possibilités ont été proposées au Conseil d’administration :

  • Accroître la participation du Conseil d’administration dans le processus de nomination, ce qui nécessiterait l’amendement des Statuts administratifs;
  • Augmenter les effectifs de la Commission des élections afin d’inclure un ancien président et un ancien administrateur.

Le Conseil a appuyé la deuxième solution, et Jim Christie et Stephen Bonnar ont été nommés à la Commission des élections. Leur expérience et leur influence constituera un atout précieux pour les travaux de la commission.

Mandat de la Direction des services aux membres

Étant donné que le mot « recherche » ne figure pas au mandat actuel de la Direction des services aux membres (DSM) et qu’il constitue un élément essentiel de la mission de cette dernière, la DSM a préparé et adopté une proposition de version révisée de son mandat, laquelle a été présentée au Conseil d’administration aux fins d’approbation. Le Conseil est d’accord en principe avec les modifications et a accepté subséquemment que l’ensemble des modifications, simplifiant la structure actuelle des Statuts administratifs en ce qui concerne les directions en prévoyant, en particulier, le retrait des mandats détaillés des directions, lui soit présenté aux fins d’approbation lors de sa réunion de mars 2014.

Rapport annuel de la Fondation actuarielle du canada à l’égard des activités, des projets et des finances

Conformément à sa politique, la Fondation actuarielle du Canada (FAC) présente au Conseil d’administration de l’ICA son rapport annuel. Il est préférable de fixer la date du rapport annuel en novembre plutôt qu’en juin, comme le voulait la pratique antérieure, étant donné qu’elle coïncide avec l’exercice de budgétisation du siège social.

Après avoir présenté les activités et programmes courants, la FAC a demandé au Conseil d’examiner les points suivants :

  • La FAC est constituée conformément à la partie II de la Loi sur les corporations canadiennes et est régie par des lettres patentes et des statuts administratifs approuvés par le ministère de l’Industrie. La partie II de la Loi sur les corporations canadiennes a été remplacée par Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif. Afin d’éviter sa dissolution, la FAC doit déposer auprès d’Industrie Canada une demande de prorogation en vertu de la Loi sur les organisations à but non lucratif d’ici le 17 octobre 2014, et, conformément aux Statuts administratifs de la Fondation, ce changement de gouvernance nécessite l’approbation de l’ICA.
  • Que les frais juridiques engagés pour présenter la demande de prorogation en vertu de la nouvelle loi soient assumés par l’ICA à titre de soutien « en nature » aux termes de l’entente de service convenue entre l’ICA et la FAC.
  • Qu’il y ait reprise du soutien financier de l’ICA en 2014.

Le Conseil d’administration a approuvé que soient supprimées des Statuts administratifs de la FAC les dispositions relatives à l’ICA et que la Fondation soit prorogée en vertu de la Loi sur les organisations à but non lucratif, et a accepté d’envisager le maintien du soutien financier au moment d’élaborer les budgets.

Rapport du directeur général

Une nouvelle section concernant les demandes des médias et la couverture médiatique a été ajoutée au rapport du directeur général au Conseil d’administration. Celle-ci a suscité beaucoup d’intérêt et on a pris la décision d’accroître la fréquence des rapports concernant la couverture médiatique diffusés aux membres du Conseil d’administration en visant idéalement une communication mensuelle.

Rapport annuel des activités de la Direction de la pratique actuarielle

Le président de la Direction de la pratique actuarielle, Bruce Langstroth, a présenté un survol des activités et des dossiers prédominants, soit :

  • La mortalité dans les régimes de retraite: un rapport de recherche final est attendu en janvier ou en février;
  • La direction envisage de recruter un membre du domaine des assurances IARD;
  • Manuel Monteiro a été nommé à la présidence de la Commission des rapports financiers des régimes de retraite;
  • Le défi constant que pose le processus officiel en rendant difficile de trouver un juste équilibre entre la rigueur et la productivité.

Rapport du secrétaire-trésorier

Le secrétaire-trésorier, John Dark, a présenté son rapport et le Conseil d’administration a approuvé les états financiers du second trimestre. La discussion s’est articulée autour des priorités à l’égard du budget de l’année à venir et le Conseil d’administration a accepté d’augmenter le budget de recherche et de limiter au minimum toute éventuelle augmentation des droits d’adhésion.
 



par Marcia Gallos, FICA

Alors que nous préparons tous fiévreusement les célébrations de la période des Fêtes, je m’aperçois à quel point il m’est difficile de consacrer du temps aux choses qui sont importantes, comme le bénévolat. Je vous présente quelques trucs simples qui m’ont été utiles (la plupart du temps)...

Au début de la nouvelle année, je vais terminer de présenter les portraits des bénévoles les plus souvent primés. Entretemps, je vous présente quelques statistiques sur les prix décernés à ceux qui ont trouvé du temps pour donner un coup de main à l’ICA.

Je souhaite à tous de joyeuses Fêtes et une heureuse nouvelle année et sans incident!

Statistiques importantes – Prix décernés aux bénévoles de l’ICA

Depuis la création de son programme de reconnaissance des bénévoles en 2000, l’ICA a présenté :

  • 58 palmes d’or;
  • 227 palmes d’argent;
  • 549 palmes de bronze.

Saviez-vous que, tous les ans, c’est une équipe d’employés dévoués du siège social de l’ICA et de la Commission sur le bénévolat qui s’affairent à dresser la liste des récipiendaires, à organiser la cérémonie de remise de prix et à produire la brochure pour l’événement? L’exercice prend quelques mois et consiste à faire l’évaluation du service bénévole de chaque candidat et à en calculer la durée, mener les entrevues auprès des lauréats, recueillir le matériel destiné à la cérémonie, produire la brochure et coordonner les activités entourant le déjeuner de l’Assemblée annuelle.

Comment trouver du temps à consacrer au bénévolat?

Une année comprend 8 760 heures (720 heures par mois, 168 heures par semaine, 24 heures par jour). Trouver une heure à donner dans un mois ne devrait pas être si ardu. Pour ceux qui connaissent la méthode de Franklin Covey, il s’agit d’accorder son temps aux activités qui figurent dans le deuxième quadrant, c’est-à-dire celles qui sont à la fois importantes et gratifiantes.

Mais il ne suffit pas de trouver la tâche gratifiante; il faut aussi agir. Vous devez prendre sciemment la décision de trouver du temps dans votre horaire et faire des choix.

Les trucs suivants ont bien fonctionné dans mon cas :

  • Rendez des comptes : trouvez-vous un « compagnon bénévole ». Tout comme on le conseille pour un régime amaigrissant ou l’activité physique, fixez un rendez-vous avec un ami ou un collègue et rencontrez-vous une fois par mois pour discuter de vos progrès par rapport à l’objectif établi.
  • Établissez une routine : faites de l’activité bénévole un événement hebdomadaire, mensuel ou même annuel, de façon à ce qu’il devienne aussi important qu’un anniversaire ou une fête.
  • Commencez modestement : choisissez des commissions et des activités qui exigent un engagement moindre. Lorsque vous aurez du temps libre, il vous sera alors possible de participer spontanément. Parfois, cela suffit pour mettre les choses en branle et faire en sorte que les futures activités bénévoles paraissent moins rébarbatives et plus faciles à gérer.
  • Saisissez la balle au bond : profitez d’un moment libre imprévu, comme un congé causé par une chute de neige, comme d’une occasion de faire du bénévolat. Planifiez vos activités bénévoles durant les jours fériés, journées où vous ne travaillerez pas.
  • Préparez-vous : envisagez de faire du bénévolat pendant vos vacances. Durant votre prochain voyage de quelques jours, pensez à consacrer une partie de votre temps à une bonne cause.
  • Trouvez ce qui vous motive : vous serez beaucoup plus enclin à trouver du temps pour du bénévolat si la cause vous tient à cœur. Trouvez ce qui vous touche et vous trouverez aussi du temps à y consacrer.

 Pour vous lancer, il suffit de dire oui!

  1. Visitez le site Web de l’ICA. Ouvrez une session dans le site des membres. Dans le panneau de navigation à gauche de l’écran, cliquez sur Mon profil > Mon profil de bénévole > Mettre à jour mon profil de bénévole. Lorsque vous aurez rempli le formulaire Mettre à jour mon profil de bénévole en y indiquant vos compétences, votre expérience et vos intérêts généraux, ouvrez le formulaire Modifier mes choix par rapport à mon intérêt aux groupes bénévoles, pour préciser quelles commissions bénévoles vous intéressent.
  2. Soyez convaincant. Vous êtes très intéressé par une commission en particulier? N’hésitez pas à communiquer avec son président ou avec l’ICA. Ils seront ravis de vous fournir des renseignements ou de vous inviter à une rencontre. Vous pouvez vous familiariser avec le mandat de chaque commission en visitant le kiosque des bénévoles à la plupart des rencontres organisées par l’ICA.
  3. Faites-en une priorité. Prenez conscience du temps qui doit être accordé à un travail bénévole et réservez du temps à cet effet dans votre horaire. Faites part de vos préoccupations au président de la commission et laissez-le vous aider à déterminer s’il s’agit d’un travail qui vous convient.
  4. Ralliez l’appui de votre employeur. Dans bien des cas, les activités bénévoles profitent à l’employeur. Les activités de bien des commissions chevauchent sans doute le vôtre et pourrait vous donner l’occasion d’acquérir de la formation et de l’expérience précieuses. Votre travail pourrait même parfois servir à vos activités bénévoles.
  5. Restez branché. Continuez à lire les articles publiés dans le Coin des bénévoles du (e)Bulletin.
  6. Consultez les ressources à l’intention des bénévoles sur la page Centre des bénévoles du nouveau site de l’ICA.

Marcia Gallos, FICA, est la présidente de la Commission des nouveaux membres, l’ancienne présidente de la Commission sur le bénévolat et une membre de la Direction des services aux membres. 

 

par David Congram, FICA

Vous songez à un livre spécial à ajouter à votre liste de cadeaux de Noël? Discount Rates in Financial Reporting – A Practical Guide (Les taux d’actualisation dans le cadre des rapports financiers : un guide pratique, ou le Guide pratique) pourrait bien constituer le cadeau idéal. Sa diffusion vous a été annoncée dans les annonces courantes de l’ICA, le 30 octobre.

Publiée par l’Association actuarielle internationale (AAI), avec l’appui enthousiaste et l’aide financière de l’ICA, cette monographie éducative aborde les notions et méthodes pratiques utilisés pour l’application du processus d’actualisation aux fins de la production de rapports financiers pour (1) les sociétés d’assurance et (2) les obligations au titre des régimes de retraite et des avantages sociaux. Il renferme de nombreuses études de cas fondées sur des situations réelles qui sont exécutées à l’échelle mondiale par des actuaires, des sociétés d’assurance et des promoteurs de régimes de retraite.

Le Guide pratique est l’aboutissement du projet triennal de l’AAI sur les taux d’actualisation. Le principal groupe cible de ce projet est constitué des actuaires qui prennent part à la préparation des rapports financiers des sociétés d’assurance, des actuaires qui participent à la communication de renseignements sur les régimes de retraite pour les états financiers et des étudiants en actuariat qui cherchent à mieux comprendre ce sujet.

Le lecteur occupé trouvera au début du bouquin un guide énonçant les sections qui revêtent un intérêt spécial pour certaines personnes. Ce guide examine la monographie sous des angles différents. Le domaine de pratique représente un mode de classement naturel (notamment l’assurance‑vie, les autres branches d’assurance, les régimes de retraite et les avantages sociaux), mais il vous guidera également si vous provenez d’un milieu précis de la comptabilité, d’une région particulière ou d’un domaine de risque spécifique. Il présente les études de cas susceptibles de vous intéresser. Il vous permet aussi d’utiliser efficacement votre temps, d’abord en insistant sur vos domaines d’intérêt particuliers puis, lorsque vous disposez de temps, en vous indiquant de quelle façon d’autres domaines de pratique ou d’autres régions ont abordé des problèmes semblables.

Le livre met d’abord en contexte la sélection du taux d’actualisation, sous l’angle du but, des objectifs et du moment où l’actualisation devient nécessaire. Puis, il traite de certains sujets, notamment :

  • Les taux sans risque;
  • La décomposition des taux d’actualisation;
  • Les estimations au‑delà du terme;
  • Le portefeuille de réplication;
  • L’intégration du risque de devise et du risque souverain;
  • Les risques de crédit et de liquidité;
  • Les situations où les flux monétaires des produits sont corrélés avec le taux d’actualisation.

L’ouvrage renferme également une section sur la communication et la présentation de résultats, et la conclusion résume les nouveautés. On y retrouve de nombreux renvois à des documents techniques pertinents qui satisferont le lecteur souhaitant approfondir un aspect particulier.

Près des deux tiers des quelque 300 pages du Guide pratique sont consacrés à 13 études de cas approfondies. Pour vous donner une idée des études traitées, mentionnons que la première porte sur une estimation et une extrapolation de la structure par échéance des taux d’intérêt. Il s’agit d’un exemple de compréhension, de sélection et d’utilisation des données disponibles nécessaires pour calculer un taux d’actualisation dans un contexte sans marché observable.

La dernière étude porte sur le risque souverain. Elle donne un exemple de la façon de l’évaluer et de comprendre de quelle manière il peut être modélisé pour être inclus dans le taux d’actualisation. Cette question a engendré certains défis au cours des dernières années, compte tenu de la structure actuelle de l’économie mondiale et des groupes d’échange.

Vous trouverez l’information nécessaire pour commander votre exemplaire du Guide pratique sur le site Web de l’AAI (www.actuaries.org). Le coût de l’exemplaire à reliure rigide offrant l’accès à une version électronique consultable s’élève à 150 $. Il en coûte 75 $ pour la version électronique simple. Conformément au mandat éducatif de l’AAI, les étudiants universitaires possédant les attestations nécessaires peuvent avoir gratuitement accès à la version électronique.

L’AAI tient à remercier tous les membres de l’ICA du soutien qu’ils ont accordé au projet de taux d’actualisation et à d’autres initiatives éducatives dans le domaine de l’actuariat.

L’ICA a négocié pour vous un tarif spécial : vous n’avez qu’à vous brancher au site Web de l’AAI à titre de membre et commander votre exemplaire. Le tarif spécial sera alors appliqué.

David Congram, FICA, est membre de la Commission des relations internationales et membre du Comité exécutif de l’AAI. 
 
 

Harish Pawagi

1. Pourquoi êtes-vous devenu actuaire?

Au secondaire, j’avais de la facilité dans les matières comportant des maths – calcul, physique, etc. – et je cherchais quelque chose en rapport avec les mathématiques. Un actuaire est venu faire une présentation à notre école et j’ai pu rendre visite à un ami de la famille actuaire à son travail. J’ai eu une conversation avec sa stagiaire, qui se plaisait beaucoup dans son emploi et dans son programme universitaire. Et puis j’ai décidé de devenir actuaire!

2. Lorsque vous dites aux gens que vous êtes actuaire, que croient-ils que vous faites?

Ils savent que nous travaillons dans les chiffres et que nous sommes vraiment doués en maths. Certains qui s’y connaissent un peu plus se plaignent de leurs taux de prime.

3. Qui a été votre plus grande inspiration pendant votre carrière? Avez-vous eu un mentor au début de votre carrière?

Au début de ma carrière, je travaillais au sein de la société Equitable Life où j’ai eu la chance de côtoyer Ron Beaubien, l’actuaire désigné. Le fait d’être en contact avec son souci du détail et de sa connaissance de toute l’exploitation de la société s’est avéré un excellent point de départ pour un jeune étudiant en actuariat.

4. Qu’appréciez-vous le plus de votre travail?

J’aime aider les clients, qu’il s’agisse de renseignements et de conseils opportuns ou du défi qui consiste à effectuer de nouveaux calculs ou à trouver de nouvelles façons de faire les choses.

5. Si vous n'étiez pas actuaire, quelle serait votre carrière de choix?

Physicien nucléaire, c’était du moins l’un des projets au secondaire. Maintenant, ce serait probablement dans le domaine des arts de la scène.

6. Quels sont vos passe-temps?

Je collectionne les chapeaux! J’en ai plus de 550. J’aime aussi chanter et faire le cabotin sur la scène chaque fois que j’en ai l’occasion.

7. Quels sont vos musiques, livres et films préférés??

Groupe préféré : Rush.

Livre/auteur préféré : Tolkien.

Film préféré : Star Wars (et au cas où il y aurait des jeunes lecteurs, je parle de la version de Star Wars, celle de 1977).

8. Quelle est votre destination vacances de rêve?

Visiter les territoires canadiens. J’ai visité toutes les provinces; il suffit d’enfiler un manteau chaud et d’y aller.

9. À quoi réussissez-vous mieux que quiconque de vos connaissances?

Collectionner les chapeaux.

10. Si vous pouviez vivre dans la peau d’une autre personne, vivante ou décédée, de qui s’agirait-il et pourquoi?

Mozart, pour me trouver en plein cœur de cette musique incroyable.

Harish Pawagi est actuaire chez K-W Actuarial Services.
 

 

Photo conjointe de l'équipe de l'ICA et de l'AAI.

Trois employés du siège social, dont le nombre d’années au service de l’Institut canadien des actuaires et de ses membres totalise 25 ans, ont vu leur contribution soulignée lors d’une présentation spéciale.

Le directeur général Michel Simard a remis un cadeau à Nancy Jenkinson, responsable du service des réunions et employée de l’ICA depuis 15 ans, ainsi qu’à Chris Fievoli, actuaire résident, et Josée Gonthier, rédactrice française, qui travaillent tous deux à l’Institut depuis cinq ans.

Mme Jenkinson est chargée de planifier et d’organiser les événements tenus par l’ICA, depuis l’Assemblée annuelle jusqu’aux colloques spécialisés. C’est donc elle qui réserve le lieu de l’événement, qui rassemble les conférenciers figurant au programme et qui fait la promotion de chaque rencontre.

De concert avec de nombreuses commissions et groupes de travail, M. Fievoli veille à la rédaction de mémoires et d’autres documents, gère des projets portant sur les normes de pratique et le matériel d’orientation, en plus de répondre aux demandes de la part des membres, des médias ou du public.

Mme Gonthier supervise la traduction de toutes les publications de l’ICA et révise tous les documents de l’ICA en français. Elle supervise également la production des documents produits par la Direction des services aux membres et appuie la Commission de recherche.

Le directeur général Michel Simard a déclaré : « J’espère que nous pourrons compter sur leur précieuse collaboration pendant de nombreuses années encore. »
 
PERSONNES INFLUENTES
Lyna Gendron de l’ICA nommée vice-présidente adjointe, tarification et souscription, assurance collective, à la Standard Life http://bit.ly/ciaica330.
 
Elaine Lajeunesse de l’ICA, vice-présidente de BMO Groupe financier, a discuté du programme de #GRE de la banque sur Risk Radio.
 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

Les publications du mois de décembre :

213106 Exposé-sondage – Révisions concernant des hypothèses de réinvestissement économique à l’intérieur des Normes de pratique applicables à l’évaluation du passif des contrats d’assurance de personnes (vie, accidents et maladie) (section 2300 et sous-section 1110)

213105 Communication initiale – Promulgations de l’écart de crédit net maximum, des taux de réinvestissement ultimes et des critères d’étalonnage des taux d’intérêt sans risque stochastiques dans les Normes de pratique applicables à l’évaluation du passif des contrats d’assurance : Assurance de personnes (vie, accidents et maladie) (sous-section 2330 de l’exposé-sondage pour la révision des Normes de pratique)

EE Programme d’agrément universitaire de l’Institut canadien des actuaires (ICA) – Recrutement d’examinateurs externes

MSCA103 Ordre du jour de la réunion no 103 de la Direction des services aux membres (10 décembre 2013)

213104 Note éducative – Conseils pour l’évaluation du passif des contrats d’assurance pour 2013 et l’examen dynamique de suffisance du capital pour les assureurs IARD

Les tweets de décembre de @ICA_Actuaires :

@StatCan_fra : la participation aux RPA au Canada a atteint 6 114 600 en 2011, une hausse de 0,8 % en une année http://bit.ly/icacia339

Les Canadiens atteindront un niveau record de dette à la consommation, en partie pour l’achat d’une voiture : bureau de crédit @TransUnion http://bit.ly/ciaica338

@banqueducanada: consultation publique sur les normes de gestion des risques de la Banque pour les infrastructures désignées http://bit.ly/icacia337

Membres de l’ICA au colloque de l’ICLR sur la tarification du risque de réclamations de dommages liés à l’eau http://bit.ly/ciaica336

@CSFOTweets demande des commentaires pour l'examen triennal d’assurance-automobile http://bit.ly/icacia335

Américains plus riches et dépensent plus en moyenne que les Canadiens, mais pas pour la nourriture/alcool, selon un rapport TD http://bit.ly/ciaica334

@StatCan_fra Les femmes à l’université sont moins portées que les hommes à étudier la science, la technologie, les maths et les ordinateurs http://bit.ly/icacia333

Rob Brown de l’ICA : #RPC en expansion = « meilleure idée » pour aider #retraites. « Il faut agir maintenant » @WinnipegNews http://bit.ly/ciaica332

Travail des #actuaires souligné : un article de @CBCNews se penche sur les profits des assureurs automobiles en #http://bit.ly/ciaica331

Lyna Gendron de l’ICA nommée vice-présidente adjointe, tarification et souscription, assurance collective, à la Standard Life http://bit.ly/ciaica330

#GrandAdventure de Jean-Guy Sauriol #Actuaire du @Maple_Lys en vedette @TheTorontoSunhttp://bit.ly/ciaica329

@StatCan_fra: régimes d'employeur : valeur marchande 1,2 G$ à la fin du 2e trimestre, peu de changement depuis le 1er trimestre http://bit.ly/icacia328

Joignez #ICA @HôtelsFairmont #Hôtel #Royal #York #Toronto pour discuter du processus de normalisation des #NormesActuarielles

Dernière chance pour la webémission sur le professionnalisme de 2013 http://bit.ly/1e3B6JA

#Actuaire pas assez d'heures de PPC? Inscrivez-vous à l'Atelier sur le professionnalisme http://bit.ly/1e3B6JA

Venez discuter des liens : #NormesActuarielles et régimes de retraite, assurance et programmes de prestations! http://bit.ly/1dO0gfa #Toronto

@StatCan_fra : Compte satellite des pensions, 2012-patromoine s'est élevé à 2,6 bilions $, hausse de 9,1 % par rapport à 2011 http://bit.ly/icacia327

Sally Gunz, professeure en droit des affaires et éthique @UWaterloo : les normes actuarielles et l’intérêt public http://bit.ly/1dO0gfa

Le 26e Rapport actuariel discute de la situation financière du RPC http://bit.ly/1izYHnl

Intéressé(e) par les #NormesActuarielles de pratique? Soyez-y : #AssembléePubliqueCSNA http://bit.ly/1dO0gfa #Toronto

Elaine Lajeunesse de l’ICA, vice-présidente de BMO Groupe financier, discutera du programme de #GRE de la banque : Risk Radio jeudi http://bit.ly/ciaica326

Une semaine complétée #GrandeAventure du @Maple_Lyshttp://bit.ly/1ePFgld au soutien de @BreakfastCanada et Fondation actuarielle du Canada
 
Calendrier des rencontres
Le Point sur le Conseil et les Directions

Les personnes suivantes ont été nommées aux groupes/postes ci-dessous :

Conseil d’administration

  • Commission des élections : Jim Christie et Stephen Bonnar, en vigueur le 11 novembre 2013;
  • Direction des services aux membres : Marc Tardif (président), en vigueur immédiatement. Remarque : le mandat de Marc-André Melançon a pris fin et il quitte avec remerciements.

Le Groupe de travail sur la gouvernance a été dissout avec remerciements, en vigueur immédiatement.

Direction de l’admissibilité et de la formation

  • Sous-commission sur l’assurance-vie corporative de la Commission de l’éducation permanente : Joan Strothard (présidente), rétroactivement au 8 novembre 2013;
  • Agents de liaison du Cours orienté vers la pratique auprès de la Society of Actuaries, en vigueur immédiatement :
    • Finances quantitatives et placements : David Stalker;
    • Prestations collectives : Erin Crump;
    • Retraite : Jean-François Poitras.

Ralph Ovsec et Keith Sharp ont démissionné respectivement de la Commission de l'éducation permanente et de la Commission des relations universitaires et quittent avec remerciements.

Direction des services aux membres

  • Commission sur le bénévolat : Jean-François Lalonde, en vigueur le 4 septembre 2013.
  • Sous-commission sur l’expérience des prestations versées du vivant de l’assuré de la Commission de recherche : Todd Friesen, en vigueur le 28 octobre 2013;
  • Commission de recherche : Émilie Bouchard, en vigueur le 13 novembre 2013.

Le Groupe de travail sur le provisionnement des régimes de retraite et les valeurs de transfert a été créé et s’est vu confier le mandat suivant:

  • Examiner les questions relatives au provisionnement des régimes à prestations déterminées à employeur unique et aux valeurs de transfert, à savoir :
  • S’il devrait y avoir une exigence de provisionnement sur une base de solvabilité;
  • La façon dont le taux d’actualisation devrait être établi sur une base de continuité, si un tel taux devrait être prescrit et ce que devrait être ce taux;
  • Si la solvabilité était exigée, la façon dont les régimes entièrement indexés devraient être évalués; si elle devrait demeurer basée sur la souscription de rentes présumée;
  • Si la base de provisionnement devrait être la même, que le promoteur soit du secteur public ou privé;
  • S’il conviendrait de permettre une méthode de provisionnement basée sur la probabilité d’atteindre la cible de provisionnement future étant donné que les régimes à prestations cibles pourraient être capitalisés sur cette base;
  • S'il conviendrait de remplacer la base actuelle de calcul de la valeur de transfert par une base tenant compte du mode de provisionnement des prestations;
  • Préparer un exposé de position présentant les avantages et les désavantages et, dans la mesure du possible, une prise de position de l’ICA. La question des valeurs de transfert devrait être abordée à la fois du point de vue des normes actuarielles (c.-à-d. une valeur équivalente entre la rente différée et la rente forfaitaire) et du point de vue de la politique publique (c.-à-d. des prestations inférieures aux personnes qui ont cessé leur emploi).

Le Groupe de travail sur les régimes à prestations cibles a été créé et s'est vu confier le mandat suivant:

  • Formuler des commentaires sur les règlements relatifs aux régimes à prestations cibles, notamment:
  • La marge dans les hypothèses actuarielles;
  • L’exemption des critères de solvabilité;
  • Le mécanisme déclencheur de la réduction ou de l’augmentation des prestations;
  • Ce sur quoi devrait reposer ce mécanisme, soit la solvabilité, la position de provisionnement projetée ou la probabilité d’atteindre la cible de provisionnement future;
  • La conversion du service cumulé;
  • La structure de gouvernance (y compris la représentation des retraités);
  • Le recours aux modèles stochastiques pour provisionner les prestations; la question de savoir si l’ICA devrait proposer des normes à l’égard de ces modèles;
  • La nécessité de laisser aux promoteurs la souplesse nécessaire pour tenir compte des différents besoins par rapport à l'objectif de l'organisme de réglementation de diminuer la probabilité de réduire les prestations;
  • Les options offertes au moment de la retraite, notamment la possibilité de permettre l’encaissement;
  • La méthode de calcul des valeurs de transfert.
  • Formuler des commentaires à savoir si l’ICA devrait promouvoir cette option et, le cas échéant, de quelle façon.