CIA (e)Bulletin/(e)Bulletin de l'ICA

Canadian Institute of Actuaries/Institut canadien des actuaires

Octobre 2013
Elliott Bauer
D.W. Simpson & Company
North American Search Group
Votre Institut

par Jacques Lafrance, FICA
Président de l'ICA

Croyez-le ou non, les actuaires peuvent se montrer intéressants aux yeux du public, malgré leur réputation d’être introvertis et trop portés sur les détails techniques. Quelques-uns de nos membres interviennent de façon régulière dans les médias et démontrent que la profession d’actuaire n’est pas incompatible avec le talent de présenter des points de vue pertinents, éclairés et faciles à comprendre.

La profession actuarielle doit exprimer des opinions sur certains sujets brûlants. Les actuaires, en raison de leur expertise et expérience, sont bien placés pour influencer les décideurs et le public dans la recherche de solutions pratiques et sensées relativement à des enjeux importants tels le coût des régimes de soins de santé, le maintien de la confiance du public envers les institutions financières, ainsi que la sécurité et l’avenir des régimes de retraite.

Notre profession mérite d’être mieux connue et il est dans notre intérêt qu’elle le soit. Nous devrons mettre en œuvre des actions ciblées qui feront en sorte que les compétences et aptitudes des actuaires soient mieux comprises par le public, et en particulier par les décideurs et les utilisateurs potentiels de nos services. Une reconnaissance accrue de nos compétences sera un atout important pour une percée significative de notre profession dans des domaines non traditionnels et pour une plus grande étendue de notre champ d’action dans la gestion du risque d'entreprise (GRE).

Pour que la profession actuarielle obtienne le rayonnement qu’elle vise, l’Institut doit élaborer et mettre en œuvre de façon efficace une stratégie de communication et de relations publiques. Pour bien réussir, nous devons faire preuve d’ouverture d’esprit et être attentifs à l’opinion de tous, tout en mettant en pratique la rigueur scientifique propre à notre profession.

Il se pourrait que la mise en œuvre d’une telle stratégie exige un plus grand effort de l’Institut, y compris un recours accru à notre plus précieuse ressource, soit nos bénévoles. Mais elle doit d’abord être axée sur une plus grande vigilance pour ce qui est de sauter sur les occasions d’exprimer notre point de vue. À titre d’exemple : L’Institut publie de nombreux documents qui visent principalement à aider nos membres à fournir des services de qualité. Les constats, conclusions ou conseils contenus dans plusieurs de ces documents peuvent également intéresser le public ou influencer les décideurs. Avec relativement peu d’effort supplémentaire, nous pouvons synthétiser et vulgariser cette information de façon à ce qu’elle attire l’attention du public et des décideurs, ainsi que des médias, et leur soit d’une grande valeur.

Je suis heureux de constater qu’un nombre croissant de nos projets de recherche (qu’ils soient parrainés par l’Institut seulement ou réalisés en collaboration avec d’autres organismes) ont pour objectif principal de nous permettre d’élaborer des prises de position publiques plus approfondies ou de mettre notre expertise à contribution dans la recherche de solutions à des enjeux d’ordre public. Nous devons continuer à suivre cette voie.

Certes, l’Institut peut et doit assumer un rôle important dans l’émission de prises de position au nom de la profession. À cet égard, je vous invite à apporter votre contribution aux activités de l’Institut. Mais je vous invite également à ne pas hésiter à plonger dans les débats publics à titre personnel.

Donc visons à voir plus souvent des actuaires ou l’ICA exprimer des opinions et fournir des commentaires dans les divers médias. Mouillons-nous!

Jacques Lafrance, FICA, est le président de l'Institut canadien des actuaires.

 

 
Article en Primeur

par Marc-André Melançon, FICA

Je profite de cette occasion pour présenter aux membres une mise à jour concernant certains développements récents au sein de la Direction des services aux membres (DSM) et de ses diverses sous-commissions.

Communications

Le directeur des communications et des affaires publiques de l’ICA, Les Dandridge, ainsi que le rédacteur anglais, Andrew Melvin, et le président de la Commission sur les communications, Stephen Cheng, ont recruté un comité de rédaction pour la publication qui remplacera Au-delà du risque. Cette nouvelle publication, qui s’intitulera Voir au-delà du risque, sera publiée chaque trimestre, le premier numéro devant paraître en janvier 2014. Demeurez à l’écoute!

Médias sociaux

L’ICA est actif sur Twitter depuis plus d’un an et son nombre d’abonnés affiche une croissance soutenue depuis l’ouverture du compte. Il convient de faire remarquer qu’une proportion très importante de ces abonnés n'est pas membre de l'ICA.

Modernisation du site Web de l’ICA

Le nouveau et tant attendu site Web de l'ICA a enfin été lancé en 2013. Il offre désormais aux membres un meilleur accès aux nombreuses ressources mises à leur disposition. Il continue de faire l'objet d’améliorations et de mises à jour et, au cours des derniers mois, on y a ajouté une vaste section sur la recherche ainsi qu’un index des publications selon l'année, une page portant sur les politiques et les lignes directrices, ainsi qu’une section Archives des réunions.

Tous les commentaires concernant les modifications apportées à la fonctionnalité du site Web sont les bienvenus.

Projets de recherche

Dans le numéro précédent du (e)Bulletin, Dave Dickson, président de la Commission de recherche, présentait un compte rendu des projets de recherche en cours. L’ICA est toujours à l’écoute de ses membres et nous vous invitons à nous faire part de toutes vos bonnes idées pertinentes de projets de recherche!

Autres activités

La modélisation prédictive

La DSM étudie la possibilité d’établir la modélisation prédictive comme domaine de pratique non traditionnel. Bon nombre d’entre vous savent déjà que ce domaine de travail s’impose de plus en plus dans les secteurs des assurances IARD et de l’assurance-vie. Nous aimerions recevoir les commentaires des membres à ce sujet.

Pour tout commentaire ou suggestion, veuillez communiquer avec moi à mamelancon@rgare.ca.

Marc-André Melançon, FICA, est le président de la Direction des services aux membres.

 

 
Nouvelles de L'Institut

Le 19 octobre, le conseil d’administration de la Society of Actuaries (SOA) s’est prononcé en défaveur de la reconnaissance des exemptions du Programme d'agrément universitaire (PAU) de l'ICA aux fins de l’obtention des titres d’ASA et de FSA. Bien que nous comprenions l’importance que revêtent les considérations pratiques d’un système d’éducation universitaire pour la stratégie internationale de la SOA, nous sommes évidemment déçus du refus de la Society de reconnaître le programme canadien.

La direction de l’ICA croit fermement en la valeur ajoutée du PAU pour la profession actuarielle au Canada, et elle est résolue à continuer d’offrir la voie de l’éducation universitaire comme autre moyen de satisfaire à certaines exigences d'éducation préliminaire aux fins de l'obtention des titres d'associé (AICA) et de Fellow (FICA). Plus d’une année après la mise en œuvre du PAU, l’ICA poursuit son évaluation du programme et des universités agréées. Nous demeurons convaincus de l’efficacité de l’éducation universitaire aux fins de l’obtention de crédits pour les examens préliminaires, mais celle-ci ne remplacera pas l’éducation et les examens de niveau Fellow et ne pourra jamais remplacer les exigences relatives à l'expérience de travail pratique et à l'expérience de travail canadienne aux fins du titre de FICA.

L'objectif ultime de l'ICA consiste à offrir les meilleures méthodes d'éducation et d'évaluation aux fins de la qualification des actuaires au Canada et, à ce titre, nous continuerons d’offrir diverses options en matière d’éducation :

  • En dépit de la récente décision de la SOA, la Society demeure un dispensateur d’éducation actuarielle important pour l’ICA. Par conséquent, il existe une entente administrative avec la SOA qui permet aux candidats du PAU de naviguer sans problème dans le système d’éducation de la SOA afin de satisfaire à toutes les autres exigences relatives aux titres d'AICA et de FICA, y compris les examens de niveau Fellow et le SOA Fellowship Admission Course, qui font partie des exigences d’admissibilité de l'ICA.
  • Pour satisfaire aux exigences d’admissibilité aux titres d'AICA et de FICA, les candidats du PAU peuvent également suivre les parcours des partenaires en éducation suivants qui reconnaissent les exemptions de l’ICA aux fins de l’attribution de leurs titres respectifs : la Casualty Actuarial Society (CAS) et la Faculty and Institute of Actuaries du Royaume-Uni.
  • Pour travailler aux États-Unis, le titre de FICA, combiné à une expérience américaine appropriée, demeure reconnu par l’American Academy of Actuaries (AAA) aux fins des exigences relatives au titre de MAAA.
  • Les candidats de l’ICA pourront toujours choisir de compléter les examens préliminaires de la CAS et de la SOA, qui demeureront reconnus par l’ICA, sous réserve d'une surveillance continue de la part de l’Institut.

L’ICA s’engage à maintenir le PAU à titre d’élément clé de son orientation stratégique en matière d’éducation. De fait, l’Institut renforce continuellement sa position sur l’éducation et assume une responsabilité croissante en ce qui concerne l’éducation des actuaires canadiens. Le Conseil d’administration de l’ICA a récemment approuvé quatre objectifs stratégiques à long terme, dont l’un vise l’éducation :

« L’ICA est considéré comme un organisme de formation et non seulement comme un organisme d’agrément. Il assume l’entière responsabilité du cheminement éducatif (qui peut comprendre une externalisation des activités) menant à l’obtention du titre de FICA, lequel est reconnu comme un agrément de haute qualité et indépendant (c.‑à‑d. sans obligation de s'aligner sur un autre titre). »

À titre d’élément important du système d’éducation canadien, le PAU fera l’objet d’une évaluation constante au moyen de données recueillies auprès des universités et des étudiants, ainsi que de commentaires des partenaires en éducation, des membres, des employeurs, des étudiants, des universitaires, des chargés d'enseignement, des actuaires chargés de l'agrément et des examinateurs externes, ce qui contribuera à renforcer le programme dans son ensemble.

Pour de plus amples renseignements au sujet du PAU ou des exigences d'admissibilité de l'ICA, veuillez consulter : http://www.cia-ica.ca/fr/adhesion/pau. Veuillez transmettre vos questions et commentaires à agrement@cia-ica.ca.

Jacques Lafrance, président
 

Pour les actuaires, chaque domaine de pratique offre des défis et des possibilités uniques, et la gestion du risque d’entreprise (GRE) ne fait pas exception.

Pour Mark Struck (sur la photo), vice-président de la GRE chez la Compagnie mutuelle d’assurance Wawanesa, convaincre ses collègues de la valeur d'un cadre de gestion du risque – un élément de plus en plus important dans le marché d'aujourd'hui – était l'un de ces défis.

Possédant des antécédents actuariels traditionnels en tarification et en établissement des réserves, il travaille dans ce domaine depuis trois ans et dit ce qui suit : « Je n’ai eu aucun mal à intégrer la GRE; l'interaction avec les diverses parties de la société est au nombre des principales responsabilités des actuaires. J’ai eu davantage de difficulté à modifier mon régime de travail – j’ai passé deux ans à me concentrer sur ce à quoi devrait ressembler la machinerie de gestion des risques, délaissant ainsi les chiffres. Toutefois, nous avons maintenant bouclé la boucle et commencé à dresser un portrait financier des risques auxquels nous sommes exposés.

« Dans le cadre de mon poste actuel, j'ai bâti notre pratique de GRE de A à Z et j’aide la société à gérer les risques au quotidien. En mettant en place des processus et des évaluations, nous visons à instaurer une pensée axée sur tous les risques auxquels nous sommes exposés et maintenant, on peut assister à certaines conversations qui n’auraient pas eu lieu il y a deux ans.

« La mise en place d’un cadre de gestion du risque est un processus évolutif, mais nous sommes maintenant dotés d’une solide capacité de quantification des risques et nous sommes en mesure d’illustrer ce que seraient notre bilan et l’état des résultats selon une vaste gamme de scénarios. Nous pouvons faire une démonstration concrète sur papier et permettre ainsi aux gens d'avoir une meilleure idée de la sensibilité de la société à l’égard des divers risques auxquels elle est exposée. »

Le parcours vers ce résultat fini n’a pas toujours été en ligne droite, ajoute M. Struck, FICA, FCAS, MAAA, qui est établi à Winnipeg, au Manitoba. « La modélisation a nécessité beaucoup de temps compte tenu de la méthode de collecte de données, qui diffère légèrement du travail actuariel normal. Pour documenter tous les risques, il convient de mobiliser tous les dirigeants à l’échelle de l’organisation, ce qui, en soi, relève du défi.

« La détermination des risques qui seraient susceptibles d’entraver la mise en œuvre des stratégies de la société est au cœur de la gestion du risque. Il faut, pour ce faire, avoir une perspective large de l’organisation et cet exercice s’avère plus bénéfique lorsque chacun adopte une réflexion décloisonnée. Dans le cadre d’une structure d’entreprise classique, pour certains, cette tâche peut être contre nature. Lorsque les dirigeants commencent à voir et à comprendre l’incidence de leur travail sur l’entreprise, ils s’investissent davantage et commencent à ajouter de la valeur au processus. »

Malgré l’attrait de ce domaine en expansion rapide et des possibilités qu'il offre, M. Struck affirme qu'il comporte tout de même des difficultés. « Lorsqu’on pénètre dans une salle avec des gens qui ne sont pas des actuaires, ceux-ci peuvent parfois se dire : "Cette conversation ne sera pas facile". Il faut parfois adopter un langage différent. Si on est capable de donner un sens au risque, et ce, dans un langage familier pour l’auditoire, il devient plus facile de faire comprendre la valeur potentielle de la gestion du risque.

« Je recommande vivement la GRE. Les actuaires sont en excellente position pour y faire leur place, le travail actuariel étant déjà en grande partie axé sur certains principaux facteurs de risque pour les sociétés, notamment l'incertitude liée à la tarification, l’établissement des réserves et la volatilité du marché. Mon séjour en tarification et en établissement des réserves préalablement à l’intégration de la GRE m’a permis de porter un regard holistique sur les opérations. Je suis maintenant en mesure d’ajouter de la valeur en présentant le profil de risque complet de la société. »
 

 Jean-Guy Lapointe

1. Pourquoi êtes-vous devenu actuaire?
Parce que j’aimais les mathématiques et que je voulais relever davantage de défis en étudiant à l'université. Je voulais étudier dans le programme qui était censé être le plus difficile. Je me suis rendu compte que la science actuarielle n'était pas si difficile, mais que les examens d'actuariat rendaient la chose plus ardue.

2. Lorsque vous dites aux gens que vous êtes actuaire, que croient-ils que vous faites?
Ils croient que je travaille avec les chiffres dans le domaine des régimes de retraite ou que j’effectue des calculs sur tout. Parfois, ils savent que nous prédisons l’avenir ou que nous sommes compétents en matière de finances et de comptabilité, mais ils ne comprennent pas complètement ce qui distingue les actuaires des comptables, des économistes ou des MBA. Il y a même certains professionnels qui croient que les actuaires possèdent une bonne connaissance des mathématiques, mais qui ignorent qu’il en est de même pour les finances ou qu’ils sont des spécialistes en matière d’assurances et de régimes de retraite. Ils croient souvent que les connaissances dans ces deux derniers domaines sont acquises au travail et que c'est à la portée de n'importe qui.

3. Qui a été votre plus grande inspiration pendant votre carrière? Avez-vous eu un mentor au début de votre carrière?
Un actuaire renommé du Québec, Claude Castonguay, qui était ministre de la santé du gouvernement québécois à la fin des années 1960 a suscité mon intérêt à l’égard de l’actuariat. Un excellent actuaire et gestionnaire (Jacques Roy, qui fut surintendant des assurances au Québec et qui est décédé en 1990, vers l’âge de 50 ans) a été pour moi un bon mentor.

4. Qu’appréciez-vous le plus de votre travail?
Dans le cadre de mon travail, je dois prendre en considération divers éléments, opinions, points de vue, idées, etc. et trouver une solution qui fonctionne de façon appropriée et qui soit acceptable en théorie et en pratique pour plusieurs personnes et organisations. J’aime également débattre et négocier afin de trouver la solution.

5. Si vous n'étiez pas actuaire, quelle serait votre carrière de choix?
J’aurais été ingénieur ou architecte.

6. Quels sont vos passe-temps?
Regarder la télévision, voir des films, faire de la navigation, assister à des spectacles de musique, rendre visite à des amis et visiter des régions ou voyager ailleurs.

7. Quels sont vos musiques, livres et films préférés?
Mon groupe musical préféré est Abba. Il y a beaucoup de chanteurs que j’aime, certains sont classiques et d’autres sont populaires, notamment Andrea Bocelli, Sarah Brightman et Céline Dion. J’affectionne particulièrement certains chanteurs français à cause de leurs chansons, par exemple Charles Aznavour, qui est un grand auteur-compositeur que l’on pourrait comparer à Elton John. Je ne lis pas beaucoup, mais je préfère les biographies ou les livres inspirés d’histoires vécues. La Vie en Rose (intitulé La Môme en France) est l’un des bons films que j’ai vus. Il relate la vie d’Édith Piaf, une grande chanteuse française des années 1950, décédée au début des années 1960, à l'âge de 48 ans. 

8. Quelle est votre destination vacances de rêve?
J’aime beaucoup aller en Europe, tout particulièrement en France, en Espagne, en Allemagne, en Belgique et en Autriche. J’aime aussi aller dans les Caraïbes. Je n’ai jamais visité l’Argentine, et j’aimerais bien y aller.

9. À quoi réussissez-vous mieux que quiconque de vos connaissances?
J’essaie habituellement de trouver la meilleure solution aux problèmes et je cherche tant que je n’y parviens pas. Je crois que j’y réussis bien parce que j’ai beaucoup d’imagination et peu de préjugés par rapport aux points de vue, aux opinions et aux idées nouvelles.

10. Si vous pouviez vivre dans la peau d’une autre personne, vivante ou décédée, de qui s’agirait-il et pourquoi?
Personne n'est parfait et je n’ai pas vraiment d’idoles. Il y a cependant dans le monde des personnes exceptionnelles, comme Mahatma Gandhi, le général de Gaulle, Churchill ou Nelson Mandela. Je crois que les gens qui travaillent d'arrache-pied pour aider les autres ou pour la paix dans le monde sont les plus formidables. J’aimerais peut-être être le Pape ou un leader religieux quelconque afin de changer un peu les choses pour favoriser la compréhension mutuelle entre les peuples de religions différentes. Je n’aimerais toutefois pas vivre comme eux; je préfère jouir d’une plus grande liberté.

Jean-Guy Lapointe, FICA, FSA, est spécialiste du capital en assurance-vie au Bureau du surintendant des institutions financières à Ottawa.
__________ 

Si vous souhaitez participer au sondage Présentez-vous, ce lien vous donnera accès au sondage anglais. Dans le coin supérieur droit, vous trouverez une case où vous pourrez choisir de travailler avec le questionnaire anglais ou français. 

 

 

 

La Sous-commission sur l’expérience dans les régimes de retraite de la Commission de recherche de l’ICA remercie tous ceux qui ont participé à la webémission du 19 septembre ainsi que ceux qui ont soumis des commentaires en réponse à la version provisoire du rapport sur la mortalité des retraités canadiens publié le 31 juillet. La sous-commission a reçu des questions et des commentaires de plus de 30 répondants différents. Des commentaires de fond ont été formulés à l’égard d’un certain nombre de catégories, y compris :

  • L’hétérogénéité des données de la recherche et la possibilité d’un biais;
  • La forme et l’importance des taux d’amélioration de la mortalité;
  • Le caractère approprié et l’application des ajustements relatifs à la taille des régimes de retraite.

La sous-commission examine actuellement ces commentaires constructifs avec intérêt et évaluera de quelle manière ces derniers pourraient avoir un effet sur les résultats et le contenu du rapport final. Compte tenu du nombre de commentaires reçus et de l’information supplémentaire disponible, veuillez noter que les valeurs finales des tables de mortalité et des échelles d’amélioration seront différentes de celles présentées dans la version provisoire, et certaines de ces différences peuvent être significatives. Nous consentirons tous les efforts possibles pour finaliser notre rapport dans les plus brefs délais, mais il se peut que cette version finale ne soit pas disponible aux fins de diffusion avant le début de 2014.

La sous-commission gardera les parties intéressées au courant de ses progrès et présentera une mise à jour à l’occasion du Colloque sur les régimes de retraite le 12 novembre.
 
Kenneth Murden
Kenneth Murden, décédé à l’âge de 94 ans, est devenu Fellow de l’Institute of Actuaries du Royaume-Uni en 1951, quatre ans après avoir complété son baccalauréat ès arts à la Cambridge University. Il a plus tard émigré au Canada, où il a occupé un poste auprès de la Holland Life Insurance Society avant d’assumer les fonctions de vice-président de GBB Associates, tous les deux à Toronto, ON. À divers moments il a été secrétaire de l’Institute of Actuaries Students Society, de l’American Statistical Association, de la Royal Statistical Society et de la Société canadienne de recherche opérationnelle. Il a également siégé à la Commissions des jeunes actuaires de l’ICA.
 
PERSONNES INFLUENTES

Sadiq Adatia, chef de la gestion des placements et gestionnaire de portefeuille chez Placements mondiaux Sun Life, faisait partie d’un comité d’experts ayant contribué à une table ronde de discussion sur les fonds à date cible dans le numéro de septembre du magazine Benefits Canada.

Gavin Benjamin est cité dans un article de Benefits Canada sur les tables de mortalité actualisées de l’ICA. 

Alec Blundell a été nommé vice-président de l’assurance individuelle auprès de Co-operators Assurance-vie et CUMIS. Dans son nouveau rôle, il est responsable du développement et de la mise en œuvre du plan stratégique à long terme pour la branche d’affaires de l’assurance-vie individuelle. 

Rob Brown était conférencier d’honneur à l’occasion de la 17e East Asian Actuarial Conference à Singapour, abordant les rapports de soutien économique des personnes âgées et d’autres sujets. 

L’actuaire résident de l’ICA, Chris Fievoli, a été cité dans le Financial Post sur la réévaluation de l’assurance des survivants du cancer. Il a également donné des conseils éclairés à l’auteur d’un article publié dans la Montreal Gazette sur la longévité des Canadiens, qui a mis l’accent sur l’étude de mortalité de l’ICA.

Sur le site Web MoneySense, Fred Vettese a discuté du raisonnement derrière les changements potentiels au système de Sécurité de la vieillesse.

Barbara Sanders et Karen Hall ont contribué à un article dans le Globe and Mail sur la « compression des régimes de retraite » canadiens.

Harry Satanove, de Satanove and Flood Consulting, et George & Bell Consulting ont uni leurs forces. M. Satanove possède 32 ans d’expérience à titre d’actuaire et d’expert-conseil en matière de placement, et sa firme compte des clients à l’Ouest et au Nord du Canada.

Brent Simmons a rédigé un article au sujet de l’appariement de l’actif au passif des régimes de retraite dans le numéro d’octobre du magazine Benefits Canada. 

Gary Walters a été cité dans le Financial Post au sujet des employeurs qui prolongent l’admissibilité pour l’invalidité au travail au-delà de l’âge de 65 ans.


Le réseautage est un élément clé de la carrière de tout professionnel qui réussit, et l'ICA vous offre une nouvelle possibilité d'informer vos pairs de vos réalisations et progrès.

Notre rubrique du (e)Bulletin, Des nouvelles des actuaires, vous donnera l'occasion d'annoncer votre nouvelle nomination, votre nouveau titre, vos nouveaux titres de compétence ou d'autres renseignements vous concernant. Vous aurez ainsi la possibilité d'informer vos confrères et consœurs actuaires et d'autres professionnels du domaine financier – qu'il s'agisse d'ex-collègues, d'anciens confrères ou consœurs d'université, d'employeurs potentiels, de futurs clients, etc. – de, par exemple :

  • Votre nouvelle nomination;
  • Votre nouveau titre ou nouveau champ de responsabilité;
  • Vos nouvelles qualifications;
  • Vos nouvelles coordonnées;
  • Un prix ou une reconnaissance qui vous a été décerné;
  • La publication de documents ou d'articles.

Il vous suffit d'envoyer un courriel – une simple ligne suffit, mais n'hésitez pas à en mettre davantage si vous le souhaitez – au rédacteur anglais de l'ICA à andrew.melvin@cia-ica.ca. Nous veillerons à ajouter cette information au numéro suivant du (e)Bulletin.

Veuillez inclure un numéro de téléphone auquel nous pouvons vous joindre pendant la journée et, si possible, une photo couleur à haute résolution. Pour être ajoutée au numéro à paraître, votre information doit nous parvenir au moins une semaine avant le dernier jour ouvrable du mois.

Pour plus de nouvelles concernant les membes de l'ICA, suivez l'ICA sur Twitter.

 

 
LES PUBLICATIONS DU MOIS

Les publications du mois d’octobre :

AF1013

Formulaire d’adhésion à l’ICA (du 16 octobre 2013 au 15 janvier 2014)

RFPT100LCOI

Request for proposals: Term to 100 and UL LCOI Lapse Experience Studies

213088

Politique relative aux déplacements des bénévoles et du personnel de l’ICA (octobre 2013)

RFPHE

Request for proposals: Changing Health Expectancy and North American Insurance Organizations/Governmental Programs

MANLTRNS

Letter to the Nova Scotia Chair, Bench Rules Committee: Mandates Discount Rates

213086

Points saillants de la réunion no 77 du Conseil d’administration tenue le mercredi 25 septembre 2013

ORG1013

Organigramme du siège social de l’ICA

PCA053

Ordre du jour de la réunion no 053 de la Direction de la pratique actuarielle (1er octobre 2013)


Les tweets du mois d’octobre de @ICA_Actuaires :

L’expert Jack Mintz : La réforme du RPC aura lieu, mais devra d’abord se buter à la résistance des gouvernements http://tinyurl.com/m2uzzy9

L’ICA demande souvent aux propositions de compléter des projets de recherche importants. Nos plus récentes demandes http://tinyurl.com/icacia296

Le plus récent rapport actuariel du @OSFIBSIF sur le régime de retraite de la GRC déposé devant le Parlement http://tinyurl.com/icacia295

Rob Brown de l’ICA : discours d’honneur abordant les rapports de soutien économique des personnes âgées, à l’EAAC http://tinyurl.com/ciaica294

Les membres de l’ICA Nigel Branker, Malcolm Hamilton, Michael Millns soulignent les limites des régimes d’entreprises http://tinyurl.com/ciaica293

@FSCOTweets diffuse un bulletin sur la tarification de l’assurance-automobile fondée sur l’usage en Ontario http://tinyurl.com/icacia292

Actuaire résident de l’ICA Chris Fievoli dans @financialpost réévaluation de l’assurance des survivants du cancer http://tinyurl.com/ciaica291

Canada demeure en 6e place : Melbourne Mercer Global Pension Index. Système de revenu de retraite : "structure solide" http://tinyurl.com/ciaica290

Rob Brown de l’ICA: la proposition de l’Î-P-É d’amender le RPC est "réfléchie et mérite une sérieuse considération" http://tinyurl.com/ciaica289

Inscrivez-vous aujourd’hui au Colloque sur les investissements, 13 novembre à Toronto. Séances à ne pas manquer et plus! http://tinyurl.com/icacia288

Colloque sur les régimes de retraite, le 12 novembre à Toronto, avec le futuriste Richard Worzel! Inscription ouverte http://tinyurl.com/icacia287

"L’incompétence en commerce digital" causera une perte concurrentielle à 25 % des commerces d’ici 2017 @Gartner_inc http://tinyurl.com/ciaica286

Commission européenne reporte la date butoir pour la ligne directrice Solvabilité II au 1er janvier 2016 http://tinyurl.com/ciaica284

Fred Vettese (ICA) sur les propositions de SV : changements pour la fidélité et valeur fiscale, non pour la viabilité http://tinyurl.com/ciaica283 

Gary Walters (ICA) sur la couverture d’invalidité : hausse de l’âge max. pour les plus de 65 ans = coût "significatif" http://tinyurl.com/ciaica282

Barbara Sanders et Karen Hall, ICA: commentaires experts @globeandmail - compression des régimes de retraite au Canada http://tinyurl.com/ciaica281

Analyse actuarielle : sombre avenir financier possible de plusieurs vétérans gravement handicapés via @VancouverSun http://tinyurl.com/ciaica280

Disponibles : Estimations définitives de la couverture du recensement de 2011 @StatCan_frahttp://tinyurl.com/icacia279

@StatCan_fra diffuse de nouvelles tables de mortalité pour le Canada pour 2008-2010 et 2009-2011 http://tinyurl.com/icacia278

@OSFIBSIF diffuse un mémoire à l’intention de l’actuaire désigné (multirisques) pour 2013 http://tinyurl.com/icacia277
 
Calendrier des rencontres

Colloque sur les régimes de retraite de l’ICA – Toronto – Le 12 novembre 2013

Colloque sur les investissements de l’ICA – Toronto – Le 13 novembre 2013

Voici les TROIS raisons principales pour lesquelles vous ne voulez pas manquer les Colloques sur les régimes de retraite et les investissements de l’ICA à Toronto : 

  1. La conférence d’honneur à l’occasion du Colloque sur les investissements de l’ICA sera donnée par l’une des économistes les plus influentes du Canada. Venez l’écouter discuter de la politique macroéconomique et des conséquences possibles pour les marchés financiers, y compris les taux d’intérêt à long terme.
  2. Le chef de file en matière de futurisme Richard Worzel donnera une présentation intitulée « Quel est l’avenir de l’humanité? Et quelle place y occuperons-nous? » lors du Colloque sur les régimes de retraite de l’ICA.
  3. Plus de six heures de perfectionnement professionnel continu et d’occasions de réseautage par colloque vous attendent; voilà le moment idéal pour rencontrer les chefs de file dans votre domaine.

 
Le Point sur le Conseil et les Directions

Conseil

Steven Easson a été nommé agent de liaison du Conseil d’administration auprès de la Section conjointe sur la gestion du risque, en vigueur immédiatement.

Le Conseil d’administration a proposé la nomination de Michel Giguère à titre de son représentant auprès du conseil de la Fondation actuarielle du Canada, en vigueur immédiatement, pour une période d’un an.

Marcia Gallos a quitté la Direction des services aux membres à compter du 1er septembre 2013, après avoir complété plus de trois ans à titre de membre. 

Direction de la pratique actuarielle

Les personnes suivantes ont été nommées aux (sous-)commissions ci-dessous :

  • Rapports financiers des compagnies d’assurances IARD : Nathalie Lavigne, en vigueur le 25 septembre 2013;
  • Rapports financiers des régimes de retraite : Manuel Monteiro (président), en vigueur le 1er août 2013, et Gus van Helden, en vigueur le 1er septembre 2013;
  • Rapports financiers des compagnies d’assurance-vie (CRFCAV) : Michael Hayes, en vigueur le 1er octobre 2013;
  • Rédaction  Julia Viinikka (présidente), Lesley Thomson, Wendy Yu, Martin Labelle et Rebecca Rycroft;
  •  Étalonnage des taux d’intérêt – David Campbell, Sara Lang, Tracy Xing, Chong Zheng, Martin Labelle, André Veilleux, Brennan Kennedy, Nadine Gorsky et Wally Bridel (président);
  • Étalonnage à revenu fixe – Alexis Gerbeau (président), Lynn Guo, Sara Lang, Martin Labelle, Brock McEwen, Ricardo Mitchell, Steven Prince, Jim Snell, Dean Stamp, Maxime Turgeon-Rhéaume, Tracy Xing et Chong Zheng;
  • Scénarios prescrits – Stephen Sullivan (président), Edward Gibson, Shahab Mostafavi, Saul Gercowsky, Simran Bhullar, Joan Strothard, Wally Bridel, Wes Foerster, Diana Pisanu, Sunny Oh et Angela Jonkhans;
  • Étalonnage des actions Alexis Gerbeau (Chair), Lynn Guo, Martin Labelle, Ricardo Mitchell, Christian-Marc Panneton, Steven Prince, Jim Snell, Linxin Zhang et Chong Zheng;
  • Amélioration de la mortalité et de la morbidité relative aux contrats d’assurance accident et maladie – Alison Begley, Emile Elefteriadis, Neil Duffy (président) et Michael Correa.
  • Rédaction des normes de pratique : Anne Vincent et François Vincent;
  • Gestion des risques et le capital requis : Guillaume Benoit, Patrick Douville, Jessi Gaulin, Pierre Laurin, Diana Pisanu et Jay Zhong.

Le Groupe de travail sur la juste valeur marchande des polices d’assurance-vie dans les cas de transferts de propriété et de situations connexes a été dissout avec remerciements, en vigueur le 1er octobre 2013.

À titre d’information seulement :

Les personnes suivantes ont démissionné des commissions ci-dessous :

  • Rapports financiers des compagnies d’assurance-vie : Alison Begley;
  • Gestion des risques et le capital requis : Michel Dionne, Stephanie Greer, Mario Robitaille et Julia Viinikka;
  • Rapports financiers des régimes de retraite : Dylan Moser;
  • Rapports financiers des compagnies d’assurances IARD : Andrea Sherry.